RSS

L’Allemagne a-t-elle une part de responsabilité dans la crise européenne ?

26 Fév

Ferdinand Fichtner est économiste à l’institut de recherche DIW à Berlin. Il vient d’écrire une analyse peu commune qu’il convient de mettre en évidence. D’une manière générale, quand on évoque l’économie allemande, on parle du modèle allemand. Il nuance ce jugement : l’Allemagne n’a pas à se glorifier de la quête de la productivité qui fut menée ces dix dernières années. Pourquoi ? « Cela a contribué aux maux de la zone euro ». Le raisonnement de ce keynésien est singulier dans un pays où l’on ne cesse de blâmer le laisser-aller des Grecs et d’encenser le modèle allemand. Mais M. Fichtner a de solides arguments. Selon lui, les réformes du gouvernement Schröder pour restaurer la compétitivité ont, in fine, déséquilibré l’économie. A force de compressions salariales consenties, le pays a, certes, développé ses exportations. Mais avec d’autres effets pervers. « Entre 2001 et 2006, l’inflation a été plus élevée que les hausses salariales. Résultat, le pouvoir d’achat des ménages a baissé et la part de la consommation s’est contractée dans le produit intérieur brut », souligne-t-il. Les exportations du pays ont ainsi bondi bien plus vite que les importations, rendant l’économie très – trop – dépendante de l’extérieur. Or, ce que l’Allemagne a vendu, d’autres l’ont acheté. Qui ? 60% des exportations d’outre-Rhin sont à destination de l’Union européenne, 40% de la zone euro. Les Portugais ou les Grecs ont donc importé des produits allemands… bien souvent en s’endettant.

Comme la Banque centrale européenne (BCE) est régie par des règles imposées par l’Allemagne, la politique monétaire de l’UE fut décidée en prenant essentiellement en compte la contraction des salaires allemands. Les banquiers centraux ont alors opté pour une politique monétaire adaptée à la première économie européenne, mais trop expansionniste pour Lisbonne, Madrid, Dublin ou Athènes. L’argent a inondé ces pays nourrissant des bulles (immobilier…), alimentées par un crédit facile. Tandis que la hausse des prix a entraîné celle des salaires, réduisant leur compétitivité. Bien sûr, cela ne veut pas dire que Grecs, Espagnols, Portugais ou Irlandais n’ont pas de responsabilité dans la crise, mais cela explique en partie les distorsions entre le sud et le nord de l’Europe, voire entre l’Allemagne et les autres. Aujourd’hui, les banquiers allemands veulent laisser tomber les pays dits faibles, oubliant que les banques allemandes notamment régionales, ne survivraient sans doute pas à une déconfiture de l’Europe du Sud. Tel est l’avis de Ferdinand Fichtner.

Publicités
 
22 Commentaires

Publié par le 26 février 2012 dans Non classé

 

22 réponses à “L’Allemagne a-t-elle une part de responsabilité dans la crise européenne ?

  1. jaicru

    26 février 2012 at 12 h 10 min

    On cherche toujours des responsables à la crise.

    A la constitution de l’Euro les pays du Club Med ont été accepté parce que la France voulait pas être le pays le plus faible de la zone Euro.

    Autre exemple l’Espagne soutenait l’entrée de la Turquie dans l’EU pour avoir une pays plus faible qui servirai de tampon ainsi de suite.

    C’est n’est qu’un jeu politique pour cacher sous le tapis la poussière, chacun cherchant à avoir un plus mauvais que soit pour le pas être le dernier de la bande.

    L’Allemagne à raison de ne pas accepter le nivellement pas le bas. car c’est la vision des médiocre de dénigrer le premier.

    « Mettre une pomme pourri sur un cageot de pommes rouges et le cageot de pommes rouges deviendra pourri »
    « Mettre une pomme rouge sur un cageot de pomme pourri, la pomme rouge deviendra pourri »

    La médiocrité triomphera toujours :Vive les PIGS :Le Portugal , l’Irlande, la Grèce, l’Espagne, l’Italie et la France après les elections.

     
    • tien

      26 février 2012 at 18 h 28 min

      Ici, l’Allemagne est responsable d’une crise
      de rire à Berlin et dans le metro :

       
  2. Al

    26 février 2012 at 12 h 28 min

    L’Allemagne a cette résponsabilité d’avoir imposé le DM, rebaptisé pudiquement euro, au reste de la zone . Monnaie beaucoup trop forte pour une majorité des pays qui l’ont adoptée . On parle souvent de délocalisations, mais sans savoir ce que l’on dit . Les entreprises recherchent, en priorité, à produire hors zone euro . Le coût le la main d’oeuvre est secondaire . La main d’oeuvre peu qualifiée étant, par définition, incapable de productivité et de valeur ajoutée importante . En son temps, monsieur Sellière, alors patron du CNPF, avait eu une remarque qui résume tout . Il avait dit qu’en moyenne, les entreprises industrielles françaises faisaient 2% de gains de productivité par an . Il y a dix ans, l’euro avait été introduit à parité avec le dollar . Quelques années seulement après, il s’était renchéri de 40% . Quelle entreprise peut voir le coût de ses produits prendre 40% en 5 ans par le simple fait de la monnaie ? Un seul exemple illustre celà . La volonté d’Airbus, à l’époque, de partir produire hors zone euro . Volonté vite étouffée par les politiques . Du coup, la facture a été payée par les salariés, par le biais de l’externalisation, souvent hors zone euro . Les Allemands ont réussi à imposer la monnaie, qui permit le mieux de financer sa réunification, sur le dos des autres pays membres . Nous, du moins nos dirigeants, sont les imbéciles et les criminels qui ont accépté celà, argumentant sur la volonté d’éviter une guerre qui est improbable . Pour ce qui est de la gauche c’est vite vu . C’est gens ont toujours constitué l’anti-France, le parti de l’étranger . La droite « la plus bête du monde » ne fut que suiviste, c’est le maximum que l’on puisse en tirer . Du moment que l’on préserve les intérêts des plus riches, tout va bien . Il n’y a qu’à voir le nabot qui nous dirige, il est la caricature de cette « famille de pensée » . Tant que nous accépterons que ceux qui sont censés nous défendre partent déjeuner au siècle, il en sera ainsi . Tant que nous accépterons les dogmes mondialistes de la religion maçonnique, il en sera ainsi . En 495, par son soutien, Dieu a choisi son peuple, Les Francs Saliens . N’en déplaise à certains autres, qui revendiquent ce privilège . Depuis cette date, la France, c’est d’abord une religion . Mais ceci est un autre débat …

