RSS

La Chine : un ennemi de l’Occident qui ne dit pas son nom

14 Nov

Le 12 novembre, le président Donald Trump a publié un décret visant à mettre fin aux investissements dans les entreprises chinoises liées à l’armée chinoise, en invoquant des menaces pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des Etats-Unis.

Ce décret a été pris en réponse aux préoccupations croissantes concernant les flux de fonds de pension et de retraite vers les entreprises étrangères qui soutiennent le régime totalitaire chinois. Ce décret vise les entreprises militaires chinoises, y compris celles désignées par le Pentagone en juin et août 2020. Pékin « exploite de plus en plus les capitaux américains pour financer et permettre le développement et la modernisation de ses appareils militaires, de renseignement et de sécurité », indique l’ordonnance.

Il est vrai que le Parti communiste chinois, par sa stratégie nationale agressive appelée « Fusion militaire et civile », utilise des entreprises chinoises pour renforcer l’Armée populaire de libération (APL).

« Dans le même temps, ces sociétés mobilisent des capitaux en vendant des titres à des investisseurs américains qui les négocient sur des bourses publiques ici et à l’étranger », peut-on lire dans l’ordonnance. Cette année, le ministère de la Défense a désigné 31 entreprises chinoises….

On a trop tendance, en Occident, à oublier ce qu’est concrètement le modèle chinois: un système communiste où les individus suspects sont broyés, rééduqués dans des camps dont ils sortent défigurés physiquement.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 

Une réponse à “La Chine : un ennemi de l’Occident qui ne dit pas son nom