RSS

Archives de Catégorie: Marchés financiers

Une communication qui fait TWEET

Hier, la banque centrale américaine a déclaré qu’elle allait inonder le marché de liquidités pour la fin du mois de décembre afin d’éviter des tensions sur le marché monétaire. Le chiffre avancé est astronomique : 490 milliards de dollars !

Dans un tel contexte, les marchés continuent leur folle progression, dopés par les tweets de la Maison-Blanche et le scénario à multiples épisodes de la guerre sino-américaine. Les politiciens de la Maison Blanche entretiennent le suspens aussi bien que le feraient des acteurs d’Hollywood. Ils parviennent à faire avaler à des gestionnaires de fortune des accords rocambolesques, surtout après ce que nous avons récemment vu des intentions officielles de la clique dirigeante du Parti communiste chinois.

Le président Trump confirme l’annulation de la hausse de taxes prévues le 15 décembre, mais s’est empressé d’indiquer que les taxes de 25% resteraient en place. Il ouvre ainsi une nouvelle phase de négociation et laisse planer une avancée en fonction du calendrier des prochaines élections présidentielles américaines de novembre 2020. Reste à voir ce que les banquiers internationaux décideront de l’évolution des marchés obligataires et de Wall Street. N’oublions pas que Jerome Powell n’est que l’employé des propriétaires de la Réserve fédérale et que Donald Trump n’est qu’un communicant de seconde zone installé à la Maison Blanche en vue de préparer un formidable feu d’artifice pour 2020…

En outre, les Chinois ont également la possibilité de provoquer de gros dégâts à Wall Street. Hier, par exemple, la délégation chinoise a retardé son allocution d’une heure. Cette simple annonce a provoqué un plongeon de 1,5% des principaux indices de Wall Street en quelques minutes. Les Chinois ne sont donc pas dupes de leur capacité à provoquer des montagnes russes sur les indices financiers américains. Rappelons également, ce que nous avons évoqué dans le dernier numéro de la lettre confidentielle LIESI, à savoir que du jour au lendemain la Chine peut annoncer l’état réel de ses réserves d’or. Une telle annonce provoquerait ipso facto une envolée des cours des métaux précieux et impliquerait également de sérieux dégâts sur les indices larges de Wall Street. Immédiatement, toutes les portes de sortie seraient alors fermées à tout le monde… à l’exception de ceux qui auront anticipé ces événements.

Tandis que les Français sont manipulés par les « démocrates » sur des sujets comme la retraite, il est important de bien méditer sur ce que disait Aldous Huxley… bien avant notre heure présente:

La Chine est un pays qui pratique ouvertement la dictature avec un contrôle de plus en plus drastique sur sa population, notamment grâce à la technologie des firmes de la Silicon Valley. Mais la Chine est aussi un acteur qui doit notamment sa croissance aux « démocrates » américains. Elle ne fera rien sans une concertation non avec Donald Trump mais avec les agents officieux travaillant dans l’ombre pour les propriétaires de la banque centrale américaine.

Alors que les marchés applaudissent à cet accord sur la phase 1 de la négociation commerciale entre Washington et Pékin, on notera le comportement du cuivre qui donne une allure singulière, comme si quelqu’un n’avait pas bien compris que tout allait désormais bien dans le meilleur des mondes.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

LA FINANCE FOLLE EST SUR UN VOLCAN

Les nuages s’accumulent pour l’économie européenne et notamment pour l’économie allemande. Relevons ce commentaire de l’Association des industries allemandes (VDMA): « Notre industrie n’est pas en crise mais plusieurs clients sont inquiets et retardent ou stoppent les investissements ».

Voilà qui va complétement dans le sens de ce que nous avons publié dans la série LISO 314-321.

Si le ralentissement économique a touché le fond comme certains ténors de l’administration Trump l’affirment et que nous allons partir pour une glorieuse reprise en 2020, pourquoi les transports n’achètent-ils pas cet argument?

