RSS

Les Grecs souffrent pour payer la Troïka et son système d’usure

29 Déc

Avec une économie qui s’est contractée durant 5 longues années et un taux de chômage record de 25%, les habitants du nord de la Grèce n’ont pas les moyens de chauffer leurs maisons. Des villages n’ont pas reçu de subventiosn de l’Etat pour chauffer les écoles et plusieurs maires ont annoncé qu’ils allaient fermer les écoles plutôt que de voir les enfants greloter.

grece-misere-SDF-chomage-300x174De nombreuses personnes âgées se regroupent dans un centre afin de profiter d’un chauffage commun.

Voilà la conséquence des mesures d’austérité avec l’hiver en Grèce. Le prix du mazout a grimpé de 48 pour cent sur ​​un an, selon l’International Energy Agency, une organisation basée à Paris. Ce qui renchérit considérablement le coût, c’est la taxe qui peut représenter jusqu’à 42 pour cent du coût total ! Les gens abandonnent le fioul pour le bois, mais là aussi les prix grimpent et les importations se font de Bulgarie.

Le plus grave, ce sont les commentaires selon lesquels les gens n’ont pas assez d’argent pour acheter du pain. Les boulangeries ferment par manque de clients. Les pauvres gens font les poubelles. Les personnes âgées qui ont vécu les affres de la Seconde Guerre mondiale disent que si cela continue il faudra vendre les meubles pour avoir de quoi survivre.

Publicités
 
56 Commentaires

Publié par le 29 décembre 2012 dans Non classé

 

56 réponses à “Les Grecs souffrent pour payer la Troïka et son système d’usure

  1. babeth

    29 décembre 2012 at 9 h 41 min

    25 % de chomage, si ils comptent de la même manière qu’en france
    on peut largement doubler ce chiffre
    ce qui est vraiment dramatique
    et avec tout ça , ils augmentent les taxes à tout va
    il faudrait peut être juste réduire le train de vie des élus

     
    • Raiford

      29 décembre 2012 at 18 h 06 min

      « il faudrait peut être juste réduire le train de vie des élus »

      Il ne faut pas rêver, babeth. Ces gens là ne se feront pas Hara Kiri.
      Il faudra une révolution ou un coup d’état…

       
  2. jaicruvoir

    29 décembre 2012 at 9 h 48 min

    Ils n’ont que ce qu’ils méritent, le Pasok les a mis dedans qu’ils y restent. Les citoyens sont responsables de leurs dirigeants.

    Après c’est le tours des autres pays qui ont été géré par les socialistes et bientôt la France

    Alors mieux vaut se préparer que de les aider.

     
    • Astrogrosnaute

      29 décembre 2012 at 10 h 05 min

      un commentaire digne d’un âne.

      Vous travaillez à l’Union Européenne? J’ai affaire peut-être à Angela Merkel? Ou un allemand aigri?

       
    • Elle court, elle court, la rumeur ...

      29 décembre 2012 at 10 h 45 min

      La Grèce a visiblement dans ses eaux maritimes des gisements pétroliers et gaziers d’une importance et d’une richesse exceptionnelles.
      Cette nouvelle devrait faire la une de tous les journaux et un article remarquablement détaillé a été écrit sur le sujet en mars 2012 par F. William Engdahl, journaliste américain, spécialiste des questions énergétiques et géopolitiques.

      Depuis des millénaires, les richesses d’un sous-sol ou des eaux territoriales d’un pays appartiennent au pays lui-même et à son peuple. Il n’y a même pas besoin de se référer à une quelconque doctrine idéologique pour le savoir et le constater… Ces gisements seraient visiblement totalement suffisants pour permettre à la Grèce de se désendetter.

      Foskolos déclare qu’il y aurait 22 milliards de barils de pétrole au sud de la Crète ; il estime les perspectives de développement en la matière à 2016-2017, et déclare que le sud de la Crète est aussi riche que l’Iran.

      Alors Oui :

      J’accuse nos technocrates de brader les intérêts des Européens

      J’accuse les politiques élus de leur faciliter la tâche

      J’accuse nos médias, par leur silence indigne, de participer activement à ce dépeçage .

      Et je ne dirais pas : Bon appétit Messieurs… !!!! MAIS plutôt, l’heure est venue de rentrer en Résistance.

      P.S. N’oubliez pas de recommander ce billet pour qu’il ait la plus large diffusion possible. Merci

      http://sarko-verdose.bbactif.com/t439-des-dizaines-de-milliards-de-barils-de-petrole-en-grece

       
    • Youpla

      29 décembre 2012 at 10 h 46 min

      Il est vrai que le résultat des dernières élections m’a déçu en ce sens que les grecs n’ont fait que remettre au pouvoir les mêmes gugusses (genre umps). A croire que les grecs aiment souffrir.

       
      • Antilluminati

        29 décembre 2012 at 12 h 19 min

        sous le coup de la colère, on fait n’importe quoi.
        créer le chaos a toujours eu cet effet, c’était voulu et prévu.

         
    • amas

      29 décembre 2012 at 11 h 30 min

      Bien dit, ils ont voté pour les banksters en juin 2012, je trouve même que leurs bourreaux sont relativement doux, qu’ils en bavent encore et encore AUCUNE PITIE, QU’ILS SE FASSENT BIEN SAIGNER PAR LA TROÏKA.

       
      • Le chat

        29 décembre 2012 at 12 h 11 min

        Merci a la rumeur de nous rappeler certains faits importants.
        Pour rapel la Grèce est semble t-il riche de ses fonds marins.
        Le pauvre peuple ne décide de rien!
        Il se passe ce qu’il s’est tjrs passé en Afrique, la vermine a envoyer des assassins économiques liquider le pays et cela dans un but unique, s’approprier cette manne pétrolière.
        Je crois qu’il ne faut pas oublier que si nous possédions les richesses de l’Irak, nous aurions été assassiné comme eux et pas maintenu gentillement sous perfusion.
        Les medias ont focalisés les yeux du monde entier sur un pays qui représente 1% du PIB de l’Europe en nous expliquant que c’est à cause d’eux tout ce qui arrive.
        Le résultat on le retrouve dans nos commentaires qui affligent ce Peuple….