     
  3. Hervé

    26 février 2012 at 12 h 43 min

    Les Keynesiens sont ceux qui donnent les clefs de destruction de la finance mondiale.
    Je ne pense pas que leurs analyses soient pertinentes.

     
    • tarci

      26 février 2012 at 15 h 29 min

      Le monde actuel est bien plus influencé par Milton Friedman que par Keynes !

      Ce qu’il faut retenir de Milton Friedman : « que les libertés politiques sont pour lui accessoires, voire inutiles, par rapport à la liberté commerciale sans entrave »

      A chacun de juger de la situation, actuelle. Mais il faut être aveugle pour ne pas s’apercevoir que depuis que les rênes ont été lâchées, les scandales financiers et commerciaux se sont démultipliés dans tous les domaines. Avec Monsanto et ses graines stériles, avec les labos pharmaceutiques (fausse grippe A, vaccins dangereux), Enron, Madoff, Goldman Sachs et ses tricheries etc….Plus aucune moralité n’est respecté. L’argent est devenu le veau d’or. On vole, on ment, on entasse des richesses sans s’occuper même de son voisin, on encourage à la guerre pour s’approprier des matières premières. Tout se monnaye, même les produits avortés qui vont servir à fabriquer des « saveurs » ou des produits de beauté ! Milton Friedman est devenu synonyme de décadence de l’être humain ! Et encore, peut-on parler là de comportement humain ?

      Quand on voit ce qui s’est passé par exemple avec l’opération pain contre pétrole en Irak, il y a de quoi se poser des questions ? :

      Avoir laissé les rênes aux banquiers et aux groupes militaro-industriels fut et reste une erreur fondamentale. L’occident en paiera longtemps les conséquences, si toutefois elle arrive à s’en sortir ! Car avec ces idées, tous les pays vont disparaître pour être mis entre leurs mains. Et là, on se retrouvera dans un régime dictatorial. Une oligarchie bancaire et multinationale dirigera le monde d’une manière non démocratique. Un retour au communisme en somme ! Ce qui semble à première vue paradoxal !

      Vivement que ce nobellisé soit oublié. Mais ne pourrait-on pas en dire autant du nobellisé Obama ?

       
      • clavreul

        26 février 2012 at 21 h 53 min

         » Le shock-testing économique, » cela amène à un controle complet des populations par subversion de l’économie. Ex : Augmentation des prix + explosion du chomage = violence, alcool, drogue, etc… C’est un premier pas pour la transformation du dernier échelon pour le monde global qui doit s’opérer dans le cadre de la violence. Mais autre chose s’induit en parallèle, l’Oligarchie mondialiste diminue volontairement le flux de valeur économique ( la monnaie fiduciaire ). Pour que cette valeur puisse continuer à circuler dans l’économie réelle, il n’y qu’un seul moyen, la population doit diminuer dans une proportion adéquate au flux de valeur restant. Nous voyons bien aujourd’hui que cette démarche permet par la meme d’opérer un transfert total des sources d’énergie vers la minorité dominante. Le chemin de la guerre sera la solution choisie une fois de plus, c’est notre consentement qui permet cela. ( Manipulation, diversion médiatique et politique.) Il faut aussi regarder notre part de responsabilité tarci, la création de l’Etat providence nous a plongé là ou nous sommes ( peur, facilité, paresse.)  » Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les évènements, un groupe un peu plus important qui veille à leur éxècution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. » Nicholas Murray Butler ( CFR ).

         
      • jlibrezen

        27 février 2012 at 18 h 05 min

        @ tarci,
        Tout à fait. le libéralisme et les théories de Friedman entrainent nécessairement le pillage de la richesse collective par une minorité.
        On nous a endormi avec le confort en nous disant : ne vous embêtez pas avec cela. Laissez faire les pros, vous avez déjà assez de soucis dans le quotidien…
        Mais protéger notre richesse collective demande des efforts, une volonté. Il n’est toutefois jamais trop tard. cela aussi, on veut nous le faire croire. Comme il n’est plus possible de nous faire croire que le système ultra libéral est la solution à nos problèmes, qu’il va développer de la richesse tout en rendant les biens plus accessibles, alors on tente de nous faire croire maintenant que : bon d’accord, il y a peu être eu des erreurs mais que bon, on ne peut plus revenir en arrière, il nous faut nous adapter…
        En 1945, le CNR a réussi a mettre à nouveau la main sur une bonne partie de ce qui doit être la richesse collective. Ils ont pu car nombres de résistants avaient donné leur vie pour la liberté et c’est cette légitimité qui leur a permis cela.
        Plus nous laissons faire, plus les efforts pour reprendre la main sur nos richesses collectives seront douloureux.

