RSS

Archives Mensuelles: décembre 2012

Quand les gouvernements volent l’or (1ère partie)

Adrian AshPar Adrian Ash pour BullionVault, 12 décembre 2012

Trois affreux exemples de vols d’or au cours de l’histoire moderne…

Les rumeurs actuelles chez les traders ont pour objet les inquiétudes des détenteurs d’or concernant une augmentation punitive des impôts aux Etats-Unis en 2013, avec l’administration Obama qui tient les investisseurs en métaux précieux dans sa ligne de mire.

D’où les liquidations de ce mois (si on se fie aux rumeurs). C’est un phénomène similaire aux ventes d’or par les ménages japonais fin 2011 avant l’entrée en vigueur de nouvelles régulations pour les négociants de métaux précieux.

En vérité, une telle mesure aux Etats-Unis reste très improbable. Du moins, une telle mesure avant un accord entre partis nécessaire pour solutionner la falaise fiscale et le désastre du plafond de la dette serait clairement tendancieux. Tous les investisseurs en or américains ne sont pas républicains, mais peu d’entre eux sont démocrates, selon moi. En outre, l’or attire déjà le plus haut taux d’imposition sur les plus-values à 28% aux Etats-Unis, puisqu’il est considéré comme un « objet de collection ». Il est plus facile d’augmenter les taux d’imposition sur les plus-values sur tout et de se débarrasser de quiconque tenterait de faire fructifier ses économies. Cela engendrerait plus de revenus aussi.

Toujours est-il, que ce bavardage souligne un point clé concernant l’or : le fait que de mémoire d’homme il ait reçu des mauvais traitements spéciaux des gouvernements et ce de partout. Les ménages occidentaux furent interdits d’or pendant 30 ans et plus après la Seconde Guerre mondiale. Au cours des vingt années précédentes, leur or a été en vrac nationalisé, acheté de façon obligatoire et volé.

Et il ne s’agit pas seulement du métal d’investissement. Et pas seulement de l’or appartenant à des citoyens privés…

1er exemple : 1935, Mussolini s’empare de 35 tonnes d’or, en alliances…

La « confiscation » aux Etats-Unis en 1933 est bien connue (en fait un achat systématique, fait au cours d’alors à 28 dollars l’once avant que le cours ne soit poussé à la hausse à 35 dollars). Mais avec l’or, encore un instrument clé du système monétaire, beaucoup de gouvernements ont cherché à en acquérir plus.

En décembre 1935 le dictateur fasciste populaire italien Benito Mussolini en a appelé au patriotisme des femmes italiennes, leur exhortant à échanger leur anneau de mariage en or pour des bagues d’acier. Oui, vraiment. Le mercredi 18 décembre de cette année, La Stampa en faisait sa première page :

-« Le rite le plus noble de la « fede » [ou foi] amène toutes les femmes d’Italie ensemble dans une seule volonté héroïque » (fede en italien veut dire foi et alliance, intelligent quand même).

-« La Reine a placé son alliance sur l’autel de la patrie. »

-« L’offrande fière et touchante des femmes à Turin. »

Les femmes italiennes étaient tellement « encouragées » par cette démonstration populaire de patriotisme que cinquante ans plus tard, elles étaient toujours honteuses d’avoir été forcées de se séparer de leurs alliances. Mussolini a obtenu 35 tonnes d’or en tout. Pour la petite histoire, il a fini la tête en bas, pendu par un crochet de boucherie du haut du toit d’une station d’essence.

Nous verrons dans la seconde partie l’or tchèque volé par les Nazis et les détenteurs de pièces poursuivis en justice au Royaume-Uni dans les années 1960.

 
13 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2012 dans Non classé

 

CHINE – BEAR DE NOEL – DEUTSCHE BANK

CJ_napoleon-3,5cmMenthalo –  A voir cet extraordinaire rebond du S.S.E, l’indice de Shanghai, on pourrait se demander si le Grand Capital n’a pas fui le Dollar pour s’investir en RMB, ce qui confirmerait les propos de Jim Sinclair.

Mais on peut aussi se dire que ce brutal engouement ressemble aux manières de Goldman Sachs. Acheter sur les points bas puis téléphoner aux proches pour les mettre dans le coup, pour enfin pousser les clients à acheter au moment même où la Banque veut alléger ses positions. C’est fou ! en 3 grosses bougies vertes, l’indice a effacé 6 mois de baisse et cela en deux semaines.

