RSS

Trader Noé – Analyse du 28 décembre 2011

28 Déc

L’Iran menace de fermer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions contre les exportations pétrolières Iraniennes.
Le responsable iranien cité par l’agence officielle Irna précise également que 40 % du trafic maritime pétrolier mondial passe par ce détroit.
Il y a quelques jours, nous avions rédigé un article en précisant que le support 100 sur le Brent et 90 sur le Crude Oil étaient  très importants.
Nous constatons que l’Arc présent sur les indices se terminent. Or un Arc inversé est bien présent (en formation) sur les indices pétroliers ! (pour une envolée, c’est probablement la raison pour laquelle nous évoquions les 2.6 euros/l à la pompe et peut être plus).
Ajoutez à cela des nouvelles géopolitiques (bruits de bottes) et vous obtiendrez probablement une validation parfaite courant 2012, peut être dès le printemps (environ).

Tant que le cours évolue au-dessus de 99 pour le Brent, nous surveillerons les résistances 115 et la zone 126-130 et 148 (pic atteint en juillet 2008). Surveillerons dans un premier temps 99 et 115 pour déterminer le sens et la formation de cet Arc.

Comme nous l’évoquions la semaine dernière, les indices E-mini SP 500 et Future CAC 40 manquent vraiment de dynamisme. Les points proposés hier restent d’actualité.

Quand nous abordions l’or hier, nous parlons essentiellement de l’achat de physique sur les prochains supports. Ces achats permettront de préserver les économies actuelles.

J’avais lu un article et vous en fais part (les sources sont à vérifier) « Pendant la seconde guerre mondiale, certains témoins prétendaient que l’or s’échangeait à plus de 55.000 dollars l’once au marché noir. D’autre part, le prix de l’immobilier au mètre carré en France était de l’ordre de 0.2 once. Aujourd’hui il est d’environ 9 onces (prix moyen) et plus dans les villes comme Paris ! »

Dernièrement je lisais également le livre du PR. Antal Fekete (Le Retour au standard OR -page 224) il mentionne: « Les lecteurs devraient également stocker nourriture et médicaments, car avec une crise de cette nature, il n’y aura plus une pharmacie d’ouverte, ni de stations service ».

Nous proposerons donc une liste des médicaments essentiels établie par des médécins généralistes.

Publicités
 
43 Commentaires

Publié par le 28 décembre 2011 dans Non classé

 

43 réponses à “Trader Noé – Analyse du 28 décembre 2011

  1. Colombin

    28 décembre 2011 at 9 h 33 min

    Bonjour,

    Pourquoi indiquez vous que le CAC devait absolument rejoindre les 4000 pts avant le 31.12.2011 ? Le passage d’une année à l’autre est purement « fictif » dans le sens où ce n’est pas une date X qui détermine l’évolution d’un indice.

    Je ne comprends pas bien le lien entre 31 décembre et chute des indices ?

     
    • Biquette pdt

      28 décembre 2011 at 11 h 50 min

      Si on veux que la moyenne annuel du CAC40 finisse à l’équilibre faut aller au moins à 4000 pts et si on veut qu’il fasse une performance il faut avoir un clôture à plus de 4000 pts.
      En d’autre terme à moins d’avoir un miracle le CAC40 finiras sur une note baissière.

       
  2. ludo

    28 décembre 2011 at 9 h 39 min

    Merci à Trader Noe pour la pertinence de ses informations -encore et toujours.
    Nous attendons avec impatience la liste de médicaments, ce sera une information indispensable.
    J’avais déjà effectué des recherches en ce sens, et il s’avère qu’il est très difficile, pour un néophypte, de constituer correctement une telle liste.
    Nous comptons sur vous. Merci encore.

     
    • Biquette pdt

      28 décembre 2011 at 11 h 51 min

      Va à la pharmacie et pour tout ce qu’on veut pas te donner, commande par le net.

       
      • ludo

        29 décembre 2011 at 8 h 59 min

        La question n’est pas savoir où acheter mais QUOI acheter. Quelle est la bonne liste des médicaments essentiels ? J’en ai déjà trouvé une de trois pages, mais je ne sais pas trop si je dois privilégier la Ketamine, la gentamicine ou le salbutamol…
        D’où l’aide précieuse de LIESI à nous aider à faire le tri.

