RSS

La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

26 Nov

Tandis que la saison des fêtes bat son plein aux Etats-Unis, les banques alimentaires du pays tirent la sonnette d’alarme. Le filet de sécurité constitué pour nourrir les (presque) 50 millions d’Américains qui ont besoin d’aides alimentaires est mis à mal par les conséquences générées par la pire sécheresse des cinq dernières décennies. La hausse des denrées nécessaires à l’élevage des bovins a entraîné une augmentation importante du prix de la viande.

Les autorités sont confrontées à de plus en plus de personnes fréquentant les soupes populaires et les refuges d’urgence, dernière bouée de sauvetage pour des personnes âgées, des personnes handicapées, ainsi que des familles entières à faible revenu.

Le problème devient d’autant plus crucial que les dons gouvernementaux diminuent avec une quantité de personnes de plus en plus blessées par les affres de la vie.

Constat affligeant de Carrie Calvert, directeur de la politique fiscale et des matières premières chez Feeding America, la plus importante organisation américaine de lutte contre la faim : « Les gens ont dû faire face à la détresse économique depuis pas mal de temps maintenant… Ils puisent depuis quelques années dans les ressources dont nous disposons et nous commençons à percevoir que nos moyens deviennent très limités ».

Les témoignages se multiplient chez les dirigeants de grandes banques alimentaires à travers les Etats-Unis. Le même écho revient : on craint être incapable de suivre le rythme de la demande ! En août, un pic fut atteint avec 47 100 000 de coupons alimentaires utilisés. Avec une telle demande, par exemple, la Banque alimentaire régionale de Los Angeles a vu ses réserves alimentaires tomber d’environ 3,3 semaines en 2010 à moins de deux semaines – le plus bas dans l’histoire récente !

Etant donné les difficultés et les dons moins importants des autorités fédérales, « les caddies sont moins remplis pour les pauvres ». « On diminue le nombre de boîtes de conserve mais on essaie de donner au moins quelque chose aux personnes qui se présentent ».

Il y a donc une vive inquiétude pour 2013 car beaucoup annoncent déjà des prix alimentaires en hausse et que dire de l’ONU qui parle déjà de famine ! Où est leur boule de cristal ?

Malgré les dons privés, toujours importants, les responsables des associations qui s’occupent de nourrir les pauvres craignent que cette générosité ne puisse compenser la baisse de l’aide fédérale. Allez dire à tous ces pauvres gens que Ben Shalom Bernanke croit à l’Arlésienne et que demain sera mieux qu’aujourd’hui !

Publicités
 
24 Commentaires

Publié par le 26 novembre 2012 dans Non classé

 

24 réponses à “La situation réelle des Etats-Unis… est loin du décor virtuel des statistiques manipulées et publiées

  1. Martin Galemard

    26 novembre 2012 at 8 h 32 min

    DICTATURE IMMINENTE

    Un portrait remarquable de notre monde contemporain est apparu il y a deux mois sur le site internet 321gold. Le titre est impressionnant : « Décadence, Décomposition, Dénégation, Illusion et Désespoir », mais le contenu est bien réaliste. À partir d’une scène de rue que l’on peut rencontrer sans doute dans tout l’Est des États-Unis, l’auteur en conclut que dans une quinzaine d’années une dictature de type orwellien s’abattra sur le pays comme effet non désiré de causes désirées. Mais les États-Unis ne sont-ils pas l’exemple que suit le monde entier ? Le monde entier ne se fait-il pas acheteur du mode de vie américain ? « Que l’acheteur se méfie ! », comme le dit le principe classique du droit romain.

    Cet automne à Wildwood, New Jersey, l’auteur remarqua des rues pleines d’une foule d’hommes et de femmes n’ayant pas atteint la cinquantaine, d’une corpulence extraordinaire, circulant sur des fauteuils roulants électriques, payés par le gouvernement, pour passer d’un Macdo à l’autre et s’empiffrer de friandises bourrées de sucre et aptes à provoquer une nouvelle surcharge à leurs fauteuils roulants électriques dernier modèle. De quel nom gracieux l’auteur affuble-t-il cette troupe ? « Ces originaux courageux qui luttent contre leur corpulence à bord de leurs véhicules à mobilité supérieure ». C’est dans ce style que parle aujourd’hui le langage « politiquement correct », selon lequel tous les hommes (sauf les néo-nazis) sont beaux, jeunes, gentils et égaux. On veut faire disparaître les laideurs réelles sous de belles paroles.

