RSS

Grèce – Opinion de la Deutsche Bank

25 Juin
Grèce – Opinion de la Deutsche Bank

Les experts de la banque allemande ne sont pas très optimistes pour les prochains jours. Pour le moment, les mesures imposées sont sévères (en matière de pensions de retraite, de salaires, de taux d’imposition des sociétés, sans oublier la TVA) et pourraient faire plonger le PIB de la Grèce de l’ordre de 3%.

Il semble en effet évident que les mesures proposées par les créanciers et même les dernières avances des autorités d’Athènes, ne permettront jamais à la Grèce de renouer avec une vraie croissance. C’est une nouvelle tragédie grecque que l’on prépare. Exactement comme l’annonce la très ancienne prophétie citée dans le numéro de LIESI du 15 juin 2015. C’est du moins l’opinion des experts de la Deutsche Bank.

GreceTroika

Question : pourquoi le gouvernement grec agit-il ainsi ? Il assure que les nouvelles propositions permettraient au pays d’économiser 2,7 Md €, soit environ 1,5 pour cent du produit intérieur brut, et 5,2 Md € l’année prochaine, soit près de 2,9 pour cent. La grille d’augmentation de trois sortes de TVA devrait apporter 1,36 milliard de recettes supplémentaires par an. On évoque même une TVA à 23% dans les services de restauration si nécessaire… 15 000 entreprises ayant des revenus avant impôts d’au moins 100 000 euros par an, vont devoir payer des taxes supplémentaires…

Le plus étonnant est que le FMI a reconnu l’erreur de cette politique d’austérité. Il estime que l’impact des mesures déjà consenties par le gouvernement de Alexis Tsipras réduira le PIB de 1,5% à 2% cette année et de 3-4% l’an prochain. Ce alors que Alexis Tsipras affirme avoir été élu pour abandonner le politique d’austérité.

Le Wall Street Journal a signalé en effet :

« Le FMI, basé à Washington, a dit que l’économie de la Grèce est déjà trop lourdement taxée. Des hausses d’impôts supplémentaires nuiraient à la croissance économique et rendraient très difficile le remboursement de la dette de la Grèce. »

On peut rappeler ce que disait aussi Olivier Blanchard du FMI : « la Grèce a besoin de réduire les dépenses », pas d’augmenter les impôts puisque ses gouvernements successifs ont démontré être incapables de les collecter.

Partant de ces considérations, que faut-il penser des couvertures médiatiques annonçant que le gouvernement d’Athènes convoiterait un accord avec ses créanciers donnant de l’espoir à la Grèce ?

 

Le ministre allemand de l’Economie Sigmar Gabriel évoque désormais une décote de la dette grecque, mais s’interroge sur le devenir de nouvelles dettes si les créanciers passaient encore à la caisse…

Advertisements
 
Commentaires fermés sur Grèce – Opinion de la Deutsche Bank

Publié par le 25 juin 2015 dans Non classé

 

Étiquettes : , ,

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :