RSS

Une réflexion sur l’avortement par le cardinal Stefan Wyszynski

23 Fév

Ce texte a été publié en Pologne dans les années 70, et présenté par le cardinal Stefan Wyszynski (+1981).

JOURNAL D’UN AVORTON

5 octobre – Aujourd’hui commence ma vie. Mes parents ne le savent pas encore. Je suis petit comme la graine d’un fruit, mais j’ai déjà la vie. Je serai une petite fille, j’aurai des cheveux blonds et des yeux bleus.

19 octobre – Je suis devenue plus grosse, mais encore trop petite pour faire quelque chose toute seule. C’est maman qui fait tout. Mais elle ne sait pas encore qu’elle me porte, près de son cœur. D’aucuns disent que je ne suis pas encore une personne humaine, qu’il n’y a que ma mère qui existe. Non, je suis une personne vivante, comme une miette de pain est pain.

CLIQUER pour lire la suite

23 octobre – Ma bouche s’ouvre. Pensez donc : dans un an je saurai sourire et parler. Mon premier mot sera : Maman !

28 octobre – Aujourd’hui, mon cœur a commencé à battre seul. A partir de ce moment, il ne s’arrêtera plus, même pour se reposer.

2 novembre – Je grandis un peu chaque jour. Les bras et les jambes prennent forme. Certes, il faudra encore un peu de temps avant que je puisse embrasser maman.

12 novembre – Les doigts commencent à apparaître sur mes mains. Avec eux, je pourrai tirer les cheveux de ma mère. C’est amusant.

20 novembre – Aujourd’hui seulement, le médecin a dit à maman que je vis près de son cœur. Comme elle doit être contente !

23 novembre – Peut-être papa et maman cherchent-ils un nom à me donner ? Mais ils ne savent pas que je suis une petite fille. Désormais, j’ai bien grandi.

10 décembre – Mes cheveux s’allongent ; ils sont beaux, clairs, brillants. Qui sait de quelle couleur sont ceux de maman ?

13 décembre – Je commence à voir un peu, mais tout est presque noir autour de moi. Quand maman me mettra au monde, ce sera une merveille de lumière, de soleil et de fleurs. Mais ce que je voudrais voir le plus au monde, c’est maman. Comment es-tu, maman ?

24 décembre – Je me demande si maman entend le bruit de mon cœur qui bat. Il y a des enfants qui naissent malades ; alors les mains délicates du médecin font le miracle de les faire venir au monde sains. Mais mon cœur est fort et sain. Ecoute comme il bat : toc, toc…, tu auras une belle petite fille en bonne santé, maman.

28 décembre – Aujourd’hui ma mère m’a tuée !

Les banquiers internationaux au service de Lucifer ont obtenu une victoire énorme quand les politiciens à leur service ont accepté de voter la loi sur l’avortement qui s’appelle un génocide. Ces mêmes puissants qui ont souhaité annihiler l’Europe chrétienne proposent désormais « un plan de remplacement de population ». Vont-ils pour autant y parvenir ? A l’époque de Noé, toutes les nations disparurent à l’exception de Noé et de sa famille parce qu’il avait été trouvé « juste ». Le Bon Dieu n’avait pas supporté « la malice » des hommes et femmes de cette époque. Qu’en est-il aujourd’hui de cette « malice » ? Nous venons d’en exposer la cruauté au grand jour…

Comment qualifier de tels êtres ? Ces adeptes de l’eugénisme sont aussi ceux qui ont contribué à la série de pandémies qui viennent et vont emporter « un certain nombre de gens ». Voyez la série LISO  322-332 pour « comprendre » l’agenda de leurs maîtres.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES

 
Commentaires fermés sur Une réflexion sur l’avortement par le cardinal Stefan Wyszynski

Publié par le 23 février 2020 dans Catholicisme, Manipulation des masses

 

Les commentaires sont fermés.