RSS

Archives Mensuelles: mars 2012

Japon : le retour de l’inflation

Les autorités bancaires japonaises font le pari d’un retour de l’inflation. Pour preuve, elles réitèrent ce qui n’avait pas été fait depuis juin 2008, à savoir des émissions d’obligations indexées sur l’inflation (JGBi). A ce jour, les banquiers centraux japonais sont réputés pour pratiquer une politique monétaire d’assèchement du marché. Précisons que l’objectif de l’inflation retenu par la banque centrale est seulement de 1% !

De toutes les façons, précise une étude de Bank of America : «Compte tenu du haut niveau de dette au Japon, à un certain moment, les taux devront augmenter lorsque la démographie ne fournira plus assez d’épargne pour soutenir le marché obligataire». Les autorités monétaires sont bien conscientes que ce retournement va peser sur le prix des obligations détenues de 6.300 milliards de yens (58 milliards d’euros) pour les banques japonaises. Voilà sans doute la raison pour laquelle la même banque américaine avertit  que «les pertes et le risque élevés ont fortement entamé la capacité des banques à prendre un surcroît de risque».

Publicités
 
18 Commentaires

Publié par le 29 mars 2012 dans Non classé

 

Goldman Sachs : une des pièces maîtresses du cartel bancaire – Partie 4

Goldman Sachs et Les Associés de la Firme

Extraits du numéro 243 de LIESI – Suite de cet article Partie 1Suite de cet article Partie 2. Suite de cet article Partie 3.

L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il « fait le métier de dieu ». Spécialiste de la prédation financière, de la tromperie de ses propres clients, de pratiques malhonnêtes, l’entité Goldman Sachs manœuvre le CHAOS d’où doit émerger l’ORDRE grâce à des ASSOCIES couverts par la classe politiques des Etats-Nations.

Les Associés de la Firme sont prêts à tout pour imposer les vues du Grand Patron. Nous évoquions le lynchage politique et médiatique de Silvio Berlusconi, mais les gens n’ont pas réfléchi au signal envoyé, après le meurtre de M. Kadhafi. Ce qui arrive à Belusconi est dans la logique de notre analyse du numéro 242.

On retrouve plusieurs des employés de la Firme dans des sociétés secrètes, comme le CFR (pour les Américains), voire le Groupe Bilderberg ou/et la Commission Trilatérale pour les Européens. Rien d’étonnant à cela dans la mesure où ces sociétés secrètes sont sous la coupe du cartel bancaire qui possède Goldman Sachs, au même titre que la Réserve fédérale américaine.

Le message d’Hollywood

LIESI a voulu montrer que les hommes choisis pour créer les conditions de la prochaine GUERRE CIVILE EUROPEENNE, sont orgueilleux, ambitieux et égoïstes. Ils font penser au jeune Kevin Lomax du film Associés du Diable[1], avec Al Pacino.

Pour devenir associé de la Firme Goldman Sachs, il faut savoir passer outre ses convictions. Une fois le test réussi, c’est l’engrenage ! Dans le film que nous évoquons, le jeune avocat Kevin Lomax franchit le pas en défendant John Milton, dont il sait qu’il est coupable d’abus sexuels sur une mineure. En devenant un acteur du mensonge, Kevin Lomax devient l’employé du banquier de Lucifer. Et où se situe le quartier général de John Milton (Al Pacino) ? Dans les propres murs de la Firme Goldman Sachs ! En effet, toutes les scènes d’intérieur du film, c’est-à-dire le siège du « banquier de Lucifer » dans les Associés du Diable furent tournées au siège même de Goldman Sachs !

Quel message !

Ainsi apparaît le « secret » du succès des opérations financières de Goldman Sachs, chargé de vendre les bons du Trésor US. Les concurrents sont éliminés ; à chaque fois, la Firme encaisse une commission juteuse et le jeu continue… Les paris se font sur la ruine de l’Occident.