    L’auteur recherche les causes qui provoquent ce résultat tragicomique : comment a-t-on réussi à persuader le peuple américain, qui naguère économisait 12 % de ses revenus, de faire exploser les statistiques et graphiques qui montrent l’augmentation exponentielle de l’obésité, par un mode de vie saturé de sucre, criblé de dettes, sans aucune épargne pour eux-mêmes et qui lègue à leurs enfants et petits-enfants un endettement impossible à payer ? Bien sûr, ces gens manquent personnellement de tempérance, dit l’auteur, mais il doit y avoir quelque chose de plus sinistre, des penseurs derrière cette scène impensable. Pour l’auteur, l’ensemble des citoyens est manipulé par un gouvernement invisible qui est maître des techniques modernes de manipulation des masses.

    Il cite un pionnier de ces maîtres des années 1920, Edward Bernays : « La manipulation consciente et intelligente des masses est un élément important de la société démocratique. Un grand nombre d’êtres humains doivent coopérer de cette façon-ci s’ils veulent vivre ensemble dans une société qui fonctionne sans heurts. Qu’il s’agisse de politique, d’affaires, de conduite sociale ou de doctrine morale, nous sommes dominés par un nombre relativement restreint de personnes qui comprennent les processus mentaux et les modèles de comportement social des masses. » Ce groupe constitue « le véritable pouvoir de gouvernement d’un pays », et c’est lui qui « tire les ficelles qui dirigent l’opinion publique ». Dans quel but ? Pour rien d’autre que pour leur propre fortune et pouvoir.

    Ce sont eux qui ont organisé la crise économique et financière à leur propre bénéfice. Ils ont « démoli l’économie mondiale en mettant sur le dos des contribuables et des générations à venir leurs dettes artificielles, en écrasant les personnes âgées et les épargnants en leur volant 400 milliards de dollars d’intérêts annuels, pour s’enrichir eux-mêmes de fortunes colossales sans parler des primes frauduleuses ». Et quand il faudra en finir avec ce mode de vie insoutenable, alors nos maîtres invisibles ont déjà préparé à notre intention une « dictature de larmes », de type « 1984 »,qui inclut une police militarisée avec des milliards de balles, des caméras et des engins de surveillance omniprésents, des emprisonnements arbitraires, et ainsi de suite. Et pourtant, dit l’auteur, c’est de la faute des citoyens eux-mêmes pour avoir préféré l’ignorance volontaire à la vérité, la maladie à la santé, les mensonges des médias à une pensée critique, la sécurité à la liberté.

    Il ne manque qu’une seule chose à cette admirable analyse : notre élite gouvernante aurait-elle pu disposer d’une telle marge de manœuvre, les masses auraient-elles pu s’abrutir à ce point-là, si l’une ou l’autre avait conservé le moindre sens d’un Dieu qui nous juge au moment de notre mort, à l’aune de ses Dix Commandements ? Bien sûr que non. Catholiques, réveillez-vous !

    Kyrie eleison.

    Mgr Williamson, “Commentaire Eleison” n° 280, 24 novembre 2012.

     
    • librezen

      26 novembre 2012 at 9 h 03 min

      Il y a une chose très simple pour montrer, dénoncer l’absurdité du disours actuel basé sur « nous vivons au dessus de nos moyens, il va falloir se serrer la ceinture. »
      Pendant que les nations s’endettaient, les disparités de richesse n’ont cessé de croître. Cela prouve simplement que cet endettement n’a pas bénéficié au final à la population mais que l’endettement ainsi créé n’est venu que renforcer les richesses de l’Elite.

       
    • toto58

      26 novembre 2012 at 19 h 59 min

      Pourquoi voulez-vous toujours voir une « main invisible » qui dirige les marionnettes et dénier la responsabilité individuelle de chacun.
      Personnellement je préfère croire que chaque être vivant libre de sa propre détermination dans les marges qui lui sont allouées.
      Donc selon moi les Terriens ont crée une société autophagique par leurs choix collectifs … et non pas parce que un obscure et hypothétique mauvais démiurge dirige tout cela.
      … c’est toujours plus facile de reporter la « faute » sur les autres … cela évite d’avoir a rectifier la situation en ce disant « c’est pas ma faute, je suis manipulé ».

       
      • librezen

        26 novembre 2012 at 21 h 05 min

        Mais j’imagine, toto58, que dans votre raisonnement, vous qui avez tout compris ne faites pas partie de ceux qui font des erreurs mais que vous subissez les mauvais choix des terriens.
        Si c’est le cas, je ne vois pas beaucoup de différences entre celui qui va reporter la faute sur une main invisible comme vous la nommez et celui qui va la reporter sur ces semblables.

