RSS

Archives de Catégorie: Politique américaine

WALL STREET – UN CALME TROMPEUR

Selon la presse financière américaine, les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis connaissent actuellement des tensions à propos des achats de produits agricoles.

À part cela, la présidence de la banque centrale américaine estime qu’il n’y a pas d’inquiétude à manifester à propos des liquidités dans le circuit bancaire. Tout serait sous contrôle pour les banquiers centraux et le scénario de base pour l’économie américaine suit le scénario attendu… Toutefois, si la Réserve fédérale affirme que le niveau de vulnérabilité du système financier est à « un niveau modéré » et que les marchés financiers de Wall Street continuent de voler de record en record, que penser de la dernière injection d’urgence opérée par la réserve fédérale, il y a seulement quelques heures, et pour la bagatelle de 77 milliards de dollars.

[Vous verrez dans le numéro du 30 novembre ce que concoctent Ryad et Moscou et qui pourrait donner lieu à des sueurs froides à Wall Street dans quelques mois.]

Oui, peut-être que tout est sous contrôle, mais quand il faut sortir une somme de cette taille on a tout lieu de se poser de nombreuses questions…

Une publication intéressante a été faite aujourd’hui aux États-Unis à propos de l’inflation hors alimentation et énergie ; elle ressort à 2,3 % en octobre. C’est un tout petit repli mais vous remarquerez sur ce graphique que nous sommes sur les sommets de 2008. Que se passerait-il si l’inflation se mettait à revenir ? Il faudra surveiller de très près la résistance indiquée par cette ligne rouge…

 

 

 

 
Commentaires fermés sur WALL STREET – UN CALME TROMPEUR

Publié par le 13 novembre 2019 dans économie, Marchés financiers, Non classé, Politique américaine

 

LE PRÉSIDENT DE LA FED DEVRAIT SUIVRE DES COURS DE THÉÂTRE

Dans sa dernière présentation sur la politique monétaire de la banque centrale américaine, Jerome Powell a jugé très satisfaisantes les dépenses des ménages qui, de son point de vue, restaient à un niveau élevé. Par contre, il n’a pas détaillé l’ampleur de ces dépenses basées sur des dettes ! Quelle valeur ont de telles dépenses pour le PIB, quand elles sont le fruit de dettes exagérées, comme c’est par exemple le cas avec les dettes des consommateurs chez les constructeurs automobiles qui ont déjà déclenché des alertes rouges ? De nombreux consommateurs américains sont aujourd’hui incapables de rembourser leurs dettes.

Jerome Powell a cependant évoqué un détail qui l’inquiète : les investissements des entreprises et les exportations sont de plus en plus faibles… Comment peut-il alors parler d’un marché du travail en forte expansion, alors qu’au cours des dix dernières années les emplois sont moins rémunérés, peu qualifiés et de mauvaise qualité?

Qui peut croire à la statistique fétiche des 2% d’inflation aux Etats-Unis, à laquelle s’accroche la Fed alors que les lettres confidentielles les plus sérieuses que nous lisons affirment à l’unisson que les statistiques officielles sont complètement faussées puisque le chômage dépasse réellement 20% a minima. Le banquier anonyme souvent cité dans la lettre LIESI parle de 23%.

Il y a cependant un point sur lequel nous nous accordons avec le président de la banque centrale américaine, c’est sa critique à propos du Congrès et des politiciens en général, qui ne prennent pas les mesures et les résolutions à long terme nécessaires au développement de l’économie nationale. Le Congrès a en effet une énorme responsabilité dans de nombreux problèmes, notamment l’inégalité des revenus au sein de la population active et dans la manière de répondre aux besoins des communautés rurales et urbaines. Tout ceci n’est pas du ressort de la banque centrale américaine, mais du politique. Or, ils ne font rien dans ces domaines pourtant de leur ressort.

