RSS

Hollande cède sur la réforme bancaire

18 Jan

assembleenationale

Le projet de loi présenté le 19 décembre par le ministre français de l’Economie et des Finances Pierre Moscovici au conseil des ministres sera débattu et voté au Parlement en février. Alors que François Hollande avait promis, avant son élection, qu’il séparerait les activités bancaires utiles à l’économie des activités spéculatives qui ne le sont pas, la proposition actuelle vise explicitement à préserver le statut de « banque universelle », avec un modeste cloisonnement des activités de dépôts et de crédit.

Nombreux sont ceux au Parti socialiste qui y voient un nouveau revers, survenant après l’abandon de son engagement à sauver le site sidérurgique d’Arcelor Mittal à Florange, en Moselle.

Cette réforme bancaire, applaudie par les banquiers et décrite comme « minimaliste » par la presse, ou comme « une retouche cosmétique » par l’ONG Finance Watch basée à Bruxelles, est qualifiée de début de la fin de Hollande par l’hebdomadaire Marianne, qui titrait dans son édition du 15 décembre : « Hollande, la capitulation. » Pour Marianne, le fait que Hollande ait fait appel à Moscovici et au directeur du Trésor Ramon Fernandez, pour élaborer la législation, suffit à montrer que Hollande n’était pas vraiment sérieux.

Le débat n’est en aucun cas fermé, et une partie de l’entourage du président lui-même est consciente que, dans la tempête mondiale actuelle, la « réforme bancaire Moscovici » est une impasse. (Source: Strategic Alert)

Le projet de loi présenté comme historique par Pierre Moscovici est loin de faire l’unanimité au sein de la majorité, mais aussi chez les experts. Le jésuite Gaël Giraud, normalien et docteur en mathématiques, chercheur au CNRS et à l’Ecole d’économie de Paris fait circuler depuis quelques jours à l’Assemblée nationale une note qu’il rendra publique le 21 janvier à la Sorbonne, en présence de Michel Rocard.

Ce document d’une vingtaine de pages assassine littéralement le projet de loi bancaire du gouvernement. Pour le chercheur le texte cumule « toutes les faiblesses des modèles étrangers -Volcker, Vickers, Liikanen, Glass-Steagall Act-, sans hériter d’aucune de leurs qualités ». Aucun des problèmes posés par la combinaison au sein d’un même établissement des activités de banque commerciale et de banque de marché n’est résolu. « Il est étonnant que la direction du Trésor ait formulé une proposition qui reviendrait, dans beaucoup de cas, à exiger simplement la reconduction du statu quo » écrit encore Gaël Giraud. La direction du trésor aura l’occasion d’exprimer publiquement son point de vue par la voie d’Hervé de Villeroché, son directeur adjoint, qui a promis de se rendre à la Sorbonne lundi prochain pour défendre son texte.

Publicités
 
20 Commentaires

Publié par le 18 janvier 2013 dans Non classé

 

20 réponses à “Hollande cède sur la réforme bancaire

  1. imotus

    18 janvier 2013 at 9 h 38 min

    http://www.boursorama.com/actualites/pas-d-excedent-de-colza-au-canada-9c1d50df68d6c569e7526d4ee11f3918

    UNE REALITE INQUIETANTE VU LA SUPERFICIE DU TERRITOIR. LE MAXIMUM DE PRODUCTION A ETE ATTEINT EN 2011:2012. NOUS ENTAMONS LA DECROISSANCE DU POTENTIEL ENERGETIQUE HUMAIN POUR LES 700 ANS QUI VIENNENT.VERS LA FIN DE CE CYCLE JUPITER REGNERA UN PEU ET ADOUCIRA LES PEINES DES HOMMES DE CETTE EPOQUE.
    C’EST UN CYCLE REGULIER ? NOUS NOUS TROUVONS SUR UN DES BRAS DE LA CROIX;ENV 5° D4EFFET CAHOTIQUE DONT UNE CENTAINE D4ANN2ES SE SONT DEJA ECOUL2? DISON VERS L’AN 1906 AVEC LA FIN DU REGNE DES PAPES EN FRANCE;
    .°.

     
  2. Dies Irae

    18 janvier 2013 at 9 h 38 min

    Il semblerait que depuis quelques annees, plus aucune honte n’entrave les decisions de nos politiques…

     
    • gwendoline1

      18 janvier 2013 at 13 h 05 min

      @Dies Irae
      entièrement d’accord avec vous et ce principalement depuis l’arrivée du hongrois.

       
      • Dies Irae

        18 janvier 2013 at 16 h 09 min

        Il est clair qu en la matiere, il a franchement accelere le phenomene….