         
      • amas

        29 décembre 2012 at 13 h 10 min

        « Le résultat on le retrouve dans nos commentaires qui affligent ce Peuple… »
        Quand j’afflige ce peuple ce n’est pas avec les « arguments » des bofS de figaro « les grecs ne travaillent pas assez », « les grecs ne paient pas d’ impôts pour la rothschild-dette » …
        NON ET DE LOIN, LA SEULE CHOSE QUE JE REPROCHE AUX GRECS C’EST D’AVOIR VOTE POUR LEURS BOURREAUX ET LES NÔTRES AUSSI

         
      • PhiliP

        29 décembre 2012 at 23 h 28 min

        J’en connais plein (je veux dire trop), des gens qui voterons « selon leur conviction » jusqu’au bout ! Même si je leur présente un argument imparable (la loi de 73 entre autre), il ne voterons, de leur propre aveux, pas autrement que de la manière dont ils ont toujours voté…Moi, vous me présentez un coco qui veux mettre fin à la loi de 73 et à l’immigration massive, je vote de suite pour lui, ce qui prouve que je ne suis pas obtus…Les concitoyens que je côtoie, si ! Alors préparez vous à sauter du train, ou a vous faire exécuter au bout du chemin…Très peu de juifs ont sauté du train, beaucoup ont terri…C’est triste, c’est la réalité et l’histoire, souvent se répète…

         
    • michel

      29 décembre 2012 at 11 h 33 min

      jaicruvoir, vous dîtes : » Les citoyens sont responsables de leurs dirigeants. »
      Ne croyez-vous pas que ce devrait être le contraire?
      Votre imagination débordante « jaicruvoir » vous empêche, semble-t’il, de regarder la misère des Grecs! Etes-vous à ce point insensible au bon sens?

       
      • pasglop

        29 décembre 2012 at 13 h 33 min

        Le criminel c’est l’électeur:

         
      • michel

        29 décembre 2012 at 15 h 58 min

        Discours du Pape Pie VI
        prononcé au Consistoire secret du 11 juin 1793. – extraits-

        « …Le Roi très Chrétien Louis XVI a été condamné au dernier supplice par une conjuration impie et ce jugement s’est exécuté. Nous vous rappellerons en peu de mots les dispositions et les motifs de la sentence. La Convention Nationale n’avait ni droit ni autorité pour la prononcer.

        En effet, après avoir aboli la monarchie, le meilleur des gouvernements, elle avait transporté toute la puissance publique au peuple, qui ne se conduit ni par raison, ni par conseil, ne se forme sur aucun point des idées justes, apprécie peu de chose par la vérité et en évalue un grand nombre d’après l’opinion ; qui est toujours inconstant, facile à être trompé, entraîné à tous les excès, ingrat, arrogant, cruel… La portion la plus féroce de ce peuple, peu satisfaite d’avoir dégradé la majesté de son Roi, et déterminée à lui arracher la vie, voulut qu’il fût jugé par ses propres accusateurs qui s’étaient déclarés hautement ses plus implacables ennemis. Déjà, dès l’ouverture du procès, on avait appelé, tour à tour, parmi les juges quelques députés plus particulièrement connus par leurs mauvaises dispositions, pour mieux s’assurer de faire prévaloir l’avis de la condamnation par la pluralité des opinions…

        …Aussi a-t-on publié dans la vie imprimée de l’impie Voltaire, que le genre humain lui devait d’éternelles actions de grâces comme au premier auteur de la Révolution Française.

        C’est lui, dit-on, qui en excitant le peuple à sentir et à employer ses forces, a fait tomber la première barrière du despotisme : le pouvoir religieux et sacerdotal. Si l’on n’eût pas brisé ce joug, on n’aurait jamais brisé celui des tyrans. L’un et l’autre se tenaient si étroitement unis que le premier, une fois secoué, le second devait l’être bientôt après. En célébrant comme le triomphe de Voltaire la chute de l’Autel et du Trône, on exalte la renommée et la gloire de tous les écrivains impies comme autant de généraux d’une armée victorieuse. Après avoir ainsi entraîné, par toutes sortes d’artifices, une très grande portion du peuple dans leur parti pour mieux l’attirer encore par leurs œuvres et par leurs promesses, ou plutôt pour en faire leur jouet dans toutes les provinces de France, les factieux se sont servis du mot spécieux de liberté, ils en ont arboré les trophées et ils ont invité de tous côtés la multitude à se réunir sous ses drapeaux. C’est bien là, véritablement, cette liberté philosophique qui tend à corrompre les esprits, à dépraver les mœurs, à renverser toutes les lois et toutes les institutions reçues. Aussi fut-ce pour cette raison que l’Assemblée du Clergé de France témoigna tant d’horreur pour une pareille liberté, quand elle commençait à se glisser dans l’esprit du peuple par les maximes les plus fallacieuses. Ce fut encore pour les mêmes motifs que Nous avons cru, Nous-mêmes, devoir la dénoncer et la caractériser en ces termes :

        Les philosophes effrénés entreprennent de briser les liens qui unissent tous les hommes entre eux, qui les attachent aux Souverains et les contiennent dans le devoir. Ils disent et répètent jusqu’à satiété que l’homme naît libre et qu’il n’est soumis à l’autorité de personne. Ils représentent, en conséquence, la Société comme un amas d’idiots dont la stupidité se prosterne devant les prêtres et devant les rois qui les oppriment, de sorte que l’accord entre le Sacerdoce et l’Empire n’est autre chose qu’une barbare conjuration contre la liberté naturelle de l’homme. Ces avocats tant vantés du genre humain ont ajouté au mot fameux et trompeur de liberté cet autre nom d’égalité qui ne l’est pas moins. Comme si entre des hommes qui sont réunis en société et qui ont des dispositions intellectuelles si différentes, des goûts si opposés et une activité si déréglée, si dépendante de leur cupidité individuelle, il ne devait y avoir personne qui réunît la force et l’autorité nécessaires pour contraindre, réprimer, ramener au devoir ceux qui s’en écartent, afin que la Société, bouleversée par tant de passions diverses et désordonnées, ne soit précipitée dans l’anarchie et ne tombe pas en dissolution… »

        …Laissons-le donc s’endurcir dans sa dépravation puisqu’elle a pour lui tant d’attraits, et espérons que le sang innocent de Louis crie en quelque sorte et intercède pour que la France reconnaisse et déteste son obstination à accumuler sur elle tant de crimes, et qu’elle se souvienne des châtiments effroyables qu’un Dieu juste, Vengeur des forfaits, a souvent infligés à des Peuples qui avaient commis des attentats beaucoup moins énormes. »

         
      • Fifibrindacier (@FifiBrind_acier)

        29 décembre 2012 at 18 h 25 min

        Lorsque l’ancien Président grec a proposé de faire un référendum sur les plans d’austérité, il a été viré comme un malpropre et remplacé par un ancien de Goldman Sachs, comme Monti en Italie, sans être passé par une quelconque élection…. C’est le « despotisme éclairé » du néolibéralisme. Le pouvoir est destiné à l’élite qui sait ou à leurs larbins.

        Je ne crois pas que qu’il y ait en Grèce un seul parti qui propose la sortie de l’ UE et de l’euro.
        Si Hollande traîne les pieds à appliquer les directives du FMI publiées fin Octobre, (Baisse des salaires, des retraites, fin des CDI etc) , c’est ce qui nous pend au nez, un Mario Monti quelconque. Ils en ont plein de disponibles….