         
  4. Elie Domotique

    26 février 2012 at 13 h 23 min

    Tous soumis, sauf l’Allemagne

    Ainsi, quand le MES appellera quelques centaines de milliards de « capital non libéré », les 16 états-membres de l’eurozone s’exécuteront automatiquement, tandis que le Sondergremium du Haushaltausschuss pèsera le pour et le contre, puis décidera souverainement de payer OU DE NE PAS PAYER.

    Tout est prévu dans le traité, y compris la solution si le comité du Bundestag refuse de payer, ce qui est de plus en plus probable. Devinez quelle solution a été imaginée dans ce cas : les autres pays, et en premier lieu la France, paient la part de l’Allemagne !

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2253

     
    • Lambda

      26 février 2012 at 17 h 05 min

      Elie Domotique

      c’est bien ce qu’il y avait à comprendre dans le M.E.S. – ils y ont inscrit en quelque sorte la « caution solidaire » des états et le droit de vider les caisses des états en toute impunité
      Il faudra maintenant essayer d’empêcher le vote au Sénat mais il ne faut pas rêver

       
  5. Jean

    26 février 2012 at 14 h 25 min

    Peut-être que l ‘inflation a augmenté mais pour avoir vécu quelques années en Allemagne je peux vous dire que le prix des produits en magasins est souvent 30% moins cher qu ‘en Belgique par exemple. Autre chose sidérante, une déduction sur le salaire va à l ‘église catho, à moins de signer un document certifiant ne pas être catho. Finalement Dieu n ‘est qu ‘un proxénète.

     
    • Martin Galemard

      26 février 2012 at 16 h 29 min

      Cessez d’insulter Dieu, Jean, vous le regretterez un jour, et il est même possible que ce soit pour l’éternité : c’est plutôt long pour les quelques minutes de plaisir que vous prenez à déverser votre saleté.

      Je ne suis pas spécialement partisan qu’une déduction sur le salaire aille dans les caisses d’une Église, quelle qu’elle soit (car si je suis bien renseigné, l’Église catholique n’est pas la seule à en profiter, mais ça, vous vous gardez bien de l’écrire).

      Cela étant, je trouve bien plus scandaleux que moi qui ai retiré mes enfants des écoles subventionnées par l’État belge, je doive payer pour le bourrage de crâne que cet État “offre” aux enfants sous le doux euphémisme d’éducation. Là est la véritable injustice : que les parents qui refusent les cadeaux empoisonnés du totalitarisme (à visage “démocratique” ou non, la différence est mince) doivent payer pour empoisonner les enfants des autres.

       
    • tien

      26 février 2012 at 17 h 32 min

      Il parait que les religieux mangent, boivent, peuvent être malades et s’instruisent ! Il faut donc les payer d’une manière ou d’une autre, à moins d’interdire tout ce qui est du domaine spirituel !

      Les communistes ont essayé…. Mais après plusieurs décennies, quand on a desserré le carcan dictatorial, il est revenu au galop !

      Et cela est valable dans tous les pays du monde, toutes les civilisations…..

      Déjà vous payez sans vous rendre compte l’imam. Pour chaque kilo de viande découpée, il touche dans les 15 centimes. Merci la viande halal !

      Le denier du culte chrétien n’est par contre pas obligatoire en France ! Il est vrai que les églises appartiennent à l’état et non à l’église ! Ce qui n’est pas le cas par exemple en Grèce !

       
    • avril44

      26 février 2012 at 18 h 16 min

      Jean un peu de respect pour DIEU, Si vous avez un compte à règler avec lui ou si vous ne croyez pas, c’est votre liberté, mais, elle s’arrête, là ou celle des autres commencent. L’église n’est pas Dieu.
      DE plus les allemands font ce qu’ils veulent chez eux. Ayant habité 5 ans là bas, personne ne conteste ce fait ou du moins peu de gens le contestent .

       
  6. Sébastien

    26 février 2012 at 15 h 11 min

    Il est remarquable de constater combien, à la lecture d’analyses économiques, l’être humain maîtrise aussi peu une science qu’il a créée lui-même. A bien des égards, une science diabolique dont il ne parvient jamais à trouver le point d’équilibre.
    Le système économique est ingérable pour de simples humains, ou se fait toujours au détriment d’un tiers, rapporte un peu à court terme, finit toujours par coûter énormément à long terme.
    L’inflation, c’est bien > pas bien.
    L’Euro fort, c’est bien > pas bien.
    Les exportations, c’est bien > pas bien. etc..
    Chaque critère dépend du point de vue selon lequel on se place, et il en existe d’innombrables. L’économie n’est en aucun cas une science bien qu’on y manipule (littéralement) des chiffres et des nombres, mais une construction totalement subjective.
    Le capitalisme existe simplement en créant artificiellement une tension « électrique » (le manque, le désir, la possession, la jalousie…) entre différents paramètres mettant en route le moteur et en le maintenant par des déséquilibres structurels qui « agitent », mettent en mouvement différentes courroies à différents moments. Un genre de créature de Frankenstein finalement.

     
    • clavreul

      27 février 2012 at 3 h 16 min

      Tout le problème vient d’un monde artificiel créé contre la volonté de Dieu, c’est pour cela que ça ne fonctionne pas. Les dominants modélisent le vivant, l’économie, la finance et tout le reste selon un procéssus qui vise à détruire Dieu dans le coeur des nations pour prendre sa place. Ce projet est de surcroit mené par des hommes, le différentiel de force face au tout Puissant est absolument inégal. La facture arrive bientot, elle va etre très salée pour l’ensemble. Un monde de sept milliards de personnes peut très bien fonctionner sans problème. Je n’ai pas besoin de faire l’énumération des valeurs qu’il faut mettre en avant pour y parvenir, l’ame de l’homme est comme le tonneau d’eau de vie, il y a le moin bon mais il y a aussi la part des anges.

