RSS

Economie chinoise : un point d’interrogation pour les prochains trimestres

29 Nov

Tandis que tout le monde cherche à se rassurer avec une économie réelle qui s’effondre et que les forces de Marché aspirent les revenus de l’économie réelle pour combler les trous de l’économie virtuelle, une bonne nouvelle : l’économie chinoise semble tenir !

C’est le message qu’a voulu donner le Ministre du Commerce chinois, Chen Deming, en rassurant les économistes occidentaux sur la robustesse de l’économie chinoise : la croissance chinoise pour 2012 serait d’au moins 7.5%. En réalité, une bonne majorité d’analystes envisagent un chiffre proche de 7%. Mais peu importe, ce qui compte c’est demain.

Alors, ralentissement de l’économie chinoise ou est-elle en train de tomber en panne ?

Que font les détenteurs de capitaux en ce moment ?

Menthalo donnait hier le probable juste aperçu de la situation à travers l’évolution de la bourse de Shanghai. On dit que la bourse « anticipe »… alors rien de bien concret pour le moment viendrait confirmer l’optimisme des leaders de Pékin pour les prochains trimestres. Encore qu’il faudrait savoir si les Chinois sont réellement derrière les mouvements de la bourse, ou alors seraient-ce ces fonds vautours apatrides qui ont l’habitude de provoquer des mouvements rapides pour des gains purement spéculatifs ?

Publicités
 
68 Commentaires

Publié par le 29 novembre 2012 dans Non classé

 

68 réponses à “Economie chinoise : un point d’interrogation pour les prochains trimestres

  1. Le chat

    29 novembre 2012 at 15 h 55 min

    Chers amis,
    Lorsque vous cliquez sur « laisser un commentaire », pensez à celui qui consulte pour la première fois et demandez vous qu’est ce qui dans vos propos vont lui donner envie de se joindre à nous.

     
    • feuch

      29 novembre 2012 at 16 h 04 min

      +1

       
    • Esther

      29 novembre 2012 at 16 h 16 min

      le problème n’est pas les commentaires polémiques ou bisounours, mais l’invasion du site par des trolls islamophilisés

       
      • Laurent

        29 novembre 2012 at 16 h 40 min

        ou islamophobisés? Ou encore les deux?

         
      • Antilluminati

        29 novembre 2012 at 16 h 48 min

        C’est vrai que certains peuvent être lourd, mais le mieux c’est de les ignorer, je parle bien sur des gros lourds hein :p

         
      • phil44

        29 novembre 2012 at 17 h 36 min

        @Esther

        Mais c’est nous qui sommes des trolls…………….d’après eux.

         
      • Esther

        29 novembre 2012 at 18 h 24 min

        oui ce sont des trolls qui nous accusent d’être des trolls, pour mieux nous phagocyter et répandre la bonne parole de leur religion libidineuse

         
      • Ribouldingue

        29 novembre 2012 at 19 h 53 min

        Il n’y a que des trolls islamophisés, *Esther* ?

         
      • Esther

        29 novembre 2012 at 20 h 08 min

        c’est quoi ces astérisques ?

         
  2. Kuing

    29 novembre 2012 at 16 h 41 min

    Le keynésianisme des décideurs chinois est effectivement en train de plomber l’économie réelle de la Chine:

     
  3. zapatta

    29 novembre 2012 at 16 h 49 min

    S&P confirme la note de la Chine

    L’agence Standard & Poor’s a annoncé jeudi qu’elle confirmait les notes à long et court termes (AA-/A-1+) de la Chine, leur assignant une perspective stable.

    « Les perspectives de croissance exceptionnelles de la Chine, sa position extérieure forte et un endettement public modéré sont des éléments de soutien primordiaux de la qualité de la signature de l’Etat », explique S&P dans un communiqué.

    Elle remarque que ces forces compensent les faiblesses du pays caractérisées par une classe moyenne qui reste faible, des flux d’information encore encadrés et une économie dont la gestion reste trop centralisée.

    Reuters

    On en reparlera dans 6 mois……..

