RSS

Peppone et Don Camillo, Urbi et Orbi (II)

16 Fév

Par  Menthalo –

La photo de la foudre sur la basilique St Pierre est réelle, mais elle n’a pas été prise au moment où le Pape a annoncé sa démission. C’est ce genre d’amalgame fallacieux, pour faire croire à la colère de Dieu, que je dénonce.

Nous avons vu qu’une enquête était en cours sur les relations de la Banque du Vatican (IOR) avec la Banca Monte dei  Paschi de Sienne (BMPS) dans le rachat d’Antonvenetta à la Banque Santander, par l’intermédiaire de la Banque Rothschild. Notez que selon les médias, les chiffres du rachat varient fortement. Rothschild avait proposé Antonvenetta à Monte Paschi, Unicredit, UBI Banca, BNP et Crédit Agricole. BNP avait fait une offre de 7 milliards, plus 1 milliard conditionné par les résultats 2008 d’Antonvenetta. Le Président de Sandander, Emilio Bottin, avait mis la pression sur son homologue de BMPS, en lui disant que s’il voulait vérifier les comptes d’Antonvenetta avant d’acheter, cela équivalait à laisser BNP acheter. Monte Paschi avait donc non seulement acheté les yeux fermés, mais en faisant une surenchère à 9 milliards d’euros la banque valorisée 6,6 Milliards un an auparavant. Les 2,4 Milliards de différence laissent à penser à la brigade financière italienne que d’importants pots de vin ont été distribués.

L’enquête diligentée par la brigade financière a mis à jour un accord secret entre Monte Paschi et la Bank of New York, qui aurait permis de tromper les autorités financières de la BoI sur les fonds propres de la banque. Dans cette affaire obscure, la Banque de NY agissant comme intermédiaire a créé un instrument financier hybride, FRESH 2008, entre obligation et emprunt. La banque JP Morgan a revendu ces « obligations » FRESH à divers investisseurs. Les amateurs de San Antonio ou d’Audiard savent qu’en argot de la pègre, l’argent se dit la « fraiche ». Les tontons flingueurs et les banksters new-yorkais parlent donc un langage commun. (plus de détails sur Reuters)

Jeudi, le directeur de Monte Paschi, en charge des produits dérivés a été mis sous les verrous. M Baldassarri, pour le quotidien « La Republica » était le chef de la bande des 5%, comprenant entre autres son adjoint et quelques traders, qui s’octroyaient une commission de 5% sur toutes les opérations de la Banque. Mafieux à tous les étages !

L’affaire Monte Paschi semble une énorme poupée russe. Quand vous démontez un scandale, vous en trouvez un autre en dessous, puis un troisième et ainsi de suite.

bulle-tulipe

La Bulle des Tulipes

BMPS est réputée être la plus ancienne banque du Monde. Fondée par décret en 1472, c’est d’abord un mont de piété pratiquant le prêt sur gage pour les éleveurs des prés salés de Maremme, une région très marécageuse de Toscane. Elargissant son activité, la banque va se spécialiser dans le crédit à tout ce qui touche à l’agriculture, un secteur économique dominant dans l’Europe du XVIe et XVIIe siècle. La terre appartient alors à l’aristocratie et la Banque est au cœur de toutes les négociations, tant sur les ventes de terre que sur le marché des céréales.  La Monte Paschi a des succursales ou des correspondants dans les principales places financières européennes de l’époque et notamment Séville, Anvers, Amsterdam et Londres. Dés 1550, l’Argent des Amériques a inondé l’Europe et créé  « l »inflation des bénéfices » (cf mon livre « Histoire de l’Argent« ). La forte hausse des cours agricoles, alors que les salaires ne suivaient pas, vont apporter aux propriétaires terriens  d’énormes surplus de trésorerie et une opulence inhabituelle au début du XVIIe.

C’est l’époque où une vogue des fleurs d’ornements se développe, qui va dans les années 1630 devenir une folie, notamment sur la tulipe, générant une des plus grosses bulles de l’histoire. Par le biais de catalogues, la passion se répand à travers l’Europe. On peut acheter au comptant lorsque les bulbes sont déplantés, entre juin et septembre, mais tout le reste de l’année on achète à terme par le biais d’accords de gré à gré. Les ventes à terme se développant et le prix des bulbes s’envolant, les achats se feront à la banque devant notaire, les acheteurs nantissant des biens pour garantir les crédits. La Monte Paschi s’est retrouvée en pointe dans ces marchés à terme. En 1634, la demande française surnuméraire déséquilibre le marché et amène les purs spéculateurs. Des embryons de bourse se mettent en place, où chacun peut acheter et revendre des contrats à terme. Les prix des bulbes de tulipe vont atteindre des sommets totalement absurdes.