       
  7. DRAYE Michèle

    26 février 2012 at 16 h 02 min

    le rapport Maison rouge :

    « Le document est ancien et fragile, les lettres typographiées s’estompent lentement. Mais le rapport « EW PA-128 » des services de renseignements militaires américain est aussi glacial que le jour où il fut rédigé en Novembre 1944.

    Ce document, aussi connu sous le nom de rapport Maison Rouge, constitue un compte rendu détaillé d’une réunion secrète qui s’est tenue à l’Hôtel Maison Rouge à Strasbourg, le 10 août 1944.

    Ce jour-là, les dirigeants nazis demandaient à l’élite industrielle allemande d’organiser la renaissance de l’Allemagne de l’après-guerre, de préparer le retour au pouvoir des nazis et d’oeuvrer pour « un empire allemand fort ». En d’autres termes : le quatrième Reich.

    Les trois pages de ce rapport rédigé en étroite collaboration, classé «secret», adressé en copie aux autorités britanniques et transmis par la valise diplomatique au secrétaire d’Etat américain Cordell Hull, détaille la façon dont les industriels devaient travailler avec le parti nazi pour reconstruire l’économie allemande grâce à des financements transitant par la Suisse. Ils mettraient en place un réseau de sociétés écrans à l’étranger. Ils attendraient que les conditions deviennent meilleures. Et puis, ils reprendraient le pouvoir. Les industriels comprenaient des représentants de Volkswagen, Krupp et Messerschmitt. Des hauts fonctionnaires américains de la Navy et du ministère de l’armement participèrent à cette réunion et, avec une incroyable clairvoyance, décidèrent ensemble que

    le quatrième Reich allemand, contrairement à son prédécesseur, serait un empire économique plutôt que militaire, mais pas seulement allemand (…) L’Allemagne nazie a effectivement exporté des quantités massives de capitaux par le biais de pays neutres. Les entreprises allemandes ont mis en place un réseau de sociétés écrans à l’étranger. L’économie allemande s’est rapidement rétablie après 1945. Le troisième Reich a été vaincu militairement, mais l’ère nazie des puissants banquiers, industriels et fonctionnaires remaquillés en démocrates, prospéra bientôt dans la nouvelle Allemagne de l’Ouest. Là, ils travaillèrent pour une nouvelle cause : l’économie européenne et l’intégration politique. Est-il possible que le quatrième Reich que les industriels nazis avaient programmé, soit, du moins en partie, entré dans les faits ? »

     
  8. DRAYE Michèle

    26 février 2012 at 16 h 08 min

    Ce qui se passe vraiment en Europe actuellement

    Traduit de WallStreetOnline

    Pendant que les magazines allemands écrivent que le sauvetage de l’euro pourrait faire echec devant le Bundestag, des magazines US renomés recommandent de quitter le théatre pendant que c’est encore possible

    […]

    Il est devenu evident pour tout le monde que l’affaire est hors de contrôle.

    C’est même une chance pour l’Allemagne que quelques pays soient devenus tellement réticents, légitimant la sortie de
    l’euro pour l’Allemagne.

    Mais nous n’en sommes pas encore là.

    Italie pourrait être le déclencheur, montrant à tous: Ca ne peut pas fonctionner et ça ne fonctionnera pas. Sauve qui peut!
    Ce ne sera pas forcément demain ou la semaine prochaine ni le mois prochaine. mais il est de plus en plus évident que la zone euro ne peut être maintenue.

    L’effondrement peut venir très vite.

    Que s’est il passé?
    Comment est ce possible que des sources – dont on ne s’y attendait vraiment pas – écrivent que l’Allemagne imprime des DM et va sortir de l’euro?

    Les PIIGS ne quitetront pas la zone euro et donc l’Allemagne devra le faire pour des raisons de légitime défense financière. C’est une question de temps et de pression du public. Il n’y aura pas d’haircut, en tous cas pas pour les petites fortunes. On ne peut pas se permettre d’agacer les electeurs.

    Donc le DM ira malheureusement en service avec toutes les dettes et garanties. Mais l’Allemagne est quand même mieux placée que les autres pays européens.

    Une deuxième réforme monétaire serait nécessaire. On pourrait profiter de la crise grandissante de l’Italie pour disparaitre ou sombrer avec l’euro en se libérant des dettes. Mais cette voie est de plus en plus difficile

    Les pays du sud resteront entre eux. Il est fort improbable que l’Autriche, la Hollande, le Luxemburg, et la Finlande continueront à engraisser les PIGS en compensant la part allemande.
    Ils rejoindraient plutôt l’Allemagne, so focalisant sur l’Europe du nord et de l’est.

    Le DM serait une sorte de monnaie de transition. Plus tard il est possible que plusieurs pays de l’Europe centrale- du nord- et de l’est forment une nouvelle zone. Sans la france bien sur.

    La france, ou plus exactement le président français serait hors de lui. L’euro devait être une gigantesque machine à redistribuer, en particulier en faveur de la france.

    Plusieur pays en ont maintenant compris la portée. Ce n’est pas seulement l’Allemagne dont on tire profit.