     
    • ptitpère

      29 novembre 2012 at 16 h 57 min

      « pays caractérisées par une classe moyenne qui reste faible, des flux d’information encore encadrés et une économie dont la gestion reste trop centralisée.  »

      On dirait le portrait robot de la France. Enfin l’immigration de masse noire africaine et arabo-musulmane en moins.

       
  4. Antilluminati

    29 novembre 2012 at 16 h 50 min

    Bon, en tout cas, cette vidéo que tout le monde ici connait surement, mais je l’a remet pour les ptits nouveaux qui ne comprennent peu être pas encore le fond du problème, y’a pas plus simple que cette histoire 😀

     
  5. Antilluminati

    29 novembre 2012 at 17 h 39 min

     
  6. stargust

    29 novembre 2012 at 17 h 53 min

    sur les 2 derniers mois le dow jones a perdu près de 4 %
    Alors que le cac en gagnait près de 5% ( avec une perte de A en cours de route ,des chiffres du chômage catastrophiques et des accords bidon sur la dette grece)

    qu’est ce que cela signifie , Quelle est le but de la manoeuvre ?

     
    • Antilluminati

      29 novembre 2012 at 18 h 47 min

      Bas avec de plus en plus de pays délaissant le dollars pour d’autres monnaie et même pour de l’or, ça me parait logique que le dollars baisse un peu, malgré toutes la manip qu’ils peuvent faire pour éviter la casse.
      Alors est-ce que l’euro fait partie de ces monnaies, c’est possible.

       
  7. jozecat

    29 novembre 2012 at 19 h 27 min

    @LIESI

    Bof la CHINE a quasiment capté tout l’or de la planète et le YUAN remplacera bientôt le dollar

     
  8. marc153

    29 novembre 2012 at 20 h 29 min

    Explication de la crise financière

    Marcel est propriétaire d’un bistrot. Il réalise soudain que tous ses clients sont des alcolos qui n’ont pas de boulot et ne peuvent donc plus fréquenter son comptoir, car ils ont vite dilapidé leur RSA( revenu de solidarité active).
    Il imagine alors un plan marketing génial : « Picole aujourd’hui, paie plus tard ».

    Il tient rigoureusement à jour son ardoise de crédits, ce qui équivaut donc à consentir un prêt à ses clients.
    Chiffre d’affaires et bénéfices explosent et son bistrot devient vite, sur le papier, le plus rentable de la capitale.

    Les brasseurs et grossistes se frottent les mains, et allongent bien volontiers les délais de paiement.
    Les clients de Marcel s’endettant chaque jour davantage acceptent sans rechigner des augmentations régulières du prix du godet, gonflant ainsi (toujours sur papier) les marges du bistrot.
    Le jeune et dynamique représentant de la banque de Marcel, se rendant compte que ce tas de créances constitue en fait des contrats à terme (Futures) et donc un actif, propose des crédits à Marcel avec les créances-clients en garantie.
    Sa trouvaille géniale vaut au banquier visionnaire un plantureux bonus.
    Au siège de la banque, un trader imagine alors un moyen pour se faire de belles commissions : il convertit les dettes en PICOLOBLIGATIONS.

    Les Picolobligations sont alors « titrisées » (converties en paquets de titres négociables) afin d’être vendues sur le marché à terme.

    Confiants à l’égard de leur banquier et avides de hauts rendements, les clients ne captent pas que ces titres qui leur sont fourgués comme « obligations AAA », ne sont en fait que les créances bidons d’alcolos feignasses.
    Les Picolobligations deviennent la star des marchés, on se les arrache et leur valeur crève tous les plafonds.
    Un beau matin, un « risk manager » oublié dans les caves de la banque se réveille et signale qu’il est temps de demander à Marcel que ses clients règlent leur ardoise.
    Marcel essaie, mais ses clients ne bossant pas, … bernique !
    La banque exige alors le remboursement du crédit et le bistrot fait logiquement faillite, vire ses employés entrainant la faillite de ses fournisseurs en bibine qui, à leur tour, virent également leurs employés.
    Le cours des Picolobligations chute brutalement de 90%.

