RSS

Archives Mensuelles: avril 2011

Des confidences de N. Sarkozy qui en disent long sur son allégeance aux gros financiers

L’affaire est entendue : Nicolas Sarkozy est proche des milieux d’affaires. Ses rapports avec le financier Vincent Bolloré ont fait couler suffisamment d’encre. Celles que le président entretient avec le financier belge Albert Frère sont plus discrètes, mais non moins chaleureuses. Et qui dit Albert Frère, dit Paul Desmarais, son « associé en finances » québécois. Le 16 février, en fin d’après-midi, Paul Desmarais a reçu des mains de Nicolas Sarkozy la dignité suprême de grand’croix de la Légion d’honneur. En présence d’invités de marque.

« Honneur et patrie ». C’est la devise de la Légion d’honneur instituée par Napoléon Ier au début du XIXème siècle. Aujourd’hui, et contrairement à une idée reçue, on ne demande pas à devenir « légionnaire ». C’est toujours un ministre qui propose les nominations, sur la base des informations que ses services lui ont fait remonter. S’ensuit un complexe processus de sélection au terme duquel les propositions recevables sont adressées par la Grande chancellerie de l’Ordre au président de la République, qui décide souverainement de qui sera effectivement décoré ou promu. La dignité de grand’ croix est la plus élevée des cinq que compte l’ordre légionnaire. Le Code de la Légion d’honneur fixe le nombre maximal de grand’ croix à 75. Fin 2000, on en comptait 60. En outre, pas plus de 8 grand’ croix peuvent être promus chaque année, dont 2 étrangers seulement. C’est dire s’il s’agit d’une marque d’estime du président français envers l’homme d’affaires canadien Paul Desmarais, patron du holding Power Corp d’un côté de l’Atlantique, et co-actionnaire avec Albert Frère de Groupe Bruxelles Lambert (GBL) de l’autre. GBL gère principalement des participations dans des groupes cotés en France (Total, Suez, Lafarge, Imerys, Pernod-Ricard…).

Le président peut déléguer la remise de la distinction ou y procéder lui-même. C’est cette deuxième option qu’il a choisie dans le cas de Paul Desmarais, qui a été décoré de la croix enrubannée et de la plaque réglementaire dans le grand salon de l’Elysée. Le Premier ministre de la province canadienne de Québec, Jean Charest, était également présent. Ainsi que le fils de Paul senior, André, mais également Paul Desmarais junior, sa soeur, des petits-enfants…

Voilà pour le côté canadien. Car parmi les invités se trouvaient également les plus grandes fortunes françaises : Bernard Arnault (LVMH), Martin Bouygues, Serge Dassault, Claude Bébéar (AXA)… Et un autre francophone : le baron belge Albert Frère, associé de Paul Desmarais qui, comme lui, faisait partie des invités au fameux « dîner du Fouquet’s».

Nicolas Sarkozy a rendu un hommage appuyé à Paul Desmarais, qu’il a tutoyé lors du discours accompagnant la cérémonie : « ton nom, cher Paul, est associé au récit prodigieux d’une ascension prodigieuse et à maints égards, unique au monde : comment tu es parti de ta petite ville de l’Ontario pour arriver à bâtir un empire industriel et financier. Comment, à 24 ans, tu as commencé par acheter une compagnie d’autobus en faillite, pour un dollar – et un dollar canadien en plus ! Par la suite, tu as poursuivi cette ascension avec une devise simple : le plus grand risque d’une vie c’est de n’en prendre aucun ».
Et ce n’est pas tout : « Si je suis aujourd’hui président de la République » a indiqué Sarkozy, « je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais. 1995 n’était pas une année faste pour moi [puisque Edouard Balladur, soutenu par Nicolas Sarkozy, avait été battu, NDLR]. Un homme m’a invité au Québec dans sa famille. Nous marchions de longues heures en forêt et il me disait : Il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi ». Voilà qui est clair !

Le président français a poursuivi : « Preuve, cher Paul, que tu n’es pas Français, car il n’y avait plus un Français qui pensait ça. Nous avons passé 10 jours ensemble, au cours desquels tu m’as redonné confiance à tel point que, maintenant, je me considère comme l’un des vôtres. Et, sans vouloir inquiéter tes enfants, je peux dire que je me sens un membre de la famille – l’héritage en moins bien entendu ».