Aujourd’hui, c’est avant tout la politique fiscale de l’administration Trump qui permet d’éviter la dégringolade, mais que fait cette administration pour relever les défis évoqués par le président de la Réserve fédérale ? Pendant combien de temps les ménages pourront-ils s’endetter pour entretenir une consommation qui constitue le seul moteur quasiment de l’économie américaine ?

Dans le même temps, le président la banque centrale américaine reconnaît quelques difficultés ou plus précisément des problèmes de liquidités au sein du système bancaire américain. Par contre, il ne veut inquiéter personne et tente de minimiser…

Source image

 

 

 

 
Commentaires fermés sur LE PRÉSIDENT DE LA FED DEVRAIT SUIVRE DES COURS DE THÉÂTRE

Publié par le 11 novembre 2019 dans économie, Politique américaine

 

NUMERO 433 DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

Read the rest of this entry »

 
Commentaires fermés sur NUMERO 433 DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

Publié par le 7 novembre 2019 dans géopolitique, Le monde de demain, Politique américaine

 

Les solutions apportées à la crise de 2008 doivent aboutir à une super crise

Quand les banques centrales ont commencé à s’engager dans un processus d’injections monétaires appelées quantative easing, beaucoup ont pensé que l’inflation et même l’hyperinflation en seraient la conséquence directe. Mais cela ne s’est pas produit parce que la vitesse de la circulation de la monnaie a plutôt eu tendance à diminuer, malgré l’excès de monnaie injectée. En fait, les milliards distribués par les banques centrales se sont plutôt concentrés dans quelques actifs, les propulsant au zénith, mais le circuit économique lui-même n’en a pas vraiment profité. Au bout du compte, nous avons eu de la déflation.

Voici un extrait du rapport sur la compétitivité globale de 2019, publié par le Forum économique mondial. Depuis la récession de 2008-2009, «les décideurs politiques ont maintenu à flot l’économie mondiale grâce à une politique monétaire ultra-expansive et non-conventionnelle. Mais malgré l’injection massive de liquidités – quatre des grandes banques centrales ont injecté à elles seules 10 000 milliards de dollars entre 2008 et 2017 – la croissance de la productivité a continué de stagner au cours de la dernière décennie.»

Le lecteur lira d’autres extraits de cet intéressant rapport dans les prochaines Brèves de LIESI.

Comme la vitesse de circulation de la monnaie ne croît pas, on continue à injecter toujours plus d’argent dans le processus. Finalement, les banques centrales sont parvenues à détruire le modèle productif économique occidental et la crise qui vient sera bien plus destructrice que celle de 2008 puisque nous serons confrontés à un effondrement des actifs et à un recul du produit intérieur brut mondial.

Généralement, les gens qui ont compris cela pensent que c’est la faute à pas de chance ; que les banquiers centraux se sont engagés dans un processus théorique, jamais expérimenté, et qui ne marchera pas.

Nous n’avons jamais abondé dans un tel raisonnement parce que, en ce qui nous concerne, le choix opéré par les propriétaires des banques centrales et manifesté par les présidences de ces mêmes banques centrales, à la suite de la grande crise de 2008, vise à provoquer une autre crise beaucoup plus conséquente et qui doit permettre la mise en œuvre de ce dont nous parlons dans le numéro de LIESI du 31 octobre 2019.

Il existe en effet un agenda mondialiste conçu pour ce que nous avons déjà appelé le Nouveau Monde. Mais ce Nouveau Monde doit émerger sur les cendres de l’ancien monde, celui que nous connaissons depuis plusieurs décennies, après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce Nouveau Monde sera sans pitié parce que les concepteurs de l’agenda évoqué sont avant tout des lucifériens.