    La dépréciation de cet actif vaporise les actifs et donc les liquidités de la banque. Problemos : sa banqueroute ruinerait trop d’électeurs (« too big to fail » qu’on dit)
    La banque est donc renflouée par l’État. Ce renflouement est financé par de nouvelles taxes prélevées chez des employés, les classes moyennes et un tas de gens qui bossent, ne picolent pas, qui n’ont jamais mis les pieds dans le bistrot du Marcel…

    C’est pourtant pas difficile à comprendre, non ?

    Source: j’en sais rien, reçu par email cet aprés-midi

     
    • Le chat

      29 novembre 2012 at 20 h 37 min

      Merci Marc153

       
    • bigbourn

      29 novembre 2012 at 21 h 11 min

      Avec ta permission je posterais bien ce texte sur face de bouc !

       
      • marc153

        29 novembre 2012 at 22 h 05 min

        Comme je l’ai écrit, je l’ai reçu d’un copain, mais c’est pas de lui, et je ne sais pas qui en est l’auteur… 😉 domaine public on dirait… 🙂

         
    • Artisan

      29 novembre 2012 at 21 h 12 min

      Oui, très didactique, comme présentation, sauf que cela laisse croire que les endettés sont des alcooliques feignasses.
      Connaissant les pays anglo-saxons, je doute que cela soit le cas.
      Je pense qu’il s’agit d’exploités, qui se sont fait mettre bien profond par des profiteurs sans scrupules.

       
      • librezen

        29 novembre 2012 at 21 h 51 min

        merci Artisan.
        L’histoire au premier abord semble une approche intéressante mais effectivement, cela revient à considérer les populations comme des feignasses. Ca ressemble fort à un argumentaire pro-ultralibéralisme. Un peu comme l’histoire du prof d’économie de la dernière fois.

         
    • JLGUIL

      29 novembre 2012 at 21 h 50 min

      Tout bon, tout simple, et pas loin du compte.

       
      • librezen

        29 novembre 2012 at 21 h 53 min

        erzats de bon, très simpliste et pas loin d’être dangereux comme raisonnement effectivement. Je comprends que les merdias arrivent à enfummer les populations aussi facilement quand je vous lis certaines fois.

         
    • sullymorlandimus

      30 novembre 2012 at 13 h 33 min

      Zut, ça coupe l’envie de s’ envoyer une petite gorgée derrière la cravate !!!!!

       
  9. lodela971

    29 novembre 2012 at 20 h 43 min

    À Washington, BHL plaide pour une intervention en Syrie .. BHL partisan de la 3 ème guerre mondiale ?

     
    • valerie

      29 novembre 2012 at 21 h 21 min

      Bonsoir Lodela en tous les cas ca ne sent pas bon tout ca =

      The network monitoring group Renesys reported on Thursday that 77 networks — 92% of the country’s total — began experiencing outages at 10:26 Greenwich Mean Time.

      But Syria’s apparently systematic disconnection from the internet actually began at least a week earlier, according to research by the SecDev Group internet analytics firm. Around the middle of the month, Syria’s ordinary handful of daily requests to withdraw from Syria’s BGP [Border Gateway Protocol] routes started to grow to a few hundred per. These connections are what enables one national network to interface with the broader internet. On November 22, the withdrawals suddenly jumped to more than 2000. An even greater spike occurred on November 29.

      “When a country withdraws itself from the internet using BGP such as Syria has, it means that on a technical level no one knows how to get there anymore, because there are no longer any paths, effectively shutting off the internet in the region,” SecDev explains in a draft report.

      “On some networks there are still some paths in place,” Ginley adds. “But this could be to maintain some limited communication or perhaps it’s just an error on their side.”

      The communications blackout — which, according to some local reports, also briefly included cell and landline phone service – is hugely important to the war effort in Syria. The rebels don’t just use these networks to share information with one another. They train their forces and document regime atrocities with YouTube clips. The government has been known to shut down internet service in a particular city in advance of a major attack.

      “But this is the first time are seeing it centralized (from what I can tell),” emails SecDev CEO Rafal Rohozinski, who has been working with Syrian opposition groups. “We are trying to ascertain whether this is a deliberate pulling of the plug, a technical error, or something else.”