    La france est menacée par une cascade de banqueroutes bancaires et une dégradation de sa note. On est parti du principe qu’on utiliserait encore l’Allemagne. Avec du charme, des pressions, des cris et même des menaces de guerre, on a cru encore pouvoir pousser l’Allemagne à donner des garanties pour banques françaises.

    L’Allemagne st la seule option pour la politique de Sarkozy. 90% de la dette française lui appartiennent. Certains prétendent que la france lui appartient déjà.

    Mais l’Allemagne n’a rien pour imposer ses droits.

    La france le sait, alors elle essaie encore une fois. Sinon elle va sombrer dans le chaos des PIIGS et sera définitivement séparée de la machine à sous allemande.
    On s’y est bien habitué pourtant, en particulier dans l’Europe du sud.

    Qui sait, peut être que Sarkozy va encore une fois réussir à faire plier Merkel.

    revenons à la situation desespérée de la france. Que fait-on dans une telle situation? On menace. C’est comme cela qu’il faut comprendre les menaces proférées la semaine dernière contre l’Allemagne.

    Mais que s’est il passé exactement?
    Ca s’est déroulé comme suit:

    « La france a assuré l’Allemagne de sa protection nucléaire, pour la protection non conventionnelle de toute l’Allemagne. En échange contre une aide aide financière rapide et non conventionnelle.

    C’était naturellement une menace cachée

    La réponse de l’Allemagne fut un choc de première classe pour Sarkozy et ses compatriotes:
    Pourquoi aurions nous besoin de votre protection, alors que nous avons celle de la Russie? »

    (Source CB Jim Willie)

    Visiblement l’Allemagne n’a pas été aussi inactive que ce que certains croient. Pour sortir du chantage de l’euro des puissances de l’ouest, il faut les russes.

    Apparemment ce n’est pas possible autrement, stratégiquement.

    Vous vous êtes peut-être étonné. Les menaces de le france et de l’ouest se sont effondrées. La france sait maintenant qu’une attaque contre l’Allemagne équivaut à viser la Russie

    On dit aussi que les missiles français ne vont que jusqu’en Allemagne, contrairement aux missiles russes.

    Il reste à la france de devenir le chef des PIGS de la zone sud.
    Un rôle qui ne va pas lui plaire du tout. Pourquoi ? C’est un rôle qui lui convient bien.

    La france qui comme les USA n’a pas de vrai plan de rigueur ne va pas vouloir prendre ce rôle.

    Cela provoquerait du désordre dans le pays, avec du chaos et sans les sacs d’argent allemands.
    Voilà pourquoi cette nervosité criante et génante.

    L’Allemagne va visiblement s’en tirer avec un oeil au beurre noir.
    Il suffit d’attendre le moment opportun.
    Source : le blog des enculuminatis

     
    • avril44

      26 février 2012 at 18 h 29 min

      Je peux vous dire que les missiles Français, ne vont pas que « jusqu’en Allemagne ». Je ne sais pas ou vous avez été pêcher cela . Les Missiles des Sous Marins Nucléaires, sont des missiles inter-continentaux. Les Allemands ont profité du parapluie Américain, pendant la guerre froide. Ils n’avaient pas besoin de la protection de la France.
      Les Missiles Plutons ont été en service pendant 10ans. Ceux ci, oui, avaient une portée faible et étant basés dans l’est de la France, ils pouvaient atteindre l’allemagne de L’est. Hors, dès que l’allemagne a été réunifiée, ces missiles ont été démantelés. C’est une histoire lointaine. (1991)Aujourd’hui, l’Allemagne continue de bénéficier de la présence du bouclier Américain. J’ai servi 5 ans en Allemagne, en tant qu’Officier d’active, je connais un peu le sujet. Le fantasme d’une attaque de la France contre l’Allemagne est du pure délire. Autant, il faut faire attention aux informations officielles, mais tout ce qui vient de la toile, n’est pas paroles d’évangile……loin de là.

       
  9. anarchretien

    26 février 2012 at 18 h 24 min

    le plus gros problème de l’allemagne, c’est sa natalité ! c’est un pays qui vieillit et va avoir des problèmes avec ses « vieux ».
    la démographie est plus forte que l’économie !

     
  10. DRAYE Michèle

    28 février 2012 at 15 h 00 min

    @ AVRIL 44,

    c’est précieux d’avoir l’avis d’un professionnel.

    Pour ce qui est d’Internet, c’est exact qu’il faut « trier » dans les informations mais les profanes dont je fait partie ont-elles d’autres sources que le lavage de cerveaux que nous font subir les médias officiels?

    Voici un autre article paru en novembre 2011

    LE FUTUR SUPER-ETAT EUROPEEN QUE L’ALLEMAGNE ENVISAGE DE FAIRE GOBER AU RESTE DE L’EUROPE

    http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/11/le-futur-super-etat-europeen-que.html

    (Je le poste en entier afin d’éviter qu’il ne disparaisse du Web comme tant d’autres)

    lundi 21 novembre 2011
    Le futur super-État européen que l’Allemagne envisage de faire gober au reste de l’Europe.