Dans notre pauvre monde, où l’on rejette l’existence même de Dieu, ses commandements et ceux de l’Eglise (nous ne parlons pas de la secte conciliaire qui n’est absolument pas l’Eglise, la nouvelle Eglise conciliaire ne peut que dégoûter tout homme de bonne volonté soucieux de chercher la vérité), il y a la notion du bien commun. Dans le Nouveau Monde, le bien commun se limite à satisfaire les exigences du général des démons, à savoir Satan. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si nous assistons, en Occident et notamment aux Etats-Unis, à une multiplication de statues de Baphomet, illustration parfaite du général des démons souhaitant être adoré par une population d’esclaves, très encadrée dans le système adapté au Nouveau Monde qui s’esquisse… et dont la Chine teste toutes les nouvelles technologies pour assurer le cadre dictatorial nécessaire à l’encadrement du… Nouveau Monde.

 
Commentaires fermés sur Les solutions apportées à la crise de 2008 doivent aboutir à une super crise

Publié par le 5 novembre 2019 dans économie, Le monde de demain, Politique américaine

 

États-Unis : un nouvel indicateur annonciateur du déclin du modèle économique « made in USA »

Les commandes de camions sont en encore baisse aux Etats-Unis. Il y a quelques semaines, Freightliner, filiale de Daimler, a publié un communiqué déclarant ajuster sa production en prenant en compte la baisse de la demande du marché. Elle met à pied 450 travailleurs de la production dans son usine de fabrication à Cleveland et également 450 travailleurs  à Mt. Holly, Caroline du Nord, à compter du 14 octobre 2019. ‘‘Ces licenciements représentent 16% et 26% des effectifs des usines respectives.’’

C’est un nouveau signe manifestant la récession économique américaine qui vient. Ce sont des chiffres d’autant plus surprenant qu’ils s’inscrivent comme un prolongement de deux autre statistiques publiées à l’automne 2018 et qui traduisaient déjà un plongeon sensible dans ce secteur.

Parallèlement, la politique de Donald Trump en faveur du made in America va se compliquer, alors que les dernières statistiques attestent que les constructeurs automobiles continuent de déplacer leur base de production des Etats-Unis vers le Mexique, où les coûts de main-d’œuvre sont bien inférieurs par rapport à ceux des Etats-Unis. C’est ainsi que les importations américaines de véhicules neufs en provenance du Mexique ont augmenté de 8% au cours des trois premiers semestres de 2019, selon l’association des constructeurs automobiles AIMA. Cette hausse intervient alors que le nombre total de véhicules livrés aux utilisateurs finaux aux Etats-Unis a diminué de 1,6%.

Nous assistons donc à la publication continue de plusieurs indicateurs traduisant l’arrivée d’une prochaine récession. Tandis que les marionnettes politiciennes ont essayé de vendre, depuis plusieurs décennies d’ailleurs, un programme gauchisant et annonçant le paradis sur terre, c’est bien tout le contraire qui s’esquisse. Leur modèle économique arrive en bout de course et les magiciens de l’illusion travaillant pour les grandes corporations politiciennes ou médiatiques, vont avoir bien de la peine à garder les troupes intactes pour cautionner ce modèle en perte de vitesse.

Le nouveau modèle économique américain qui vise à appauvrir les pauvres, à laminer progressivement la classe moyenne et à entretenir les plus riches n’a aucun avenir. En choisissant un ensemble de règles économiques absolument contraires à la doctrine sociale de l’Eglise, nous allons aboutir à une paupérisation massive aux Etats-Unis, ce qui est d’ailleurs signalé par nombre de médias américains pour un grand nombre de grandes villes… devenant de véritables bidonvilles quartier après quartier.

 
Commentaires fermés sur États-Unis : un nouvel indicateur annonciateur du déclin du modèle économique « made in USA »

Publié par le 31 octobre 2019 dans économie, Politique américaine

 

LE MONDE FINANCIER EST EN EFFERVESCENCE

L’actualité du jour permet d’annoncer la dernière série de la Lettre d’Informations Stratégiques sur l’Or.
Nous avions écrit sur le site de LIESI en présentation de cette dernière :

« Les métaux précieux sont-ils sur une rampe de lancement?
Une simple question dont la réponse pourrait impacter la vie de milliards d’être humains.Pourquoi poser cette question?