      Damascus International Airport has also reportedly disappeared from some flight radars.

      [link to http://www.wired.com]

      http://www.godlikeproductions.com/forum1/message2066122/pg2

       
    • sullymorlandimus

      30 novembre 2012 at 13 h 35 min

      J’ai eu peur……que l’intervention sous ordonnance de Maître BHL ne fût celle sur la bande de Gaza ….. ouf !!

       
      • emigredsouche

        30 novembre 2012 at 23 h 51 min

        Jeu de maussade hihi

         
  10. emigredsouche

    29 novembre 2012 at 20 h 59 min

    Suis allez boire une verre.
    Merde, quelles vices !!!
    Pas besoin des oreilles pour l’être.
    AAAAH, quel con !!!!
    T »es un sacré vicelard Mentahlo.

     
    • sand

      29 novembre 2012 at 21 h 29 min

      aujourd hui j’ai appris que c’était son nom de scène, et non som vrai nom !! J’ignorais tout de lui en fait, bien qu’il n’ètait pas dans mon répertoire parmi les chanteurs, je suis scotché

       
  11. zapatta

    29 novembre 2012 at 21 h 17 min

    Londres s’incline une nouvelle fois contre Shanghai

    La Chine vient de donner un coup de pied dans une institution vielle de 268 ans.
    L’institution, c’est le Baltic Exchange, qui concentre 75% des contrats du transport maritime mondial, et le nouveau venu est la Bourse de Shanghai. Celle-ci vient de lancer son propre contrat sur le marché du transport maritime de matières premières faisant directement concurrence au Baltic Index. Non content de faire et défaire les prix des matières premières par sa consommation, Pékin veut désormais fixer lui-même le prix du transport de ce qu’il consomme.

    Cette annonce suit une autre déclaration tout aussi importante pour le marché des matières premières, la création d’un contrat sur le pétrole. A l’instar du transport, ce contrat vise à concurrencer directement le duopole des marchés américain et londonien, dont le WTI et le Brent sont les marchés de référence.

    Désormais, tout boisseau de blé, tonne de zinc ou baril de pétrole peut être acheminé vers la Chine au prix fixé par le Shanghai Shipping Exchange, la Bourse maritime de Shanghai. L’importateur pourra même utiliser les prix « chinois » du pétrole pour calculer le prix de ses importations en or noir.

    Le WTI, le Brent… et le « Shanghai Oil » ?

    Le nouveau contrat sur le pétrole n’est pas destiné à coter le seul pétrole de mer de Chine. Si les réserves chinoises, notamment avec le gisement de Bohai, sont considérables, les créateurs du contrat ne voulaient manifestement pas se contenter de créer un contrat local, reflétant les prix du pétrole chinois. Ce contrat cotera également le pétrole en provenance de Russie et du Moyen-Orient.

    L’objectif premier est d’abord d’afficher le vrai coût du pétrole en Chine. Il n’est pas logique pour Pékin que les problèmes du centre américain de stockage de Cushing, dans l’Oklahoma, ou les problèmes techniques des plateformes en mer du Nord, influencent le prix du baril que consomme la Chine.

    Il en est tout autrement sur le deuxième projet chinois, le fret maritime.

    Contrôler le prix des livraisons

    Le contrat lancé cette semaine par la Shanghai Shipping Exchange est un coup directement porté à l’institution londonienne du contrat Baltic Dry. Après le rachat de la Bourse des métaux de Londres, le LME, tout aussi inscrit dans les gènes de l’économie britannique, la création de ce contrat achève de déposséder Londres de sa puissance financière sur les matières premières. Pourtant comme dans le cas du pétrole, le nouveau contrat a plus suscité le scepticisme des analystes.

    La Bourse maritime de Shanghai a affirmé qu’elle déterminerait le prix du transport auprès des armateurs, affréteur et courtiers. Comme l’a souligné Ralph Leszczynski, du courtier maritime Banchero Costa & Co, « ils [les responsables du nouveau contrat] ne devraient pas créer un indice qui est entre les mains des compagnies publiques chinoises ». La Bourse londonienne a tout de suite mis en avant le problème d’indépendance posé par cette méthode, et a rappelé qu’elle-même fixait le prix de son indice Baltic Dry en se basant sur le seul témoignage des courtiers, réputés plus neutres.