Le 24 février 1637, la guilde des horticulteurs des Pays Bas prend une décision qui doit être ratifiée par le Parlement: les acheteurs à terme peuvent ne pas acheter les bulbes à échéance, et seulement régler un dédit d’environ 3% du contrat. Les « options » sont nées mais la bulle éclate et le prix des oignons de tulipe s’effondre. Les contrats à terme ne valent pas leur poids en papier. Beaucoup de spéculateurs vont y perdre leur fortune, leurs maisons ou leurs terres données en garantie à la Banca dei Monte Paschi. J’ai lu des chiffres sur le nombre impressionnant de familles mises à la rue, que je ne rapporte pas ici, n’ayant pas réussi à les croiser dans des documents anciens, mais cela m’a rappelé l’époque actuelle et les crédits hypothécaires américains. Quand l’emprunteur ne paye plus le loyer de son hypothèque, la banque saisit la maison, cherche en vain à la revendre dans un marché déprimé… très vite, la maison se détériore et ne vaut plus rien. Il en sera de même des propriétés agricoles saisies par la BMPS. Sans propriétaire, qui gère le domaine, les terres retombent en friche. Le phénomène est tellement vaste, que l’on va avoir des disettes partout en Europe.

La Bulle du Pape

RBX_AMR_PR_011_001

Le Vatican va fustiger les contrats de la Monte Paschi en les dénonçant comme des « objets du Diable ». 

A vrai dire, ce n’est que par jeu (de mots) que j’écris que le document du Pape, traitant de ces contrats à terme, était une « Bulle ». Je n’en sais rien et si la « Bulle papale » ci-dessus est bien de septembre 1637, je n’ai pas connaissance de son contenu. Ce n’est pas très important sauf pour mon juriste préféré de la Cité des Papes, qui se reconnaitra.

Peppone

Les actionnaires de la Monte Paschi se sont immensément enrichis avec la bulle des tulipes. La Banque a conservé les mêmes statuts depuis 1472 et certains affirment que les actionnaires seraient les descendants des banksters d’alors, mais la banque serait assez opaque. 39% de la banque appartiennent à une fondation et accrochez vous, étant donné les statuts de 1472, cette fondation est réputée être caritative et donc Mario Monti, conseiller international de Goldman Sachs depuis 2005, directeur de la Trilatérale pour l’Europe, actuellement au gouvernement l’a exemptée d’impôts par décret ministériel le 29 mai 2012.

La Fondation Monte dei Paschi, principal actionnaire de la banque, a souscrit environ la moitié de l’émission de FRESH 2009, soit 490 millions d’euros, en s’endettant fortement pour cela. Ses comptes 2011 montrent qu’elle a inscrit une perte de 376 millions d’euros liée à FRESH. Tiens donc ! … et c’est à la suite de ces pertes, que Monti exempte la Fondation d’impôts.

Les membres du Conseil d’administration sont désignés selon un processus immuable. On retrouverait telle proportion des loges maçonniques de Sienne, de fonctionnaires de la mairie et de membres des partis dominants + un représentant de la Banque du Vatican et un autre de la Curie.

Si vous avez le sens de l’observation, cher lecteur, vous aurez remarqué que j’ai inversé les positions de Peppone et Don Camillo sur cette photo. Vous allez enfin comprendre pourquoi le titre de cet article à tiroir s’est immédiatement imposé à moi, en faisant mes recherches sur la Banque Monte Paschi de Sienne.

