RSS

Trader Noé – Analyse du 25 octobre 2011

25 Oct

Pour l’instant, sur les indices, il n’y a pas grand chose à signaler. Le point pivot des 1230 sur le E-mini SP 500 est toujours à surveiller.
Tant que le cours évolue au-dessus, l’indice CAC 40 peut progresser avec des résistances : 3250-3300-3350.
En revanche, sous 1230 points nous referons un point.

Il faudra vraiment rester attentif en attendant les conclusions du sommet européen de mercredi et bien sûr la réunion du G 20.

Le Gold spot reste toujours dans une configuration court terme assez indécise. La rupture du support des 1640 permettrait peut-être de se rapprocher des 1600 dollars l’once. En revanche, si le cours parvenait à dépasser les 1690-1700 le cours pourrait monter davantage. La dernière fois, la résistance des 1700 points avait bien fonctionné avec une tendance courte baissière; le cours s’est rapproché des 1600. Désormais, pour que la correction baissière puisse se poursuivre il faudrait que le cours casse le support des 1600. (Relire l’article de la semaine précédente).

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 25 octobre 2011 dans Non classé

 

13 réponses à “Trader Noé – Analyse du 25 octobre 2011

  1. Seman

    25 octobre 2011 at 8 h 25 min

    Pour le Gold, vous n’avez pas arrêté de dire que ça allait faire Boum !

    Je comprends plus rien avec vos appels à la chute. Il ne se passe rien, en fait.

    Merci quand même.

     
    • clavreul

      25 octobre 2011 at 11 h 07 min

      Il à raison Trader Noé Seman, nous sommes quand meme passé de 1913 dollars l’once au plus haut à 1660 dollars aujourd’hui. Les Etats ne laisserons pas tomber les banques, ils vont monétiser et l’augmentation de la masse monétaire est favorable pour le cours des métaux précieux.

       
  2. Colombin

    25 octobre 2011 at 8 h 37 min

    Bonjour et bon début de semaine à tous,

    Petit retour sur l’analyse de Trader Noé du 22 Octobre sur une partie du paragraphe :

    « Je vous laisse simplement imaginer les personnes (particuliers ou professionnels) qui viennent d’acquérir des biens immobiliers en empruntant sur de nombreuses années (20-30 ans etc…).
    Il faudra penser à rembourser et sans rentrée (plus d’emploi- entreprises en difficulté) cela peut s’avérer très difficile et encore bien plus difficile quand il faut rembourser un bien immobilier acheté à prix fort alors qu’il en vaudra beaucoup moins… »

    C’est sûr que rembourser une mensualité s’élévant souvent à 30% des revenus (du travail) pour un foyer est une somme importante surtoût si le couple se retrouve au chômage mais cette considération ne vaut que si la valeur de l’argent est égale à elle même entre la signature de

    l’emprunt et la perte de l’emploi. Or il est fort probable que la valeur de l’argent baisse et qu’une inflation importante voit le jour d’ici peu. Ce qui diminuerait l’importance d’une mensualité de prêt immo surtout si cette dernière est basée sur un taux fixe…

     
    • el dogo

      25 octobre 2011 at 9 h 10 min

      L’économie actuelle est un poulet sans tête difficile de dire dans quelle direction il va courir avant de tomber 🙂

      En cas de déflation sévère pour quelqu’un qui a emprunté pour acheter un bien qui se retrouve fortement dévalué et bien y a deux solutions :
      -On décide de payer qu’en même le crédit car on le peut et on le veut.
      -On a subit la crise et on est à la gorge, on va voir son banquier et on lui dit que soit il fait un trait sur une partie du crédit (à la mode grecque) soit on arrête de payer.
      le banquier à le choix soit de s’exécuter et de continuer a percevoir des traites soit de récupérer une maison invendable au prix du capital souscrit en pleine crack immobilier puisque des milliers de maison auront aussi été saisie.
      Bien sur la maison aura été saccagée avant la saisie (tuyauterie enlevé, cuisine démontée …) ce qui enlèvent encore du prix à la maison.
      C’est que font les américain en se moment, les banques n’ont pas de sentiments il n’y a pas de sentiments a avoir envers son banquier !
      Vendre du crédit c’est vendre du risque non 😉

      En cas d’inflation bien sur les propriétaires voient leur dettes dévaluées.