Voici un autre graphique illustrant la folle progression de l’indice boursier américain SP500. Il est ici très intéressant de comparer le mouvement ascensionnel actuel par rapport à l’histoire de la finance américaine depuis le début du XXème siècle. Nous n’avons jamais vu un mouvement haussier aussi long et nous savons que les arbres ne montent jamais au ciel.

Autrement dit, cela confirme tous els avertissements étayés par nos publications: ILS organisent la plus grande spoliation universelle en vue d’introduire la BOLCHEVISATION DE TOUT L’OCCIDENT.

Autrement dit, les injections de la Réserve fédérale et les tweet de Donald Trump servent avant tout à permettre aux indices américains de grimper INEXORABLEMENT. Il n’y a quasiment jamais de recul, ce sont des indices sous morphine permanente… jusqu’à ce que nous parvenions au moment fatidique où le Conseil des Treize décidera de transmettre au cartel bancaire le mot suivant: « NOUS ORDONNONS LA FIN DE PARTIE  ! »

C’est ainsi que les choses se sont passées pour le jeudi noir de 1929. Depuis, ce réseau n’a cessé de gagner en influence puisqu’il est parvenu à imposer un style de société où, comme nous l’avons indiqué dans l’article d’hier, tout est INVERSÉ… selon la pyramide des valeurs lucifériennes.

CONCLUSION

Le monde de la finance est sur un volcan prêt à cracher dès que les flammes de l’enfer seront lâchées… Ce jour là, l’Occident connaîtra un effondrement civilisationnel dont il ne pourra se remettre que par la miséricorde divine. En attendant, le bal de l’illusion continue.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur LA FINANCE FOLLE EST SUR UN VOLCAN

Publié par le 13 décembre 2019 dans économie, Etats-Unis, Le monde de demain, Manipulation des masses, Marchés financiers, Non classé

 

LES BANQUES CENTRALES FONT CE QUE CHACUN DEVRAIT FAIRE

Le 11 novembre 2017, le Financial Times publiait un article sur la manière dont la banque centrale allemande rapatriait son or stocké aux Etats-Unis. Plus de 4400 barres d’or étaient transférées de New York vers la Suisse, pour y être fondues afin d’être en conformité avec les normes du marché de Londres.

Aujourd’hui le monde n’a jamais été aussi endetté. Selon l’Institute of International Finance, le ratio dette/PIB mondial est désormais de 320%. Selon la lecture que donnent les médias, le choix des banques centrales consiste à imprimer de la monnaie à l’infini et à diminuer les taux d’intérêt, ce qui nous entraîne dans une spirale inquiétante dont on redoute maintenant l’effondrement des papiers monnaies, sous la forme d’une dévaluation retentissante qui se traduirait concrètement par un effondrement du niveau de vie des populations.

Depuis quelques années, les banques centrales achètent de l’or sur le marché international, mais elles agissent sans publicité. Pas question d’inquiéter les dépositaires bancaires sur l’issue qui se précise…Nous vous recommandons le numéro 435 de LIESI qui sortira ce jour car il y a une série d’informations peu connues du public que nous analysons et qui permettent de vous donner une recommandation lapidaire…

En attendant, les banques centrales européennes ont quasiment achevé leurs préparatifs en vue de se conformer aux normes de transactions officiellement admises par les organes de régulation. Il est donc certain que les banquiers centraux finalisent les conditions de négociations sur les métaux précieux avant que l’or joue un rôle marquant et déterminant dans la finance mondiale.

Comme disait Périclès 500 ans avant Jésus-Christ : « L’important n’est pas de prédire l’avenir, mais de s’y préparer ».