Le journaliste de La Presse rapporte également comment Paul Desmarais raconte sa rencontre avec le futur président français : « On m’a présenté cet homme politique encore tout jeune, et j’ai trouvé en lui une énergie formidable et une force de conviction telle que je me suis dit : c’est quelqu’un qui serait bien pour la France », a confié le patron de Power Corp.

Extraits des BREVES DE LIESI – 2008 – Performance Bourse.

Publicités
 
Commentaires fermés sur Des confidences de N. Sarkozy qui en disent long sur son allégeance aux gros financiers

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

Etats-Unis : l’aide s’organise après le passage des tornades meurtrières

Les autorités paraient au plus pressé samedi et les habitants tentaient de récupérer leurs biens dispersés aux quatre vents par les tornades qui ont frappé le sud des Etats-Unis, les plus meurtrières en près d’un siècle avec au moins 345 morts. Huit personnes sont également portées disparues et 1.730 autres ont été hospitalisées ou blessées. Des centaines de milliers de foyers étaient encore privés d’électricité.

Samedi, quelque 2.000 réservistes de la Garde nationale étaient déployés dans l’Alabama, l’Etat le plus touché avec 249 morts -selon un dernier bilan légèrement revu à la baisse-, pour participer au nettoyage mais aussi assurer la sécurité. La Croix-Rouge a pour sa part ouvert 12 abris temporaires dans l’Alabama, où la ville de Tuscaloosa, 90.000 habitants, a été particulièrement touchée avec des quartiers entiers rayés de la carte. Sur place, chacun aide comme il peut. « Je suis doué pour le barbecue, alors je suis là et je fais de mon mieux », explique Tim Clements, un bénévole d’un groupe d’Eglises locales, en train de griller des steaks pour les sans-abri. Une habitante de l’Alabama a créé une page Facebook pour aider les victimes à retrouver leurs effets personnels emportés par le vent. Quelques heures après sa création, elle comptait déjà plus de 600 photos d’objets -des photographies personnelles pour la plupart, mais aussi des chèques, ou un uniforme de scout- aspirés par les tornades et disséminés sur des dizaines, voire des centaines de kilomètres.

« Nous en avons encore pour des semaines de travail. C’est tout simplement une montagne de tout et n’importe quoi, il y a des débris partout », raconte Charlie Heins, qui manoeuvre une pelleteuse pour dégager les décombres à Tuscaloosa. Même des casernes de pompiers et des services d’urgence ne sont plus que ruines. « La coordination a été très difficile, car énormément de gens ont été affectés, y compris ceux dont on a besoin », souligne soeur Carol Ann Gray, qui travaille pour les services sociaux de l’Eglise catholique locale.

Le président américain Barack Obama, qui s’est rendu à Tuscaloosa vendredi avec son épouse, a dit qu’il n’avait « jamais vu une telle dévastation ».

Les tornades de ces derniers jours sont les pires aux Etats-Unis depuis la tornade géante de 1925 qui avait fait 747 morts en mars 1925. Elles pourraient coûter entre 2 à 5 milliards de dollars aux assurances, selon une première estimation.

En plus du matériel d’urgence, dont des véhicules, des repas tout prêts, des produits sanguins, la Croix-Rouge indiquait sur son site avoir déployé des médecins et des infirmières pour aider la population à surmonter le traumatisme psychologique. M. Obama a promis de son côté que son administration ne laisserait pas tomber les habitants. Il a décrété vendredi l’Etat de « catastrophe majeure » en Géorgie et au Mississippi, après l’avoir fait pour l’Alabama jeudi, permettant ainsi de débloquer des fonds fédéraux.

L’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema) a d’ores et déjà annoncé que le gouvernement prendrait en charge réparations, loyers, soins médicaux, enterrements, remise en état des infrastructures publiques, et accorderait des aides aux entreprises et aux agriculteurs. Plusieurs ministres, dont la secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, doivent se rendre dimanche dans les zones touchées. Le Washington Post soulignait samedi qu’il s’agissait du premier test de l’administration Obama en matière de réponse à une catastrophe naturelle, et que la comparaison avec les ratés de l’administration Bush après le passage de l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans en 2005 serait inévitable.

 
1 commentaire

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

Un essaim d’abeilles sème la panique à la gare de Genève

Un essaim d’abeilles a semé la panique samedi après-midi à proximité de la gare de Cornavin, à Genève. Sa présence sur un siège de vélo a nécessité l’intervention des pompiers, qui ont balisé la zone pour protéger les passants. La reine et ses ouvrières ont finalement pu être délogées. Les pompiers genevois ont été avertis vers 14h45 de la présence de l’essaim, de taille moyenne, sur un vélo parqué sous le couvert central de la gare, a relaté à l’ATS le capitaine Nicolas Schumacher, confirmant une information publiée sur le site internet de la « Tribune de Genève ».