         
      • tikehau

        29 décembre 2012 at 18 h 45 min

        Tout à fait Fifibrindacier « Si Hollande traîne les pieds à appliquer les directives du FMI publiées fin Octobre, (Baisse des salaires, des retraites, fin des CDI etc) , c’est ce qui nous pend au nez, ».

        ***** Ces décisions seront prises au plus tôt en 2013 *****.

        Et au sujet de la fin du monde évoquée, vous êtes vous tous retournés pour voir si vous aviez des ailes dans le dos ? Vous ne portez pas de grandes aubes blanches ? Serions-nous alors déjà mort depuis la nuit du 21/12/2012 ? J’attends angoissé le témoignage d’une personne qui n’aurait pas dormi cette nuit là.

        Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et tous !

         
    • Marier

      29 décembre 2012 at 11 h 37 min

      Bonjour ,

      Au vu de votre ignorance … je vous présente deux documentaires à ne pas manquer !

      *** CATASTROIKA Version Française sous titrée

      A l’heure où les grecs et les espagnols se révoltent contre l’austérité, les français sont priés de soutenir le visage gras du FMI qui est l’instrument de cette « cure d’amaigrissement » drastique imposée aux nations. L’arme de la dette, et son corollaire l’austérité, sont illustrés et analysés dans ce documentaire grec sur les ravages des politiques mondialistes tout en évoquant les alternatives.

      *** Debtocracy

      Pour la première fois en Grèce, un documentaire produit par le public. « Debtocracy » cherche les causes de la crise de la dette et propose des solutions, cachés par le gouvernement et les médias sociaux.

       
    • Marier

      29 décembre 2012 at 11 h 41 min

      C’est peut etre aussi la faute des espagnols si le parlement a décidé , il y a deux jours de privatiser les hopitaux publics !!! cher « jaicruvoir  » … je vous pleins

       
    • tikehau

      29 décembre 2012 at 16 h 19 min

      Sûr qu’ils ont été aidés … par Siemens (armement), par Bouygues et par Vinci (BTP et jeux Olympiques), par la BCE (Goldman Sachs and Co) et j’en passe.

      En France il y en a au moins un qui est prêt, c’est jaicruvoir car la gauche est au pouvoir.

      Il est vrai que personne n’ignore que l’armement, le BTP et les banques sont le terreau vertueux du socialisme mis en pratique.

      A ce propos, le socialisme ça existe encore ? J’avais cru qu’il n’y avait plus aucunes différences entre les politiques de droite et de gauche depuis au moins 1983, année qui marqua la rupture sociale par une marche forcée vers un libéralisme sans entraves dont nous subissons aujourd’hui les affres.

      Causes et conséquences, quant tout se mélange on n’y comprend plus rien !.

      Mondialisation ? vous avez dit globalisation ?

       
      • Charliebrown

        29 décembre 2012 at 21 h 03 min

        Je crois que tous les pays d’ Europe risquent de vivre la même chose que la Grèce. Les « il n’ y a qu’ a », « il suffit de »,  » c’ est simple » ils sont réducteurs et surtout stérile. Qui plus est, ils nous donnent bonne conscience car nous, nous sommes les plus forts , rien ne peut nous arriver

         
    • Raiford

      29 décembre 2012 at 18 h 03 min

      « Ils n’ont que ce qu’ils méritent »
      Attention, jaicruvoir : on va bientôt nous dire la même chose en France.

       
    • Charliebrown

      29 décembre 2012 at 19 h 45 min

      Pourquoi êtes vous plein de haine pour ces gens là.
      Ils ne sont pas responsable, c’ est les Politiques qui ont tout saloper

       
  3. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 10 h 20 min

    Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

     
    • Elle court, elle court, la rumeur ...

      29 décembre 2012 at 10 h 20 min

      VOST de la conférence de presse du 19 décembre 2012 à Washington DC, où les députés Walter Jones (R) et Charles Rangel (D) menacent Obama de destitution s’il déploie des troupes US en Syrie sans aval du Congrès.

       
      • Elle court, elle court, la rumeur ...

        29 décembre 2012 at 10 h 37 min

        Si Barack Obama venait à déployer des troupes américaines en Syrie sans l’aval du Congrès – ce qu’il avait fait en Libye – il serait immédiatement destitué ; c’est le message qu’ont fait parvenir les députés Walter Jones et Charles Rangel lors d’une conférence de presse à Washington le 19 décembre dernier. L’événement, auquel ont participé deux anciens officiers du renseignement militaire américain, était modéré par Jeffrey Steinberg, du magazine de stratégie fondé par Lyndon LaRouche, l’Executive Intelligence Review (EIR).

        Walter Jones, député républicain de Caroline du Nord, est l’auteur de la Résolution HCR 107 cosignée par 13 autres députés républicains et démocrates ; elle appelle à la destitution du Président américain en cas de violation de la loi sur les pouvoirs de guerre accordant aux seuls représentants du peuple le droit d’engager les Etats-Unis dans un conflit armé.

        Il était rejoint par le député démocrate de New York Charles Rangel, un des derniers représentant de l’aile rooseveltienne du Parti démocrate. Elu depuis 1971 et malgré les nombreuses attaques politiques contre lui, Rangel fait figure d’autorité à Washington : il est un vétéran de la guerre de Corée et membre-fondateur du groupe des élus noirs au Congrès. Il a notamment rappelé que la Syrie ne pose aucune menace à la sécurité nationale des Etats-Unis et que si quelqu’un pensait le contraire, il lui faudrait d’abord se présenter devant le Congrès pour prouver que c’était bel et bien le cas.

        Le colonel Walter Patrick Lang, ancien directeur de la Defense Intelligence Agency (DIA) pour le Moyen-Orient, et le lieutenant-colonel Anthony Shaffer, ancien officier du renseignement militaire chargé d’Al Qaida, ont également pris la parole pour rappeler comment le renseignement avait pu servir de propagande sous le règne de George W. Bush.

        http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/syrie-obama-destitue-s-il-rejouait-le-scenario.html

         
    • Fifibrindacier (@FifiBrind_acier)

      29 décembre 2012 at 19 h 27 min

      Elle cout, elle court, la rumeur…
      Merci à vous pour cette vidéo sur Obama, ainsi que sur les décisions militaires les Présidents qui l’ont précédé. Ils sont passés outre le pouvoir de décision du Congrès pour déclencher les guerres, parfois sans l’accord de l’ ONU non plus.

      On peut constater que la démocratie aux USA n’est pas en meilleur état qu’en Europe….

      Ce qui m’étonne un peu, c’est que dans leurs arguments, aucun n’est fait référence au Droit International qui interdit d’attaquer un pays qui ne vous menace pas. Il faut dire que même en France, l’argument ne court pas les rues.