Dans la ville de Sienne, le pouvoir politique est traditionnellement de gauche et les Banksters de la Monte Paschi ont eu une très forte influence sur le Parti Communiste Italien, dont Peppone était un membre éminent comme le savent tous les fans vieillissants de la série des « Don Camillo ». Dans la sphère d’influence immédiate de la Monte Paschi de Sienne, on trouve Giulano Amato. Elevé en Toscane, cet homme politique de la gauche italienne a été formé aux Etats-Unis. Il a été un des rédacteurs principaux du Traité de Lisbonne, qui, entre autre et pour mémoire oblige les états à emprunter aux banques privées en leur interdisant de recourir à leurs banques nationales respectives. A l’époque où Peppone-Amato était premier ministre, il a travaillé main dans la main avec Mario Draghi à la privatisation des Banques et des entreprises industrielles italiennes, jusque là propriété de l’Etat.  C’est ce qui a été appelé le « complot du Brittania ». Le 2 juin 1992, Draghi, alors président du comité de privatisation, invita sur le Yacht de la Reine d’Angleterre, le Brittania, alors ancré au large de civitavecchia, les plus grandes banques d’affaires (Goldman Sachs, Baring Warburg, Barclays, Merrill Lynch, Salomon Brothers, … ) pour leur proposer de participer à sa grande braderie des conglomérats industriels italiens, où l’on retrouve en vrac :  les pétroles et raffineries, la chimie, les chemins de fers, les autoroutes, l’industrie lourde, etc… Si la banque Monte Paschi n’est pas citée, soyez sûre qu’elle était aux premières loges. Draghi sera remercié de ses éminents services en étant nommé vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs. C’est à ce poste, qu’il participera au maquillage des comptes grecs,  pour mieux dissimuler un temps les dettes souveraines … et permettre par la suite aux financiers de dépecer l’héritage grec.

En 2008, il fut brièvement question d’offrir le poste de Premier Ministre italien à Draghi, l’ex président de la République italienne, Francisco Cossiga, s’y était violemment opposé en s’exclamant: « Impossible d’imaginer Draghi au palais Chigi. Ce vil affairiste braderait l’économie italienne à ses amis banquiers comme il l’a fait quand il était au Trésor.»

Sujet inépuisable…

Lundi dernier, j’ai déjeuné à côté d’éminents gérants de fonds parisiens. Quelle n’a pas été ma surprise de découvrir que ces financiers ne savaient pas ce qu’était le « Shadow Banking » ! Ils n’en avaient jamais entendu parler.  La Finance de l’ombre, en anglais Shadow Banking System ou SBS. Pour Timothy Geithner, ex-Président de la Fed de New York et Secrétaire au Trésor américain de novembre 2009 à janvier 2013, le poids financier de la SBS est supérieur à celui de la finance traditionnelle. En 2007, le Financial Stability Board estimait que pour les Etats-Unis seuls, il pesait 25 Trillions de $. En novembre 2012, Bloomberg a évalué l’ensemble du SBS  à 67 Trillions de Dollars. Cette finance de l’ombre, c’est une série d’acteurs financiers peu ou pas réglementés, les hedge funds, banques d’affaires, la spéculation sur les matières premières,  les sociétés de clearings,  tous les contrats de gré à gré ou OTC… mais aussi tous les swaps d’assurance ou de ré-assurance entre établissements financiers. L’ambitieuse loi Dodd-Franck, dont je raconte les péripéties rocambolesques depuis deux ans, a pour ambition d’essayer de mettre un peu de lumière dans le côté obscur de la Finance de l’ombre.

Il est clair que les banquiers au pouvoir aujourd’hui, que ce soit la Fed de NY, Goldman Sachs, JPM ou tous les autres Gobelins de Gringotts, qui restent dans l’ombre de l’ombre, et qui n’aiment pas qu’on les nomme, font tout ce qu’ils peuvent pour retarder la mise en application de cette loi. Un certain désordre organisé, quand ils le maîtrisent, sert parfaitement leurs intérêts.

La morale de l’histoire qui nous a éloignés du Vatican et de la démission de Benoît XVI, épuisé par 3 dialyses hebdomadaires, c’est que les Banquiers, quelle que soit l’époque, ne cherche que le pouvoir immédiat et toujours plus de richesses pour eux. La richesse n’est jamais que relative. Ils sont d’autant plus riches que les autres sont pauvres. Les papiers notariés des contrats de tulipe du XVIIe  réduits à néant sont les pendants des subprimes d’aujourd’hui, mais également de la monnaie fiduciaire de vos comptes bancaires. Le principe même de la monnaie fiduciaire, c’est qu’elle est garantie par la capacité de l’Etat à lever des impôts. Les banquiers, à qui les Etats ont délégué leur droit de battre monnaie, sont pris la main dans le sac, mois après mois, année après année, à pousser les Etats à la faillite par les délocalisations, la vente des actifs nationaux et la dette. Ces banquiers détruisent sciemment la richesse des nations. En détruisant la capacité industrielle, en créant le chômage et la pauvreté, ils affaiblissent les rentrées fiscales futures et donc la valeur même des monnaies. Au final, ils règneront au sommet d’une très large pyramide à 3 étages. La plèbe miséreuse et corvéable à merci occupera le rez-de-chaussée, les kapos des loges maçonniques, ces idiots utiles qui font tourner le système, heureux de ronger un os jeté par leurs maîtres, occuperont le premier. Au sommet très étroit, les magnats de la ploutocratie se partageront ou se disputeront le pouvoir.