Rapidement sur place, les pompiers ont procédé au balisage de la zone afin d’éviter que des passants ne se fassent piquer. Vêtus de combinaisons de protection, ils ont pu récupérer en une heure une grande partie des abeilles, dont la reine, a précisé le capitaine Schumacher. Placées dans des ruchettes, les abeilles ont ensuite été amenées à la caserne des pompiers, où elles ont été placées en quarantaine. « Passé ce délai, un apiculteur de la région viendra les récupérer », a expliqué le capitaine. Aucun cas de piqûre n’a été signalé aux pompiers. Samedi en soirée, ceux-ci sont retournés sur place afin de récupérer les dernières abeilles toujours dans les parages.

 
Commentaires fermés sur Un essaim d’abeilles sème la panique à la gare de Genève

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

Libye : les rebelles rejettent l’appel de Kadhafi à des négociations

Le Conseil national de transition, organe politique des rebelles libyens, a rejeté l’appel lancé samedi par le colonel Mouammar Kadhafi à des négociations pour sortir de la crise, affirmant qu’il n’avait aucun rôle à jouer dans l’avenir de la Libye.
« Le temps des compromis est passé », a indiqué Abdel Hafiz Ghoga, porte-parole du CNT, réagissant aux propos du dirigeant libyen qui a affirmé dans la nuit qu’il ne renoncerait pas au pouvoir et appelé Paris et Washington à négocier une sortie de crise.
« Le peuple de Libye ne peut envisager ou accepter une Libye dans laquelle le régime de Kadhafi joue un rôle », a ajouté M. Ghoga. « Le régime de Kadhafi a perdu toute crédibilité. Il a à plusieurs reprises offert des cessez-le-feu pour par la suite continuer à violer les droits de l’Homme fondamentaux », a dit M. Ghoga. « Nous sommes prêts à négocier avec la France et les Etats-Unis mais sans condition », a dit dans une allocution télévisée le dirigeant libyen dans sa première apparition publique depuis le 9 avril.  « Nous ne nous rendrons pas mais je vous appelle à négocier. Si vous voulez le pétrole, nous passerons des contrats avec vos compagnies, ce n’est pas la peine de mener une guerre », a affirmé le colonel Kadhafi.

La France et les Etats-Unis, avec la Grande-Bretagne, avaient mené les premières opérations militaires en Libye lancées le 19 mars en vertu d’une résolution de l’ONU. Le commandement des opérations est passé à l’Otan fin mars.

« Nous pouvons régler nos problèmes entre Libyens sans nous battre, retirez vos flottes et vos avions », a lancé le leader libyen à l’adresse de l’Otan. Le colonel Kadhafi a ajouté que l’Otan doit abandonner tout espoir d’un départ de Mouammar Kadhafi. « Je n’ai pas de fonction officielle pour y renoncer. Je ne quitterai pas mon pays et je m’y battrai jusqu’à la mort ».

Les rebelles libyens, les Etats-Unis et l’Union européenne réclament le départ du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, mais celui-ci a répété que son peuple l’aime, affirmant qu’il était pour eux plus sacré que l’empereur du Japon ne l’était pour son peuple.

 
Commentaires fermés sur Libye : les rebelles rejettent l’appel de Kadhafi à des négociations

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

Comme attendu… et rappelé dans le prochain numéro de LIESI

Les Frères musulmans, le puissant mouvement islamiste de l’oppositon en Egypte, ont annoncé samedi la création de leur propre parti pour participer aux législatives de septembre prochain.

Les grandes manoeuvres sont en cours pour obtenir GOG ET MAGOG en vue du troisième conflit mondial.

LIESI   BP 18   35430 CHATEAUNEUF

Abonnement : 1 an   112 €      6 mois : 62 €      3 mois : 32 €

 
Commentaires fermés sur Comme attendu… et rappelé dans le prochain numéro de LIESI

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

Chine : le harcèlement des défenseurs des libertés ne faiblit pas

Des ONG ont dénoncé samedi la poursuite par les autorités chinoises du harcèlement des défenseurs des droits de l’Homme, après l’enlèvement d’un avocat engagé et la libération d’un autre éminent juriste, qui restait apparemment contraint au silence après 70 jours de détention.  Ce qui est arrivé à Li Fangping s’inscrit selon toutes les apparences dans la vague de disparitions forcées qui ont ciblé ce printemps des dizaines d’opposants chinois.
M. Li, qui avait pris la défense du célèbre militant contre les avortements imposés Chen Guangcheng, a été emmené vendredi en fin d’après-midi par des inconnus à la sortie d’une réunion à Pékin, ont annoncé deux associations basées à l’étranger.