         
  3. quidam

    28 décembre 2011 at 9 h 46 min

    @Trader Noe
    Pouvez vous expliquer la baisse du CA malgré l’annonce récente de la BCE? est-ce purement technique ou bien la tendance devrait se confirmer? (d’autres réponses sont les bienvenues)

     
    • Biquette pdt

      28 décembre 2011 at 11 h 53 min

      Il y a ceux qui espère une reprise et les autres qui voient mal comment l’économie pourrais combler les pertes que la crise à crée.

       
  4. daniel

    28 décembre 2011 at 11 h 26 min

    vous avez écrit « D’autre part, le prix de l’immobilier au mètre carré en France était de l’ordre de 0.2 once. Aujourd’hui il est d’environ 9 onces (prix moyen) et plus dans les villes comme Paris !”

    pouvez vous vérifier car si 9 onces x 1200 € = 10800 /m2 donc 90 m2 = 972 000 € !!! prix moyen d une maison de 90 M2 pour 970 000 € ou bien est ce en Francs?

     
    • Elcanto

      28 décembre 2011 at 11 h 52 min

      @ daniel
      je confirme l’information donnée par Trader Noé. Le prix moyen du neuf au m² dans Paris se situe actuellement entre 9.000 et 13.000 euros, voire beaucoup plus dans les arrondissements très bien cotés. Je précise qu’il est de 5.000 – 6.000 euros sur la côte d’azur et certains centre-ville de grandes villes (Bordeaux, Lyon…) et en moyenne 3.500 – 4.300 euros ailleurs. Pour l’ancien compter une décôte de 10 – 20% environ. Je précise qu’il s’agit d’une tendance moyenne. Ponctuellement les écarts peuvent être de 50% !

       
  5. Jean Jacques

    28 décembre 2011 at 11 h 33 min

    Pourriez- vous reprendre le fonctionnement de l’arc à poulies appliqué aux indices boursiers.
    Merci d’avance.

     
  6. Kabbak

    28 décembre 2011 at 11 h 42 min

    Je trouvais le coup des 9 onces un peu gros également.

     
    • quidam

      28 décembre 2011 at 11 h 51 min

      voici un appartement de 90m2 dans le 20eme (donc loin d’être ce qu’il y a de plus cher):
      http://annonces-immobilieres.drimki.fr/9112
      prix: 628000 euros
      Faites la moyenne avec un appartement dans le 16eme et je pense que Trader Noé est dans le vrai… qu’est-ce qui vous choque?

       
      • Kabbak

        28 décembre 2011 at 11 h 54 min

        Trader Noé laisse entendre que ce rapport-là existe dans d’autres villes que Paris ! Moi, ça m’interroge. C’est approximatif comme calcul, comme argument.
        Même toi, dans ton exemple, il y a une marge de 300.000 euros. Ce n’est pas une broutille, 300.000 euros.

         
      • Ned

        28 décembre 2011 at 13 h 39 min

        maison 90 m² + petit jardin et courette fraîchement rénovée, petit bourg calme =
        120000€ alors !!!!!!

         
  7. quidam

    28 décembre 2011 at 11 h 53 min

     
    • Kabbak

      28 décembre 2011 at 11 h 56 min

      De plus, quidam, le 16e arr. n’est pas représentatif de ce qui se fait dans le reste de la France. En province, les tarifs sont loin, très loin d’être à ce niveau de 9 oc/m² ! C’est cher, certes, mais faut pas grossir le trait pour autant.

       
      • quidam

        28 décembre 2011 at 11 h 58 min

        ah oui sur la France entière ça fait beaucoup effectivement

         
  8. Robert Paulson

    28 décembre 2011 at 11 h 57 min

    Exact pour Paris et sans doute les banlieues bourgeoise mais pour le reste, je suis personnellement à 2200 euros en RP …

     
  9. Caralmera

    28 décembre 2011 at 12 h 02 min

     
  10. Caralmera

    28 décembre 2011 at 12 h 04 min

     
    • quidam

      28 décembre 2011 at 12 h 07 min

      @Caralmera
      D’où vous vient ce subit intérêt pour l’or Caralmera? 😀

       
      • Caralmera

        28 décembre 2011 at 13 h 52 min

        no comment !! 🙂 je crois que je vais aller faire un petit tour en Roumanie, puis en Arménie ensuite 😉