Il y a seulement quinze ans, je n’aurai pas compris que des banquiers puissent vouloir une telle société, qui ressemble au hideux communisme vécu par les russes, les chinois, ou même les coréens du nord. Je les créditais d’une certaine sagesse, mais je me trompais. Ils nous dirigent fermement vers ce monde-là et désormais, ils le font au pas de charge.

Advertisements
 
42 Commentaires

Publié par le 16 février 2013 dans Non classé

 

42 réponses à “Peppone et Don Camillo, Urbi et Orbi (II)

  1. Pingback: NWO | Pearltrees
  2. Clavreul

    16 février 2013 at 14 h 49 min

    Marx et Engels refusaient que l’ on parle de marxisme, mais de socialisme rationaliste critique ou bien de socialisme matérialiste critique.

    L’ internationalisme est une théorie inspirée du marxisme et du socialisme libertaire. Un des théoriciens de l’ internationalisme institutionnel : Nelson Rockefeller.

    Mais avant celà, les révolutionnaires se sont acharnés à dévoyer le sens premier du nationalisme qui est pourtant une doctrine saine lorsque l’ on la retire du cadre politique Républicain laïque. Le nationalisme sous la monarchie de droit Divin est une perfection qui allie la culture, l’ appartenance la plus profonde entre la Terre et les hommes. C’ est le meilleur passage de témoin entre les générations. Le nationalisme authentique fait d’ une patrie une grande famille et en première instance, reconnait le Seigneur comme autorité suprême. Pas de laïcité, la Religion d’ une nation est non seulement respectée mais est le cadre morale prédominant. J’ ai vu la Croix du Christ disparaitre au dessus des tableaux de l’ école sous le principe de la laïcité. Quand l’ on sais que la France est la fille ainée de l’ Eglise Chrétienne Catholique, quel affront, quelle traitrise face ce que nous sommes, nous, Français.

    Marxisme – Libéralisme – socialisme – mondialisme : le coktail empoisonné !

     » La logique est plus forte que les considérations de politique intérieur ou un nationalisme suranné. L’ évolution au sein de l’ Otan peut aboutir un jour à la résurrection de la CED. Tenue pour morte, certes, cette idée reste valable. Sa réalisation doit être imposée par les circonstances. Les évènements ( la crise de Suez ) ont provoqué une rechute profondément regrettable dans le nationalisme borné. J’ éprouve pour le nationalisme une véritable horreur « . ( Robert Schumann, dans le Berliner Morgenpost, le 4.12.57 ).

    Marx, Lénine, Trotzky étaient de grands admirateurs du coup d’ état d’ une secte qu’ a été la révolution française, en la prenant toujours pour exemple, se considérant tous comme ses  » enfants « . L’ histoire du marxisme c’ est 100 millions de morts. Vous y additionnez le collectivisme économique et vous avez la société de demain. L’ individualisme devra disparaitre au profit du groupe, vous n’ existez plus en tant qu’ individu. D’ ailleur la Chine a été le laboratoire pour l’ élaboration du nouvel ordre mondial et l’ organisation de la gestion de ses esclaves.

     
    • Geraldine

      16 février 2013 at 17 h 07 min

      A mon avis la marché vers le nouvel ordre mondial va être sérieusement entravée par l’arrivée du « peak oil ». La fin de l’énergie abondante et bon marché signifie la relocalisation des activités économiques, donc la fin prochaine de la mondialisation… et de sérieux ennuis pouir l’idéologie mondialiste !

      A moins que les mondialistes ne se servent habilement des troubles sociaux et du chaos généralisé pour imposer leur système.

       
      • Geraldine

        16 février 2013 at 17 h 08 min

        Désolé, « marche »…

         
      • Antilluminati

        16 février 2013 at 18 h 36 min

        le peak oil c’est une fumisterie, le but ?

        maintenir des prix élevés.

        ils n’oseraient pas ?