         
  2. lodela971

    26 novembre 2012 at 10 h 49 min

    Les FEMEN : ni putes ni soumises ? Exclusivité E&R ! « lol  » http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-FEMEN-ni-putes-ni-soumises-15096.html

     
  3. Alcide

    26 novembre 2012 at 10 h 57 min

    Bien d’accord avec vous Librezen.
    La dette est une arnaque destinée à:
    – Mettre la population en servitude par la pression du remboursement par la force de l’impôt donc par la totale forfaiture des gouvernements de droite comme de gauche depuis la promulgation de la loi de 1973
    – Piller les biens des nations , l’or , privatiser les sociétés publiques pour rembourser l’arnaque.

    Comment est-ce possible?

    Simplement parce-que les bonds et autre OAT sont payés en argent privé , inventé d’un simple clic de souris par les ploutocrates qui ont obtenus ce privilège insensé des gouvernements corrompus et complices.
    Nous ne devons strictement rien ,la dette publique comme toutes les dettes sont odieuses , constitués de rien.
    Le marché comme les banques nous ont prêté de l’argent qu’ils n’avaient pas et ont le culot d’en exiger intérêt.
    le discours sur l’austérité nécessaire sous l’apparence de la bonne gestion est simplement criminel.
    Ces gens méritent la corde pour crime contre l’humanité .

     
    • lambda

      26 novembre 2012 at 11 h 52 min

      @ alcide

      « La dette est une arnaque » – donc illégitime – c’est un crime financier –

      Faut-il encore qu’une majorité le comprenne et que les prochaines manifestations pour qu’elles soient efficaces aient pour objectif unique et dans toute l’Europe, d’exiger l’annulation de la dette qui nous touche tous aujourd’hui, et demain nos enfants nés et à naitre

      L’exemple de l’Islande reste soigneusement hors sujet des médias alignés alors que c’est cette voie que l’on doit suivre

      Notre futur passe par cette exigence – rien d’autre ne peut nous sauver

       
      • Alcide

        26 novembre 2012 at 14 h 30 min

        @ lambda

        Il est par ailleurs curieux qu’aucun des candidats hors système comme M. Le Pen , Asselineau ou Cheminade n’exige un jubilé général de toutes les dettes autant publiques que privées car toutes ( à 95 % ) issues d’argent inventé donc illégitimes.

        La problématique de la dette et son évident caractère frauduleux et donc totalement illégitime , immoral et criminel reste désespérément hors les revendications principales alors que s’en est le point central , névralgique de la crise que nous subissons.

        C’est à nous de le dire et de démontrer la fraude.

         
      • lambda

        26 novembre 2012 at 15 h 49 min

        Alcide

        De nombreux collectifs organisent des débats en France et en Belgique pour exiger l’annulation de la dette, autour de films sur la vie quotidienne en Grèce, mais l’inoculation des esprits par les médias pollue le travail de terrain qui a déjà beaucoup de mal à réunir un grand nombre de personnes

        Il faut pour assainir la situation de servitude dans laquelle nous sommes emprisonnés, exiger la faillite des banques afin que les états reprennent la main et rétablissent les banques centrales

        Il se pourrait que Dexia soit l’élément explosif de la chute prévisible des dominos (chaine de Ponzi)

        Quant aux candidats que vous citez Alcide, ils ne sont pas hors système ! !

         
    • nathan

      26 novembre 2012 at 17 h 05 min

      en effet, c’est un crime contre l’humanité

       
  4. Alcide

    26 novembre 2012 at 11 h 09 min

    Syrie : Medvedev condamne la France !
    IRIB- À la veille de sa visite en France, le premier ministre de Vladimir Poutine répond au Figaro et à l’Agence France-Presse.

    La France est le premier des grands pays à avoir reconnu comme légitime la nouvelle opposition syrienne et évoque la possibilité de livraisons d’armes. Qu’en pensez-vous?

    Medvedev : Cela est très contestable. La France est un grand pays souverain, mais je voudrais néanmoins rappeler des principes du droit international approuvés par l’ONU en 1970. Ces derniers stipulent qu’aucun gouvernement ne doit entreprendre d’actions visant à changer, par la force, un régime politique d’un autre pays. Le problème n’est pas de savoir s’il convient de soutenir le régime d’el-Assad ou l’opposition – pour sa part, la Russie adopte une position neutre. Nous condamnons le régime syrien pour le niveau de violence qu’il admet, et également l’opposition, car cette dernière verse aussi le sang, et finalement on a une guerre ci­vile. Du point de vue du droit international, il est inadmissible de soutenir une autre force politique lorsque celle-ci se retrouve être le principal adversaire du gouvernement légitime d’un pays. Il revient au seul peuple syrien et aux forces d’opposition de décider du destin d’el-Assad et de son régime, d’une manière légale, et pas par le biais de la livraison d’armes organisée par un autre pays. Nous n’aimerions pas que la Syrie se désintègre et qu’au Proche-Orient naisse un nouveau foyer de tension, exploité par des extrémistes religieux. La désintégration de la Syrie ne profitera ni à la Russie, ni à la France.