SSE-17-12

Le Bear Noël ?

Beaucoup d’analystes sont passés fortement haussiers sur les marchés occidentaux. Je n’arrive pas à croire à cette fable. Je pense que c’est un parfait Bull-Trap.

Les indices américains sont toujours dans une configuration de « 3 pics et un dôme », dont il ne manque que la jambe de baisse après le point 27, qui pourrait avoir très mollement commencé.

Dans la citation de Jim Sinclair de mon précédent article, il dit que « les marchés s’écrouleront le jour où GS aura décidé de retirer la prise. » Qui seront les pigeons pris à contrepied, quand en une nanoseconde, tous les robots déclencheront la chute ?

Albert Edwards de la Société Générale Cross Assets Research dit:

« Quelque chose de terrible s’est produit en novembre… et pas seulement l’ouragan Sandy », a déclaré l’économiste en chef de la NFIB, Bill Dunkelberg. Il y a plus effrayant encore que la baisse de l’indicateur global. Il s’agit de la chute de 37% du nombre d’entreprises tablant sur une amélioration de la conjoncture dans les six prochains mois, à un plus-bas historique. 

Ce repli de 37% est deux fois supérieur à la baisse record précédente de 18% survenue immédiatement après la faillite de Lehman.

Les indicateurs de Albert Edwards disent que l’Amérique est entrée en récession il y a quatre mois. Mais il est vrai que la bourse ne reflète plus du tout l’économie, mais seulement des milliards de dollars flottant ne sachant pas où s’investir pour perdre moins.

J’ai vu passer un graphe d’une petite mine canadienne, encore plus exubérant que cette forte hausse de l’indice chinois. Ces mines juniors sont très amusantes quand on a du capital à risquer. Elles peuvent doubler du jour au lendemain et s’envoler de manière extraordinaire parce que le « flottant » est très étroit. Quand vous cherchez à vendre, vous risquez de faire chuter les cours aussi brutalement.

Souvenez-vous qu’une mine, c’est « un trou avec un menteur devant ». N’y touchez pas.

DEUTSCHE BANK

On a appris que la Deutsche Bank aurait de nouveau quelques problèmes avec la justice. Le 12 décembre, une équipe de 500 personnes d’Interpol, des US Marshal et de la police allemande ont fait une descente dans les bureaux de Deutsche Bank. Cette opération était médiatisée en direct sur Twitter. Toutes leurs positions sur les produits dérivés ont été gelées et 25 employés seraient mis en cause. Etant donné la taille de Deutsche Bank dans la finance internationale, le gel des dérivés de gré à gré pourrait mettre en danger ses partenaires financiers et entrainer une réaction en chaine.

Plusieurs scandales viennent se télescoper sur Deutsche Bank. Une importante dissimulation de pertes financières en 2009 et 2010, dénoncée par un employé de la banque dans le cadre du programme de dénonciation mis en place par la SEC (voir cet article ), une affaire de fraude fiscale sur le CO2  (voir cet article) sans parler des trafics sur l’Euribor, où la Deutsche Bank est en première ligne (cf article). Deux vice-présidents au moins sont impliqués dans ces différentes affaires.

Jim Willie dans une de ses lettres confidentielles du printemps avait évoqué l’intention d’Angela Merkel de mettre au pas ces banksters, puis plus récemment, avait parlé d’une précédente descente de police semblable à celle du 12/12/12, où Interpol avait saisi toutes les données informatiques de la Banque, ainsi que tous les échanges de mails en interne et en externe. Les ennuis de cette banque ne font que commencer.

Il est à noter que DB comme CS ou UBS, pour ne citer que celles-là, s’est pliée à l’esprit cowboy de Wall-Street et n’a plus aucune éthique bancaire à l’ancienne. Ce sont des tueurs. De parfaits Banksters.

Le LIVRE

Il n’est pas trop tard pour profiter de l’offre promotionnelle pour Noël sur mon livre « Histoire de l’Argent », que vous pouvez acheter en ligne ici.

 
16 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2012 dans Non classé

 

Le plan oligarchique européen avance grâce à la crise

pactedestabiliteLes technocrates de Bruxelles planchent sur le projet d’union bancaire et des consignes semblent manifestement données pour développer le projet début 2014. Un rapport de 15 pages vient d’être rédigé par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy pour les dirigeants européens, ces derniers faisant fonction de faisans pour le parapher avec de beaux sourires.

