RSS

La Fed s’inquiète du trading à haute fréquence

03 Juil
La Fed s’inquiète du trading à haute fréquence

L’extrême volatilité constatée sur les marchés financiers mais encore les obligations et les changes ces dernières semaines s’expliquerait en partie par ce que l’on appelle le trading à haute fréquence. Ce procédé déborde du cadre des actions puisqu’il vise également les obligations comme le marché des changes.

L’une des conséquences du trading à haute fréquence est de contribuer à la détérioration de la liquidité des marchés. C’est du moins ce qui a été dit par une responsable de la banque centrale américaine : Lael Brainard.

Fed0Lael Brainard, gouverneure de la Réserve fédérale (Fed), s’est exprimé mercredi à Salzbourg, en Autriche, et a évoqué le trading à haute fréquence. Il est dangereux surtout dans les périodes dites « de stress ». Ce précédé amplifie la spéculation et aboutit à des écarts de cours fantastiques qui en des temps anciens déclencheraient des seuils d’ordres de bourse en cascade. Les ordinateurs font la loi et la banque centrale américaine a mis en place des systèmes informatiques gérés par une équipe qui intervient dès que nécessaire grâce à des lignes de fonds énormes fournies bien évidemment par la banque centrale.

Exemples

le 15 octobre dernier, les bons du Trésor US sont partis dans tous les sens, ou encore le 18 mars avec le dollar. Ces marchés ont connu des épisodes exceptionnels d’écarts de prix intrajournaliers.

Pour cette responsable de la Réserve fédérale (Fed), les transactions électroniques (high frequency trading) sont une réelle source d’inquiétude. D’autant plus que, progressivement, les traders à haute fréquence deviennent des acteurs dominants. Ces acteurs sont dangereux parce qu’ils recourent à de faibles liquidités et interviennent dans des volumes plus étroits que les traders traditionnels.

 

DES RISQUES ACCRUS

Tout ceci implique des risques accrus et des mouvements incontrôlés. Le fait que la banque centrale américaine tire la sonnette d’alarme, est un fait significatif. Mais les financiers ultra-libéraux, intéressés par le seul gain et se moquant totalement des risques engagés, sauront trouver les leviers politiques pour rendre l’ensemble du Système toujours plus dangereux. Au-delà, et ne soyons pas naïfs, les autorités travaillant pour l’establishment connaissent très bien les limites de ce qu’elles autorisent ; aussi, un accident ne relèverait certainement pas du hasard. Ils savent très bien ce qu’ils font.

Terminons par ce propos de Lael Brainard :

« La liquidité des marchés peut être suffisante (…) lors d’une séance ordinaire, mais elle peut ne pas être assez profonde pour éviter d’importantes variations de prix quand la demande devient hors norme ».

Le trading à haute fréquence sera t-il l’excuse du futur accident souhaité en temps et en heure par les architectes du monde de demain ?

Publicités
 
Commentaires fermés sur La Fed s’inquiète du trading à haute fréquence

Publié par le 3 juillet 2015 dans Non classé

 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :