RSS

Archives Mensuelles: octobre 2011

La liquidation de Kadhafi par les moralistes de l’Occident

Jeudi 20 octobre 2011, vers 13 h 30 GMT, le Conseil national de transition libyen a annoncé la mort de Mouammar el-Kadhafi. Bien que confus, les premiers éléments laissent à penser qu’un convoi de voitures a tenté de quitter Syrte assiégée et a été bloqué et partiellement détruit par un bombardement de l’OTAN. Des survivants se seraient mis à l’abri dans des canalisations. M. Kadhafi, blessé, aurait été fait prisonnier par la brigade Tigre de la tribu des Misrata qui l’aurait lynché.

Le corps du « Guide » de la Grande Jamahiriya arabe socialiste n’a pas été conservé dans sa ville natale de Syrte, ni transporté à Tripoli, mais acheminé comme trophée par les Misrata dans la ville éponyme.

La tribu des Misrata, qui a longtemps hésité à choisir son camp et est quasi absente du CNT, aura finalement investi Tripoli après son bombardement par l’OTAN, et aura lynché Mouammar el-Kadhafi après le bombardement de son convoi par l’OTAN. Elle aura même transféré son corps dans sa ville pour marquer son triomphe. […]

Les principaux dirigeants de la Coalition ont salué la mort de leur ennemi comme marquant la fin de l’opération « Protecteur unifié ». Ce faisant, ils admettent implicitement que celle-ci ne visait pas à mettre en œuvre la Résolution 1973 du Conseil de sécurité, mais à renverser un régime politique et à en tuer le leader, alors même que l’assassinat d’un chef d’État en exercice est interdit en droit états-unien et universellement condamné.

De plus, le lynchage de Mouammar el-Kadhafi montre la volonté de l’OTAN de ne pas le déférer à la Cour pénale internationale qui n’aurait pas été plus en mesure de le condamner pour crime contre l’humanité que le Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie ne put prouver la culpabilité de Slobodan Milosevic malgré deux ans de procès. (Source)

Publicités
 
44 Commentaires

Publié par le 23 octobre 2011 dans Non classé

 

Les nuages s’accumulent sur le « machin européen » et la pression sur l’Italie pourrait avoir un effet boomerang

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a dû donner des explications samedi soir à Bruxelles sur son programme budgétaire à la chancelière allemande Angela Merkel, à la veille d’un sommet de l’UE où il sera sous pression pour respecter ses engagements. ‘’J’ai parlé avec Mme Merkel’’, a dit M. Berlusconi en marge d’une réunion des dirigeants conservateurs européens près de Bruxelles, organisée à la veille d’un sommet des dirigeants européens sur la crise de la dette qui déstabilise la zone euro. A la question de savoir s’il avait convaincu la chancelière, M. Berlusconi a répondu laconiquement : ‘’Je pense’’.

L’Italie suscite l’irritation croissante de ses partenaires européens qui doutent de la capacité du gouvernement de M. Berlusconi à maintenir ses finances sous contrôle et redoutent que le pays ne provoque une crise gravissime dans la zone euro.

Ils lui demandent de préciser ses engagements déjà pris en matière de réduction du déficit budgétaire, tandis que la Commission européenne exige des réformes structurelles supplémentaires de l’économie italienne. ‘‘Nous attendons de l’Italie qu’elle réitère ce dimanche de façon claire ses projets d’assainissement budgétaire et de réformes structurelles’’, a déclaré cette semaine le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn.
Les dirigeants européens escomptent de M. Berlusconi qu’il donne des engagements fermes lors du sommet. Le chef du gouvernement italien a été du reste invité à un tête-à-tête préalable, peu avant la réunion, avec le président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy. ‘‘L’idée est de mettre la pression sur Berlusconi’’, confie un diplomate d’un pays européen.
Le mécontentement est d’autant plus grand que la zone euro cherche en ce moment à protéger l’Italie et l’Espagne d’une contagion de la crise de la dette, en renforçant la capacité d’intervention du Fonds de secours financier de la zone euro, le FESF.

Les responsables européens ont le sentiment que depuis que la Banque centrale européenne a volé en août au secours de l’Italie, en commençant à racheter sa dette publique sur les marchés, Rome a relâché ses efforts et commencé à revenir sur ses promesses de rigueur.

Au cours de la réunion samedi soir des dirigeants conservateurs près de Bruxelles, M. Berlusconi a présenté le plan de rigueur qu’il a récemment fait adopter par le Parlement italien. Mais, a expliqué un participant s’exprimant sous couvert de l’anonymat, ‘‘M. Berlusconi s’est montré très réservé sur la nécessité d’en faire davantage’’. Un autre participant à la réunion a confié à l’AFP que des dirigeants européens ont mis en doute la crédibilité de l’Italie pour mettre en oeuvre son plan de rigueur censé permettre au pays de parvenir à l’équilibre budgétaire dès 2013.

L’Allemagne insiste pour que l’Italie réduise sa dette publique colossale de 1.900 milliards d’euros, soit 120% du PIB.
M. Berlusconi va devoir en parallèle affronter l’irritation de la France sur un autre sujet lors du sommet de dimanche.La France a soutenu la nomination de l’Italien Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne, pour remplacer en novembre Jean-Claude Trichet, en partant du principe qu’elle récupèrerait ensuite un poste au sein du directoire de l’instutut monétaire occupé par un autre Italien, Lorenzo Bini Smaghi.Mais ce dernier refuse de partir car M. Berlusconi ne l’a pas nommé comme il l’escomptait à la tête de la Banque d’Italie. Le chef du gouvernement italien l’a appelé samedi soir à démissionner d’un poste qu’il occupe par la volonté du gouvernement. (Source: AFP)

A cela on doit ajouter que S. Berlusconi n’a toujours pas digéré la manière d’agir de la France dans l’affaire libyenne où il y a bel et bien eu des crimes de guerre, selon plusieurs journalistes sur place, avec parfois la complicité de l’Otan. La France sarkozienne a délogé l’Italie de positions commerciales avantageuses en Libye, et dans une période économique où la crise devient une évidence, le ressentiment n’en peut- être que plus grand. Pourquoi donc alors Berlusconi consentirait-il à saigner son peuple pour le plaisir de gens qu’il déteste foncièrement (comme son ami Poutine d’ailleurs)? Si Rome coule, il y en aura beaucoup qui subiront des dommages collatéraux.

 
18 Commentaires

Publié par le 23 octobre 2011 dans Non classé

 

Barroso dans son bunker planifiant la domination du monde – Nigel Farage

Une vidéo où le politicien Nigel Farage dit la vérité sur la « bande à Barroso » aux ordres de l’establishment américain.

Cliquer sur le lien.

 
5 Commentaires

Publié par le 23 octobre 2011 dans Non classé

 

La FBFveut rassurer : « Il y a tout ce qu’on dit sur les banques. Et puis il y a la vérité »

La FBF (Fédération Française des Banques) a décidé de mettre en œuvre une nouvelle action de communication collective de la Profession qui prendra la forme d’une page diffusée dans la presse quotidienne nationale et régionale les jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011.

En voici le contenu que nous vous laissons commenter « courtoisement », car tous ces gens nous (et vous)  lisent…

 
35 Commentaires

Publié par le 22 octobre 2011 dans Non classé

 

Complément sur le projet dictatorial appellé MES

On pourra consulter avec intérêt cette page en PDF d’un site qui a réalisé la traduction en français à partir du projet de traité en anglais:  http://www.haoui.net/newsletter/2011/octobre18/exclusivite/MES.pdf

 
6 Commentaires

Publié par le 22 octobre 2011 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 22 octobre 2011

Dans l’analyse, il ne faut pas mélanger la tendance de fond, très baissière, qui peut s’échelonner sur plusieurs mois et couvrir le dernier trimestre 2011, l’année 2012 et probablement 2013.

Dans cette tendance de fond, l’indice CAC 40 devrait effectivement se diriger vers 1700 et 750 points environ. Cela ne se fera pas en un claquement de doigts, mais nous pourrions revivre de nombreuses fois ce qui s’est passé cet été mais avec beaucoup plus de force et des conséquences extrêmement complexes qui peuvent déboucher sur n’importe quoi et toucher tous les secteurs.