      Pas de référence non plus aux populations victimes par millions des interventions militaires US, seuls comptent leurs enfants tués au combat. Mêmes les plus opposants ont un mode de pensée tournée vers l’intérieur de leur pays… Drôle de pays !

       
  4. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 10 h 52 min

    Les inconnus, intégrale des sketchs

     
  5. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 10 h 54 min

    BIJOUR Monsieur Vincent

     
  6. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 11 h 02 min

    Les Inconnus – Préservatifs européens

     
    • Elle court, elle court, la rumeur ...

      29 décembre 2012 at 11 h 06 min

      La vaseline Européenne !!!

       
  7. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 11 h 12 min

     
    • Fifibrindacier (@FifiBrind_acier)

      29 décembre 2012 at 19 h 58 min

      Je viens juste de relire le livre de Rocard:  » Français si vous saviez.. », il est bien responsable aussi de cette usine à gaz européenne. Je recommande à tous la lecture de ce bouquin, il fourmille d’informations sur le PS vu de l’intérieur, sur la politique française depuis 40 ans, c’est pas triste !
      Voici ce que disait Rocard:

       » L’Europe représente un défense puissante à la volonté d’expansion du capitalisme américain, c’est une condition majeure de protection de notre modèle social. L’ Europe est un projet de civilisation. »

      Remarquez, Mélenchon n’était pas en reste, en 1992, il défendait le Traité de Maastritch, en disant:
       » C’est un compromis de Gauche, un contrepoids à la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux. Nous avons une chose formidable, un pouvoir + grand du Parlement, un pouvoir plus grand des Instances démocratiques, et un début d’ Europe des citoyens !  »

      Je ne suis pas certaine qu’au PS on lise vraiment les Traités. Ou alors, ils ne comprennent pas ce qui est écrit.

       
  8. trocadero

    29 décembre 2012 at 11 h 26 min

    Lyndon LaRouche importante interview avec le Washington Times. Il faut être extrêmement cynique de ne pas être eciste cuentaque pas aujourd’hui, ni un homme d’Etat dans le monde peuvent entrer à éclipser LaRouche. Je ne veux pas dire comme un ventilateur dans une rock star autre, mais comme un être pensant. Quelque chose que je comprends comment fonctionne le monde.

    Lyndon LaRouche était un paratonnerre de la controverse il ya 20 ans. Un candidat vivaces démocrate à la présidence, les vues économiques et politiques LaRouche étaient étroitement liés dans une philosophie que les démocrates Autres tourné en dérision comme «marginaux».

    Un séjour dans une prison fédérale l’a fait sortir de l’œil national, mais LaRouche continue de partager son point de vue. Au cours des dernières décennies, j’ai joué un rôle actif dans l’évolution de prévisions financières, la promotion de l’utilisation de la technologie de fabrication, et mettant l’accent sur l’exploration spatiale, entre autres choses. Dans cette première partie d’une interview candide, LaRouche Explique comment l’Amérique peut récupérer sa vitalité économique, discute les limites du libre-échange, décrivent ce qui pourrait être fait pour redynamiser le secteur de la fabrication, et bien plus encore.

    Joseph F. Cotto: L’Amérique reste embourbé dans la foulée lente de la Grande Récession. Comment pensez-vous que notre pays ne peut réclamer que sa vitalité économique?

    Lyndon LaRouche: Pour être plus précis et bref les deux: j’ai à septembre de suite ensemble spécifique de mesures de réforme qui réponde aux exigences d’une combinaison la plus urgente des trois éléments de la politique économique nationale:

    1. Un plus urgent de revenir à Glass-Steagall politique en tant que telle. Alors que Glass-Steagall mettrait fin à l’entraînement hyper-inflationniste qui a été officiellement lancé à la fin de la présidence Clinton, [elle] doit être reconnue comme étant seulement un indispensable «plate-forme», comme pour le président Franklin Roosevelt, pour élimination des racines de le présent hyper-inflationniste de spin qui a repris le contrôle de la ACERCA transatlantique économies depuis Septembre 2007 aux Etats-Unis lui-même.

    2. Nous devons revenir à la banque nationale qui a été Politiques en vigueur avant le lancement de l’Administration Andrew Jackson, y compris le précédent d’un système de crédit fédérale en vigueur sous le président John Quincy Adams, un crédit fédéral Quel système serait caractérisé par la forme du crédit bancaire national pour la réalisation des objectifs prédéterminés pour les dates futures spécifiées. Il s’agit de la seule base d’un cadeau, la récupération physique fait-économique des États-Unis actuellement.

    3. De plus il doit y avoir des projets spéciaux nationaux caractérisée par la réalisation des objectifs de NAWAPA, avec les mêmes objectifs globaux de l’NAWAPA fin des années 1960, mais avec des ajustements pour les progrès des technologies adaptées aux technologies actuellement disponibles, qui doit être complétée par spéciale programmes de conception de machines-outils de toute urgence nécessaires pour amener le saccage destructeur des « 68er » tendances culturelles sous contrôle, pour des raisons de désespérément besoin de revenir à l’économie réelle.

    Cotto: Les économistes éminents et les politiciens disent que le libre échange ne ​​profitera Amérique dans le long terme. Quelles sont vos opinions sur cette idée?

    LaRouche: Ils répètent les mêmes arguments ont manqué à notre économie nationale qui à un rythme accéléré, puisque les « 68er » saccages, surtout depuis 2007. Tous les économies prospères remplaçant dépendent de l’épuisement de ce qui existait dans le passé, par des progrès dans les futurs remplacements nécessaires de toute urgence, avec de meilleures méthodes, et avec des technologies supérieures. Sinon, nous aurions plonger dans l’attrition et la décadence liée Quels nous a tourmentés depuis la fin de la guerre d’Indochine des années 1960.

    Cotto: Une des raisons pour lesquelles l’économie américaine ne parvient pas toujours à sortir de la Grande Récession est qu’elle produit une diminution du nombre de biens matériels. Que diriez-vous peut-on faire pour relancer le secteur manufacturier? Honnêtement, est-ce encore possible aujourd’hui?

    LaRouche: Comme je suis certain que vos cercles adéquatement le savez, notre principale difficulté a été la reprise économique du principe du progrès économique – en fait, l’accélération au taux en vigueur depuis le lendemain de l’assassinat du président Kennedy. Sans une correction de cette tendance aujourd’hui, outre-Atlantique, en particulier la civilisation, est condamné: Nous sommes au mégot de nos dernières décennies de folie.

    La perte d’une grande partie des capacités de conception de machines-outils représentés par qui avait été l’héritage de la machine-outil de conception-construction américaine entraînée automobile, aéronautique, d’espace et de possibilités, depuis l’effondrement virtuel de « Detroit », doit maintenant être remplacé par des «machines-outils de conception» des programmes de relance et améliorer les améliorations technologiques, les programmes dont nous dépendons, absolument, à une reprise du tout devait être rendu possible.

