RSS

Le ‘coronavirus’ ne sera rien à côté de la flambée de la nourriture – Partie 1

15 Sep

1c

Tandis que les banquiers centraux sortent du bois pour rassurer sur l’inflation en déclarant qu’il ne faut pas s’inquiéter, qu’elle va retomber comme un soufflet l’année prochaine, les populations qui souffrent du coût supplémentaire des denrées (ou d’autres biens) explosent. Les pays concernés par des problèmes intérieurs comme le Liban voient en outre leur monnaie se déprécier, ce qui ajoute encore à l’augmentation des biens de première nécessité.

De cela, les banquiers centraux devraient s’en servir comme élément de réflexion, car leur discours ressemble à celui de certains escrocs de politiciens qui parviennent à chaque fois à concentrer des voix sur leur personne alors qu’ils haïssent profondément les idiots qui votent pour eux et ne se gênent même pas d’afficher leur soumission au réseau de Davos en détruisant leur niveau de vie ou en le masquant par la dette avant de les flinguer socialement. L’explication a t-elle un rapport avec le syndrome de Stockholm?

 

Que ce soit pour le pain, le riz ou les tortillas, les gouvernements du monde entier savent pourtant que la hausse des prix des aliments peut avoir un prix politique. Généralement, les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté de 33% en août par rapport à l’année précédente, avec une augmentation des huiles végétales, des céréales et de la viande, selon les données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Comment les choses pourraient s’améliorer quand les conditions météorologiques extrêmes, la flambée des coûts de transport et d’engrais, les goulots d’étranglement d’expédition et les pénuries de main-d’œuvre aggravent le problème ? 

La diminution des réserves de devises étrangères entrave également la capacité de certains pays à importer de la nourriture.

De l’Europe à la Turquie et à l’Inde, les politiciens distribuent désormais plus d’aide, ordonnant aux vendeurs de réduire les prix et de modifier les règles commerciales pour atténuer l’impact sur les consommateurs.

Le problème est plus aigu dans les marchés émergents où le coût des aliments représente une part plus importante des dépenses des ménages, et dans les pays touchés par la crise. Au Liban dont nous venons de parler, le groupe militant Hezbollah a resserré son emprise sur le pays en distribuant de la nourriture. Mais même les Etats-Unis prennent des mesures pour lutter contre les coûts alimentaires qui va devenir un sujet bien plus important que leur pandémie de coronavirus.

Mais il ne faut pas se leurrer : (Si) « Les gouvernements peuvent intervenir et s’engager à soutenir une baisse des prix à la consommation pendant un certain temps », a déclaré Cullen Hendrix , chercheur principal non-résident au Peterson Institute for International Economics, un groupe de réflexion basé à Washington. « Mais ils ne peuvent pas le faire indéfiniment. »

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

35

34

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

LIESI 477

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

 
Commentaires fermés sur Le ‘coronavirus’ ne sera rien à côté de la flambée de la nourriture – Partie 1

Publié par le 15 septembre 2021 dans Afrique, économie, Etats-Unis, Europe, Le monde de demain, Moyen-Orient, Politique américaine, Russie

 

Les commentaires sont fermés.