Je vous laisse simplement imaginer les personnes (particuliers ou professionnels) qui viennent d’acquérir des biens immobiliers en empruntant sur de nombreuses années (20-30 ans etc…).
Il faudra penser à rembourser et sans rentrée (plus d’emploi- entreprises en difficulté) cela peut s’avérer très difficile et encore bien plus difficile quand il faut rembourser un bien immobilier acheté à prix fort alors qu’il en vaudra beaucoup moins.

(Le manque de confiance des prêts entre banques, bloquera les prêts aux particuliers et les transactions immobilières ralentiront).

D’autre part, si un problème monétaire arrivait, je vous laisse également imaginer le prix des produits alimentaires. La nourriture n’augmente qu’un peu à cause de la spéculation sur les matières premières. Le prix de votre pain augmente un peu, pourtant sa teneur en blé est faible.
En revanche, si la monnaie se déprécie pour diverses raisons, les prix peuvent s’envoler et les conséquence peuvent être dramatiques.
L’histoire se répète, relisez ce qui s’est passé lors de la république de Weimar.

Le plus effrayant, ce sont les attaques sur les secteurs bancaires et industriels. Ces deux secteurs tiennent l’économie d’un pays.

Sur la tendance court-moyen terme que nous avons depuis début octobre, nous avions précisé un point très important sur l’indice CAC 40 Future. Le niveau des 3090 a parfaitement fonctionné. De même pour les 1215 et 1230 du E-mini SP 500.

Tant que les E-mini SP500 évolue au-dessus des 1230, le rebond technique haussier peut se poursuivre et les prochaines résistances pourraient être 1260 et 1320 points.
Si le cours venait à repasser en dessous des 1230, le scénario serait invalidé et la rupture des 1200-1190 fragiliserait la reprise court terme.

Ce qui est tout de même étonnant, c’est le manque de dynamisme pour l’indice CAC 40. Y aurait t-il déjà du Spread dans l’air ?

Le 17 octobre, le E-mini SP 500 avait un plus haut à 1230.75 points et le Future CAC 40 à 3268 points.
Hier, le plus haut était à 1235.75 pour le E-mini SP 500 alors que le plus haut du Future CAC 40  est à 3170 points. (pratiquement 100 points de différence par rapport à la journée du 17 octobre). La grande résistance du Future CAC 40 se présente désormais à 3250-3300 points.

Sur les tendances de fond et moyen terme, l’indice CAC 40 est bien plus mal orienté que les indices américains.
Sous les 3090 il faudra être vigilant, la rupture des 3060 montrera déjà des signes de faiblesse.

Attendons le G 20 pour y voir plus clair.

 
3 Commentaires

Publié par le 22 octobre 2011 dans Non classé

 

Les « professionnels » commentent la flambée des marchés de vendredi

 

 

 

Selon Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez Global Equities, les investisseurs anticipent une prochaine sortie de crise, estimant inimaginable que les dirigeants européens n’arrivent pas à se mettre d’accord rapidement face à des enjeux aussi considérables.
« Impensable que les Européens n’arrivent pas à trouver une solution, les risques seraient trop graves », a-t-il déclaré.
« On est dans la dernière ligne droite. Les décideurs n’ont plus d’autres choix que d’annoncer des mesures rapidement au plus tard à l’issue du second sommet du 26 octobre », a estimé Renaud Murail, gérant d’actions chez Barclays Bourse.

 

Mais d’autres opérateurs s’interrogeaient sur les vraies raisons de cette flambée boursière soudaine, alors que la crise de la dette reste loin d’être réglée. « C’est un grand mystère, un tel bond, de plus de 3,5%, alors que les nouvelles restent très confuses et avant un week-end dont l’issue est incertaine« , a dit un opérateur de marché de la banque Equinet à Francfort.

 

Nous verrons bien puisque ce qui nous importe n’est pas la spéculation au quart d’heure mais la TENDANCE DE FOND. N’oublions pas la théorie de Trader Noé sur LA TENSION DE L’ARC A POULIES.

 

 
4 Commentaires

Publié par le 22 octobre 2011 dans Non classé