Ce sera finalement la BCE et le maître Draghi aux commandes qui auront l’entière responsabilité de la supervision des banques de la zone euro à partir du début 2014… au nom et lieu de la Firme Goldman, elle-même paravent de plus puissants, préférant la discrétion derrière des holdings et ne pas figurer dans les livres des plus grandes fortunes.

L’objectif est d’assurer encore plus d’intégration budgétaire pour les pays membres de la zone euro. Petit détail intéressant, sait-on jamais, car nul calendrier de ce genre n’est « anodin » : « Herman Van Rompuy y préconise également qu’un cadre juridique permettant une recapitalisation directe des banques par le fonds de sauvetage de la zone euro soit défini d’ici fin mars 2013 ». N’est-ce pas la période de départ de Mario Monti ?

Bien sûr, on commence à préparer la suite du décor avec des références à l’instauration d’une plus grande intégration budgétaire pour les 17 pays de la zone euro. Cela fera plaisir à l’Allemagne. Et pour satisfaire les autres, plus pauvres (pour le moment), on évoque la forte probabilité que cette magnifique structure européenne servirait de base à une mutualisation des émissions de dette au sein de la zone euro. Là, on reste pour le moment dans le flou… Pas de jubilation chez Jacques Attali…

Et pour cause ! Il y a quelques jours, la chancelière allemande a évoqué le modèle social européen. Selon elle, peut-on distribuer 50% des prestations sociales de par le monde seulement dans la Zone euro, alors que celle-ci ne représente que 25% du PIB mondial et seulement 8% de la population ? Sa conclusion fera réfléchir ceux qui pensent que l’Allemagne fléchira sur le point de la mutualisation des dettes souveraines : « Ce n’est pas tenable, à moins de consentir des efforts extraordinaires ».

De la jurisprudence grecque au ‘message’ à l’intention des autorités françaises

Le 5 décembre 2012, l’agence de notation financière Standard and Poor’s avait placé la note de la Grèce à « défaillance partielle », à un cran seulement du défaut de paiement.

Le 18 décembre 2012, la même agence a, pour la première fois depuis le début de la crise de la dette, inversé la tendance pour la Grèce, en relevant sa note de six crans à « B-« . Traduction : la note du pays passe de « défaut sélectif » (SD) à « B- » (spéculatif). Le plus intéressant est que la perspective est passée de ‘stable’ à long terme.

Le commentaire suivant, extrait du rapport de Standard and Poor’s servira d’introduction à notre prochain paragraphe. Ils saluent « l’engagement du gouvernement à mener l’ajustement budgétaire et structurel » requis par les bailleurs de fonds du pays… c’est-à-dire les institutions essentiellement supranationales.

1613756_3_7122_standard-poor-s-a-degrade-la-notes-la-grece-a_ee4302a0d766c25879e832e968c843f7

Aujourd’hui, les projecteurs quittent la Grèce pour le gouvernement des capitaliste entourant François Hollande. C’est le pion européen Peter Praet, chef économiste de la Banque centrale européenne, qui envoie la communication de ses mentors : « Il est important que la France mette en œuvre le plan de réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros sur laquelle elle s’est engagée. La mise en œuvre de telles mesures sera déterminante » .

On comprend aisément le message du directoire de la BCE piloté par Goldman Sachs : « Il faut que les ajustements budgétaires se poursuivent dans chaque pays, qu’il n’y ait pas de marche arrière et que l’objet de ramener les déficits publics à 3 % du PIB (produit intérieur brut) demeure d’actualité ».

Les euro-atlantistes qui soutiennent le Premier ministre français vont souffler dans les violons et ce dernier annonce  la modernisation de l’action publique (MAP) qui nous mettra dans les bonnes grâces de la technocratie bruxelloise.

 
47 Commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

RÉFORME MONÉTAIRE

MenthaloJim Sinclair vient de communiquer aux lecteurs de sa lettre confidentielle des informations partielles à prendre au sérieux, que je vais essayer d’interpréter.

C’est une information à manier avec des pincettes. Notez bien qu’elle n’est confirmée nulle part et qu’aucun timing n’est donné.

Jim-Sinclair

Le premier paragraphe semble évoquer un accord monétaire très proche de ce qui se passe aujourd’hui. Actuellement le DTS est un panier de monnaies. Nous entrerions dans une phase où le poids relatif des monnaies aurait été totalement remanié.

Au 1/01/2006,  le DTS était composé de 0,632 USD + 0,4100 EUR +  0,0903 GBP +18,4000 JPY .