[Voir la suite du texte de présentation sur le lien suivant

Depuis quelques heures, voici l’évolution des cours de l’once d’or en dollar.

Hier soir et encore ce matin, nombre d’analystes défilent sur les chaînes pour prétendre que nous vivons un instant historique ; celui où les Marchés imposent la loi de la politique monétaire aux banques centrales !

Pour LIESI, cette analyse fait partie de la communication mondialiste pour engager le processus dont nous parlons dans cette série. On entre dans une période où les mensonges et les raisonnements sont et seront totalement biaisés. Et malheureusement, nombre de nos contemporains se feront prendre au piège tendu par les faux anges de lumière au service du général Mammon.

Depuis quelques mois, cette communication mondialiste prétend que le président Donald Trump aurait le pouvoir de démettre le président de la banque centrale américaine, Jérôme Powell, au motif que celui-ci ne le soutient pas suffisamment dans la perspective des prochaines élections présidentielles et dans la nécessité de relancer une activité économique dont les signaux de déclin se multiplient partout dans le monde.

Doit-on vraiment croire que le président Donald Trump a le pouvoir d’intimer à la présidence de la banque centrale ce qu’il convient de faire en matière de politique monétaire ?

Doit-on vraiment croire que le président Donald Trump a le pouvoir d’imposer quoi que ce soit dans la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine ?

Doit-on vraiment croire que le président Donald Trump est vraiment à l’origine de la préparation d’une guerre contre l’Iran ?
Sur ce point, il faut lire les rapprochements établis dans cette série de LISO entre la période de la communisation de la Chine (souhaitée par les marionnettistes de Delano Roosevelt) et ce que nous vivons à propos de l’Iran avec l’administration Trump…

Cette communication est uniquement destinée aux autruches qui préfèrent avoir la tête dans le sable au lieu de fouiller les bibliothèques et de s’intéresser aux coups tordus régulièrement exécutés par les instruments de la synagogue de Satan dans le déroulement de l’Histoire.

Il ne faut pas se leurrer, plus que jamais Donald Trump apparaît comme un roi nu entre les mains de ceux qui, derrière le rideau, préparent le monde de demain, justement à travers une communication soigneusement choisie.
Non seulement Donald Trump est un piètre homme d’affaires, mais il a décidé de collaborer avec un réseau pire que mafieux, assoiffé du sang des peuples pour tenter d’ériger une nouvelle Babel antichrétienne, grâce à une technologie dépassant tout ce que l’on peut imaginer. Une technologie effrayant même ceux qui travaillent sur l’ébauche du monde d’après la crise…

Aujourd’hui, comme nous l’avions mentionné dans la lettre LIESI, les marchés financiers repartent vers des sommets, sans voir les risques pour l’économie mondiale. On veut se rassurer sur le fait que le Casino boursier fonctionnera toujours, grâce aux injections de liquidités produites par les principales banques centrales. On ne s’inquiète nullement d’une politique de taux à zéro.
Pourtant, les oligarchies les plus fortunées ne cessent de liquider leur patrimoine pour se rendre cash…

Retenons du discours prononcé par le président de la banque centrale américaine hier, sa « préoccupation à la fois par les conflits commerciaux et surtout par le ralentissement de l’économie mondiale… »

En conclusion, nous disons ceci : si les propriétaires de la banque centrale américaine donnent l’illusion à nos contemporains que les marchés financiers sont désormais le patron qui  peut contraindre la présidence de la banque centrale européenne et la présidence de la banque centrale américaine à abandonner leur indépendance, c’est peut-être uniquement pour une raison de calendrier.

Rien d’autre qu’une question calendaire !

Voir sur ce point d’analyse, les derniers numéros de la lettre confidentielle LIESI.