Source Image

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur LES BANQUES CENTRALES FONT CE QUE CHACUN DEVRAIT FAIRE

Publié par le 30 novembre 2019 dans Analyse de l'Or, économie, Etats-Unis, Europe, Le monde de demain, Marchés financiers

 

Un espoir paroxystique sur les marchés

Selon la Banque Populaire de Chine, plus de 13% des banques chinoises avaient le statut de « très risquées » au quatrième trimestre 2018. Pour information, il existe un peu plus de 4300 banques dans le pays. Qu’en sera t-il cette année après l’euphorie spéculative qui n’est fondée que sur du vent?

En attendant, il y a pour le moment un climat d’optimisme avec de nouvelles fusions et acquisitions.

Les marchés continuent à spéculer sur un accord entre Washington et Pékin alors que le FMI crie à l’urgence de se préparer à un vrai ralentissement et demande au Japon de prendre encore de nouvelles mesures d’assouplissement pour soutenir son économie.

Même  l’indice de référence Hang Seng de Hong Kong est au plus haut dans l’espoir que le gouvernement assouplisse maintenant son ton, après que les électeurs aient accordé (dimanche dernier) 85% des 452 sièges au conseil de district à des candidats pro-démocrates. Rappelons qu’au mois de juin 2019, la directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, avait lancé un chaos sans précédent en tournant le dos aux foules immenses de Hongkongais qui manifestaient  pacifiquement pour s’opposer à la législation autorisant les extraditions en Chine. Il a quelques heures, les autorités ont assuré « écouter les opinions des citoyens, réfléchir avec humilité et sérieux »

Les analystes de Goldman Sachs voient plus loin. Ils expriment leur inquiétude en cas de victoire des démocrates aux prochaines élections présidentielles américaines. « S’il existe une probabilité ou une possibilité de création d’une administration démocrate unifiée… il est très probable que la réduction d’impôt de 2017 soit annulée. Ensuite, on doit envisager probablement une correction allant jusqu’à 20% sur l’indice S & P. ​ » D’ici novembre 2020 bien des choses devraient survenir… Vous lirez la prochaine lettre de LIESI. Le processus de dédollarisation prend une forme de mise à mort du système introduit en 1971. Nous lancerons un message important.

Pour l’heure, l’Indice d’Activité Nationale (mesuré par la Fed de Chicago) tombe à son second plus bas niveau de l’année. C’est en janvier 2014 que l’on trouve un niveau aussi faible. Quant à la banque centrale américaine, elle vient encore d’injecter 25 milliards de dollars dans le système monétaire bancaire…

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur Un espoir paroxystique sur les marchés

Publié par le 27 novembre 2019 dans économie, chine, Etats-Unis, Marchés financiers, Non classé

 

LE BATEAU COULE TRANQUILLEMENT ET SANS PANIQUE POUR LE MOMENT

Le 19 novembre, l’association allemande BDI de l’industrie déclarait s’attendre à une baisse de 4% de la production manufacturière dans la plus grande économie d’Europe cette année, les exportations allemandes globales n’ayant progressé que d’un demi-point en 2019 en raison d’une demande étrangère plus faible.

«Après six années consécutives de croissance, le secteur industriel allemand est en récession depuis le troisième trimestre de 2018», a déclaré Joachim Lang, directeur général de BDI, dans un communiqué.

Tout cela va fragiliser le gouvernement alors que le cours de la DEUTSCHE BANK descend inexorablement… vers les abysses sans inquiéter pour autant les détenteurs de comptes bancaires en Europe.

L’Espagne est également dans le doute du fait de la problématique catalane qui suscite désormais des inquiétudes à cause de son impact sur l’activité économique.

Mais on veut se rassurer comme on peut. Des économistes font valoir que la récente remontée des taux à 10 ans aux Etats-Unis (ce qui provoqué un recul des métaux précieux et donné une raison fantasmagorique pour une nouvelle flambée des indices financiers de Wall Street) est une bonne nouvelle pour l’avenir. En effet, les taux 2 ans et 10 ans US ne sont plus inversés.

Pas de chance! Si on regarde ce graphique, on s’aperçoit que les trois dernières récessions (en gris) sont survenues « sur une repentification de la courbe post inversion ».