    Beaucoup de gens sont devenus perplexes par les propos de la Chancelière allemande Angela Merkel quand elle a récemment déclaré que la solution ultime à la crise financière en Europe « signifierait plus d’Europe, mais pas moins non plus ». Eh bien, maintenant nous le découvrons. Une fuite d’un mémo interne du gouvernement allemand intitulé «L’avenir de l’UE: la politique d’intégration, améliorations nécessaires pour la création d’une Union de stabilité» propose en fait la création d’un « Fonds monétaire européen », qui aurait le pouvoir de gérer les économies des états européens en difficulté. Cette «union de la stabilité » serait rapidement suivie par la création d’une véritable «union politique». Essentiellement, ce mémo divulgué propose la création d’un «super-État européen» qui sera ingurgité par les autres états européens qu’ils le veuillent ou non. La souveraineté nationale serait du passé et les bureaucrates européens géreraient tout. Bien sûr, ce ne sera jamais accepté par la population européenne jusqu’à ce qu’elle ressente la douleur amère de l’effondrement financier à venir, mais nous commençons à voir qu’il y a déjà un plan clair que les allemands veulent exécuter après la crise à venir.
    Beaucoup de personnes imaginent juste qu’un effondrement financier massif en Europe et des accidents de l’Euro signifierait la fin de l’euro et potentiellement l’éclatement de l’Union européenne. Mais ce n’est pas du tout ce que les Allemands ont prévu.
    Un article publié dans le Telegraph donne des détails sur les fuites du mémo interne gouvernemental allemand mentionné ci-dessus. Il est vraiment surprenant de voir qu’une part entière de « l’union politique » européenne est en cours de discussion aux plus hauts niveaux du gouvernement allemand ….

    Le mémorandum de six pages, du ministère des Affaires étrangères allemand, soutient que les locomotives économiques de l’Europe devraient être en mesure d’intervenir sur la manière de diriger les pays de l’eurozone assiégés.
    Le programme confidentiel expose que le dispositif allemand va s’attaquer à la crise des dettes de la zone Euro en créant une « union de stabilité » qui sera « tout de suite suivie par des mesures vers une union politique ».
    Cela provoquera des peurs que les plans allemands de la crise de l’euro pourraient résulter en un super-état européen avec des programmes de dépenses et taxes mis en place à Bruxelles.

    Pouvez-vous imaginer à quoi ressemblerait l’Europe avec un tel plan ?
    La souveraineté nationale serait du passé.
    Un autre article du Télégraph dit que le mémorandum divulgué propose qu’un Fonds monétaire européen soit immédiatement mis en place, celui-ci aurait le pouvoir de s’emparer et de gérer les économies des pays européens qui s’endettent trop. Mais, conformément à la note de service, ce serait juste une étape intermédiaire vers une « union politique » complète.

    Le papier du ministère des Affaires étrangères allemand de six pages présente des plans pour la création d’un Fonds Monétaire européen avec un transfert de souveraineté loin des États membres.
    Le fonds aura le pouvoir de mettre les pays en difficulté en redressement judiciaire et de diriger leurs économies. Encore plus controversé, le document intitulé « l’avenir de l’UE : les améliorations de politique d’intégration voulues pour la création d’une Union de Stabilité », déclare que le changement du traité sera la première étape “vers laquelle l’UE se transformera en une union politique”. “La discussion sur le changement vers une union politique doit commencer dès que le chemin vers l’union de stabilité est tracé,” conclut le document.

    La crise en Europe empirant, les Allemands sont devenus plus agressifs dans leur influence. À ce stade, la chancelière allemande Angela Merkel est la politicienne la plus importante en Europe, et elle a pris les devants en répondant à cette crise financière.
    Comme je l’ai écrit précédemment, il y a eu des rumeurs persistantes disant que le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel auraient « secrètement comploté » pour créer un euro « nouveau » qui changerait fondamentalement la façon dont l’Europe serait gérée.

    Par exemple, le texte suivant est tiré d’un article qui est récemment sorti dans le Telegraph….
    La France élabore des plans visant à créer une organisation séparatiste des pays de la zone euro avec son propre traité, son Parlement et son quartier général – un geste qui pourrait saper considérablement l’Union européenne existante.
    Ce même article a également parlé des buts que la France et l’Allemagne ont l’espoir d’atteindre grâce à tout cela :
    On comprend que la France et l’Allemagne veuillent renforcer l’union entre les pays de l’euro zone avec de nouvelles taxes et des mesures juridiques pour arrêter l’emprunt des nations et les dépenses excessives à l’avenir.

    Bien entendu, il est important de noter qu’il n’y a pas moyen que les peuples d’Europe acceptent tout cela maintenant.