         
  11. Médusé

    28 décembre 2011 at 12 h 18 min

    Crise de la dette: le taux d’emprunt italiens à six mois divisés par deux

    Les taux d’emprunt de l’Italie ont très fortement baissé mercredi à 3,251% lors d’une émission obligataire attendue avec impatience par les marchés, contre un taux de 6,504% à l’occasion d’une opération similaire le 25 novembre.

    la suite : http://lci.tf1.fr/filnews/economie/crise-de-la-dette-le-taux-d-emprunt-italiens-a-six-mois-divises-6898478.html

     
    • quidam

      28 décembre 2011 at 12 h 24 min

      @Médusé
      bonne nouvelle ! la somme à verser aux banques par les contribuables italiens ne sera que de 150 millions d’euros pour cet emprunt ! Louis XVI s’est fait guillotiné pour moins que ça ! 😀

       
      • Médusé

        28 décembre 2011 at 12 h 26 min

        – (sourire) –

         
      • Médusé

        28 décembre 2011 at 12 h 28 min

        Un rien magique, non ? la planche à billet de la BCE ? C’est l’hyperinflation qui arrive ??

         
      • quidam

        28 décembre 2011 at 12 h 35 min

        @Médusé
        la BCE fait des cadeaux et les banques font les écureuils (rien à voir avec la caisse d’épargne quoique…)
        Bref cet argent ne sera pas réinvesti dans l’économie réelle mais sera bel et bien pioché dans nos poches largement vidées ces 10 dernières années. Lorsque l’heure aura sonnée je préférerai mon statut de pauvre à celui de banquier. D’ailleurs je ne cours pas très vite 😀

         
      • Médusé

        28 décembre 2011 at 12 h 53 min

        Christine Lagarde à dit dans le JDD dimanche 25, que « l’Europe mettait l’économie du mondiale en danger », maintenant, je comprends mieux pourquoi, C’est l’open bar à la BCE, des millions et des milliards à 1% qui ne seront jamais remboursé et qui aggraveront d’autant à terme les notes souveraines des états.

         
      • quidam

        28 décembre 2011 at 13 h 09 min

        où est passé mme Lagarde votre « optimisme » sur « l’élan de croissance » dont vous parliez fin 2010 sur l’année 2011 avec l’application de votre politique sur cette même année?

        Maintenant que vous êtes à la tête du FMI « l’Europe met en danger l’économie mondiale »?
        Votre compétence, que nous louent les médias aux ordres, alors que vous étiez à la tête des finances en France doit elle être remise en cause?
        Ou bien tout simplement vous n’avez jamais défendu les intérêts de la France comme le laisse entendre votre appartenance au CFR ?

         
      • Médusé

        28 décembre 2011 at 13 h 47 min

        Là, je ne sais pas, un plan de carrière ?
        je sors A+.

         
  12. guardiola

    28 décembre 2011 at 12 h 30 min

    Rebonjour Messieurs,

    Que pensez vous d une compagnie comme GoldMoney ?

    En vous remerciant

    Pep

     
    • Maverick

      28 décembre 2011 at 13 h 42 min

      @ guardiola : Je n’aurais pas confiance. Le risque d’avoir de l’or virtuel dans un coffre virtuel est élevé. Et il faut voir aussi la question de la sécurité informatique : Vous pouvez avoir un « keylogger » dans votre ordi, ils peuvent se faire pirater (voir Stratfor, société de consulting à qui le groupe « AntiSec » vient de piquer les données confidentielles sur ses clients, et s’en sert pour faire des virements à la Croix Rouge & Cie), on peut vous « phisher » en se faisant passer pour eux avec des faux mails et/ou un faux site pour vous faire donner vos codes… Et quels recours en cas de faillite, de panne d’Internet, ou d’électricité, ou si vous perdez votre « mot-de-passe-de-la-mort » ?