Au 1/01/2010, le DTS était composé de 0,660 USD + 0,423 EUR  +  0,111 GBP  + 12,1 JPY

Comme on le voit ci-dessus, le DTS ne regroupait que 4 monnaies, dont 3 des banques occidentales dominantes.

Les Banques Centrales pourraient échanger entre elles une forme de DTSbis, d’après Jim Sinclair. Le  Rouble Russe, le Yuan Chinois, la Roupie Indienne et l’Euro formeraient un panier de monnaies. Apparemment le Dollar ne serait temporairement pas inclus et il n’est pas question de la Livre. Apparemment, nous retrouvons l’alliance monétaire connue des BRIC voulant rabattre la puissance anglo-américaine. La Chine a déjà abondamment œuvré dans ce sens, en supprimant le Dollar de toutes ses transactions commerciales bilatérales. Ce DTSbis, logiquement, ne peut pas être conçu et mis en service par le FMI, qui est une instance anglo-américaine et dont le siège est à Washington. Il s’agirait de l’organisme homologue, créé par la Chine, à l’usage des BRIC.

SI, si tout cela est vrai, cela signifierait que la B.I.S. de Bâle aurait pris des accords avec les BRIC… ou serait en pourparlers dans ce sens.

Notez que Jim Sinclair annonce que la chute du dollar sera brutale et arrivera en un jour (souligné en bleu). Sans en préciser la date… Cela peut très bien advenir dans 8 jours ou dans 6 mois ou dans 3 ans.

Jim Sinclair annonce des événements mais rarement pour le TCT. Si vous ne jouez pas sur les marchés, cela ne vous concerne pas. Notez qu’il parle d’un Euro-Dollar  à 1,50$ , donc ce n’est pas un événement dramatique, puisque nous retournons à cette valeur de manière cyclique.

Si simultanément, l’Or s’envolait également dans toutes les autres monnaies, nous aurions donc une dévaluation généralisée mais aggravée sur le Dollar.

Sur ce graphe de l’Or en Euro, on voit qu’il ne manquait il y a quelques jours que quelques points pour terminer ce pull-back sur la résistance, devenue support. Ce pull-back est donc probablement en train de se terminer, l’or pourrait ensuite aller attaquer et franchir la résistance horizontale pour aller marquer de nouveaux plus hauts. Je ne suis pas ce marché de près et je ne joue pas, mais à voir ce graphe, je pense que c’est le bon moment pour les européens d’acheter leurs napoléons, juste avant la hausse. Mais ne jouez pas cette hausse en bourse !

Or-euro

Un retour de l’Euro fort  handicaperait les pays du Sud de l’Europe, certes, mais  l’Eurozone va-t’elle rester unie? Seuls les menteurs de la BCE l’affirment.

La crise de la dette est à peine commencée.

La crise des produits dérivés est pour l’instant encore maîtrisée par l’entente entre les 5 Banques américaines, qui ont fabriqué ce marché et qui le maîtrisent tant bien que mal, mais pour combien de temps encore ?

 
33 Commentaires

Publié par le 19 décembre 2012 dans Non classé

 

Le marché vu par Menthalo

CJ_napoleon-3,5cmCASINORAMA

Certains se seraient plaints que certaines analyses ne s’étaient pas révélées exactes et qu’ils avaient perdu leurs mises au Grand Casino. Dois-je les plaindre et faire un acte de contrition ?

Les 20.000 lecteurs quotidiens de LIESI peuvent témoigner, que nous déconseillons formellement de jouer en bourse depuis l’origine du blog. Trader Noé donnait des points-clés et ses analyses sur les valeurs boursières des banques venaient donner une réalité aux articles évoquant la crise bancaire et systémique. Quant aux métaux précieux, notre discours est inchangé, protégez-vous ! Achetez pour le Long Terme. Ils seront la cagnotte pour votre retraite, bien mieux que tous les produits financiers offerts par les banques ou les assurances. Les graphes boursiers sont prétexte à évoquer telle ou telle société et dépeindre ce qui se trame derrière, comme le Plan NeXt de France Telecom pour virer les fonctionnaires. Ceux qui jouent sur les marchés le font certainement en connaissance de cause. Personne ne prendrait des risques à miser l’argent du ménage en bourse, sans être capable de faire ses propres analyses, n’est-ce pas ?