    Trois problèmes posés

    Dans un cas comme dans l’autre, il reste encore du temps avant que ces contrats soient adoptés en masse par les investisseurs et les traders du monde entier. Je vois trois obstacles majeurs :

    La non-convertibilité du yuan

    Du fait de la non-convertibilité de la monnaie chinoise, les investisseurs vont être obligés d’utiliser le dollar sur ces contrats, rendant encore dépendant ces marchés des aléas de l’économie américaine et de la politique de la Fed.

    La question du protectionnisme

    Devant le ralentissement du secteur du transport maritime, le gouvernement chinois a récemment adopté des mesures très protectionnistes. Comme le rappelle Grésillon dans Les Echos ce matin, Pékin a pris, ces derniers mois, « des mesures de protectionnisme déguisées pour tenter de venir en aide à son industrie maritime, en bloquant notamment le trafic fluvial aux étrangers et en interdisant ses ports aux plus grands des géants des mers »

    Le soupçon a tôt fait d’être soulevé : la création de cet indice servirait à manipuler les coûts du fret maritime, et permettrait aux transporteurs chinois, comme Cosco, de profiter de prix plus bas que ceux pratiqués à Londres.

    Le manque de profondeur du marché

    Comme le rappelle le Wall Street Journal à propos du contrat sur le pétrole, la Chine n’est pas le premier pays à vouloir créer son propre contrat. Le Sultanat d’Oman avait, il y a quelques années, créé son propre contrat sur le pétrole. Mais le Sultanat n’a jamais réussi à amener l’Arabie Saoudite à commercialiser son pétrole à travers son institution, et Ryad a continué d’utiliser le WTI. Si l’alliance militaire avec les Etats-Unis a probablement pesé dans le choix, il faut également reconnaître que le marché américain est bien plus liquide et bien plus fiable……

     
  12. sand

    29 novembre 2012 at 21 h 24 min

    Ca date un peu mais c’est intéressant

    Pour comprendre l’énigme du NAIRU, à savoir pourquoi ce concept si controversé se révèle toujours extrêmement utilisé pour fonder les politiques économiques actuelles, il faut comprendre ce qu’il met en relation: le chômage d’un côté et ses effets « utiles », l' »Inflation » de l’autre. Or, dans le monastère écono-mystique du « Nom de la Ruse », les labyrinthes de l’Inflation convergent vers ceux du Chômage, et le point de rencontre à pour nom de code le NAIRU…

    http://lenairu.free.fr/pages/lenairuvitepag.html

    http://lenairu.blogspot.fr/

     
    • sand

      29 novembre 2012 at 21 h 53 min

      Ecoutez la conférence … de la bombe

       
    • librezen

      29 novembre 2012 at 21 h 55 min

      @Sand,
      le NAIRU est un des points centraux pour comprendre le système, effectivement.

       
    • emigredsouche

      29 novembre 2012 at 22 h 03 min

      T’as remarqué sans doute qu’il y avait maintenant non seulement baisse des salaires par le chômage de masse mais aussi et dans le même temps hausse des prix par dévaluation des monnaies…

       
      • sand

        29 novembre 2012 at 22 h 11 min

        Effectivement.!!! tout s’emboîte petit à petit dans ma tête de piaf :

         
  13. michel

    29 novembre 2012 at 22 h 21 min

    Bonsoir,
    Liési, vous dîtes:  » Encore qu’il faudrait savoir si les Chinois sont réellement derrière les mouvements de la bourse, ou alors seraient-ce ces fonds vautours apatrides qui ont l’habitude de provoquer des mouvements rapides pour des gains purement spéculatifs ?
    Hormis la fameuse lettre de m Pike, pardon le pontife luciférien, avez-vous quelques sources sur les mouvements actuels des loges mondiales, listes?
    glnf ou godf ?