         
  3. merio

    18 janvier 2013 at 9 h 39 min

    Hollande en deux semaines a mis un sacré foutoir en voulant libérer ces deux otages!

     
    • Danielle

      19 janvier 2013 at 17 h 17 min

      L’objectif étant de déclencher une guerre mondiale… Pendant ce temps, le petit peuple concentré sur la guerre pré-organisé, ne s’occupera pas a comprendre ce que fait la finance !…

       
  4. Sosltice

    18 janvier 2013 at 10 h 34 min

    Pour les derniers électeurs socialistes qui doutent encore, Hollande est un dégonflé et un lâche ce qui fait de lui un vrai guignol. A force de se foutre de la gueule de ses électeurs, ce type va finir par jeter les Français dans la rue qui en auront plus que ras le bol. Déjà 1 Million de mécontents dans les rues contre ce projet de loi immonde du mariage pour tous. et croyez moi, ce n’est qu’un début, Il va faire pire que Sarkozy en terme d’impopularité.

     
    • Fifibrindacier (@FifiBrind_acier)

      18 janvier 2013 at 17 h 30 min

      Solstice,
      Hollande ne fait qu’appliquer les directives de la Troïka. C’est un Young Leader, européiste et atlantiste convaincu. Quand on transfère par des Traités les compétences des Etats à Bruxelles, il ne reste plus que des valets qui expédient les affaires courantes selon les directives et les intérêts de l’ Empire.

       
  5. nick_tesla

    18 janvier 2013 at 10 h 52 min

    Hollande plie devant les banques avec une réforme bancaire qui n’en a que le non. Il vient de s’accoupir devant le MEDEF pour casser le CDI maintenant que c’est fait, j’entend les lutins de BFM, Emmanuel le Chybre en tete de file nous expliquer que ce n’est pas suffisant et qu’il va falloir s’attaquer au S.M.I.C. Finalement c’est l’analyste de chez Chevreux qui avait raison avant la présidentielle, le marché nous attaque et les politiques s’executent…

    J’aimerai juste qu’on m’explique comment le citoyen de base devenu flexible va pouvoir faire des projection sur son futur et donc prendre le risque de prendre un crédit et ainsi contribuer a faire tourner l’economie (l’argent n’est que dette, si on arrete de s’en servir les remboursement courent et la monnaie est détruite.) ?

     
    • sullymorlandimus

      18 janvier 2013 at 11 h 36 min

      @nick_tesla;

      Moi, ce qui m’avait alerté lors de la campagne des présidentielles c’était la poignée de mains entre Sarkozy et Hollande lors de la journée annuelle du CRIF. Ne dit-on pas ici et là que Mr Paul BERNARD de la MJLF serait une des plumes de ce fils d’ancien de l’OAS ?
      Cette organisation fut une école très enrichissante dans l’art des manipulations croisées ….n’ayant pas échappée au MOSSAD…..probablement source inspiratrice pour la mise sur orbite des Carlos et consors….. Je me demande même « certains » réseaux souterrains en Algérie ne puissent pas être utilisés comme portes d’entrée pour un machiavélisme genre MOSSAD, càd, de la manip en troisième-voire- quatrième main ?
      Par exemple, comment interpréter l’incohérence (apparente) au sein des activistes preneurs d’otages de ces dernières heures ?
      Dans les négociations qui doivent avoir cours avec le régime algérien en ce moment même, il doit y avoir l’idée tangible d’un échange d’un ou plusieurs terroristes( autorisés à prendre la poudre d’escampette) contre tout le lot restant des otages. Si tel devait être le cas, allons-nous avoir des détails sur leur identité ?……..peu probable à mon sens, surtout si en leur sein il y a la » taupe »…Ya veremos !

       
    • Dies Irae

      18 janvier 2013 at 11 h 57 min

      @nick_tesla

      Les nouveaux emprunteurs, ce sont les etats qui ont de toutes manieres socialise les dettes…
      Pas de soucis…c est toujours nous qui payons…

       
    • fred

      18 janvier 2013 at 12 h 52 min

      tout ceci va concourrir a installer des émeutes et une guerre civile en france tres bientot!!!!!!

       
      • cosmocats

        18 janvier 2013 at 16 h 56 min

        « notre peuple vaincra »

         
      • Fifibrindacier (@FifiBrind_acier)

        18 janvier 2013 at 17 h 32 min

        fred,
        Le plan Vigipirate veille au grain, une coïncidence sans doute.