    Mais qu’en sera-t-il après la douleur qu’engendrera un effondrement financier massif pendant un certain temps? Changeront-ils d’avis ?
    Il est clair que le statu quo ne va pas durer très longtemps. Quelque chose doit changer. Malheureusement, l’Allemagne et la France semblent déterminées à pousser le reste de l’Europe dans la direction de la création d’un super-État européen.
    Si vous souhaitez avoir une très bonne idée de ce qui se passe en Europe actuellement, regardez juste cette vidéo d’un récent discours de Nigel Farage au Parlement européen le 16 novembre 2011. Faites moi confiance, prenez quelques minutes pour la regarder. (lien sur le BBB)
    Mais avant que les changements structurels fondamentaux n’aient lieu en Europe, nous allons d’abord assister à un effondrement financier complètement paralysant. Chaque jour qui passe, il y a de plus en plus de signes que les choses s’effilochent rapidement. Voici quelques-uns des nouveaux éléments remarquables qui se sont passés en Europe la semaine dernière….
    * En Italie, il y a eu de violents affrontements entre les manifestants et la police après que Mario Monti ait dévoilé son programme d’austérité.
    * Tout comme ce qui s’est passé lors de la mise en oeuvre du plan d’austérité en Grèce, il semble que l’Italie ait la tête en bas, sur le chemin d’une récession majeure. Les commandes industrielles en Italie pour le mois de Septembre ont baissé de 8,5 %. C’est vraiment, vraiment une mauvaise nouvelle.
    * Le FESF a déjà été contraint d’acheter une énorme quantité de ses propres obligations. Cela signifie essentiellement que le FESF n’est déjà qu’une mauvaise plaisanterie.
    * Des dizaines de grandes banques de toute l’Europe ont été dégradées au cours des dernières semaines. Même les banques allemandes sont dégradées maintenant. L’autre jour, Moody’s a abaissé les notes de 10 grandes banques allemandes.
    Un nombre croissant de personnes qui travaillent dans le monde financier commence à vraiment flipper sur tout ce qui se passe.
    Ce qui suit est ce que Mark Mobius, chef du bureau des marchés émergents au Templeton Asset Management, a dit récemment ….
     »Une autre crise financière nous guette au tournant, parce que nous n’avons rien résolu des causes de la crise précédente. »
    Willem Buiter, économiste en chef de Citigroup, estime que si rien n’est fait rapidement, il y aura un effondrement du système financier en Europe dans des délais très courts ….
    « Le temps est compté et je pense qu’il ne nous reste peut-être que quelques mois – Il pourrait se passer quelques semaines, ou peut être quelques jours – avant qu’il n’y ait le risque matériel d’un défaut fondamentalement inutile d’un pays comme l’Espagne ou l’Italie, ce qui serait une catastrophe financière qui entraînerait les systèmes bancaires à la fois européen et américain. Alors il faut agir dès maintenant. »
    Ann Barnhardt de Barnhardt Capital Management a effectivement fermé son entreprise parce qu’elle ne pouvait plus garantir que l’argent investi par ses clients dans les contrats et les marchés à terme était en sécurité. Ci-dessous des extraits de la lettre qu’elle a récemment rendue public. En d’autres temps, je ne posterais pas de si longs extraits, mais là, je crois que c’est justifié. Ce qu’a écrit Barnhardt devrait être une sonnette d’alarme pour nous tous. C’est réconfortant (et un peu effrayant) d’avoir une évaluation honnête de la corruption dans le monde financier de la part de quelqu’un qui a bien profité de la vie dans ce monde. Voici comment elle commence sa lettre….
    C’est avec regret et une inébranlable certitude morale que j’annonce que Barnhardt Capital Management a cessé ses activités. Après six ans d’exploitation en tant que courtier indépendant et avant cela huit ans comme employée d’un courtier, je me suis retrouvée ce matin, pour la première fois depuis l’âge de 20 ans, à regarder les contrats à terme et les options markets s’ouvrir non pas en tant que participante, mais comme simple spectatrice.
    La raison de ma décision de décrocher est extrêmement simple : Je ne peux plus raconter à mes clients que leurs fonds et leurs positions sont en sécurité sur les marchés à terme et sur les options – parce qu’ils ne le sont pas. Et c’est valable non seulement pour mes clients, mais aussi pour tous les contrats à terme et les options de comptes aux États-Unis. L’ensemble du système a été totalement détruit par l’effondrement de MFGlobal (MFG voir wiki). Compte tenu de cette triste réalité, je ne pouvais pas, en toute bonne conscience, franchir l’étape de plus en tant que courtier en marchandise, en sollicitant des échanges que je savais être dangereux ou en sollicitant des fonds d’intérêts que je savais être en danger.
    Comment l’effondrement de MFG a-t-il détruit le système ? Barnhardt l’explique :
    Les marchés à terme sont très fortement endettées et ont donc besoin d’une base exceptionnellement solide pour fonctionner. Cette base a été la ségrégation du sacro-saint fonds de clientèle du capital ferme de compensation, avec un soutien financier d’urgence supplémentaire fourni par les échanges eux-mêmes. Jusqu’à il y a quelques semaines, cette base existait et avait parfaitement fonctionné. Les entreprises allaient et venaient, avec certaines implosions spectaculaires. Même s’il y avait une faillite d’entreprise, les fonds de la clientèle étaient intacts et les échanges pouvaient intervenir pour tout étayer et conserver 100 % des liquidités des clients – même si leur entreprise de compensation s’était effondrée et avait été rapidement remplacée par une autre entreprise au sein du système.