        Bas regardez l’affaire du réchauffement climatique et l’ami al gore, ne jamais sous-estimer leur culot et le cerveau de bulot de ceux qui les croient, vous n’êtes pas visé, je tiens à le préciser (au cas ou) xD

         
      • PhiliP

        16 février 2013 at 20 h 34 min

        Vous êtes un paranoïaque antiillmuniati : Dans un monde fini, l’exploitation d’une ressource ne peut QUE passer par un pic. Nier le peak oil est proprement idiot ! Que certains profitent d’effets induits est tout bonnement de l’opportunisme.

         
      • Damien Skunkoff Didrich

        17 février 2013 at 1 h 02 min

        Je suis aussi de l’avis d’Antilluminati. Il faut voir tout ce pétrole gâché dans le delta du Niger. Si il y avait un risque de pénurie, y ‘a longtemps qu’une compagnie se serait jeté dessus …

        http://www.courrierinternational.com/article/2010/06/03/les-marees-noires-oubliees-du-delta-du-niger

         
      • Villainnemesis

        17 février 2013 at 2 h 19 min

        Ou encore les millions de barils du sol américain et les exploitations rendues disponibles (chemtrails et climategate) sous les feues, calotes glacières !

         
      • Laurent

        17 février 2013 at 7 h 11 min

        Le peak oil est une réalité mais cela ne veut pas dire qu’il y a pénurie. Cela veut juste dire que la moitiée des réserves connues de pétrole ont été concommées : il y a encore des beaux restes qui permettent de gaspiller. Cela étant, çela ne durera pas une éternité et les prix ne feront qu’augmenter si on ne trouve pas de nouveaux gisements accessibles et rationnels – il faut 1 baril pour extraire un à deux barils issu des gaz de shistes par exemple.

         
      • Raiford

        17 février 2013 at 9 h 40 min

        Le « peak oil » est une spéculation intellectuelle qui revient périodiquement.

        C’est une baudruche qui s’est dégonflée définitivement depuis que les Russes exploitent le pétrole à grande profondeur, en démontrant son origine abiotique (non vivante, minérale).

        En termes plus simples : le pétrole est produit par le magma, et avec le temps, il remonte en nappes de plus en plus proche de la surface, du fait de sa faible densité.

        Tout ce que l’on peut dire du « peak oil », c’est que ce pétrole abondant, que l’on ira chercher plus profond, sera plus cher.

         
      • PhiliP

        17 février 2013 at 11 h 39 min

        @ Raiford. Désolé d’être un peu brutal (pas tant que ca..) mais, au regard de votre « spéculation intellectuelle », lorsque vous vous êtes au bas d’escaliers et que vous souhaitez les gravir, vous annoncez que vous « montez en haut » ?

        Je m’explique : Par définition, spéculer, c’est construire avec son intellect !

         
      • PhiliP

        17 février 2013 at 11 h 54 min

        Pour ceux qui veulent s’informer, sur cette histoire de pic pétrolier, je vous invite à suivre le cours, devant les élèves de l’école des mines de Mr Jancovici et de choisir, parce que l’ensemble est un peu long, celui qui traite du pic oil :

        http://podcast.paristech.fr/groups/mines/wiki/8f866/Energie_et_changement_climatique_de_JeanMarc_Jancovici.html

        Les TDC qui dénigrent Jancovici sans même avoir suivi un de ses cours sont des TDC (Y’en a, et je crois que l’on appelle cela des trolls). Par pitié, avant de l’ouvrir sur le parti pris supposé de ce monsieur, prenez la peine de vous RENSEIGNER !

         
      • sullymorlandimus

        18 février 2013 at 6 h 04 min

        1000000000+

         
    • librezen

      17 février 2013 at 19 h 03 min

      L’erreur que vous faites Clavreul est de penser que dans le NOM, l’individualisme disparait totalement au profit du groupe, du collectif. Bien au contraire, le NOM est l’expression absolu de l’individualisme, de certains intérêts individuels sauf que ce ne sont pas les votres ni les miens. Le collectivisme vient simplement masqué ce pillage, cet accaparement de la richesse commune (collective et aussi somme des richesses privées de la population) au profit d’une minorité.
      C’est cela le NOM. Cela a le goût du collectivisme mais tout appartient non pas au groupe mais à une minorité.