De la finance à la géopolitique

On pourrait alors faire des rapprochements inquiétants entre cette situation et le scénario joué par la Haute finance de Wall Street avec l’Allemagne, à la suite de la crise de 1929. Mais cette fois, ce sera bien différent ! Pour LIESI, il ne fait aucun doute que les parrains de Goldman & Cie vont perdre la partie. L’un de leurs objectifs n’est pas seulement d’ordre financier. Si l’argent est le nerf de la guerre, l’objectif est le POUVOIR, ce qui nous amène au gouvernement mondial, c’est-à-dire au règne de l’Antéchrist (d’où le projet de pucer les hommes, envisagé par l’administration Obama à partir de 2013. Projet évoqué d’ailleurs devant A. Russo par N. Rockefeller). Or cette conquête du Pouvoir absolu passe nécessairement par la géopolitique et, bien évidemment, la mystique. Ce qui nous ramène au document explicité dans le précédent numéro de LIESI :

« Dès 1982, la revue de stratégie sioniste Kivounim publiait ce programme en hébreu… Le drame du Liban et de l’Irak y étaient évoqués, puis la dislocation de l’Egypte, enfin : ‘‘Une fois l’Egypte ainsi disloquée et privée de pouvoir central, des pays comme la Libye et le Soudan, et d’autres plus éloignés, connaîtront la même dissolution’’ ». Lisons Syrie et Iran.

Les fossoyeurs de l’Etat-nation et architectes du Nouvel Ordre Mondial, savent que les musulmans sont hostiles à ce projet. Ils créent donc les conditions d’une prochaine guerre mondiale opposant le bloc occidental (autour d’Israël) au monde islamique. L’affaire de TOULOUSE devrait bien évidemment être analysée sous cet angle.

[Sommaire des numéros de LIESI]


[1] L’Associé du Diable (The Devil’s Advocate) est un film américain réalisé par Taylor Hackford en 199, d’après le roman The Devil’s Advocate d’Andrew Neiderman.

 
111 Commentaires

Publié par le 28 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 28 mars 2012

Le franchissement des 1394 points aura permis à l’indice E-mini SP 500 de se rapprocher de la première résistance à 1410.
Le 26 mars nous avions précisé qu’il fallait d’abord franchir 1394 puis que le cours se maintienne au-dessus des 1410 (désormais 1415) pour que la hausse se poursuive.
Pour l’instant nous sommes toujours dans le scénario de début janvier, la vague d’impulsion baissière se fera sur la résistance des 3600 points.
Tout se met en place pour se scénario.

Bien sûr, s’il s’agissait de gagner encore un peu de temps il faudrait que le cours franchisse les 3600 points pour donner l’impulsion vers les 3850-3900 points ce qui devient aujourd’hui de moins en moins probable.
Si le scénario d’impulsion des 3600 est confirmé à l’approche des élections, l’indice pourrait retourner vers 2300 points environ cette année, puis poursuivre vers 1700 points en 2013.
L’explosion des cours du pétrole paralysera l’économie globale et les transporteurs exerceront péniblement leur travail ou plus du tout du fait des marges trop réduites.
Il faut bien préciser que lorsque les évènements au Moyen-Orient commenceront, le brut pourrait rejoindre 250-300 dollars le baril. On peut estimer 3.6-3.8 le litre.

D’autre part, les bouleversements climatiques actuels risquent de peser lourdement sur les récoltes. On parle déjà de sécheresse en France, des récoltes de blé moins bonnes…
Ce qui est rare devient cher et comme les actifs papiers deviendront obsolètes, les institutionnels se rabattront probablement sur les matières premières. Les tremblements de la zone euro affaibliront davantage cette monnaie, l’hyperinflation de certains produits de base nécessaires-alimentaires s’intensifiera.
La crise provoquera des vagues de licenciement telles que les cadres ne pourront même plus rembourser leurs achats immobiliers. Le piège est là, devoir rembourser un bien immobilier alors que son prix aura perdu entre 30 et 70 % par endroit.