 

Le moment arrive ou un certain nombre de personnes vont finir par se rendre compte que les banques centrales sont absolument incapables de stimuler la croissance économique. Bien sûr, un tel aveu n’est pas attendu de la part des banquiers centraux, mais leur pression sur le politique pour augmenter ou faire exploser les politiques budgétaires est un indice de circonstance manifestant leur impuissance.

Imaginez ce que pourrait traduire une telle incapacité dans le cortex cérébral des acteurs majeurs des marchés… Une nouvelle ruée sur l’Or débuterait…

En attendant, Christine Lagarde sait qu’elle ne peut poursuivre la politique monétaire de Mario Draghi qui a causé réticence de la part des Allemands. Elle doit donc trouver ou établir un consensus avec les politiciens de la zone euro afin de conclure à des changements de politique fiscale. Elle se contente seulement d’affirmer que la BCE dispose des outils nécessaires pour faire face à une prochaine récession et qu’elle est prête à les utiliser. On connaît la solution puisque c’est celle qu’a imposé Mario Draghi durant une décennie pour aboutir à des taux négatifs. Toutefois, la récession qui arrive sera sans commune mesure avec celle de 2008 et les solutions apportées à cette époque se sont avérées un terrible échec. Les défis de la BCE vont donc être absolument colossaux…

Ajoutons pour terminer, que les politiciens vont être confrontés à des mouvements sociaux monstrueux, comme c’est déjà le cas en France. Les épisodes à répétition des Gilets jaunes ont déjà démontré l’incapacité totale du gouvernement français à faire front face à un tel mouvement. Un mouvement qui est d’ailleurs en train d’être récupéré par les Anarchistes, financés par les banquiers de Satan, en vue de détruire complètement l’État français…

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur LE BATEAU COULE TRANQUILLEMENT ET SANS PANIQUE POUR LE MOMENT

Publié par le 26 novembre 2019 dans économie, Europe, Marchés financiers, Non classé

 

GUERRE COMMERCIALE : DONALD TRUMP PAIE LES MAUVAISES CONSEILS SUIVIS

Les analyses de LIESI concernant la guerre commerciale sino-américaine se confirment dans l’actualité de ce jour : le président américain est confronté à un dilemme : soit rester dur dans ses négociations avec la Chine, soit adoucir sa position afin d’obtenir un accord. Mais dans les deux cas, il sera perdant sur le plan électoral.

S’il maintient une ligne dure avec la Chine, les marchés financiers américains vont souffrir et corriger sérieusement puisque, depuis des semaines et des semaines, les indices américains volent de record en record anticipant ce que nous n’avons toujours pas. Bref, c’est l’Arlésienne… On voit ainsi la panique qui gagne la Maison Blanche dans la perspective des prochaines élections présidentielles qui se rapprochent inexorablement. A l’instant, le sénateur américain Josh Hawley, républicain du Missouri, écrit à l’ambassadeur de l’ONU, Kelly Craft, pour lui demander de présenter une résolution «condamnant la République populaire de Chine et lui imputant des comptes» pour violations des droits humains à Hong Kong. « L’exécutif de Hong Kong a autorisé la force violente contre des manifestants non armés, a radicalement restreint le droit des citoyens de se réunir pacifiquement, est intervenu dans la sélection des candidats au conseil de district, a illégalement interdit l’utilisation de masques faciaux et assiégé à plusieurs reprises les universités de Hong Kong », ajoute le sénateur dans sa lettre.

Si Donald Trump choisit la voie de l’apaisement, il va se retrouver confronté à l’ire du congrès américain et cette fois tant les démocrates que les républicains. Il a fait de cette guerre commerciale un point déterminant comme catalyseur des citoyens américains et donc des électeurs. Ces derniers attendent désormais beaucoup de Donald Trump sur cette thématique. Il lui sera donc difficile de baisser la garde sans le payer chèrement lors des prochaines élections présidentielles américaines.