    Cotto: Libertarian théoriciens de l’économie qui ont tendance à croire les déficits commerciaux sont d’une importance minime. Ce que ces déficits ont un grand impact sur ​​l’économie américaine?

    LaRouche: Qu’est-ce que parfois ma-identifiés comme étant commerce déficits sont en réalité l’effet de l’effondrement du progrès technologique. Nous avons besoin d’un «protectionniste» politique d’un Certain type très particulier: le progrès scientifique et technologique, plutôt que la mort de l’ancien système des nations souveraines en Europe occidentale et centrale. Nous devons protéger notre économie saine scientifique et technologique de progrès. Et, alors nous n’aurions aucune crainte de poursuite «concurrence». Jeux financière ne sera jamais un substitut réel pour la science axée sur le progrès économique.

    Cotto: Au cours des temps difficiles comme celles-ci, robuste politique de sécurité nationale est essentielle. Alors que l’Amérique peut continuer à renforcer les relations avec les alliés éprouvés, il faudrait faire davantage pour prévenir contre le terrorisme intérieur aussi bien. Quelles sont vos opinions en ligne éditeurs question la plus difficile?

    LaRouche: Pour parler en termes généraux, le terrorisme n’a jamais changé pour le mieux depuis Adolf Hitler et sœurs des cas, et souvent pour le pire, ou même de manière prospective le pire. En effet, la variété contemporaine est encore plus génocidaire ampleur et la profondeur combinée à celle de l’effet du régime nazi sur l’Eurasie dans la Seconde Guerre mondiale. Comme un apatride Pratiquement Europe sous les pattes d’un Tony Blair, ont montré, comme le cas des tendances au Portugal, en Espagne, en Italie et en Grèce. De plus, comme ailleurs dans le «Euro» région, nous a montré aujourd’hui. Il n’est ni injuste ni «discriminatoire» de souligner que l’Europe s’est poursuivi sous les pattes de « Blair » est déjà au bord de quelque chose jusque-là au-delà des notions précédentes de l’Europe moderne.

    Le terrorisme existe et se propage; fait qui le parraine? Nous avons urgemment besoin de stabilité en matière Quel Blair a beaucoup fait pour détruire en Eurasie depuis son prétexte frauduleux pour le lancement de la deuxième guerre en Irak, et menace maintenant d’amener les deux entre les États-Unis, et aussi à travers le monde entier. Nous sommes présentement en vol stationnaire au bord de la guerre thermonucléaire. Notre États-Unis, sous la direction correcte, pourrait arrêter cette Prévalence et connexes de la folie, qui menaçait l’ensemble de la civilisation aujourd’hui.

    http://c.washingtontimes.com/neighborhood/conscience-realist/2012/dec/28/lyndon-larouche-explains-how-americas-economy-can-/#ixzz2GMQGntV3

     
  9. BYEURO

    29 décembre 2012 at 11 h 31 min

    Jacques Delors suggère au Royaume-Uni de quitter l’UE
    Face aux réticences de David Cameron en matière d’intégration européenne, Jacques Delors, ex-président de la Commission européenne, suggère vendredi au Royaume-Uni de quitter l’Union européenne et d’opter pour une autre forme de partenariat.
    http://www.franceinfo.fr/europe/jacques-delors-suggere-au-royaume-uni-de-quitter-l-ue-846019-2012-12-28

     
  10. Espoirdepaix

    29 décembre 2012 at 13 h 13 min

    Les 75 % censurés par les Sages, Ayrault annonce un nouveau dispositif ;
    http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/impots-le-conseil-constitutionnel-censure-la-taxe-a-75-7747169.html

     
  11. larevolutionpacifique

    29 décembre 2012 at 13 h 37 min

    A reblogué ceci sur la révolution pacifique blog libre.

     
  12. alalumieredunouveaumonde

    29 décembre 2012 at 14 h 53 min

    Bâle III : quand l’or devient un actif Tier I
    l or devient une valeur a partir du premier janvier
    http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/

     
  13. lafete-est-finie

    29 décembre 2012 at 16 h 06 min

    triste retour de baton!
    mais je suis bien curieux de savoir ou sont passé tous ces milliards
    qui en a profité?
    les promoteurs immobiliers, constructeurs, politiciens, banquiers, vendeurs d’armes, une bonne partie des tricheurs en tous genre… a mon avis les grecs se sont frottés les mains voila 10 ans mais le peuple a du recolter des miettes croyant au miracle europeen de l’argent emprunté tombant du ciel ..aujourd’hui c’est le ciel qui leur tombe sur la tete.
    Ou sont passés les syndicats, ceux qui font toujours greve pour avoir encore plus d’ avantages gratuit sur le compte de la collectivité
    On voit aussi les limites d’un systeme basé sur la greve et les acquis sociaux…autre specialité française
    et on se demande aujourd’hui pourquoi l’investissement et les emplois se tarissent

     
  14. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 16 h 21 min

     
  15. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 16 h 38 min

     
  16. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 16 h 42 min

     
  17. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 16 h 48 min

     
  18. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 16 h 53 min

    Les Archives Oubliées – Le jeu de l’argent ==
    ****************************************

     
  19. ze

    29 décembre 2012 at 17 h 11 min

    édifiant

     
  20. khella

    29 décembre 2012 at 17 h 39 min

    Nous ne sommes pas en Grèce mais en France, et je peux vous dire que le tarif du gaz de chez Antargaz bat tous les records d’augmentation.
    En une année le prix de la tonne a augmenté de 43% !
    Je n’ai aucun moyen de contrôle.

     
  21. oyagaelewee

    29 décembre 2012 at 18 h 41 min

    on a intérêt tous à se regrouper dans des eco-villages autonomes, des bases durables.
    je ne vois pas d’autre solutions pour contrer le projet mondialiste et il me semble que la vie attend cela de nous, de muter vers cette voie la ou mourir.

    Finalement, les satanistes (illuminatis comme ils s’appellent, je dirais plutôt « obsurantis ») participent au plan divin incarné dans la dynamique des cycles du temps qualifié.

     
  22. Christian

    29 décembre 2012 at 19 h 30 min

    Il faut différencier ce qui se passe en Grèce, Espagne, Italie d’avec la France. Dans ces pays les autochtones en temps normal ou en temps de rigueur sont solidaires, ils s’entraident et ils ne lèvent pas le poing contre leurs concitoyens. La montée de la misère extrême peut expliquer que dans ces pays certaines dégradations (vitrines brisées, automobiles brûlées…), certains vols de nourriture sont produits au détriment des autres concitoyens.

    Mais attendez de voir ce qui se passera en France, si d’ici là le traité international pour la refonte du système financier et économique n’est pas signé. Car la montée de la misère va monter et rien ni personne ne pourra rien changer.