      Si acheter en temps de récession est risqué est il moins risqué de rester locataire advitam eternam en attendant la future crise, nous serons toujours en crise de toute façon.
      On doit acheter au prix le plus bas possible dans une zone tranquille et l’inflation suit toujours la déflation 😉

       
  3. Tbalèse

    25 octobre 2011 at 9 h 13 min

    J ai une question qui me trotte dans la tête depuis longtemps. 
    Ou ferait il bon de vivre (quel Pays) en cas de krach économique ? 
    La France… L orient … ? Asie?
    Le soucis est de protéger les sien. Qu ils puissent manger a leur faim. Mis a part la campagne, je ne vois pas ou aller… Le problème est que mettront ils sur le dos des campagnards français comme impôts ?
    Sachant que leur but est de centraliser l humain dans les villes pour mieux maitriser (croissance, population… Peux importe les moyens).
    En tous les cas leur ennemie sera ceux qui vivront en autarcie!
    Certain immigrés, on eu le courage de partir dans des pays comme le notre pour le bien vivre de leur famille. Même si ils ne maitrisaient pas la langue. Ce que beaucoup  n auront même pas le courage de faire . Si cela devait nous arriver?
    Ma grande question est Ou???
    A votre avis?

     
    • el dogo

      25 octobre 2011 at 9 h 23 min

      Le problème est que la crise est mondiale !
      On n’est plus à l’époque des nations ou on quittait son pays en crise pour aller dans un pays prospère
      Si l’occident chute , le monde asiatique suivra car ils ne vivent que par nos dépenses 😉
      Quand un émigré arrive dans un pays prospère il subit déjà une forme de dénigrement, mais quand un étranger arrive dans un pays en crise (chute de l’état signifie moins de police moins de lois) il aussi une probabilité assez élevée de se faire voler ou de disparaître tout simplement.
      Quand les rats quittent le navire en pleine tempête le plus grand nombre finissent noyées 🙂
      La solution n’est pas le nomadisme, elle est au contraire de s’enraciner dans sa terre, de compter sur le tissu social local et des solidarités entre proches.
      Pierre qui roule n’amasse pas mousse, par contre pour les citadins des mégalopoles, ça va être sportif mais bon ils en ont rêvés du formica et du ciné non ?

       
    • librezen

      25 octobre 2011 at 10 h 47 min

      Ma femme est ukrainienne et on y va souvent, au moins une fois par an. J’ai été frappé par le fait que dans ce pays, les gens sont bcp plus système D (la chute de l’URSS, les crises de 1997, 2004 les ont obligé à compter sur eux-mêmes). Pour rappel, ces évènements ont été d’une rare violence (je ne parle pas physique ni tuerie mais socialement). Les gens ont à chaque fois perdu toutes leurs économies placées en banque.
      Si le chaos s’installe, c’est dans ce genre de pays qu’on peut peut être s’en sortir le mieux car il existe déjà une économie réelle et parallèle de survie de base. Je ne parle pas d’économie parallèle mafieuse ou de travail au noir. c’est simplement que les gens ont tous dans les campagnes un cochon, une vache, un lopin de terre cultivé, des poules et des canards même s’ils travaillent. Dans les villes, énormément de personnes ont un lopin de terre à l’extérieur de la ville qu’ils cultivent le WE. Il est très fréquent (comme actuellement où c’est la période de récolte des patates) que les salariés prennent un jour ou 2 pour aider la famille.
      Le seul risque de ce pays en particulier est qu’il se trouve entre la CEE et la Russie et que les russes, le considérant comme une partie à part entière de leur pays, cela se transforme en zone d’affrontement.

       
  4. pm

    25 octobre 2011 at 10 h 42 min

    SUR MARS ??????

     
  5. FrPanama

    25 octobre 2011 at 14 h 31 min

    @Tbalese

    Moi je vis au Panama depuis 6ans (Amérique Centrale) et on vit très très bien, la croissance au premier semestre 2011 est de 9.5%, nous avons passe la crise de 2008 sans broncher avec une croissance de 3.5% quand le monde entier était dans les choux. Le système bancaire est en béton armé, un des meilleur du monde, sinon le meilleur, les quantités de dépôts bancaires journaliers feraient rêver beaucoup de pays a l’exception peut être de Hong Kong et Singapour. L’immobilier prend 15 a 20% par an depuis 2005, et cela ce vend comme des petits pains, les investissements dans le pays sont colossaux, on appelle Panama le Dubaï d’Amérique. La zone libre et de détaxe de Colon est la deuxième plus grosse du monde derrière Hong Kong… Panama est le premier port d’immatriculation de Yacht et bateaux commerciaux du monde… 30% de la marchandise de la planète passe par Panama: Le Canal… Nous payons très très peu d’impôts et aucunes taxes mis a part la TVA a 7%. Aucun problème de sécurité globalement, ni de risques d’attentats, ni d’invasion islamiste comme en Europe. Le pays est autonome et ne risque pas la récession même en cas de crash mondial. Voila pour plus d’infos je suis dispo.

     
  6. La Mésange

    25 octobre 2011 at 19 h 20 min

    fait trop froid…

     
  7. quidam

    25 octobre 2011 at 19 h 31 min

    le gold a cassé les 1700. analyse de liesi?