RSS

Iran / Grèce : l’élastique continue à se tendre…

12 Avr

Le 24 janvier 2012, après avoir saigné les Grecs sans solutionner quoi que ce soit d’ailleurs, les leaders de l’Union européenne ont endossé leur rôle de moralisateur, version droits de l’hommiste, en s’en prenant aux Iraniens. Ils ont imposé un embargo pétrolier graduel sans précédent à l’Iran. On avait évoqué, ici même, les sanctions contre la banque centrale iranienne, afin (officiellement) d’assécher le programme de développement nucléaire.

L’Iran a décidé de contre-attaquer juste avant la réunion (qualifiée par certains de « dernière chance ») avec les Occidentaux sur le sujet du développement nucléaire iranien. Téhéran sanctionne une centaines d’entreprises de l’Union européenne dont les gouvernements lui cherchent des noises, et a annoncé aux Allemands qu’ils iraient dorénavant chercher du pétrole ailleurs. « L’Iran a cessé ses exportations vers l’Allemagne, après une mesure identique concernant la France et la Grande-Bretagne, et il est à prévoir que les exportations vers l’Italie vont également s’arrêter », a rapporté la chaîne de télévision en arabe Al-Alam. L’Iran a également sanctionné deux pays qui peinent à trouver des crédits pour chauffer ses citoyens en période hivernale : la Grèce et l’Espagne ne pourront plus se fournir en Iran.

Gageons que toutes ces décisions serviront les intérêts du cartel de l’énergie qui trouve là une belle excuse pour pousser les prix à la pompe encore un plus haut.

Dans le même temps, on avance les élections en Grèce, bien calées sur la présidentielle française : le 06 mai ! Les Grecs vont avoir une super campagne électorale à bras raccourci ! L’annonce en a été faite par le Premier ministre grec Lucas Papademos, qui dirige depuis novembre 2011 un gouvernement de coalition. « Je recommande qu’il soit proposé au chef de l’Etat de dissoudre le parlement et d’organiser des élections le 6 mai », a-t-il déclaré, selon la télévision publique Net, avant se rendre chez le président de la République, Carolos Papoulias. Voilà qui promet…

Bref, la période s’annonce riche en évènements… juste avant la période trouble (juin & juillet) pour la France et la GB (les JO de Londres).

 
12 Commentaires

Publié par le 12 avril 2012 dans Non classé

 

12 réponses à “Iran / Grèce : l’élastique continue à se tendre…

  1. sofia

    12 avril 2012 at 8 h 17 min

    Bonjour

    Pourriez-vous nous en dire plus sur la période de troubles juin/juillet pour la France?
    Merci

     
    • marievsky

      12 avril 2012 at 8 h 53 min

      Juste le temps d’astiquer ma boule de cristal pleine de poussière…!

       
  2. david

    12 avril 2012 at 9 h 07 min

    http://cryptogon.com/?p=28590

    pendant ce temps….

     
  3. david

    12 avril 2012 at 9 h 11 min

     
    • sofia

      12 avril 2012 at 9 h 17 min

      Merci David je vais prendre le temps de le lire

       
  4. Louis

    12 avril 2012 at 9 h 43 min

    Je pense que l’on peut se passer de boule de cristal. Juste un peu de jugeote et surtout du bon sens qui fait tant défaut à la plupart (pas au crédit Agricole qui est un modèle de bon sens, bien sur) :
    Cela se présente logiquement pour mai ou juin.

    -Pour le moment il ne se passe rien et tout est fait pour que cela se maintienne comme cela jusqu’aux élection. Mais ,on est jamais sure qu’il ni ai pas d’événements inattendus.

    -Après les élections , patatra, aggravation par la chute des marchés,il faut passer à la caisse et il n’y a plus rien. C’est alors qu’on passe aux choses sérieuses : augmentation encore des carburants, baisse des salaires, allocation et prestation divers, le tout dicté par les pontes de l’UE et le FMI (c’est nous même qui avons déjà avancer pour ça et l’or de la France gagé).
    Les français manifestent violemment mais cela ne change rien vu qu’il ny a rien à négocier et les banlieues s’échauffent.

    Bon , je repose ma boule de cristal et retire mon chapeau pointu à étoiles et retourne à mon jardin.

     
    • gwendoline

      12 avril 2012 at 10 h 20 min

      @Louis
      c’est pas sorcier! lol.

       
  5. michel

    12 avril 2012 at 10 h 34 min

    En Syrie le cessez-le-feu « va être testé vendredi, jour de manifestation », « pour voir si les forces du régime vont tirer sur la foule », a indiqué de con côté à l’AFP Moaz, un militant des Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.(cf romandie)
    Ils ont des animations dangereuses dans leur comité. Bachar si tu nous écoutes, restes calme, les nations unis sont soudés, keep quiet!

     
  6. Franky Vincent

    12 avril 2012 at 12 h 10 min

    En ce qui concerne la période des J.O de Londres, je vois bien un petit attentat sous false flag mis sur le dos des Syriens ou des Iraniens comme le prevoit le jeu interdit des illumunatis !!!

     
  7. zapatta

    12 avril 2012 at 16 h 27 min

    Des manifestants grecs attaquent la police après les funérailles de Dimitris Christoulas – vidéo The Guardian

    Par Okeanos

    Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de Dimitris Christoulas le samedi, qui s’est tiré une balle sur la place Syntagma, près du parlement grec la semaine dernière. Ensuite, des manifestants anti-austérité ont défilé jusqu’à la place Syntagma, où ils se sont affrontés avec la police. Un infirmier, qui ne voulait pas être nommée, a déclaré que la police est en train de «perdre le monopole de la violence».