       
  3. RAFFAELE DE FILIPPO

    16 février 2013 at 15 h 06 min

    La foudre sur la basilique St Pierre a été prise dans l’après midi vers 17 heures, peu de temps après l’annonce de la démission de Benoit XVI. Ce n’est pas un genre d’amalgame fallacieux, comme vous dite. C’est seulement un très petit avertissement ou, si vous voulez, une annonce de ce qui va se passer dans un futur de plus en plus proche. Moi, je suis plutôt étonné de la patience de Dieu.

     
  4. Clavreul

    16 février 2013 at 15 h 09 min

    Jacques Attali annonce la création de MicroCrédit- Tunisie. ( http://www.Kapitalis.com ).

    Les Tunisiens doivent se tourner vers la douloureuse expérience de l’ Inde dans ce domaine. Quand les usuriers rapaces s’ attaquent à la pauvreté. Le monde en déroute.

     
  5. jozecat

    16 février 2013 at 15 h 12 min

    … si on peut contester la photo au-dessus du dôme du Vatican, difficile de contester la vidéo :

    http://dotsub.com/view/b8e519c8-658a-4966-a290-89e5c8541d09

     
    • Clavreul

      16 février 2013 at 15 h 21 min

      Si il n’ y a pas de date pour la photo comment être sûr qu’ il y en a une pour la vidéo ?

       
      • AC

        16 février 2013 at 18 h 28 min

        L’AFP et la BBC étaient là pour immortaliser cet éclair sur le Vatican ce 11 février 2013, alors que les 10 et 12, le beau temps n’aurait pas pu permettre ce genre de « signe »… Signe que d’aucuns interprèteront comme venant du Tout-Puissant, sachant que les probabilités pour que cela arrive dans ces circonstances, sont faibles. Mais est-ce si naturel que ça, lorsque l’on sait quelles mystifications sont prévues dans le cadre du désormais « programme Blue Beam »… ?
        Coup de tonnerre sur le Vatican
        « CITÉ DU VATICAN – La foudre s’abat sur le dôme de la basilique Saint-Pierre du Vatican dans la soirée du lundi 11 février, quelques heures après l’annonce de la démission du pape Benoît XVI. Ce coup de colère céleste, capturé par le photographe de l’AFP à Rome Filippo Monteforte, a de fortes chances de devenir l’image symbole de cette journée au cours de laquelle le chef de l’Église catholique a pris tout le monde par surprise en annonçant son départ, une première depuis 1294.
        « J’ai eu un coup de chance total », raconte Filippo Monteforte. « J’ai pris cette image sur la place Saint-Pierre, en m’abritant sous les colonnes. Il faisait froid et il pleuvait à torrents. Quand l’orage a commencé, je me suis dit que la foudre allait peut-être s’abattre sur le paratonnerre de la basilique et j’ai fait le pari d’essayer de photographier cet instant précis, en utilisant un objectif de 50 mm ». Il fallait tout de même un sacré concours de circonstances pour y parvenir…
        http://blogs.afp.com/makingof/?post/2013/02/12/Coup-de-tonnerre-sur-le-Vatican#.URuVNvLO-Sr
        http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-21421810 (27 secondes)

         
  6. Le citoyen engagé

    16 février 2013 at 15 h 19 min

    Bien sûr que l’on nous dirige vers le capitalo-communisme car c’est le meilleur système pour mieux nous contrôler.
    Et d’ailleurs sommes-nous en pleine attaque pour le contrôle:
    http://lecitoyenengage.fr/2013/02/16/la-pluie-de-meteorites-un-coup-de-haarp/

     
  7. HHH

    16 février 2013 at 16 h 19 min

    A PROPOS DE CETTE VIDEO Publiée le 12 févr. 2013

    Que dire de cette idée : « Le successeur de Benoît XVI ne sera pas de Dieu ? »
    Déjà au moment de la mort de Pie IX et de Jean-Paul II, cette prophétie a couru : « Le successeur du pape ne sera pas de Dieu ». Actuellement, de nombreuses mystiques la répètent.

    1° La foi catholique sur la protection charismatique des papes : « J’ai prié pour que ta foi ne défaille pas » (Luc 22, 32) et leur témoignage final : « Jean 21, 19 Jésus signifiait, en parlant ainsi, le genre de mort par lequel Pierre devait glorifier Dieu. »

    2° Pourquoi cette mauvaise interprétation de la foi et des prophéties sur la papauté ?