Les taxes pleuvront, les propriétaires asséchés paniqueront mais personne sera prêt à acheter dans des villes en effervescence. D’où l’accélération de la chute.
La machine à laver à essorage 1300 tours minutes sera redoutable. Il n’y a là aucun excès de pessimisme, croyez-le bien.

Pour le Future CAC 40, nous surveillerons attentivement le support des 3430. La rupture de ce seuil permettrait à l’indice de se rapprocher des 3390 poins un support ascendant qui date de mi janvier.
Si le E-mini ne parvient pas à se redresser au-dessus des 1410 points il pourrait venir combler son gap vers 1394-1390 points.

 
14 Commentaires

Publié par le 28 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 27 mars 2012

Le titre EDF poursuit son évolution dans une configuration baissière.
Le cours du support des 17 euros. Sous ce niveau, nous surveillerons les supports à 15 et 12.5 euros.

Concernant l’EURUSD, le pivot des 1.325 a joué un rôle intéressant et le cours s’est rapproché de la résistance des 1.34.
Si celle-ci venait à être franchie (déjà difficile car résistance forte), le cours pourrait se rapprocher des 1.35 voir 1.3550-1.3570

La résistance des 138 sur le Bund a bien fonctionné.Tant que ce seuil n’est pas franchi, nous attendrons et surveillerons à nouveau les supports des 136.5 et 135. La rupture de ce seuil déclencherait une accélération baissière.

La configuration du pétrole est très belle et à surveiller de très près. La zone support des 120 est très forte. Désormais le franchissement des 128 déclencherait une nouvelle flambée. Le vélo ou la marche à pieds seront bientôt à l’ordre du jour.
La configuration est tellement intéressante qu’elle ressemble à un nouveau puits de pétrole prêt à être exploité. La géopolitique viendra t’ elle se greffer aux cours prochainement ?

Le titre Apple reste toujours bien orienté tant que le cours évolue au-dessus des 590.
Désormais pour une poursuite haussière, il faudra que le cours franchisse la résistance des 612.

 
85 Commentaires

Publié par le 27 mars 2012 dans Non classé

 

Une hirondelle ne fait pas le printemps

Il y a une dizaine de jours, nous avions posté un article sur les solutions des fonctionnaires du FMI face à la crise. A la même époque, nous prenions connaissance des dernières informations et les avons gardées précieusement car nous savions qu’elles seraient intéressantes quelques semaines plus tard.

15 mars – Le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Timothy Geithner, a estimé que l’Europe, grâce aux mesures qu’elle avait prises pour contenir la crise de la dette en son sein, ne posait plus de risques majeurs pour le reste de l’économie mondiale. Le secrétaire au Trésor a tenu ces propos alors que la Grèce semblait en mesure de réussir son opération de restructuration de dette devant lui permettre d’obtenir de ses créanciers privés un effacement de dette d’une centaine de milliards d’euros. « Au cours des derniers mois, [les Européens] ont fait un travail nettement meilleur qu’auparavant pour s’assurer qu’il maîtrisent la situation et amener les gens dans le monde entier à être davantage confiants dans leur capacité à contenir les risques de la crise », a ajouté M. Geithner.

Pour information et à la lumière de ce que nous avons dévoilé sur le rôle « supranational » de Henry Kissinger dans le numéro 249 de LIESI, il faut savoir que Timothy Geithner a commencé sa carrière chez KISSINGER ASSOCIATES

 

Un ciel qui s’assombrit

Ce week-end, l’italien Mario Monti a exprimé des « préoccupations de l’Union européenne concernant l’Espagne ». Il craint un nouvel effet domino à partir de l’Espagne, qui se répandrait à l’ensemble de la zone euro. Montée au créneau également du commissaire européen aux affaires économiques Olli Rehn, qui s’inquiète de la remontée des taux d’emprunt de l’Espagne sur le marché obligataire. Les taux à dix ans pour l’Espagne ont atteint 5,5% au cours de la semaine écoulée. Comme la situation budgétaire et économique de l’Espagne tend à se dégrader sérieusement, le remède exigé par les eurocrates est toujours le même : austérité ! Ce, alors que pour une fois tous les économistes s’accordent à reconnaître que l’Espagne va connaître une récession. Rappelons que le chômage frappe officiellement près de 25% de la population active.