      Enfin, moi je n’ai pas ce genre de soucis, j’ai pris de l’avance, je suis déjà ruiné 😉

       
  13. Politikophobie67

    28 décembre 2011 at 12 h 52 min

    Bonjour!
    Oui , en effet , j’ai bien conscience de tout ça …………..Et j’ai très peur!
    Je dois vous dire que mon épouse est bloquée en Ouzbékistan ….Elle a été forcée d’y retourner en vue de faire renouveler son passeport.L’ambassade d’UZ à Paris refusant de lui faire..
    Elle a obtenu son nouveau passeport au bout de 5 mois tout en restant sur place depuis le 11 juillet!!!!! A présent , il lui faut une autorisation de sortie et là encore ça traine et sans garantie de succès…Ils se réservent le droit de l’empêcher de revenir en France…..
    Je n’ose imaginer les conséquences sur l’Ouzbékistan après une crise voire une guerre avec l’Iran..
    Je suis abonné au LIESI et je suis attentivement ce blog au quotidien…
    Je vois donc tout un panel de conséquences tragiques possibles…

     
  14. Caralmera

    28 décembre 2011 at 14 h 08 min

    pour en revenir à l’argent prêté aux banques sur 3 ans par la BCE, Nicolas Doze avait bien eu du flair la semaine dernière

    Quant aux représailles de l’EU sur l’Iran, tout le monde ne semble pas d’accord et on comprend pourquoi en lisant cet article

    http://www.romandie.com/news/n/_Menace_iranienne_sur_Ormuz_l_UE_ne_compte_pas_renoncer_a_ses_sanctions281220111212.asp

     
  15. Geraldine

    28 décembre 2011 at 14 h 31 min

    D’abord déflation, puis hyperinflation.

     
  16. Kabbak

    28 décembre 2011 at 17 h 20 min

    Au mois de juillet, ce site n’annonçait-il pas l’once d’or à 2.000 $ en cette fin d’année ?

     
    • Ragnar Lodbrok

      28 décembre 2011 at 17 h 26 min

      Qui qu’il a une réponse à Kabbak?

       
      • PhiliP

        28 décembre 2011 at 17 h 31 min

        On est le 29…..reste trois jours ;D

         
    • ludo

      29 décembre 2011 at 8 h 50 min

      D’autres analystes, comme Bill Bonner, ont prédit en septembre une forte baisse de l’or, temporaire. LIESI a finit par rejoindre cette analyse.
      La prévision de juillet est donc à revoir selon cette actualité.
      Ce que l’on sait en revanche, et ceci est partagé par tous les analystes, c’est que l’or remontera ensuite vers des sommets.
      Il faut donc profiter de la période pour acheter.

       
  17. bermain29

    28 décembre 2011 at 17 h 26 min

    Suite à l’article du Banquier Anonyme qui était plus pessimiste ou réaliste nous aurons peut être ces jours ci la première grosse faillite industrielle. Regardez combien le titre a été dévalorisé depuis un an.

    Petroplus : fait toujours les frais de l’annonce de mardi.

    (CercleFinance.com) – Le titre Petroplus a plongé en Bourse de Zurich hier et se trouve toujours sanctionné, après que le raffineur et distributeur suisse de produits pétroliers ait annoncé que des lignes de crédit critiques d’un total d’un milliard de dollars avaient été gelées par les prêteurs.

    ‘Ces lignes de crédit sont essentielles pour que les filiales de l’entreprise puissent respecter leurs obligations à échéance. (Petroplus) a l’intention de continuer de négocier avec les banques pour restaurer rapidement sa situation, et elle évalue les autres options stratégiques afin de poursuivre ses opérations sur le marché européen du raffinage et de la distribution’, a écrit le groupe basé à Zoug.

    Aurel BGC estime que ‘la société est en train de connaître des moments difficiles qui devraient avoir des répercussions sur sa dette’. Les analystes ajoutent que ‘celle-ci pourrait bien finir par être restructurée’.

    La société qui ne capitalise plus que 200 millions de francs suisses a perdu près de 98% de sa valeur cette année.

    Le titre Petroplus perd 9,7% à 1,6 franc suisse vers 16h45.

    http://www.boursorama.com/actualites/petroplus-fait-toujours-les-frais-de-l-annonce-de-mardi-19c979181cb7df3a909d93e4cb1a802e

     
  18. Guillaume

    28 décembre 2011 at 17 h 44 min

     
  19. Zappata

    28 décembre 2011 at 18 h 26 min

    Quand les milliards de la BCE reviennent directement… à la BCE

    Les banques parquent les centaines de milliards d’euros qui leur ont été prêtés dans les coffres de l’Eurotower à Francfort.