 

En attendant, l’un de ses conseillers de haut niveau, Peter Navarro, lui suggère que le maintien des tarifs douaniers et leur éventuelle augmentation ne vont pas nuire à l’économie nationale. Selon lui, les économistes surestiment les effets négatifs d’une telle politique. D’un autre côté, lundi dernier le président américain a convié le président de la banque centrale américaine à la Maison-Blanche pour une réunion importante dont on ne sait absolument rien. Comme nous l’avons vu, la banque centrale d’Atlanta a sérieusement révisé le PIB pour le quatrième trimestre 2019 et elle n’est pas la seule. Les semaines qui viennent vont donc être déterminantes, non pas seulement pour l’économie nationale américaine, mais également pour l’ensemble des marchés financiers mondiaux, l’évolution du dollar par rapport aux autres devises, et un contexte général qui pourrait basculer dans l’inquiétude du jour au lendemain.

C’est la raison pour laquelle, le prochain numéro de LIESI apportera une recommandation assez explicite dans la gestion de votre épargne.

Pour le moment, on notera le silence diplomatique de la Chine qui n’envenime pas la situation. Nous nous sommes expliqués à propos de l’agenda chinois dans le numéro 434 de LIESI du 30 novembre. L’ensemble des banquiers internationaux se sont bien évidemment accordés sur un scénario acté avec des dates. Le contexte de la guerre commerciale n’est pas si surprenant à la lumière de ce que nous analysons dans la série LIso 314-321… les banquiers de Satan s’emploient à répliquer ce qu’ils ont ait en 1929 pour introduire les conditions d’une Seconde Guerre mondiale…

Source image

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur GUERRE COMMERCIALE : DONALD TRUMP PAIE LES MAUVAISES CONSEILS SUIVIS

Publié par le 22 novembre 2019 dans économie, chine, Etats-Unis, Marchés financiers, Non classé

 

POUR L’AMÉRIQUE LES ÉTUDES ÉCONOMIQUES NE SERVENT PAS A GRAND CHOSE

On signale le plus fort repli de la croissance Hong Kong depuis la crise des subprime. PIB du second trimestre : -0.4% / PIB du troisième trimestre -3.2%.

Pendant ce temps, il n’y a toujours pas d’accord entre Chinois et Américains. Et les points de vue des analystes à Shanghai et à Wall Street divergent considérablement. Pour les premiers, le doute l’emporte très largement. À Wall Street, c’est toujours la liesse… On ne veut rien voir et l’argent afflue de l’Occident. Le scénario de 1929 bat son plein, comme vous pourrez le constater à travers la dernière série de LISO 314-321 -mise en ligne ce soire).

La Chine ne cesse d’envoyer des signaux macro-économiques inquiétants.

Mais dans l’après-midi de vendredi, les nouvelles en provenance des Etats-Unis l’étaient tout autant. Plus fort repli de la production industrielle depuis mai 2018… pire qu’en mars 2016 et mai 2009.

La situation est donc bien difficile à masquer ! On remarquera que les poussées sur les indices américains surviennent dans la nuit, à un moment où les marchés sont extrêmement peu liquides. Les grands ténors de l’administration américaine s’expriment à cette occasion pour propulser les indices vers le haut alors que les intervenants sont absents. Hier soir, c’était un petit commentaire selon quoi les négociations se déroulaient dans une ambiance très chaleureuse. En arriver à de la PROPAGANDE de ce calibre pour tenir des indices au sommet devient tristement risible…

Nous verrons une fin de règne de DONALD TRUMP qui fera date dans l’Histoire !

 
Commentaires fermés sur POUR L’AMÉRIQUE LES ÉTUDES ÉCONOMIQUES NE SERVENT PAS A GRAND CHOSE

Publié par le 16 novembre 2019 dans économie, Marchés financiers, Non classé