Comme quoi, une hirondelle ne fait pas le printemps. Klaus Regling, qui dirige le Fonds européen de stabilité financière (FESF) annonce que nous devons nous attendre à de nouvelles dégradations de notations. Dans une telle perspective, les ministres des Finances doivent se réunir à Copenhague les 30 et 31 mars pour décider s’il y a lieu d’augmenter la capacité de prêt du mécanisme de renflouement de la zone euro. Celle du FESF est de 500 milliards d’euros. Un compromis sera certainement trouvé pour une augmentation de la taille du fonds d’urgence de la zone euro. C’est ce qu’a promis Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, dans un entretien publié hier par le journal  danois Helsingin Sanomat.

Dans le même temps, les investisseurs cherchent du profit sur les terres agricoles. « L’achat de terres agricoles à l’étranger est un marché en pleine expansion depuis quelques années, qui comporte des risques pour l’environnement et génèrent des tensions géopolitiques, selon des experts. Premiers intéressés, les Chinois, Indiens, Sud-Coréens et les économies pétrolières du Golfe sont à la recherche de terres étrangères pour répondre à leurs besoins alimentaires croissants. Les pays occidentaux, quant à eux, se sont mis en quête de trouver des surfaces agricoles pour leurs biocarburants. Selon le Land Matrix Project, une initiative internationale de surveillance des acquisitions importantes de terres étrangères, 203 millions d’hectares au total (huit fois la taille de la Grande-Bretagne) sont passés sous contrôle d’étrangers entre 2000 et 2010, par des ventes ou locations de longue durée. Plus de la moitié (66 %) des transferts concernaient l’Afrique, en particulier l’Ethiopie, le Liberia, le Mozambique et le Soudan. L’Asie comptait pour 14 %, mais les experts ont souligné l’opacité de ce marché » (Le Monde).

Aux Etats-Unis, la désindustrialisation conséquence de la financiarisation de l’économie se poursuit.

Après avoir passé une alliance avec PSA Peugeot-Citroën, General Motors a annoncé qu’il « pourrait développer ses capacités de production dans des pays à bas coûts, tout en fermant son usine allemande de Bochum et anglaise d’Ellesmere Port » (Der Spiegel).

 

« Il existe un cartel bancaire au sein de grands centres financiers qui contrôle le gouvernement depuis Andrew Jackson ». (Président Roosevelt)

 
33 Commentaires

Publié par le 27 mars 2012 dans Non classé

 

Le printemps de l’euro

Par Menthalo – Le graphique ci-dessous est une prospective pour les semaines à venir.

La première bougie blanche est la bougie de cette semaine commençant lundi 26 mars, qui était rouge ce matin, mais que je verrais bien venir buter sur le plus haut atteint dans la semaine 12. Nous pourrions la semaine prochaine, nous approcher de 1,338 brièvement avant de refouler sous les pointillés.

L’oblique rouge devrait interdire à l’Euro de briller, coinçant les cours dans un triangle  de plus en plus fermé. A tort ou à raison, je n’envisage pas de sortie par le haut de ce triangle. La sortie par le bas, probablement fin avril ou début mai, nous amènera d’abord à casser le support à 1,30, avant de retester les 1,26 qui avait permis ce rallye haussier.

Le graphe ci-dessus est une prospective, qui n’engage que son auteur.

En regardant ce très mauvais graphe de l’Or en Euro, fourni par 24hGold, il semble que l’Or ait fait son plus bas en euro. Cela dit, pendant les 3 ou 4 semaines à venir, les cours en euro pourraient être très ennuyeux. Cela vous laisse le temps de ramasser des napoléons tranquillement, pour les retardataires. Ils sont bradés en ce moment à 245. Les autres pourront aller cueillir les nymphes des prés en profitant de ce beau temps estival.