    3° qui sera vraiment le dernier Antéchrist et pourquoi il est faux d’imaginer qu’il sera un pape !!
    Conclusion : Ne pas craindre et rester fermement fixé sur le songe de saint Jean Bosco et les trois blancheurs :

    Les Trois Blancheurs

    Le 30 mai 1862, Don Bosco eut en songe, une vision prophétique : il vit la mer, et là, rangés en bataille, des vaisseaux innombrables remplis d’armes de toutes sortes, livrant bataille à un grand et majestueux vaisseau représentant l’Eglise.

    Soudain, apparaissent deux colonnes : l’une, la plus grande, porte une lumineuse hostie, et l’inscription: « Salut des croyants ». L’autre, où sont gravés les mots: « Secours des Chrétiens », est surmontée d’une statue de la Vierge Immaculée, avec un chapelet.
    L’assaut tourne à l’avantage des agresseurs mais le Pape, en blanc lui aussi, à la proue du grand vaisseau, convoque par deux fois les capitaines des vaisseaux auxiliaires afin de délibérer des décisions à prendre. Il est finalement frappé à mort, mais son successeur obtient la victoire en amarrant solidement le Vaisseau aux deux Colonnes.

    Un tableau, exposé dans la Basilique Maria Auxiliatrice à Turin, rappelle ce célèbre songe des « Trois Blancheurs », reçu peu avant le début du 1er Concile du Vatican.
    Par Arnaud Dumouch 12 février 2013,
    Vidéo du site http://eschatologie.free.fr/fichiers/

     
  8. Entreprise Nationale de Conserverie Industrielle

    16 février 2013 at 16 h 20 min

     
  9. Patrick

    16 février 2013 at 16 h 38 min

     
  10. petokask

    16 février 2013 at 16 h 46 min

    Très bonne analyse… Ca pique!! 😉

     
    • jozecat

      16 février 2013 at 22 h 35 min

      @petokaskOn est jumeaux lol

       
      • petokask

        19 février 2013 at 10 h 59 min

        jumeaux de photo?? 😉

         
  11. olivier

    16 février 2013 at 17 h 01 min

    Pour mieux comprendre la nature du Capital-communisme à venir, voir le blog: ADMVIC.com

     
  12. Gogol 1er

    16 février 2013 at 17 h 49 min

    Jambe de hausse sur le Gold M. Menthalo ?

     
    • Menthalo

      17 février 2013 at 0 h 52 min

      Relire attentivement mes deux commentaires sur l’or et l’argent….
      Il y ce que je dis et ce que je ne dis pas… il faut lire les deux et comparer les deux graphes…

      Donc patience jusqu’au 28/02

       
  13. bolivar

    16 février 2013 at 18 h 54 min

    La photo est réelle concernant la foudre au Vatican, bien , mais alors de quand date-t-elle selon vous puisque vous semblez être très bien informé comme l’etaient nos chers banquier anonyme et Trader Noé sur l arc à poulie ou autres catatrophes boursieres imminentes ? Merci

     
  14. Kapalabhati

    16 février 2013 at 21 h 26 min

    Même pas peur…

    Les USA n’ont plus rien à offrir que leurs attaques ciblées par drones interposés. Ils ne détiennent plus les clés du Monde et ne gèrent plus que l’Europe. Dans le reste du Monde, les états semblent se gausser des gesticulations de la Maison Blanche et des états d’âmes de Barack Obama. Les Etats-Unis viennent encore de se faire remettre à leur place et sommés de revoir leur copie par l’Iran. En effet, l’offre condescendante et « généreuse » de dialogue (l’Europe, en fidèle toutou, a bien sûr suivi) a été rejetée avec mépris par les autorités Iraniennes.

    Allez comprendre ces maudits perses. On leur offre de leur foutre la paix et ils vous envoient paître ! Comment faire pour qu’ils aient enfin peur comme tous les autres ?

    http://avicennesy.wordpress.com/breves/meme-pas-peur/

     
  15. imotus

    16 février 2013 at 23 h 04 min

    Il y a seulement quinze ans, je n’aurai pas compris que des banquiers puissent vouloir une telle société, qui ressemble au hideux communisme vécu par les russes, les chinois, ou même les coréens du nord. Je les créditais d’une certaine sagesse, mais je me trompais. Ils nous dirigent fermement vers ce monde-là et désormais, ils le font au pas de charge

    BIEN ET ALORS, ? LA CAUSE EST?