     
    • sand

      29 novembre 2012 at 22 h 26 min

      Imotus dois avoir la réponse a votre question Michel.. Va t’il accepter de donner ses sources, là est la question.

       
      • sand

        29 novembre 2012 at 22 h 33 min

         
      • michel

        29 novembre 2012 at 22 h 40 min

        merci, je ne parlais pas de la gazette

         
      • sand

        29 novembre 2012 at 22 h 50 min

        je n’ai rien d’autre pour le moment désolé 🙂
        suis pas 33 ème degré,, et si je l’étais il me serait impossible de vous tenir au courant de nos plans lol

         
      • michel

        29 novembre 2012 at 23 h 12 min

        oui, trente trois ième ça va être juste pour les convents people. Non, les plans ne seront pas dévoilés, c’est mon intime conviction.
        De plus, la fraternité est très au fait, faîte, de manipulation de masse et de transfuges adroits.
        Liési ne me répondra pas

         
    • michel

      29 novembre 2012 at 22 h 35 min

      sand, je ne crois pas qu’imotus nous apprenne réellement sur les rose croix sociniennes, en dehors de l’illusion de la transmutation des métaux, que nous ne sachions déjà.

       
      • emigredsouche

        29 novembre 2012 at 23 h 15 min

        Bonsoir michel,
        T’as entendu parlé des Allumbrados ?

         
      • michel

        29 novembre 2012 at 23 h 39 min

        bonsoir emigredsouche, oui peu. Le palladisme de Pike est issu directement des rose croix, de Fauste Socin, l’italien

         
      • emigredsouche

        30 novembre 2012 at 0 h 15 min

        A priori, ce qui est arrivé en Italie est partit d’Espagne.
        La fin de l’époque médiévale (dominance de la religion) et l’entrée en Renaissance est vraiment charnière.
        Moyen-Âge par opposition à Rennaissance, puis Lumière…Je ne suis pas dupe.

        Si tu veux bien jeter un oeil ici:

         
      • emigredsouche

        30 novembre 2012 at 2 h 15 min

        parti…

         
      • gwendoline1

        30 novembre 2012 at 2 h 36 min

        Les rites , les degrés :

        Rite français: 8 degrés : 3 symboliques, 4 philosophiques et un administratif
        Rite écossais ancien et accepté: 33 degrés
        Rite écossais rectifié: 6 degrés1.
        Rites maçonniques égyptiens: 33, 90 degrés ou 99 degrés

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Degr%C3%A9_ma%C3%A7onnique

        http://le-nouvel-ordre-mondial-illuminati.over-blog.com/article-signification-des-33-degres-franc-maconnique-plus-un-34-eme-degre-cache-62509948.html

         
    • emigredsouche

      30 novembre 2012 at 1 h 40 min

      Michel,

      quarantième sermon de Saint Grégoire le grand, page 615.

       
  14. larevolutionpacifique

    29 novembre 2012 at 22 h 30 min

    A reblogué ceci sur la révolution pacifique blog libre.

     
  15. byeuro

    29 novembre 2012 at 22 h 49 min

     
  16. zapatta

    29 novembre 2012 at 23 h 22 min

    La Palestine devient Etat observateur à l’ONU

    NEW YORK (Nations unies) – La Palestine est devenue jeudi Etat observateur aux Nations unies, lors d’un vote historique à l’Assemblée générale de l’ONU, malgré l’opposition des Etats-Unis et d’Israël.

    Le vote de cette résolution, qui fait de l’entité palestinienne un Etat observateur non membre, a été acquis à une majorité confortable mais pas écrasante de 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions.

    Cette nouvelle stature internationale, qui donne aux Palestiniens accès à des agences de l’ONU et des traités internationaux, constitue une victoire diplomatique majeure. Mais elle expose l’Autorité palestinienne à des représailles financières américaines et israéliennes.

    Avant le vote, le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé que l’Assemblée allait signer l’acte de naissance d’un Etat de Palestine.

    Il a estimé qu’il s’agissait de la dernière chance de sauver la solution à deux Etats (Israël et un Etat palestinien) et a promis de tenter de ranimer les négociations de paix avec Israël, au point mort depuis plus de deux ans, sans toutefois prendre d’engagements précis.