    Vu l’esprit d’individualisme, d’égocentrisme… qui règne dans l’hexagone la vie deviendra plus insupportable (le mot est faible) que dans tous les autres pays développés.

    Ce sera beaucoup plus rude surtout pour ceux qui papillonnent de site en site, de blog en blog en grappillant ici et là quelques informations sur l’évolution de la scène mondiale, laissant au fil des jours leurs commentaires puérils et inaboutis. Ceux qui ne profitent pas du temps favorable de l’actuelle paix civile pour trouver les explications de fond qui leur permettraient une fois pour toutes d’avoir une connaissance complète sur ce sujet central.

     
  23. zapatta

    29 décembre 2012 at 19 h 40 min

    L’année enfumée

    En ces dernières nuits de 2012, l’année bi-mémorandaire part littéralement en fumée. La presse faisait même sa une hier vendredi (28/12) sur cette épaisse fumée qui rend l’air si irrespirable depuis un mois, on ne bascule pas impunément en effet, vers la civilisation du bois (de chauffage). Et nous regrettons souvent d’avoir ouvert si ce n’est que brièvement nos fenêtres, car la fumée s’infiltre aussitôt dans nos appartements. De ce point de vue, à Athènes comme en Thessalie par exemple, c’est du pareil au même.

    « La presse faisait même sa une » – « 6 Jours » 26/12

    Arrivé ainsi de nuit à Athènes, j’ai pu observer le smog de la capitale et surtout, le sentir. Certains voyageurs en avaient déjà fait d’ailleurs un grand sujet de conversation : « Avez-vous vu ce nuage, c’est le retour au temps de nos grands parents… ». « Ah…. Non, vous ne pouvez pas dire que c’est la faute à Samaras, ensuite, Tsipras ne résoudra pas la situation par une sorte de miracle ». Mais c’était pratiquement la seule discussion entre voyageurs, par fatigue peut-être ou à cause des fêtes. Seulement voilà, un homme accroché à son téléphone mobile entre Thèbes et Athènes, haussa durant un instant le ton de sa voix : « Tous les économistes le disent, la belle époque c’était entre 1952 et 1972, depuis c’était la préparation de la fin et en ce moment le début de la fin ».

    Dans les montagnes entre la Thessalie et l’Epire il y avait ces derniers jours un semblant de monde qui visite encore les lieux. Parmi eux, on distingue d’abord les visiteurs locaux qui depuis les villes proches de Karditsa ou de Trikala ont emprunté les routes de montagne, maintenant que le temps est redevenu clément, c’est-à-dire ensoleillé et surtout sans nouvelle neige. Viennent ensuite les vacanciers athéniens ou autres, venus comme de l’ancien temps en escapade hivernale. Il s’agit de ces sujets de la Baronnie encore économiquement vivants et fiers de l’être. Ils occupent entre la moitié et les deux tiers des tables dans les cafés et bien davantage de place sur les parkings car leurs voitures sont parmi les plus imposantes. Pour le reste, la clientèle est composée des déclassés sociaux ou en voie de le devenir. La fracture sociologique passe alors parfois entre deux tables et huit chaises jusque les salles des cafés typés, chauffés au bois, en somme une ancienne attraction exotique pour les (péri)citadins et qui n’impressionne plus grand monde.

    « Dans les montagnes entre la Thessalie et l’Epire » – 12/2012

    Les « baronniens » aisés s’adonnent alors à de discussions épidermiques, transpirant les kystes de l’ancien temps dans le genre : « ah, tu te souviens ma chérie de l’autre fois où nous mangions des huitres à Bruxelles (…) évidemment que j’ai déjà fait le tour des hôtels du coin, et jusqu’à la station de ski à Metsovo de l’autre côté de la montagne ». Cette image histologique de notre ancien épiderme ne colle décidément plus, à la peau de la société grecque comme avant. Un jeune homme assis en face expliquant déjà à sa compagne « qu’il faut enfin comprendre, nous sommes en guerre, ils veulent nous finir », jeta aussitôt un regard bien sombre en se retournant vers les « concitoyens » de la table voisine. « Partons Stella, il y a trop de bruit dans ce café et on ne respire plus très bien, j’ai déjà réglé, deux cafés six euros, une arnaque de plus mais nous ne pouvons pas non plus rester enfermés chez nous… »

    « Solidarité à l’occupation de la Villa Amalia » – Athènes 28/12

    C’est vrai que les déclassés nouveaux supportent de moins en moins les rescapés provisoires du naufrage. Et encore, il ne s’agit pas de ces gens qui figureraient apparemment sur la « liste Lagarde » qui dans sa dernière version authentique provoque déjà la tempête dans un verre d’eau… lourde. Cette liste « nous » serait parait-il parvenue « escortée » de deux agents des services secrets français et grecs si l’on croit notre hebdomadaire satyrique To Pontiki (27/12), avant d’être transmise au parquet d’Athènes. La suite, assez prévisible, est d’ailleurs racontée de manière assez aseptisée par le « grand quotidien du soir » : « L’affaire de la liste dite « Lagarde » d’exilés fiscaux en Suisse, qui agite la Grèce depuis des mois, a rebondi vendredi 28 décembre avec la révélation du fait qu’en avaient été rayés les noms de proches d’un ex-ministre.

    A l’issue d’une journée marquée par des fuites judiciaires et politiques, le parti socialiste, le Pasok, partenaire de l’alliance gouvernementale droite-gauche au pouvoir, a directement mis en cause l’ex-ministre socialiste des finances Georges Papaconstantinou, artisan du premier plan de rigueur dicté par l’Union européenne et le FMI. Dans un communiqué annonçant son expulsion du parti, le Pasok a invoqué de « clairs indices découlant d’une enquête du parquet » selon lesquels les noms effacés étaient ceux de « parents » de cet ex-ministre (…) M. Papaconstantinou, ministre des finances d’octobre 2009 à juin 2011, venait pourtant de « catégoriquement » démentir avoir trafiqué la liste, qui lui avait été remise personnellement en 2010 par la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, alors son homologue française. Il a aussi nié savoir que les noms de proches y figuraient. Il s’agit, selon les médias, de deux cousines, filles d’un autre ex-ministre (un conservateur aujourd’hui défunt), et de leur mari. (…) L’existence de la « liste Lagarde » n’avait en effet été révélée que par la presse, en octobre, plongeant dans l’embarras une classe politique soupçonnée d’omerta. » (quotidien Le Monde 29/12).