    LE DEREGLEMENT CLIMATIQUE ET LES CAUSES CELESTES: 2018 en approche, atterrissage en catastrophe
    .°.

     
  16. Caroline P

    17 février 2013 at 17 h 26 min

    Menthalo …
    Pourquoi le nouveau banquier du Vatican est-il un Allemand qui construit des navires de guerre et pourquoi l’IOR est-elle sous tutelle de la Deutsche Bank depuis le début 2013 ..

    Pourquoi presse-t-on autant l’union douanière UE USA .. qui prélude à la future Union Transatlantique .
    http://fipcarolinep.xooit.fr/t72-MARCHE-TRANSATLANTIQUE-ou-COLONISATION-Europeenne.htm

    Et lisez la dernière Tribune de Latsa dans RIA NOVOSTI .. son analyse est étonnante :
    http://fipcarolinep.xooit.fr/t72-MARCHE-TRANSATLANTIQUE-ou-COLONISATION-Europeenne.htm

     
  17. Caroline P

    17 février 2013 at 17 h 28 min

    Pardon erreur de lien pour la Tribune de Latsa :
    Russie Nouveau modèle politico économique
    http://fr.rian.ru/tribune/20130213/197515344.html

     
  18. anonyme

    17 février 2013 at 21 h 28 min

    @ Menthalo

    J’ai beaucoup aimé ton article avec l’aspect historique autour de la bulle des tulipes.
    L’homme est toujours aussi avide d’argent et cupide. Les memes erreurs du passé provoquent les memes conséquences de nos jours sur la population.
    Les grandes banques et surtout Goldman Sachs sont les Banca Monte dei Paschi de Sienne (BMPS) de ce début du 21eme siècle.
    Quel est donc le talon d’achille qui permettra d’anéantir la martingale infaillible à l’heure actuelle du trading à haute fréquence, des dark pools et des CDS ?
    Quel est ce moyen de les terrasser tous sinon toute la population en patira ?

    De ton article, ce sont les 2 dernières parties qui me plaisent le plus.
    Le rapprochement entrte les manières des banquiers occidentaux et les communistes me rappelle le roman de la ferme des animaux d’Orwell.

     
  19. Menthalo

    18 février 2013 at 13 h 09 min

    JD m’a transmis un commentaire acerbe de « St », sur le caractère approximatif de cet article.

    Et bien cher Monsieur, comme vous le savez la critique est facile, mais l’art est difficile…
    Nous serions heureux que vous nous apportiez vos lumières dans ces affaires obscures.

    Est-ce un hasard, si les banques du monde, les banques italiennes et l’IOR sont sur le sellette depuis 2008 ? Si on fait la chasse au « côté obscur », à la finance de l’Ombre, au financement du terrorisme, à l’argent sale, aux paradis fiscaux …. Non… il y a de l’argent sale…
    Il y a des escroqueries multiples et concomitantes, croisées et décroisées….
    Il y a en Italie comme ailleurs, aux Etats Unis, en France ou au plus haut niveau de l’UE, des financements occultes de parti politique…

    Je suis approximatif, certes… Je donne dans le simplisme, j’en conviens …
    Mais il y a des LIVRES entiers sur le sujet… des enquêtes de journalistes d’investigation, qu’aucun journal ne publiera jamais. Et ceux qui étaient trop précis, comme Christopher Story, se font éliminer…
    Etre approximatif et incomplet, quand l’information est complètement caviardée, dans un milieu obscur et secret … c’est déjà écrire un tant soit peu sur le sujet en montrant à ceux qui veulent creuser dans quelle direction aller.
    Je ne fais que dénoncer une guerre réelle… ce que j’en perçois.. et c’est vrai que c’est peu, incomplet et approximatif.

    « St » doute également que des gérants de fonds parisiens puissent ignorer l’existence du « Shadow Banking » … il trouve cette anecdote « improbable », « inutile et ridicule »
    Elle est pourtant bien réelle. Je pourrais citer les noms de ces deux personnes, leur société, et chez qui ce déjeuner a eu lieu lundi 11 février.

    Et si « St » ne voit pas le lien entre « Peppone et Don Camillo »… le prètre et le communiste, le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel, dans ces articles…
    … les bras m’en tombent !

     
 
%d blogueurs aiment cette page :