         
  6. Sevgi

    18 janvier 2013 at 10 h 53 min

    Toute la région est déstabilisée depuis la guerre en Libye, l’Algérie et le Maroc sont maintenant les derniers verrous à sauter pour que la guerre civile se propage dans toute l’europe, tout cela est voulu, ils suivent un calendrier bien établi…

     
    • Elle court, elle court, la rumeur ...

      18 janvier 2013 at 17 h 31 min

       
  7. guindolfi

    18 janvier 2013 at 19 h 11 min

    ne vous inquiètez pas , quand al-qaida frappera sur le sol Français les gens vont tourner leur veste et voter FN les yeux fermés

     
  8. robert espierre

    18 janvier 2013 at 20 h 54 min

    Ma France
    de Jean Ferrat
    Je viens de la réécouter
    et je vous inviterais volontiers tous chez moi pour l’écouter ensemble
    La révolution ne traînerait pas
    quel visionnaire!
    Tu nous manques tellement,Jean

     
  9. crisemajeure

    20 janvier 2013 at 20 h 29 min

    Pourquoi avoir abrogé le Glass-Steagall Act, ou Banking Act en 1999 ?

    Promulgué pendant la grande dépression, c’est une loi qui fut adoptée par le Congrès américain en 1933. Elle imposait au milieu financier :

    L’incompatibilité entre les métiers de banque de dépôt et ceux de banque d’investissement.
    La création d’un système fédéral d’assurance des dépôts bancaires.
    L’introduction d’un plafonnement des taux d’intérêt sur les dépôts bancaires.

    Ainsi les banques commerciales ne pouvaient pas collaborer avec les firmes de courtage et réaliser des opérations spéculatives. Les crédits immobiliers accordés par les banques aux particuliers n’étaient pas des actifs liquides qu’elles pouvaient revendre à souhait. Dès 1999, avec l’abrogation de cette loi, après un court délai légal de 30 jours, les banques ont pu entamer librement leur course au profit en procédant à la vente massive d’actifs issus des crédits.

    Au cours des années 1970, le Glass-Steagall Act a été moult fois contourné par l’ensemble de la profession bancaire internationale, pour finalement être abrogé le 12 novembre 1999 et remplacé la même année par le Gramm-Leach-Bliley Act Financial Services Modernization Act.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gramm-Leach-Bliley_Act_Financial_Services_Modernization_Act_de_1999

    Un renversement à l’origine de la fusion et la constitution du Citigroup. http://fr.wikipedia.org/wiki/Citigroup La dixième des plus grandes entreprises mondiales, avec 2200 milliards $ d’actifs financiers en 2007, 332.000 employés, 200 millions de clients dans plus de 100 pays.

    En 2011, les dispositions prises aux USA et en Europe, visant à séparer les activités bancaires de dépôt d’avec celles à caractère spéculatif n’ont aucun caractère innovant. Pas plus d’ailleurs que la tentative timide du gouvernement HOLLANDE, qui n’aura aucun impact probant sur le milieu de la haute finance.

    Si le Glass-Steagall Act et le gold standard (accord historique de Bretton Wood en 1944) avaient été maintenus, la crise de solvabilité des banques n’aurait jamais eu lieu. Aucune des conséquences inhumaines d’hyper-spéculation dues aux bulles spéculatives, par exemple la crise dite des subprimes, n’auraient gâché la vie de millions de gens. Autant de conditions générales délétères et infernales qui ont permis le déclenchement de la crise majeure de 2008.

    La fin de la séparation des activités bancaires de dépôt d’avec celles de spéculation fait partie entre autres manoeuvres politiques et économiques d’actes planifiés par les think tanks du cartel mondialiste. Ils ont été programmés et ont eu le succès escompté, au temps fixé. Effectivement, quatre décennies plus tard, l’on constate que les effets différés de ces plans finement élaborés ont placé le système financier mondial dans une impasse, face à un mur infranchissable.

    Si le cap incluant ces deux dispositifs macro-économiques à double effet de garantie globale avait été tenu. Si les adaptations et réformes pratiques du plan originel de KEYNES, élaboré en 1941, avaient été appliquées au Gold Exchange Standard ; il est bien évident qu’au 21e siècle aucune crise majeure telle que nous la connaissons actuellement n’aurait jamais eu lieu.

    En témoigne qu’aujourd’hui, en pleine débâcle économique, l’on parle d’une nouvelle économie keynésienne et de mini Glass Steagall Act. Puisque l’on n’a rien trouvé de mieux comme modèle économique, il est prévu d’ériger rapidement un nouveau système financier mondial, une complète refonte du système actuel, se prévalant trompeusement du plan initial de KEYNES.