A vrai dire, dans notre société dépravée, dont les limites de l’immoralité sont sans cesse repoussées, personne ne semble s’élever contre le fait que les banques offrent à tous et à chacun la possibilité de spéculer sur tout avec des produits financiers que l’immense majorité ne maîtrise pas. Si vous entrez dans un casino et que vous regardez la table du jeu de « la boule », vous pouvez calculer vos chances et celles du casino.

Quelle est l’espérance de gain de la banque quand vous jouez depuis votre écran ? Le savez-vous ? Non, sinon vous ne joueriez pas. Connaissez-vous beaucoup de particuliers qui aient gagné durablement sur ces casinos boursiers ? Moi pas.

Sur le fond, spéculer en bourse n’est pas plus moral que de jouer au poker. Le jeu est un vice.

Que ceux qui ont la faiblesse de s’y adonner ne viennent pas faire porter aux autres le poids de leurs turpitudes.

Boursipapies en folie

Je partage avec vous une histoire d’Albert Edwards de SG CAR, qui m’a beaucoup amusé. Comme quoi, l’argent peut faire péter les plombs.

torture

Certains ont fait bien pire qu’

APPLE 

macintosh-1984

Ca va mal pour Apple.

Je suis client exclusif MacOS depuis 1987, à l’époque, leur macintosh était une petite horreur en matière de design industriel, mais tellement facile d’utilisation. Vous, qui êtes nés avec un PC et un téléphone portable dans votre berceau, vous aurez du mal à imaginer le monde d’avant. En 1984, j’avais acheté un ordinateur pour pouvoir faire des courriers en série mais personnalisés en traitement de texte à mes clients de l’époque. Pour cela, j’avais investi dans un HP-150, qui valait une petite fortune et dons les manuels d’utilisation sous forme de petits classeurs de 18cm de haut et 7cm de large, occupaient 3 mètres de bibliothèque. C’est totalement inimaginable aujourd’hui. Nous avions mis à peu près 3 mois pour apprendre à nous en servir. Ma secrétaire aurait eu cent fois le temps de faire ces mêmes courriers avec une machine à écrire de base !  Le Macintosh, quant à lui était 100% intuitif. Avec 8 jours de hot line pour demander un conseil, quand on était bloqué, on pouvait presque tout faire sans manuel. Depuis, je suis resté un Apple Addict et j’ai transmis le virus à mes enfants.

Pour revenir à 2012, Apple qui s’est depuis développé dans la musique, le téléphone et les tablettes, pourrait être en sérieuses difficultés. Le Iphone 5 vendu encore aujourd’hui 899€ dans les Apple Store se révèle être un échec commercial. Le segment de marché de téléphones intelligents à ce prix est trop étroit. Apple a été obligé de changer brutalement de politique à l’approche de Noël. La grande chaine de distribution américaine Wall-Mart vend désormais l’Iphone5  un tiers moins cher que le prix de lancement d’il y a quelques semaines. Il n’y a donc pas urgence à vous ruer pour Noël sur ce gadget de luxe.

Evidemment, l’Action en pâtit. En fondamental, la baisse de la dynamique des ventes d’une année sur l’autre pourrait justifier la méfiance des investisseurs depuis la publication des résultats en septembre.

APPLE-Ventes

Le support qui a soutenu les cours depuis 145 en juillet 2009 jusqu’à 700 en septembre 2012, vient d’être cassé une première fois en novembre et une deuxième fois, il y a quinze jours. Les cours ont perdu 30% depuis les plus hauts et pourraient redescendre encore d’un étage. Goldman Sachs et ses initiés suiveurs se sont amusés avec la pomme et vont désormais jouer ailleurs.

Le titre, qui a tiré le Nasdaq à la hausse, pourrait désormais le faire chuter. Le ver est dans le fruit.

 
22 Commentaires

Publié par le 18 décembre 2012 dans Non classé

 

Jusqu’à quand les oligarques du cartel bancaire veulent-ils maintenir la Fed et la vitrine ?

fedLes semaines passent, les mois passent, ainsi que les années, mais le message des responsables de la banque centrale américaine est toujours le même. La politique monétaire accommodante, avec toute une batterie de nouveautés selon les saisons, doit parvenir à faire refluer le chômage. Mais de quel chiffre parlons-nous ? Officiellement, les banquiers centraux et les organismes supranationaux avec lesquels ils se prostituent, parlent de 6,5 voire 7,5%. Certains économistes font plutôt référence à 20-25%. C’est un grand écart !