    Pourquoi la Russie ne cesse-t-elle pas ses livraisons d’armes au gouvernement syrien?

    Notre coopération militaire ne date pas d’hier et elle a toujours eu un caractère légal et ouvert. Nous n’avons jamais fourni à la Syrie des équipements contrevenant aux conventions internationales. Tous sont destinés à se défendre contre une agression extérieure. Nous devons par ailleurs remplir les obligations liées à nos contrats, car, en cas de cessation des livraisons, il y a un risque de sanctions internationales. Depuis que nous avons suspendu certaines livraisons d’armes à l’Iran, à la suite d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, ce pays a fait valoir ses exigences et nous sommes entrés dans un conflit juridique avec eux…

    Les gouvernements occidentaux ont vivement critiqué l’arrestation en Russie des participants aux mouvements d’opposition. Le pouvoir n’a-t-il pas réagi trop brutalement?

    C’est une question d’appréciation. Je ne commenterai pas la manière dont réagissent les autorités européennes et ne montrerai pas du doigt tel ou tel. Je ne crois pas que la réaction d’un pouvoir est brutale lorsque l’ordre légal est violé. À l’étranger, n’importe quel manifestant levant la main sur un policier sera considéré comme un criminel et emprisonné. Les organisateurs des meetings doivent le comprendre. Je ne crois pas, contrairement à ce que vous pensez, que nous avons serré la vis. Les gouverneurs sont élus, plus de 25 partis ont pris part aux dernières élections régionales. Le pay­sage politique est différent, ce qui ne veut pas dire que la loi ne sera pas perfectionnée. Certes, notre société n’est pas la plus affûtée dans le maintien de l’ordre au cours des manifestations, mais le but de celles-ci n’est pas de provoquer des bagarres. Par ailleurs, notre loi sur les «agents de l’étranger» (qui impose aux ONG recevant des financements extérieurs de s’enregistrer comme telles, NDLR) est d’ordre technique et s’inspire des pratiques étrangères. Si l’on m’apporte des informations sur une ONG obligée de cesser son activité ou confrontée à des problèmes, cela constituera un argument essentiel. Mais ce n’est pas le cas.

    Bien que vous ayez appelé à la libération des Pussy Riot, celles-ci sont toujours en prison. Qu’est-ce qui empêche leur libération?

    Je n’ai pas appelé à leur libération. Étant juriste de formation, je suis toujours précis dans mes jugements. J’ai dit que je n’aimais pas du tout ce qu’ont fait ces filles, notamment d’un point de vue moral. Mais étant donné qu’elles ont passé un temps considérable en détention provisoire, elles ont déjà goûté à ce qu’est la prison et il me semble qu’une peine plus longue n’est pas nécessaire. Mais il s’agit de ma position personnelle, pas de celle du tribunal. Chez nous, comme chez vous, il existe une séparation des pouvoirs.

    Estimez-vous également que Mikhaïl Khodorkovski a passé trop de temps en prison?

    Cette question n’est pas très originale… N’importe quelle personne emprisonnée fait l’objet de pitié. Mais le tribunal a déterminé la punition en fonction de la loi et il faut respecter ce verdict. Une procédure d’appel a été engagée. Il existe également un droit de grâce mais que l’accusé n’a pas sollicité. La balle est donc dans son camp.

    Pouvez-vous décrire les émotions que vous avez ressenties en voyant les premières grandes manifestations il y a un an?

    J’ai compris que notre société était devenue différente, beaucoup plus active. Tout le monde doit respecter la loi, y compris ceux qui n’aiment pas la ligne du pouvoir, en même temps, ce dernier doit changer et être conforme au niveau de développement de la société civile. C’est pourquoi je pense avoir trouvé une bonne réponse en changeant plusieurs bases très importantes de notre société, notamment en simplifiant la procédure d’enregistrement des partis, ce qui nous rapprochera des pratiques européennes. Ainsi, une partie des gens qui n’étaient pas contents de notre construction politique se sont calmés.

    Vous avez plusieurs fois dénoncé Staline. Pourquoi son corps repose-t-il toujours sous les murs du Kremlin?