    Que font les banques européennes des 489 milliards d’euros que la Banque centrale européenne leur a prêtés sur trois ans le 21 décembre ? Elles les mettent en réserve chez leur banquier, c’est-à-dire la BCE ! Les dépôts qu’elles font chaque jour au guichet de Mario Draghi ont explosé mardi pour atteindre 441 milliards d’euros, et même 452 milliards mercredi, du jamais-vu dans la zone euro. Le précédent record datait de juin 2010, lorsque les banques étaient allées parquer 384 milliards d’euros à la Banque centrale européenne.

    C’est comme si les injections massives de liquidité de la BCE n’avaient servi à rien. L’argent coule à flots, mais reste bloqué dans les tuyaux, alors que la Banque centrale européenne espérait justement éviter un effondrement du crédit dans les mois à venir, et réinsuffler de la confiance dans le système financier européen.
    Trop tôt pour conclure

    Pourquoi les 523 banques européennes, qui ont emprunté de l’argent sur trois ans à 1 % auprès de leur banquier, le ramènent-elles illico sur leur compte rémunéré à seulement 0,25 % ? Tout simplement parce qu’elles ont encore peur de se prêter entre elles. Quand tout va bien, les établissements privés s’échangent des liquidités à différentes échéances, moyennant un taux d’intérêt. Mais l’incertitude sur leur solidité est actuellement telle que les banques préfèrent conserver leur argent à la BCE plutôt que de se prêter, une opération pourtant bien plus rémunératrice, surtout en ce moment… Les banques européennes restent aussi prudentes, car elles doivent rembourser, en 2012, 600 milliards de dette, dont 230 milliards rien qu’au premier trimestre…

    Mais tout n’est pas encore perdu. Car il ne s’agit que de dépôts au jour le jour (24 heures). Pour Michael Schubert, économiste de Commerzbank, cité par l’Agence France-Presse, il s’agit d’une sorte de « solution d’attente » pour les banques. Il est donc sans doute encore trop tôt pour juger du succès de l’opération exceptionnelle de la BCE qui n’a pas l’habitude de prêter aux institutions financières privées à une si longue échéance et à un taux d’intérêt si bas.
    Test jeudi

    L’institution de Francfort espère encore que son geste pour restaurer la confiance dans le système bancaire européen va porter ses fruits, notamment en permettant aux établissements privés de racheter de nouveau de la dette d’État délaissée par les investisseurs, ce qu’elle se refuse à faire elle-même de peur de favoriser l’inflation et le laxisme budgétaire des États. D’autant que les traités lui interdisent de le faire directement. Pour l’heure, les banques craignent encore que la faillite d’un État n’entraîne leurs concurrentes dans l’abîme.

    Le succès d’une émission de dette à six mois par l’Italie, qui a vu les taux d’intérêt réclamés par les investisseurs fortement baisser, suggère toutefois que la situation peut s’améliorer. Certaines banques pourraient avoir recommencé à investir sur les titres italiens, fortement rémunérateurs, malgré le risque qu’ils présentent. Une nouvelle émission italienne jeudi, à 9 et 10 ans, devrait permettre d’y voir plus clair.

    http://www.lepoint.fr/economie/quand-les-milliards-de-la-bce-reviennent-directement-a-la-bce-28-12-2011-1413096_28.php

     
    • Médusé

      28 décembre 2011 at 19 h 18 min

      Le Portugal va très mal, la Frane est en récession, l’Espagne est au bord de la récession et l’Angleterre rentre en récession en 2012.

      **
      MADRID (AP) — L’Espagne va renouer avec la récession début 2012, selon les prévisions communiquées lundi par son nouveau ministre de l’Economie. Luis de Guindos s’attend à une contraction de l’économie au dernier trimestre 2011 et au premier de l’année à venir.
      (challenges. fr, hier)

      **
      La Grande-Bretagne devrait replonger en récession en 2012

      Selon un institut britannique, la Grande-Bretagne va connaître une année « sombre » en 2012 en raison des mesures d’austérité imposées par la plupart des dirigeants de la zone euro.