Qu’importe, selon le Times : « Pour aider à réduire le chômage, la Fed a annoncé qu’elle poursuivrait également les rachats mensuels de 85 milliards de dollars de bons du Trésor US et de créances hypothécaires jusqu’à ce que les conditions s’améliorent sur le marché de l’emploi, prolongeant une politique annoncée en septembre ».

fed0Peu importe, ce qui compte c’est de faire avaler le mensonge du travail efficace de la banque centrale américaine. Pourtant, on décèle quelques couacs. C’est ainsi que le grand Ben Bernanke avoue, toujours selon le Times : « Durant une conférence de presse après une réunion de deux jours du principal comité de politique de la banque, M. Bernanke a suggéré que la Fed approchait les limites de sa capacité à aider les chômeurs ». « Si nous pouvions agiter une baguette magique et faire baisser le chômage à 5% demain, de toute évidence nous le ferions, a assuré Ben Bernanke lorsqu’on lui a demandé si la Fed pouvait faire plus ».

Alors, puisque l’impression monétaire explose ainsi que le chômage, avec une croissance qui décline et un pouvoir d’achat des contribuables qui diminue…les banquiers centraux américains peuvent toujours évoquer 2015… La Fed vient en effet de publier de nouvelles projections économiques montrant que la majorité de ses dirigeants ne s’attendaient pas à atteindre le but d’un chômage à 6,5% avant la fin 2015.

PLUS, et après cette date, ce sera 2020 ? Pourront-ils maintenir la vitrine avec ses beaux indices toujours au-dessus de l’Everest ? Où en sera la cohésion sociale ? Faudra t-il encore quelques meurtres pour engager le dialogue sur la nécessité de désarmer l’Américain lambda ?

L’on peut souhaiter bonne chance aux adulateurs de la Fed et de la BCE et interroger les grand prêtres de la Finance : que feront ces banques centrales du stock d’actifs accumulés à leur bilan ?

Vers une crise de confiance

La menace qui plane s’appelle la CRISE DE CONFIANCE. Si cela arriverait ou quand cela arrivera, notre monde connaîtrait ou connaîtra une immense misère. N’est-ce pas ce qu’avait annoncé Madeleine Porsat il y a bien longtemps : « La roue du commerce s’arrêtTERA »… parce qu’il n’y aura plus de confiance.

Mieux vaut prendre de la hauteur sur ce monde où les borgnes sont des légions et les prétendus responsables des incapables qui précipitent les foules aveugles vers l’abîme, qui n’ont pas d’autre ambition que celle de détruire notre civilisation chrétienne pour lui substituer ce que le règne animal ne pratique même pas.

 
70 Commentaires

Publié par le 18 décembre 2012 dans Non classé

 

Le mythe du caractère ‘spontané’ des révolutions arabes

PH_12

Le roi FAISAL AL SAOUD à cette époque n’a pu nier sa parenté familiale avec les juifs quand il a déclaré au WASHINGTON POST le 17 septembre 1969:

« Nous, la famille saoudienne, sommes les cousins des juifs: nous sommes totalement en désaccord avec tout autorité Arabe ou Musulmane qui montrerait un antagonisme aux juifs, mais nous devons vivre en paix avec eux. Notre pays (l’Arabie) est la première fontaine, d’où le premier juif est sorti, et ses descendants se sont dispersés partout dans le monde. » (Source)
Ce n’est plus un secret que les dirigeants saoudiens sont d’origine juive.[Voir le numéro 264 de LIESI.]

Des révolutions arabes programmées dès 2002…

ledeen_aeiAu lieu de participer à la pose des dynamites chez leurs voisins, au lieu de communier au système du Marché, sans doute les dirigeants saoudiens feraient-ils bien de chercher à comprendre pourquoi, en septembre 2002, Michael Ledeen, membre du groupe des néoconservateurs de Georges Bush, écrivait dans The War against the Terror Masters (Guerre contre les maîtres de la terreur) :

« D’abord nous devons en finir avec les régimes terroristes, à commencer par les trois grands : Iran, Irak et Syrie. Puis nous nous occuperons de l’Arabie saoudite. (…) Nous ne voulons de stabilité ni en Irak, ni en Syrie, ni au Liban, ni en Iran ou en Arabie saoudite[1]. Nous voulons que les choses changent. La question n’est pas de savoir s’il faut déstabiliser mais comment le faire. » [Voir le numéro 268 de LIESI en cours de publication.]