    Pour l’ambassadeur israélien à l’ONU Ron Prosor par contre, cette initiative ne fait pas avancer la paix, elle la fait reculer. Il a affirmé qu’elle ne changera pas la situation sur le terrain, notamment parce que l’Autorité palestinienne ne contrôle pas Gaza, et qu’elle ne donnera pas un statut d’Etat à l’Autorité palestinienne

    Il a rappelé la position d’Israël, ainsi que des Etats-Unis, selon laquelle des négociations directes constituent la seule manière de parvenir à la paix par un accord mis au point par les parties concernées, et non par l’intermédiaire de l’ONU.

    AFP

     
  17. lambda

    29 novembre 2012 at 23 h 35 min

    Bonsoir zapatta

    Réjouissons nous – belle avancée pour la Palestine enfin reconnue comme Etat
    Il faut s’attendre à des représailles mais c’est une Victoire 🙂

     
    • Alex du 57

      30 novembre 2012 at 0 h 32 min

      L’ONU a offert une terre aux juifs, qui veulent y vivre entre-eux . Aujourd’hui, l’ONU souhaite créer un état palestinien, actant de fait que les arabes n’ont rien à faire en Israël . Un pays, une religion, pour chacun; on ne se mélange pas . Logiquement, les juifs devraient commencer à évacuer les musulmans de Jérusalem, si nous restons dans ce raisonnement . Après quoi, il ne restera plus qu’à construire le troisième temple . Plans et maquettes existent déjà . Ca vaut bien la peine de lâcher un morceau de désert en contrepartie . Nous en reparlerons dès que les pelleteuses auront attaque al-aqsa . Comment pouvez-vous imaginer que les Etats-Unis soient mis en minorité à l’ONU, sans que ce ne soit une grande mise en scène ?
      La bible nous parle de la destruction d’une ville construite sur sept collines . Certains pensent à Rome, d’autres à Paris . Comptez donc le nombre de collines qui entourent Sion …
      (ap. 17-18)

       
      • jozecat

        30 novembre 2012 at 19 h 28 min

        7 Collines aussi à Jérusalem

         
  18. Alex du 57

    30 novembre 2012 at 0 h 15 min

    @librezen;

    bonjour,
    soit votre théorie du NAIRU ne tient pas, soit elle est incomplète . Je m’explique . Vous dites qu’il faut un taux de chômage minimum pour que le peuple s’écrase . Jusqu’à là, je suis d’accord avec vous, mais alors il faut se poser une question . Pourquoi tous les pays déclarent-ils des chiffres du chômage minimisés de moitié ?
    Je crois qu’il y a bien un taux jusqu’auquel les salariés ne se laissent pas faire, au-delà on courbe l’échine . Mais il y a aussi un taux à partir duquel il y a un risque de guerre civile ou de révolution, car il n’y a plus rien à perdre . Cette théorie du Nairu n’est donc optimale, que dans une fourchette, que je situe entre 10 et 20% .
    Dans une économie idéale, c’est à dire sans interventine extérieures, votre salaire ne dépendrait que de votre productivité, ainsi que de la valeur ajoutée de ce que vous fabriquez . L’équilibre, utopique à ce jour, se ferait de lui-même . Pour faire simple, la véritable valeur de votre travail, c’est le salaire qu’il faudrait vous verser, si nous connaissions le plein emploi .