      (lexpansion.lexpress. fr, AFP – publié le 27/12/2011 à 10:04)

      **
      2012, l’année de tous les dangers pour la zone euro

      Posté le 23 décembre 2011

      Le marché obligataire, chahuté comme jamais en 2011 face à l’accélération de la crise de la dette, qui touche désormais l’ensemble de la zone euro, s’apprête à connaître un début d’année sous haute tension, certains n’excluant plus une implosion de l’Union monétaire.

      « En 2011, on peut parler de ‘krach obligataire’, les taux d’emprunt de certains pays européens se sont envolés et le marché a perdu ses repères: les fondamentaux économiques et les Etats ne font plus référence« , résume Charles Bouffier, directeur général délégué de la société de gestion d’actifs Egamo.

      La crise, cantonnée à la Grèce et à l’Irlande en 2010, s’est propagée tout au long de l’année comme une traînée de poudre.

      Premier à être touché, le Portugal a dû se résoudre à recourir à l’aide du Fonds monétaire international et de l’Union européenne qui lui ont octroyé un prêt de 78 milliards d’euros en échange d’un programme d’austérité draconien.

      L’Italie et l’Espagne, 3e et 4e économies de la zone euro, ont subi à leur tour la foudre des marchés et ces attaques ont eu raison des gouvernements italien de Silvio Berlusconi et espagnol de José Luis Rodriguez Zapatero. Seule l’action de la Banque centrale européenne, qui a racheté de la dette de ces deux pays sur le marché secondaire, où s’échangent les titres déjà émis, a permis d’appaiser quelque peu les tensions.

      Enfin, phénomène encore impensable il y a un an, le coeur même de la zone euro, l’Allemagne et la France, ont été frappées par la tempête : l’agence de notation Standard and Poor’s envisage de leur retirer prochainement leur précieuse note AAA, la meilleure possible, qui leur permet d’emprunter à des taux très attractifs.

      Un sort qu’ont subi les Etats-Unis en août et qui n’a finalement pas eu d’impact sur les taux d’emprunt du pays tombés à des plus bas historiques.

      Un début 2012 qui sera sous haute tension

      De l’avis de Jean-François Robin, stratégiste chez Natixis, même si le marché obligataire européen a connu une certaine accalmie durant les dernières semaines de l’année, 2012 s’annonce sous haute tension.

      « Le problème va resurgir si les taux repartent à la hausse quand certains Etats tenteront d’avoir accès au marché« , souligne-t-il.

      Les emprunts obligataires se concentrent généralement sur les premiers trimestres de l’année. Seront particulièrement surveillées, les opérations à long terme de l’Allemagne, seul pays où la demande n’était pas au rendez-vous lors de sa dernière émission de dette, mais aussi de la France, de l’Italie ou de l’Espagne.

      La situation est délicate d’autant que les perspectives de croissance pour 2012 se sont nettement dégradées. Un passage de la zone euro, bref dans le meilleur des cas, en récession semble désormais inéluctable à la plupart des économistes.

      La rigueur, facteur aggravant ?

      La rigueur budgétaire prônée par les responsables européens de sommet en sommet pourrait aussi aggraver les choses.

      « L’austérité n’arrive pas à convaincre car elle va engendrer une situation économique récessionniste qui va rendre d’autant plus difficile le bouclage des budgets par les Etats« , s’inquiète Frédéric Rollin de la banque Pictet.

      Autre motif de tension pour Axel Botte chez Natixis, les banques qui doivent renforcer leur ratio de fonds propres ‘durs’ (capital et bénéfices mis en réserve rapportés aux prêts accordés) devraient être moins disposées à investir dans les dettes souveraines des pays européens jugés à risque.

      Désormais, l’explosion de la zone euro fait partie des hypothèses envisageables. Selon une étude de la banque Bank of America Merrill Lynch, 33% des gérants de portefeuille n’excluent plus qu’un pays soit contraint de sortir de l’Union monétaire en 2012.

      Face à ce scénario inquiétant, le seul remède mis en avant par les experts tient en trois lettres : BCE.

      « Il faut qu’elle intervienne davantage. Elle reste le seul acteur crédible et le seul à disposer de la puissance de feu nécessaire« , estime M. Botte.

      AFP

      Article source: http://www.rtbf.be/info/article/detail?id=7289223&cat=ECONOMIE