    Pour moi il ne fait aucun doute que, sous Staline, ont été tués et réprimés une masse considérable de gens, malgré les opinions contraires des partisans de l’idée communiste. La nostalgie des dictateurs défunts est une erreur très répandue dans l’humanité. Mais il ne faut pas oublier qu’une tombe est protégée par la loi. Si on décide de transférer celle de Staline, il faudra également penser aux autres tombes placées sous le Kremlin, à commencer par celle de Lénine. On ne peut pas dire: «Celui-là est mauvais, il faut l’enterrer ailleurs, et cet autre, il est pas mal, laissons-le là où il est!» Voilà une question éthique très compliquée. Par ailleurs, je ne souhaite pas qu’à cause de cela une partie de la société s’affronte à l’autre. Il y a vingt ans, le Parti communiste était au pouvoir, l’élite soviétique était issue des rangs du parti et une part importante de notre société continue de croire à la victoire de l’idée socialiste. N’importe quel pouvoir doit prendre cela en compte. Ce sont nos gens, nos citoyens…

    Est-il très confortable d’être le premier ministre de Vladimir Poutine?

    S’il y a une seule personne avec qui il est confortable de travailler, c’est bien Vladimir Poutine.

    Souhaitez-vous retourner au Kremlin?

    Si ma santé le permet et si nos gens me font confiance pour ce travail, il est évident que je n’exclus pas un tel retournement des événements. Il ne faut jamais dire jamais, d’autant plus que je me suis déjà baigné dans ce fleuve. Je peux m’y baigner une seconde fois…
    http://french.irib.ir/analyses/item/227005-medvedev-envisage-de-briguer-%C3%A0-nouveau-la-pr%C3%A9sidence-russe

    Medvedev rapporte une évidence , le gouvernement du Mou Mondialiste est hors la loi internationale en Syrie , cela est déplorable pour la bande de guignols parisiens chantres des drôadel’hom , de l’homme libéré (surtout les femmes bien entendu ) et des pédés.

     
  5. michel49

    26 novembre 2012 at 11 h 14 min

    M.Medevedev se trompe dès la premiere ligne: la France n’est plus un pays souverain.

     
    • Antilluminati

      26 novembre 2012 at 11 h 20 min

      On sait mais on ne dit rien, c’est ça la politique 😀

       
  6. Le chat

    26 novembre 2012 at 11 h 32 min

    @Michel49
    Il ne se trompe pas.
    C’est du language diplomatique. Une façon de dire a la france qu’il croit qu’elle peut encore changer d’avis si elle le veux mais aussi une façon de la mettre devant ses responsabilités en disant qu’elle est décideur de ses actes. Il y a deux messages.
    Seulement la France n’est plus décisionnaire.
    La vérité c’est qu’il devrai nous dire que notre pays se prostitue au rabais.

     
    • lambda

      26 novembre 2012 at 12 h 15 min

      @ la vérité c’est que c’est DSK qui était prévisionné pour remplacer Sarkozy

      DSK devenant gênant pour avoir découvert que les réserves d’or de la FED avaient disparu, et son intention de soutenir Khadafi dans son projet de dinar-or, il fut mis hors circuit de la façon que l’on connait
      D’ailleurs l’actualité se charge de donner peut être raison à la découverte de DSK en ce sens que l’Allemagne risque d’en faire les frais aujourd’hui

      Il fallait donc le remplacer par un autre sionniste bien obéissant et ce fut Hollande qui s’est fait aider pour son élection de la grande gueule Mélenchon qui a ramené dans le giron du PS les voix de MLP

      Il n’est pas pensable dans ces conditions avec un chef d »‘Etat « aux ordres » que la France puisse prendre des décisions souveraines

      http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/05/31/21275105.html

       
  7. Alcide

    26 novembre 2012 at 11 h 37 min

    Pour rire un peu:
    Le STYLe de PRoPA-GaNGNaM a expliqué…

    http://www.zerohedge.com/contributed/2012-11-25/propa-gangnam-style-explained

     
  8. Le chat

    26 novembre 2012 at 11 h 55 min

    Le peuple est trompé
    Certaines forces excercent dans l’ombre pour faire exploser l’UMP. Et cela à commencé dès la campagne présidentielle.
    Ce que le peuple voit aux jt n’est qu’une pièce de théâtre.

     
    • Elle court, elle court, la rumeur ...

      26 novembre 2012 at 12 h 38 min

      ++ 10000000000000000000000000

       
    • nathan

      26 novembre 2012 at 17 h 11 min

      Le retour de nabot 1er? Mais ils sont atteints de débilité profonde les français.!

       
  9. Elle court, elle court, la rumeur ...

    26 novembre 2012 at 11 h 58 min

     
  10. JeanJean

    27 novembre 2012 at 12 h 40 min