 
Commentaires fermés sur LE MONDE FINANCIER EST EN EFFERVESCENCE

Publié par le 20 juin 2019 dans Analyse de l'Or, économie, complot, Histoire, Manipulation des masses, Marchés financiers, Politique américaine

 

UN AVEUGLEMENT COUPABLE

Les marchés des métaux précieux traduisent la récession qui vient et les incertitudes de la politique monétaire américaine. C’est un sujet complexe pour beaucoup mais c’est là une clé importante pour comprendre ce qui se prépare et va débouler dans l’actualité des prochains mois. Plus, la vie de milliards d’être humains va être impactée douloureusement dans les 18 prochains mois par les événements dépendants de cette thématique.

D’aucuns s’attendent à un changement radical de direction de la politique monétaire américaine (pour un biais baissier), mais il faut bien être conscient que les banquiers centraux sont à l’image des politiciens: de simples agents d’exécution. Notre lecteur des années 2004 se souviendra des confidences que nous avions obtenues de l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan. Ses renseignements et le plan rapporté, traduisant le programme des véritables décideurs et propriétaires de la banque centrale américaine pour les années suivantes, a bien été exécuté conformément à ce qu’il avait prédit. Il reste une dernière étape qui sert à notre anticipation de l’actualité…

Ce n’est ainsi pas une surprise si les commentaires d’Emmanuel Macron à propos de l’incendie de Notre-Dame de Paris utilisent un vocabulaire  ésotérique, à l’identique de celui des révolutionnaires anarchistes préparant la révolution d’octobre 1917 de Russie…

Voir le dernier numéro de la lettre LIESI. Pour un abonnement, nous offrirons le précédent.

 

 

 

Il n’y aura pas de krach sur les marchés internationaux pour le moment, et même une surprise pourrait venir dans quelques semaines. Mais quand cela se produira,  attention ! N’écoutez surtout pas les experts de la communication chargés de maquiller la réalité et de donner de faux espoirs.

Une grande vigilance est désormais requise.
Regardez les cours du pétrole ces quelques courtes semaines.

 


20% de BAISSE !!!

 

Avez-vous vu une différence à la pompe ?

AUCUNE.

Les écolos-rouge doivent applaudir, on va sauver la planète avec le racket et les mensonges sur le réchauffement climatique.

Que l’ignorance devient criminelle !

Cela signifie que les marxistes (prétendument libéraux) accélèrent le racket parce que l’argent qui rentre ne suffit plus à payer les intérêts de la dette.

Et pendant ce temps, les gogos vont acheter de l’assurance vie et toutes sortes de produits proposés qui sont investis… sur les emprunts publics français ou européens, dont les dettes qui ne seront jamais payées comme on peut l’imaginer. Ils préparent un racket, une spoliation directe. Vive l’imposition à la source… Personne n’a rien vu… on pourra ainsi passer directement à l’action sans que le con-tribuable n’ait à s’occuper de quoi que ce soit.

C’est la même chose avec Donald Trump qui avait vilipendé les néo-conservateurs bushistes durant toute sa campagne et qui a repris les plus dérangés mentalement de cette administration qui a géré le 11-Septembre… exactement comme Pike-Mazzini l’avait prévu dans leur correspondance du 15 août 1871.

Guerre commerciale, Brexit, comme anticipé, le film est loin d’être terminé !

Lisez le prochain numéro de LIESI pour prendre la mesure de ce que nous enseigne l’HISTOIRE.

 

LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI        LA LETTRE DES PROPHÉTIES

             LA LETTRE  D’INFORMATIONS STRATEGIQUES SUR L’OR

 

 
Commentaires fermés sur UN AVEUGLEMENT COUPABLE

Publié par le 4 juin 2019 dans Analyse de l'Or, économie, Le monde de demain, Manipulation des masses, Marchés financiers, Politique américaine