HIVER-PRINTEMPS-ETE

Alors que nous avons quitté l’hiver la semaine dernière, le printemps s’installe avec une allure estivale.

Aux Etats-Unis, près de 1600 records de température ont été battus la semaine dernière, dont 1029 plus hautes températures jamais enregistrées. Les Américains ont remisé leurs canadiennes et sorti leurs plus beaux shorts et chemises hawaïennes.

Les shamans, quant à eux, sont sollicités pour interpréter une « danse de la pluie ». Pour l’instant sans succès…

Y a plus de saisons et les traditions se perdent !

En France, début mars, le BRGM annonçait que 80% des nappes phréatiques étaient à un niveau en dessous de la normale.

Cette situation est le résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique. Depuis septembre, qui marque le début de la période de « recharge » des nappes d’eau souterraines, les cumuls de précipitations ont été « déficitaires de 25 à 50 % » de la Bretagne au sud du Massif central, en passant par la Vendée et les plaines du Sud-Ouest, avait indiqué mardi Météo France. Après un mois de février « extrêmement sec », des signes de sécheresse sont déjà perceptibles dans le Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées, alors que la France a déjà connu un printemps historiquement sec en 2011.

Il se dit dans nos campagnes, que beaucoup ont vendu les récoltes des années à venir. Mauvais calcul, le blé et le maïs devraient monter sensiblement si j’en crois ma boule de cristal.

Quoiqu’il en soit, jouissons de l’instant présent et profitons de cette belle lumière printanière

 
11 Commentaires

Publié par le 26 mars 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 26 mars 2012

Le seuil de résistance des 1395 sert toujours de pivot pour le E-min SP 500. Si ce niveau est franchi, le cours pourrait se rapprocher des 1410 points. De toutes les façons, pour que la hausse se poursuive temporairement il faudra dépasser ce seuil de résistance.
Si le seuil des 1395 ne parvient pas à être franchi  alors l’indice pourrait revenir tester les points bas de la semaine dernière, soit la zone des 1380 points. En dessous, nous pourrions voir 1360-1340 points.

Rappelez-vous que le signal de baisse était court et déclenché sur la rupture des 3550 points sur le Future CAC 40 et 1394 sur le E-mini SP 500.
En fonction de l’évolution du E-mini SP 500, les résistances pour le Future CAC 40 sont toujours 3500-3597-3612-3635-3760 et les supports 3425-3370-3250-2900-2850 points.

Pour l’instant, il ne devrait pas se passer de grands mouvements. La période électorale pourrait être tout autre.

Concernant, l’EURUSD la tendance évolue toujours dans une tendance de fond baissière. La semaine dernière nous avions parlé de la résistance des 1.325. Cette dernière a été cassée et le cours peut désormais poursuivre son rebond technique vers 1.34-1.345 voir même 1.358-1.362. Un nouveau passage sous les 1.322 inciterait le cours à retourner vers 1.30. Le point support à casser pour voir les 1.27-1.235 et moins ensuite.
A terme, les objectifs sont 1.1-0.7 probablement dû au cataclysme bancaire et au départ supposé de l’Allemagne. Reste à savoir le timing.

Ces prochains jours nous suivrons attentivement le cours du Brent. Soit le cours franchit les 128 et nous assisterons à une nouvelle flambée, soit le cours consolide et cassera le support des 121 pour venir chercher de l’énergie entre 117-120 avant une nouvelle flambée. Le scénario premier est à surveiller de très près.

Bund.
Pour ceux qui ont suivi le Bund (article du 6 mars), le support des 134-135 était un palier support très important.
Nous avions précisé que nous verrions une nouvelle croissance au-dessus des 141.
En attendant, la première résistance se situe à 138. Son franchissement permettra au cours de se rapprocher des 140.5-141.
Au delà, le cours pourrait être propulsé vers de nouvelles résistances.

 
69 Commentaires

Publié par le 26 mars 2012 dans Non classé