RSS

Un graphique très intéressant sur l’épuisement des richesses exploitables

22 Juil

On sait ainsi où nous allons et pourquoi certaines matières premières industrielles (OR et ARGENT) susceptibles de devenir des devises monétaire futures dans la perspective d’une prochaine refonte monétaire internationale, ont tant le vent en poupe… Très instructif.

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le 22 juillet 2011 dans Non classé

 

7 réponses à “Un graphique très intéressant sur l’épuisement des richesses exploitables

  1. Hannibal

    22 juillet 2011 at 8 h 18 min

    situation paradoxale; l’or fut l’étalon utilisé pour batir le système économique actuel (entre autres), et dorénavant investir dans cette valeur revient à parier pour l’effondrement dudit système.
    Ce que l’on pourrait appeler l’ironie du sort quelque part.

    Pour info, une commande relativement conséquente de Napoléon réalisée chez Godot mardi 19 mettra plus d’une semaine avant d’être expédiée. Et les délais ne cessent de s’allonger,alors à bons entendeurs, veillez à prendre cela en compte

     
  2. Ribouldingue

    22 juillet 2011 at 14 h 20 min

    Encore faudrait bien préciser que la date donnée est la date d’épuisement de la ressource, ce qui est précisé en tête de graphique.
    Une ressource, comme bien des choses sur cette planète, semble suivre une courbe en forme de cloche. Elle croit d’abord doucement, puis de façon exponentielle, s’essouffle, arrive à un point culminant puis décroit à la même vitesse qu’elle a cru et s’éteint.
    François Fillon, pour citer une « homme de gouvernement », reconnaissait au début d’année que la ressource pétrole avait atteint son point culminant en 2007/8 et qu’il faudrait s’habituer à vivre chaque année qui passe avec moins de pétrole. Pourtant la ressource pétrole dans le graphique s’éteint autour de 2040.
    Il y a fort à parier (pas moi, je ne joue pas à ce jeu :-)) que pour toutes les ressources mentionnées le pic de production se situe quelques 30 à 40 ans avant la date de disparition.
    La période la plus dangereuse est lorsque l’on sent que l’on va devenir « en manque » d’une ressource essentielle. On tuera, on tue aujourd’hui, pour s’approprier ce qui reste.
    Si vous appliquez la règle ci-dessus à toutes les ressources énergétiques et si vous prenez en compte que le manque d’une ressource crée une demande supplémentaire sur une autre ressource comparable (s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche; si l’on manque de pétrole, consumons du gaz, de l’uranium ou des agro-carburants; s’il n’y a plus d’or, achetons de l’argent), il est vraisemblable que c’est l’ensemble des ressources dont la durée de vie se réduit, l’ensemble des ressources qui passe dans la phase de déclin.
    Il est l’or, Monseignor. L’or de survivre mais le produit de Mamon ne se mange pas.

    En désaccord mais solidaire.

     
  3. eiffel72

    22 juillet 2011 at 18 h 13 min

    Comme dit Ribouldingue, ils tuent pour du pétrole, alors un jour ils vont réquisitionner l’argent puis l’or, je pense qu’il faudra savoir vendre à temps, dans tout les cas je me méfie de cette bande de requins, ils en veulent toujours plus.

     
    • Ribouldingue

      22 juillet 2011 at 19 h 49 min

      Non, Eiffel.
      Le problème n’est pas de vendre à temps et de préserver ton capital.
      Le problème est de laisser une chance à l’humanité naissante, aux enfants d’aujourd’hui.
      C’est le seul combat qui vaille.

      Cordialement combattant

       
  4. Enafrique

    22 juillet 2011 at 18 h 40 min

    Les réserves du graphiques ne tiennent pas compte des réserve sous-marines (nodules poly-métalliques). En plus avec les nano-technologies, ils est désormais possible de commencer la production de bien virtuellement inusable. L’Humanité a un avenir, mais seulement en cas de nouvel agenda. C’est là le grand problème.

     
  5. ratman

    24 juillet 2011 at 11 h 01 min