 

NUMERO 268 DE LIESI – 15 décembre 2012

remodelageMoyenOrient

Sommaire :    11 Septembre 2001 : le paradigme introductif au chaos – « Diviser pour régner » : rien de nouveau sous le soleil – L’étonnante prophétie d’Anton Johansson – Deux blocs se constituent en vue d’une nouvelle guerre mondiale – Que feront les sionistes ? – La Syrie est au centre de la constitution des deux blocs – Un engrenage dangereux pour les sionistes et la survie d’Israël.

ABONNEMENT OU ACHAT AU NUMERO (cliquer)


[1] Ces propos complètent l’analyse développée dans le numéro 264.

 
62 Commentaires

Publié par le 17 décembre 2012 dans Non classé

 

L’illusion de démocratie et le déni de réalité

liberte-de-la-presse-lot-en-action-2Les turpitudes du ministre du Budget Jérôme Cahuzac, que le site d’information Mediapart accuse d’avoir détenu un compte en Suisse, ne traduisent pas la liberté de la presse et des règles de la démocratie s’exprimant contre un politicien servile du système qui aurait été pris la main dans le sac, mais l’illusion que les règles de la démocratie fonctionnent merveilleusement. Car Mediapart (ou d’autres) par exemple se garde bien de s’en prendre à quelques puissants dans les mains desquels mangent sempiternellement quelques politiques. Bien au contraire, on voit la ligne éditoriale de ce journal soutenir les projets les plus vils et contre nature et là, il s’agit bien de flagorner des puissants soucieux de détruire les derniers remparts de notre civilisation pour lui suppléer l’ordre des barbares.

De temps en temps, une victime est désignée pour cautionner l’illusion que le monde ne change pas et que la liberté de la presse existe réellement. En l’espèce, Jérôme Cahuzac est-il près de la porte de sortie ? Le magazine LyonMag le pense. Peu importe finalement.

2006-10-31_Hillary_Clinton_CFR_BigUne personne plus influente que notre politicien français, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, plus élevée que son mari dans le sérail des sociétés secrètes américaines conspirant pour un Nouvel Ordre Mondial communiste, vient de subir une commotion cérébrale après un évanouissement. Les spécialistes de la communication américaine trouveront toujours les explications à donner, souhaitons que ces accidents de la vie, permettent à ces puissants de méditer sur le fait qu’ils ne sont finalement pas maîtres de grand-chose.

Officiellement, Hillary Clinton, âgée de 65 ans, doit quitter son poste dans un mois. Juste avant Mario Monti. Faut-il voir dans ces départs un hasard du calendrier ? Nous verrons bien.

Ces deux personnages, bien que pantins d’une technocratie qu’ils respectent et craignent certainement, ne sont probablement pas dupes du fait que les prolongations orchestrées par les politiques monétaires des banquiers centraux auront un terme. Il semble assez évident que les oligarques actionnaires de la Fed, véritables propriétaires de plusieurs grandes firmes bancaires de Wall Street, jouent les prolongations. L’argent créé à partir de rien ne sert qu’à entretenir la vitrine.

Pour quelles raisons ?

Les réponses à cette question sont les plus déterminantes pour l’avenir de notre humanité.

 
66 Commentaires

Publié par le 16 décembre 2012 dans Non classé

 

La guerre bactériologique est-elle nécessaire à l’édification de ‘leur’ NOM ?

Des scientifiques annoncent de futurs problèmes bactériologiques à cause du réchauffement et de la fonte des glaces.

guerrebacteriologique0Voici les extraits d’un article de Futura-science : « Si les Hommes dénichent des mammouths dans le pergélisol, les glaces cachent bien d’autres organismes. Des virus, des bactéries ou des champignons sont emprisonnés dans les lacs gelés d’Arctique et d’Antarctique. S’ils étaient réémis dans l’atmosphère, certains d’entre eux pourraient bien devenir dangereux. Le système immunitaire d’un être humain est adapté à son environnement : il serait sûrement incapable de se défendre face à certains virus datant par exemple de 3 millions d’années ! Ainsi, dans le contexte actuel de changement climatique, la communauté scientifique prévient : les calottes fondent, il faut s’attendre à l’arrivée de nouvelles maladies. […]

Certains virus ne survivent pas après le dégel, mais d’autres s’adaptent très bien. C’est typiquement le grand problème de la grippe. Des pandémies de grippe ont frappé périodiquement dans l’histoire. Le siècle dernier, il y a eu la grippe espagnole en 1918, la grippe asiatique en 1957 et la grippe de Hong Kong en 1968. Mais entre ces pandémies, où résidait donc le virus ? Certains suggèrent justement qu’il était emprisonné dans les glaces en Sibérie. […] » (Source)