    Vendeurs des billets de loterie – Place de la Constitution 28/12

    C’est un quasi non-événement d’autant plus que l’omerta porte et portera encore longtemps sur toute cette… phénoménologie de l’esprit relevant de l’ultime capitalisme et sur les corrupteurs des corrompus, venus du grand large européen et mondial. Car le véritable événement ne sera pas (facilement) évoqué par la presse des… grands phénomènes. Ce qui est intéressant ici, consiste plutôt à comprendre pourquoi, comment, et à quel moment opportun, une partie des fusibles de la Baronnie (figurant parmi les architectes de la Grèce mémorandiste), seront destitués et livrés à dose homéopathique à la justice supposée vengeresse et de… bonne constitution dans un pays sans Constitution. Car pour rester dans les grandes vérités, on sait aussi ce que signifie le Traité – Mémorandum III, ratifié par 153 « parlementaires » grecs, dont le décret vient de paraître au journal officiel de l’ex-pays (12/12/2012 – FEK 240).

    « Mieux vaut être chômeur que flic » – Athènes 28/12

    C’est alors la fin officielle de la souveraineté et de la vie démocratique et politique je crois si on tient compte du texte lui-même : « (…) The « Amendment Agreement » is made by and between: (A) European Financial Stability Facility (« EFSF »), a société anonyme incorporated in Luxembourg with its registered office at 43, avenue John F. Kennedy, L-1855 Luxembourg (R.C.S. Luxembourg B153.414), represented by Mr. Klaus Regling, Chief Executive Officer or Mr. Christophe Frankel, Deputy Chief Executive Officer; (B) The Hellenic Republic (hereinafter referred to as « Greece » or the « Beneficiary Member State »), represented by the Minister of Finance; and (C) The Bank of Greece (hereinafter referred to as the « Bank of Greece »), represented by the Governor of the Bank of Greece This Amendment Agreement and any non-contractual obligations arising out of or in connection with it shall be governed by and shall be construed in accordance with English law. (…)

    4.2 The parties undertake to submit any dispute which may arise relating to the legality, validity, interpretation or performance of this Amendment Agreement to the exclusive jurisdiction of the courts of the Grand Duchy of Luxembourg. 4.3 Clause 3.2 is for the benefit of EFSF only. As a result, nothing in Clause 3.2 prevents EFSF from taking proceedings relating to a dispute (« Proceedings ») in the courts of the domicile of the Beneficiary Member State or of the governing law of this Amendment Agreement and the Beneficiary Member State hereby irrevocably submits to the jurisdiction of such courts. To the extent allowed by law, EFSF may take concurrent Proceedings in any number of such jurisdictions. 4.4 The Beneficiary Member State, the Bank of Greece and the Hellenic Financial Stability Fund each hereby irrevocably and unconditionally waives all immunity to which it is or may become entitled, in respect of itself or its assets, from legal proceedings in relation to this Amendment Agreement, including, without limitation, immunity from suit, judgement or other order, from attachment, arrest or injunction prior to judgement, and from execution and enforcement against its assets to the extent not prohibited by mandatory law (…) »

    Place de la Constitution – 28/12
    Place de la Constitution – Vendeur « nouveau » – 28/12

    Par la même occasion, une (relative ?) redistribution des cartes à travers le pouvoir politique et économique du pays-territoire est en cours d’exécution par les Troïkans, qui d’ailleurs placent en ce moment leurs agents directs auprès des ministères, « véritables relais de leur pouvoir, reléguant les ministres au rôle de marionnettes » (To Pontiki – 27/12). Voilà la seule authentique nouvelle, en plus de la mise en application de la dite « Règle d’or » dès le 1er janvier 2013, pour ne pas commenter l’autre « nouvelle » du Monde sur « le succès en Grèce, des médias qui parlent des bonnes nouvelles », ou comment extraire le cheveu de la soupe et en faire de la propagande avec, toute une cuisine.

    « Centre d’anomie » – Athènes 28/12

    « Etrange » également, la « grande presse » n’accorde pas trop de place à cette nouvelle, sauf exception : « (…) En vertu de ce traité, les pays s’engagent à avoir des « budgets équilibrés » ou « en excédent » sur un cycle économique, soit un déficit structurel (hors éléments exceptionnels et service de la dette) d’un niveau maximal de 0,5% du Produit intérieur brut. Les pays qui affichent une dette globale modérée, c’est-à-dire « nettement en-dessous de 60% du PIB », auront droit à un déficit structurel toléré de 1%. Chaque Etat devra lui-même prévoir qu’un « mécanisme de correction soit déclenché automatiquement » en cas de dérapage important par rapport à cet objectif, avec l’obligation de prendre des mesures dans un certain laps de temps. La « règle d’or » devra être inscrite « de préférence » dans la constitution. Mais ce n’est pas une obligation. A défaut un texte de loi suffira si sa valeur juridique garantit qu’il ne sera pas remis perpétuellement en cause. La Cour de justice européenne vérifiera la mise en place des règles d’or. Elle pourra être saisie par un ou plusieurs Etats et au terme du compte infliger une amende allant jusqu’à 0,1% du PIB du pays fautif. L’Allemagne voulait aller plus loin en confiant à la Cour le pouvoir de sanctionner aussi les dérapages des déficits et de la dette des pays. Elle a dû reculer face à l’opposition de la France. Mais n’a pas renoncé pour plus tard. »

    Place de la Constitution – 28/12

    Heureux fêtards du 31 décembre 2012, encore quelques heures d’insouciance, la règle d’or c’est notre mémorandum (pour l’instant allégé…), le smog athénien et la Troïka en moins. Notre année 2012 partira alors enfumée au sens propre et figuré. Nos rues d’Athènes en témoignent toujours, nos murs, ainsi que nos petits gestes quotidiens. Dans les cafés, les 20-40 ans n’ont qu’un seul mot à la bouche (ou à travers la gorge) : « comment quitter le pays ». En marge de la « fête » place de la Constitution, notre mendiant du jour compte encore ses sous. A proximité, les vendeurs ambulants, plus nouveaux que jamais font leur apparition, toujours furtive, ils sont sur leurs gardes. D’habitude les policiers ferment les yeux, sauf… lorsque ces derniers ne sont pas des compatriotes. Micro-événement du jour, hier (27/12), un mendiant dans le métro, brandissait à la fois son passeport et sa carte d’identité nationale, afin de prouver sa… consanguinité avec nous autres voyageurs, d’ailleurs avec succès d’après ce que j’ai pu observer. La Troïka est aussi un grand faiseur d’altérité à tout niveau, dont un des aboutissements disons consécutifs, se nomme « Aube dorée ».