     
    • Alex du 57

      30 novembre 2012 at 0 h 51 min

      interventions, pardon…

       
    • librezen

      30 novembre 2012 at 12 h 08 min

      @ Alex,
      Vous avez raison dans votre raisonnement. Mais vous oubliez l’objectif principal du NAIRU. Et cet objectif n’est pas que le peuple s’écrase, loin de là, l’objectif principal est le maintien à des taux faibles de l’inflation et en parallèle une pression sur les salaires.
      Keynes le disait très bien (je ne suis pas keynésien mais cela ne veut pas dire que nous devons tout rejeter d’une réflexion économique) : l’inflation est l’euthanasie des rentiers. L’inflation détruit le capital ou oblige à des taux de rentabilité du capital d’autant plus élevés que l’inflation est élevée pour maintenir ou faire grossir le capital.
      Or un autre économiste, Philips a prouvé que plus le chômage était bas, plus la pression inflationniste était forte, et inversement. En fait, un faible chômage entraine une augmentation de la consommation qui augmente les marges des entreprises. Les forces productrices, les travailleurs vont faire pression sur les salaires, les entreprises vont compenser l’augmentation de la demande et l’augmentation des salaires par une hausse des prix. Inversement, quand le chômage est élevé, la pression sur le travail est élevée et les salaires sont maintenus bas.
      Or, l’Elite, l’Oligarchie, ce n’est pas elle qui travaille mais c’est elle qui possède le capital. Beaucoup plus que toutes nos économies réunies. Rappelez-vous que 1% de la population US possède 50% de la richesse du pays. Vous avez plus de chance de vous enrichir en travaillant que en étant rentier avec tout le capital que vous pouvez mettre sur la table. D’autant plus que comme vous ne faites pas partie de l’Elite, les effets de levier efficaces vous seront plus difficiles d’accès.
      En résumé, moins vous êtes riche, moins l’inflation est dangereuse à partir du moment où vous avez un travail. Plus vous êtes riche, plus l’inflation vous demandera d’efforts pour ne serait-ce maintenir votre richesse. L’Elite fait donc d’une pierre 2 coups. Avec le NAIRU, elle maintient l’inflation basse et protège son capital. Avec ce chômage de masse, elle a un argument pour maintenir l’inflation basse. Demandez vous juste pourquoi l’objectif principal de la BCE, c’est le maintien bas de l’inflation et non le développement économique, la baisse du chômage etc…
      Le NAIRU est donc le niveau de chômage permettant de maintenir l’inflation basse, c’est donc une arme aux mains des Elites. Il ne doit pas dépasser un niveau au risque de déclencher de l’insurrection.
      Je vous rejoins sur le fait qu’il faudrait éliminer les prélèvements sur les coûts du travail. Mais il faut en parallèle empêcher que les possédants en profitent pour seulement optimiser leurs dividendes avec ce gain. Il faut donc en parallèle casser cette pression sur le travail. C’est le système de réflexion lié au travail, au revenu, aux salaires qu’il faut changer. La valeur du travail qui n’entraine pas de rémunération mais augmente la richesse de la Nation est estimée à 33% du PIB. Il y a des jobs qui sont salariés et qui n’entrainent aucune création de valeur pour la collectivité, voire en détruit. Réfléchir uniquement sur un travail, un salaire, c’est trop réducteur et nous laisse sur le chemin menant au mur.

       
      • sand

        30 novembre 2012 at 12 h 19 min

        bonne explication librezen

         
  19. momonipreno

    30 novembre 2012 at 1 h 22 min

    Je pense que même si l’état palestinien fraîchement reconnu ou presque, monte aux créneaux pour enfin porter l’affaire des crimes de guerres, crimes contre l’humanité, à la cour pénale internationale, IsraHell ne sera pas inquiétée…

     
  20. timeismoney

    30 novembre 2012 at 11 h 25 min

    Le scénario de Menthalo sur un ralentissement prolongé en Chine me semble le plus probable .
    Il correspondt à l’immobilisme US . De part et d’autre du Pacifique c’est le conservatisme qui domine , on cherche à durer bien qu’ on soit en bout de course . Conséquence à mon avis de part et d’autre des mouvements sociaux plus durs .
    A plus long terme je ne crois pas à un leadership Chinois , nous entrerons plutot dans une ére
    sans leadership , allant vers un équilibre des forces avec ou sans traité de Westphalie .
    Gouvernement mondial s’il y a , çà complote dur pour çà , c’est entendu ne sera mondial que pour nous Occidentaux . Les phénoménes juifs et franc-maçons ne nous sont pas spécifiques , les autres cultures ont leurs propres versions , assez hérmétiques à la notre .

     
  21. Myriam-Administratrice

    1 décembre 2012 at 15 h 10 min

    A reblogué ceci sur Ennoumou Elwatani.