    Tout a changé il y a quelques semaines. Une entreprise, dirigée par un copain du régime Obama, a volé tout l’argent non-margé détenu par les clients de son entreprise. Ne faisons pas d’enrobage mielleux, ne noyons pas le poisson avec des termes « complexes » et « abstraits » à deux balles et n’utilisons pas un jargon hyper-technique. Jon Corzine a VOLÉ l’argent de la clientèle de MFG. Connaissant Jon Corzine et connaissant le désordre abject et le mépris pour l’humanité du régime marxiste d’Obama et de ses copains, ce n’est pas vraiment une surprise. Ce qui fut une surprise c’est la réaction des échanges et des régulateurs. Leur réaction a été de prendre une mauvaise situation et de l’aggraver considérablement. Plus exactement, ils ont gelé les comptes des clients PENDANT QUE LES MARCHÉS ONT CONTINUÉ À FAIRE DU COMMERCE, en leur refusant la permission de liquider. C’est incompréhensible. Le précédent d’une exposition au risque qui a été fixé est totalement intolérable et a détruit le paradigme de l’industrie entière. Aucune personne informée ne peut continuer à s’engager sur ces marchés, et aucune personne ayant une éthique ne peut continuer à faire du courtage ou à faciliter un engagement pour des clients dans ce qui est devenu aujourd’hui un immense jeu de roulette russe.
    Encore plus effrayant, Barnhardt dit que l’effondrement de MFG n’est que « la partie émergée de l’iceberg » et que d’autres effondrements comme celui-là sont sur le point d’arriver….
    Au cours de la semaine dernière, j’ai appris que MFG n’est certainement qu’une petite partie visible de l’iceberg. Il y a une exposition massive de toute l’industrie aux créances souveraines européennes douteuses. Alors que d’autres entreprises peuvent ne pas être aussi fortement impliquées dans l’effet de levier par rapport à ce que Corzine l’a été avec MFG, et on pense maintenant que l’effet de levier de MFG peut avoir été supérieur à 100:1,- elles sont toujours, de façon suicidaire, impliquées dans l’effet de levier et devront probablement massivement faire appel à des garanties dans les prochains jours et semaines alors que l’Europe s’effondre inévitablement. Maintenant, je soupçonne que la raison pour laquelle le Chicago Mercantile Exchange n’est pas immédiatement intervenu pour étayer l’implosion de MFG était parce qu’il savait et sait que s’il avait soutenu MFG, il devrait aussi soutenir toutes les autres sociétés du système alors que les faillites ont commencé en cascade – et il n’y a tout simplement pas beaucoup d’argent dans l’ensemble du système. En bref, le problème est un problème systémique, pas simplement isolé à une seule entreprise.
    Alors que dit Barnhardt sur ce que nous devrions tous faire ? Elle recommande en fait que tout le monde abandonne complètement les marchés à terme et les options….
    Et donc, nous arrivons au point crucial très désagréable de la question. Les marchés à terme et les options ne sont plus viables. C’est ma recommandation à tous les clients de se retirer de tous les marchés dès que possible afin qu’ils aient les meilleures chances de se protéger et de protéger leurs capitaux propres. Le système ne fonctionne plus avec intégrité et est suicidaire. La primauté du droit est inexistante, et est remplacée par le copinage politique impie et criminel.
    N’oubliez pas, il y a quelques semaines, je vous ai averti qu’une crise massive des dérivés arrivait. Toute personne qui joue avec les dérivés à ce stade joue avec le feu. Barnhardt affirme qu’elle ne rouvrira pas son entreprise tant que Barack Obama ne sera pas démis de ses fonctions et tant que des réformes fondamentales du système financier ne seront pas mises en place …
    Enfin, je ne vais, en aucune circonstance, envisager de réformer et de ré-ouvrir Barnhardt Capital Management, ou de réitérer une entreprise de courtage, tant que Barack Obama ne sera pas retiré du Bureau et que le gouvernement des États-Unis n’aura pas été suffisamment réformé et repeuplé afin de recouvrer ma confiance totale et complète dans le gouvernement, dans son adhérence et sa mise en place de la règle de loi et dans sa compétente et juste surveillance de la régulation des marchés des matières premières qu’il pourrait réformer. Aussi longtemps que le gouvernement reste criminel, il ne servirait à rien du tout d’essayer de reconstruire l’industrie des contrats à terme ou ma société, parce que dans un environnement sans loi, le même vol et la même fraude recommenceraient tout simplement et les criminels seraient impunis, protégés par l’oligarchie criminelle.
    Nous sommes au bord d’une crise financière qui pourrait être tout aussi mauvaise (voire pire) que la crise financière de 2008.
    Actuellement, 2012 s’annonce comme une année très, très mauvaise.
    Comme je l’ai écrit auparavant, lorsque les dirigeants européens ont proposé que les porteurs privés d’obligations grecs devraient accepter une coupe de 50 % », ils ont massivement sapé la confiance dans le système financier européen.
    Maintenant la panique et la peur sont dans l’air et il est peu probable que les marchés financiers se calmeront bientôt.
    Déjà, il y a des premiers signes d’une espèce de crise du crédit massive qui a presque provoqué « la fin du monde » dans les marchés financiers en 2008.
    Par exemple, un article de CNBC qui a été posté vendredi dit que le flux des crédits en Europe s’assèche sérieusement ….
    Peur vendredi sur l’exposition des banques européennes aux marchés risqués de la dette publique et les dirigeants de banque harcelés, les prêts non garantis entre banques s’évaporant et le coût des prêts garantis augmentant.
    Et comme le dit un récent article posté sur Zéro Hedge, un évènement semblable commence à se profiler aux États-Unis….
    Le marché de financement du dollar est maintenant à des niveaux jamais vus depuis l’effondrement de Lehman et il est effectivement gelé. Seulement cette fois c’est bien pire qu’avant, les cadres de la banque centrale mondiale ont implicitement supposé être un soutien de la cascade de liquidité mondiale. Adieu le filet tacite tendu par les autorités monétaires, et la liquidité est maintenant verouillée plus que jamais dans l’histoire des marchés de capitaux.
    Alors, que devrions-nous faire?
    Nous devrions prendre des mesures et être préparés à ce qui arrive.
    Malheureusement, un nombre croissant d’américains semble plutôt « baisser les bras ». Selon un récent Sondage Gallup, la consommation d’alcool aux États-Unis a atteint un nouveau record depuis 25 ans. Plus d’un américain sur 10 âgé de plus de 12 ans a une prescription d’antidépresseurs, et la plupart des familles américaines passe des heures interminables à regarder la télévision dans une tentative d’échapper à la douleur et à la frustration permanente.
    Nous espérons qu’en travaillant ensemble, il est possible d’aider plus d’américains (et plus d’européens aussi) à se réveiller, à sortir de leurs canapés et à agir de façon positive.
    Le temps est compté et la crise économique s’aggrave rapidement.
    Nous n’avons pas de temps à perdre.
    par Hélios

    SOURCE

    http://theeconomiccollapseblog.com/archives/the-coming-european-superstate-that-germany-plans-to-cram-down-the-throats-of-the-rest-of-europe