    Athènes (affiche) – 28/12

    Conservant notre indéniable et sinistre longueur d’avance… sur la fin, en Grèce, nous sommes déjà à l’épiphanie de la crise. Les îlots de résistance fleurissent, parfois dérisoires et toujours « gênants », comme l’espace autogéré de la Villa Amalia évacué par la police récemment. Les affiches et les banderoles de l’Union des Travailleurs dans la « branche papier » (maisons d’édition et librairies), appellent à la grève lors des ouvertures désormais possibles le dimanche : « Ce n’est pas le temps qui manque pour faire ses courses. C’est le temps et les ressources qui manquent pour vivre ». La « fête » du centre-ville athénien se terminera bientôt… tout comme celle de la vignette automobile de la cuvée 2013. A quatre jours du 31/12, la moitié seulement des automobilistes s’étaient empressés pour l’acheter, tandis que plus de 130.000 plaques d’immatriculation ont été « rendues » aux services concernés des préfectures car leurs propriétaires ne peuvent plus payer cette taxe. Depuis le premier mémorandum, un demi million de véhicules ont été immobilisés dans l’ensemble du pays et malgré l’augmentation du prix de la vignette les recettes ont fondu, comme d’ailleurs l’ensemble des recettes fiscales, désormais non pas (seulement) par tricherie mais par l’impossibilité de faire face à ces dépenses régaliennes d’un pays… historiquement prouvé.

    « Ce n’est pas le temps qui manque pour faire ses courses. C’est le temps et les ressources qui manquent pour vivre »

    Il fait pourtant encore bien vivre chez nous dans un sens qui certes n’est plus celui d’avant, déjà privés de motorisation (totalement ou partiellement) nous sommes assez nombreux à pratiquer la marche à pied. Nous conservons aussi coûte que coûte notre sociabilité et notre dignité, car elles vont de pair. Nous levons les yeux vers le ciel pour mieux admirer certaines de nos architectures emblématiques de l’histoire de notre ville et pour constater que même délabrées, elles… tiennent bien l’harmonie. Comme celle du bâtiment abritant les Archives Littéraires et Historiques Helléniques (ELIA, appartenant depuis 2009 à la Fondation Culturelle de… la Banque Nationale de Grèce), dans le quartier de la Plaka.

    Manos Charitatos (né en Alexandrie en 1944), co-fondateur, directeur et qui était l’âme de cette institution est décédé dans la nuit du jeudi (27/12) à vendredi. Je l’avais connu, et il m’avait fait découvrir une collection unique de 68 lettres du front, s’agissant des soldats qui écrivaient au journal Synadelfos – « Confrère » de Smyrne entre mai et juillet 1922 – (Fonds Voutieridis), ainsi qu’un certain nombre de gazettes des tranchées datant de la même période. Rencontré une dernière fois il y a environ un an, Manos Charitatos m’avait assuré (non sans un certain désespoir) qu’il devient impossible de rechercher et surtout de retrouver d’autres sources directes (lettres du front, gazettes) de cette période en Grèce : « Il n’y a plus aucune volonté politique, ni d’ailleurs possibilité de financement… » m’avait-il dit.

    Athènes – 28/12
    Nous n’aurons certes jamais comme la ville de Péronne d’Historial de la Grande Guerre à notre portée, mais nous finirons par nous transformer en vivarium permanent la Grande Guerre sociale du siècle d’après. Temps de crise, temps de guerre… années décidément enfumées.

    Athènes – 28/12

    Publié par Panagiotis Grigoriou à 17:06

    http://greekcrisisnow.blogspot.fr/2012/12/lannee-enfumee.html#more

     
  24. Elle court, elle court, la rumeur ...

    29 décembre 2012 at 20 h 25 min

    Un défaut généralisé ne provoquerait-il pas des effets boule de neige incontrôlable?

    Six mois après le défaut de l’Argentine, les investisseurs prêtaient à nouveau à ce pays parce qu’il avait assaini sa situation. L’économie est repartie, c’est cela qu’il faut faire.

    Cela ne suffira évidemment pas. Il faut aussi déplacer l’accent des rémunérations du capital vers le travail. J’ai entendu Luc Coene, gouverneur de la banque centrale belge, à la conférence que j’ai présidée le mois passé. Il disait: le problème, c’est que les salaires élevés sont trop élevés. Ce n’est pas moi qui le dis. On ne peut pas continuer à baisser les salaires des gens qui doivent contribuer au pouvoir d’achat dans une société et continuer à augmenter les dividendes alors que les profits des entreprises diminuent, continuer à donner des salaires extravagants aux dirigeants des entreprises.

    C’est comme une immense cordée. Sur 17 pays, il y en a déjà 5 qui sont dans le vide, et on attend que ça s’arrange.

    Qu’est-ce qui justifie qu’au début du 20e siècle, le rapport du salaire le plus élevé du patron à celui de l’employé le moins payé était de 40 et qu’aujourd’hui il est de 450 en moyenne. Il n’y a aucune justification. Il y a eu augmentation de la productivité grâce à l’informatique. Et au lieu de distribuer le bénéfice qu’on en a tiré à l’ensemble de la population, on en a fait des dividendes et une multiplication des salaires les plus élevés. On a créé délibérément un déséquilibre supplémentaire. Entre 1929 et 1933, les riches ont perdu beaucoup d’argent. Vous entendez beaucoup de gens aujourd’hui qui ont perdu beaucoup d’argent? Personne! À part ceux qui avaient prêté leur argent à Madoff.

    Entre 2008 et 2012, 90% de la richesse qui a été créée est allée au 1% les plus riches. Ce sont des chiffres officiels. Comment voulez-vous réintégrer cet argent, coincé au sommet, dans la production industrielle? La machine est bloquée.

    http://www.lecho.be/dossier/2012/Paul_Jorion_Il_faut_un_defaut_general_de_la_zone_euro.9282890-7126.art?ckc=1

     
  25. DocteurLapurge

    29 décembre 2012 at 22 h 00 min

    Un livre édifiant sur le sujet :
    Il faudra le lire toutefois sans rechigner, enfin si vous osez et ne jugez pas selon les critères établis par la propagande. N’ayez criante, il ne vous transformera pas en méchant nationaliste.
    Merci à l’infamous Len_cu_l_us pour cette recension… (il faut savoir dire merci. Cela permet à celui qui offre son travail de savoir qu’il y a au moins une personne qui en est satisfaite, je le suis.)

    Yann Moncomble
    http://www.the-savoisien.com/blog/index.php?post/Yann-Moncomble-Du-viol-des-foules-a-la-Synarchie-ou-le-complot-permanent

    Bien que beaucoup — intentionnellement ou non clament partout que la synarchie n’est qu’un « mythe » ou une « fable », nous n’hésitons pas à affirmer le contraire et nous démontrons que la synarchie, doublée du viol psychique des foules par la propagande politique, est toujours là, tapie dans l’ombre et bien plus puissante que jamais.
    Qu’elle plaise ou non, l’histoire est l’histoire et, comme le dit très justement Raymond Abellio :
    « Notre époque de mass-média transforme la subjectivité de l’histoire, qui ne fit longtemps problème que pour les philosophes, c’est-à-dire le petit nombre, un instrument universel de viol et de façonnement de la conscience des foules et par conséquent en facteur politique essentiel et même primordial. »

     
  26. Elle court, elle court, la rumeur ...

    30 décembre 2012 at 10 h 36 min