    Voir la Vidéo :

    http://www.okeanews.fr/des-manifestants-grecs-attaquent-la-police-apres-lenterrement-de-dimitris-christoulas-video-the-guardian/

     
  8. zapatta

    12 avril 2012 at 16 h 43 min

    Espagne : l’Europe envoie une mission pour auditer les comptes

    Une mission d’experts, mandatée par la Commission européenne, va analyser les comptes de l’Espagne afin de préparer la réunion des ministres des Finances de l’UE prévue le 22 juin.

    Une mission d’experts de la Commission européenne doit analyser vendredi à Madrid les comptes de l’Espagne dans le cadre de la surveillance des déséquilibres économiques de plusieurs pays, ont indiqué jeudi le ministère espagnol de l’Economie et la Commission.

    Mais Bruxelles comme Madrid ont tenu à rassurer, alors que l’Espagne traverse une zone de turbulence sur les marchés financiers où les taux d’intérêts ont connu des sommets mardi, sur fond de doute quant à la capacité du pays à tenir ses engagements de réduction du déficit public.

    « La mission de la Commission européenne vient demain ». Des experts de la Commission « vont analyser les chiffres de 2010, parmi lesquels les comptes courants, la dette publique et privée, le taux de chômage et les parts d’exportations », a affirmé à l’AFP une porte-parole du ministère de l’Economie.

    « Ils font un nouveau rapport sur la situation en Espagne et font une série de recommandations qu’ils transmettent en vue de l’Ecofin », réunion des ministres des Finances de l’UE prévue le 22 juin, a-t-elle ajouté.

    « Mais c’est une visite ordinaire. Ce n’est ni une mission spéciale, ni d’urgence, rien de tel », a-t-elle précisé.

    « C’est un processus normal qui est mené dans 12 pays membres. Cela n’a rien à voir avec d’autres éléments qui sont en ce moment en discussion avec les autorités espagnoles », a aussi assuré à Bruxelles Olivier Bailly, porte-parole de la Commission européenne, lors d’un point de presse.

    « En France et au Royaume-Uni, cette mission a déjà eu lieu en mars et d’autres seront menées dans les prochaines semaines dans d’autres Etats membres », a-t-il ajouté.

    Mi-février, la Commission européenne avait épinglé douze pays, en particulier la France et le Royaume-Uni, en raison de déséquilibres économiques touchant notamment à leur déficit commercial ou leur manque de compétitivité. Depuis, l’Espagne qui figurait également dans la liste, a porté sa prévision de déficit pour 2012 à 5,3% contre 4,4% précédemment, suscitant de vives inquiétudes au sein de l’Union européenne, d’autant que le PIB devrait chuter de 1,7% et que le pays connaît un chômage record de plus de 22%.

    Mardi, Bruxelles avait adressé un satisfecit à Madrid pour son budget de rigueur 2012 mais avait souligné le manque d’éléments sur les régions autonomes, qui ont explosé leurs déficits en 2011.

    LES ECHOS AVEC AFP

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202007871558-espagne-l-europe-envoie-une-mission-pour-auditer-les-comptes-311892.php

     
  9. zapatta

    12 avril 2012 at 17 h 07 min

    Pour le financier George Soros, Merkel pourrait mener la zone euro à sa perte

    Si c’est Soros qui le dit …..

    George Soros, sauveur de l’euro ? C’est en tout cas le rôle que cherche à se donner le gérant de hedge funds américain, célèbre pour avoir gagné 1 milliard de dollars en pariant sur la chute de la livre sterling en 1992.

    Dans un livre à paraître le 12 avril, « Le Chaos Financier Mondial » (ed. Presses de la Cité, 18 €), qui compile ses principales interventions dans la presse anglo-saxonne, l’investisseur détaille son scénario pour sortir le vieux continent de la tourmente. Il en profite, au passage, pour critiquer vertement la stratégie de la chancelière allemande Angela Merkel.

    « L’euro a été une monnaie imparfaite dès sa conception », déplore Soros. Ses créateurs lui ont certes adossé une banque centrale, mais ils n’ont pas défini de politique budgétaire commune. Une faiblesse qui a éclaté au grand jour depuis le déclenchement de la crise de la dette. Les marchés financiers s’en prennent justement à cette absence de soutien souverain, explique le spéculateur.

    Pour résoudre la crise, Soros milite donc pour la création de toute urgence d’un ministère des Finances européen. D’ici-là, il faudrait permettre aux Etats les plus en difficulté, comme l’Italie et l’Espagne, de refinancer leur dette à un coût particulièrement faible, en créant, par exemple, des euro-obligations, qui permettraient de mutualiser les risques au sein de la zone euro.

    Un point de vue radicalement opposé à celui de l’Allemagne, qui a imposé des cures d’austérité drastiques à tous ses voisins. Pourtant, « les économies vont se contracter et les rentrées fiscales vont plonger. Si bien que le poids de la dette (…) va continuer d’augmenter, ce qui exigera de nouvelles coupes budgétaires et mettra en marche un cercle vicieux », estime George Soros.

    Et l’Américain d’agiter le spectre d’une explosion de la zone euro si la chancelière continue à appliquer cette stratégie. « La crise de l’euro pourrait (…) menacer la cohésion politique de l’Union européenne. Tant que les autorités persisteront à maintenir le cap actuel, il n’y aura pas d’échappatoire à ce sinistre scénario », s’alarme-t-il.

    http://www.capital.fr/bourse/actualites/pour-le-financier-george-soros-merkel-pourrait-mener-la-zone-euro-a-sa-perte-711857?xtor=RSS-217