Le problème est que l’exemple cité sur la grippe espagnole ne correspond pas à la réalité des choses. D’aucuns ont très bien démontré que ce virus a été employé dans le cadre d’une guerre bactériologique engagée par les services US. Autrement dit, le réchauffement climatique pourrait (encore)  avoir bon dos pour cautionner une partie du plan des Elites, lesquelles veulent liquider beaucoup de monde sur terre pour imposer leur Nouvel Ordre Mondial, via une guerre bactériologique grandeur nature… ce qu’annoncent d’ailleurs de nombreuses prophéties.

L’épandage aux Etats-Unis de certains ‘produits inconnus’ et la multiplication de maladies pulmonaires dans certaines régions ont déjà fait l’objet de nombreux articles depuis plusieurs années sur des sites américains.

 
83 Commentaires

Publié par le 15 décembre 2012 dans Non classé

 

Immobilier : le calme de fin 2012 serait-il trompeur ?

dollar-suisse-evasion-fiscale2Les grosses fortunes qui apparemment ne sont pas intéressées par le suivi du programme de mondialisation et de ce qu’il cache, perçoivent tout de même quelques dangers pour leur patrimoine. Ils cherchent donc à se mettre à l’abri des autorités politiques qui, aux ordres de la finance via les Marchés, ont pour mission d’aspirer la richesse des patrimoines des Français.

Pour le moment, il y a quelques mesurettes douloureuses pour tout un chacun, mais le plus gros du programme de racket concerne 2013-2016, si aucun grain de sable ne vient perturber le scénario de l’establishment mondialiste… bien sûr.

Très probablement le conflit qui éclatera au Moyen-Orient mettra le feu aux poudres.

Notons ce matin cette curieuse annonce : Revirement de Moscou« La Russie, alliée de poids du président Bachar Al-Assad, a jeudi pour la première fois envisagé ouvertement une victoire des rebelles en Syrie, secouée par de nouveaux attentats près de la capitale ». Attendons d’en savoir plus.

En attendant, c’est sauve qui peut. Les fortunes liées à la haute finance ont déjà pris leur précaution depuis la fin de l’été 2012 pour les retardataires. Les riches fortunés qui n’appartiennent pas à cette caste privilégiée commencent seulement à réagir. La presse médiatique s’intéresse par exemple en ce moment à l’acteur G. Depardieu.

Nous n’entrerons pas dans les détails qui ne nous regardent d’ailleurs nullement ; nous n’avons pas la fibre communiste de la jalousie (voire de la haine) comme certains. Le point intéressant à relever est que ces personnalités riches en patrimoine immobilier ne parviennent pas à vendre. Voilà l’un des éléments marquant pour les prochains mois en France. L’immobilier donne des signes de plafonnement : marché anémique ou acheteurs et vendeurs s’examinent…

« Vent de panique chez les grandes fortunes françaises… A en croire les grands réseaux immobiliers de luxe, de plus en plus de riches propriétaires peinent à se défaire de leurs duplex et autres villas de rêve dans l’espoir de partir à l’étranger et d’échapper au tour de vis fiscal du gouvernement.

temperature‘‘En sept mois, les mandats de ventes des biens immobiliers à plus d’un million d’euros sont passés de 700 à 1200. Du jamais vu en trente ans de carrière !’’, lâche Charles-Marie Jottras, président du réseau Féau. Même son de cloche chez Barnes, autre grande enseigne spécialiste dans le luxe, où l’on assure qu’un tiers des mises en vente de biens de plus de 3 millions d’euros a pour motivation l’exil fiscal. Problème : les propriétaires doivent faire face à une pénurie d’acheteurs. Entre juin et août les transactions de biens immobiliers à plus d’un million d’euros ont chuté de 16% sur un an, et celles à plus de deux millions de 38%, selon les notaires. Blocage qui s’est encore amplifié depuis la rentrée de septembre… » (Source)

Demain, et cela a même commencé selon quelques spécialistes de l’immobilier et un agent de la fiscalité qui nous fréquente en ce moment, les biens situés entre 100.000 et 250.000 euros connaîtront eux aussi un marché anémique, car les banques refuseront les prêts en cascade.

 
50 Commentaires

Publié par le 14 décembre 2012 dans Non classé