RSS

Le ‘coronavirus’ ne sera rien à côté de la flambée de la nourriture – Partie 3

17 Sep

Le coût du pain n’est pas seulement politique pour les pays importateurs de céréales d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. La Roumanie est le premier exportateur européen cette année, et pourtant les prix ont grimpé à un rythme à deux chiffres. L’inflation globale devrait être la plus rapide en huit ans en 2021…

L’ancien pays du bloc de l’Est a également une triste histoire lorsqu’il s’agit de nourrir sa population. Rappelons que de graves pénuries étaient une caractéristique du dictateur communiste Nicolae Ceausescu, avant qu’il ne soit renversé et exécuté en 1989.

Le gouvernement du Premier ministre Florin Citu veut limiter la dépendance vis-à-vis des produits alimentaires transformés importés afin de réduire les coûts et le déficit commercial. Déjà sous pression après l’effondrement de sa coalition, il a été confronté à une volte face violente après sa réponse à une question sur le coût d’une miche de pain. «Je ne mange pas de pain», a-t-il répondu.

La Roumanie a affecté 760 millions d’euros (896 millions de dollars) à des investissements dans le stockage et la transformation dans les fermes, a déclaré le ministre de l’Agriculture Adrian Oros. «Nous sommes l’un des plus gros exportateurs de céréales et pourtant nous importons des produits panifiés surgelés», a-t-il déclaré. Depuis ce mois-ci, le gouvernement attend que les agriculteurs soumettent des projets éligibles pour exploiter les investissement requis au cours des deux prochaines années. Cependant, alors que le potentiel agricole de la Roumanie est l’un des plus importants d’Europe, elle n’a jusqu’à présent pas utilisé l’argent de l’UE pour améliorer sa production locale…

Que se passe t-il maintenant aux Etats-Unis?

Les pays riches ont aussi des maux de tête alors que la pandémie frappe les revenus. Aux Etats-Unis, la plus grande économie du monde, 8,6% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’avaient parfois ou souvent pas assez à manger au cours de la semaine précédente dans une enquête réalisée le 30 août.

Le président Joe Biden a annoncé qu’il augmentait l’aide gouvernementale aux Américains à faible et moyen revenu avec la plus forte augmentation à long terme des prestations de bons alimentaires dans l’histoire du programme.

Ces décisions s’ajoutent aux mesures temporaires déjà prises avec la pandémie covid, tels que les crédits d’impôt pour enfants et l’élargissement de l’accès aux programmes de repas scolaires. De nombreuses critiques insistent sur le fait que la subvention du gouvernement est cependant insuffisante.

L’administration de Washington s’est dite préoccupée par la hausse des prix à la consommation, alors que l’économie rebondit après l’épisode covid-19. Elle s’en prend aux principaux conditionneurs de viande, accusant que le «profiteur pandémique» étouffe les consommateurs et les agriculteurs. Mais les démocrates sont en l’espèce des menteurs patentés, car c’est avant tout leur propre politique sanitaire qui incite les gens à ne pas aller travailler et à rester chez eux en recevant une aide supérieure au salaire proposé. Et pourquoi les salaires sont-ils faibles ? Parce qu’il y a un bourrage de crâne sur la thématique que l’inflation est temporaire.

LIESI a déjà annoncé que l’inflation allait détruire ce système, le faire exploser et ils ne pourront rien faire. Ils veulent une Grande Réinitialisation et ils vont produire un immense chaos  i n g é r a b l e.

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

 
Commentaires fermés sur Le ‘coronavirus’ ne sera rien à côté de la flambée de la nourriture – Partie 3

Publié par le 17 septembre 2021 dans Afrique, économie, Etats-Unis, Europe, Le monde de demain, Moyen-Orient, Politique américaine, Russie

 

Les commentaires sont fermés.