Li Fangping, familier des dossiers sensibles comme ceux des chrétiens persécutés, a, selon China Aid, été enlevé à la sortie du bureau d’une ONG de défense des victimes du sida nommée Yi Ren Ping. Je risque d’être absent pour un certain temps, a-t-il eu le temps de déclarer à sa femme avant d’être conduit dans un endroit tenu secret.  Quelques instants plus tôt Teng Biao, un avocat qui a disparu pendant 70 jours, a lui été libéré sans explication.

Jointe par téléphone samedi, l’épouse de M. Teng a confirmé à l’AFP qu’il était rentré au domicile familial à 15H30 (07H30 GMT) la veille. Interrogée sur les conditions de détention de son mari, elle a confié qu’il ne lui était pas commode de s’exprimer.
Teng Biao, un juriste ayant entrepris de conseiller les victimes d’injustices en se référant aux lois en vigueur en Chine, ne s’est pas exprimé publiquement depuis sa libération, a confirmé Renee Xia, du Centre d’information pour les droits de l’Homme et la démocratie (CHRD) de Hong Kong.  S’il lui est impossible de parler, cela peut signifier qu’il est en train de subir énormément de pression, a-t-elle déclaré à l’AFP.

La disparition de Teng Biao et sa brusque libération inexpliquée sont emblématiques de la conduite de plus en plus sauvage et hors de tout cadre légal des forces de sécurité chinoises pour museler ce qu’elles considèrent la dissidence, a jugé Phelim Kine, chercheur de l’organisation Human Rights Watch.  M. Kine s’est dit inquiet des tortures que l’avocat pourrait avoir subies pendant sa captivité.

Si la Chine souhaite être considérée comme un partenaire responsable, elle ne peut pas continuer à jouer le jeu de libérer une personne pour en prendre une autre, a de son côté estimé Bob Fu, président de China Aid.
La libération de M. Teng et l’arrestation de Li Fangping sont intervenues au lendemain de la fin d’un dialogue entre Pékin et Washington sur les droits de l’Homme à l’issue duquel le secrétaire d’Etat adjoint américain Michael Posner a regretté un grave retour en arrière de la Chine.
Des dizaines de juristes, écrivains, journalistes, pétitionnaires, artistes ou blogueurs ont fait l’objet ces dernières semaines d’interpellations arbitraires, d’assignations à résidence et d’autres formes de harcèlement, Pékin voulant étouffer dans l’oeuf toute contestation inspirée par les soulèvements dans le monde arabe.

En février, Teng Biao et une douzaine d’autres juristes impliqués dans la défense de Chen Guangcheng avaient été interpellés, interrogés et passés à tabac par des policiers après s’être réunis à Pékin.

 
Commentaires fermés sur Chine : le harcèlement des défenseurs des libertés ne faiblit pas

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé

 

L’Iran renforce la sécurité de son programme nucléaire après Fukushima

L’Iran est en train d’améliorer la sécurité de son réacteur de recherche et de ses autres centrales en projet, après les accidents nucléaires survenus au Japon, mais n’a pas l’intention d’abandonner son programme civil, a indiqué vendredi un de ses hauts diplomates.  « Nous devrions tous nous préoccuper de l’amélioration des systèmes de sécurité de nos centrales et nous sommes en train de nous y atteler », a déclaré Ramin Mehmanparast, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, à la veille de la conclusion d’une visite de quatre jours à Cuba.
« Nous faisons un usage pacifique de l’énergie nucléaire et nous en avons besoin », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.  Il y a deux semaines, le chef du programme nucléaire iranien Fereydoun Abbassi a déclaré que l’Iran allait continuer à enrichir de l’uranium à 20% pour alimenter quatre à cinq réacteurs de recherche nucléaire qu’il a prévu de construire dans les prochaines années.

L’enrichissement d’uranium est depuis plusieurs années au coeur d’un conflit entre Téhéran et une partie de la communauté internationale, qui craint que l’Iran ne cherche à se doter des moyens de construire une arme atomique malgré ses dénégations répétées.

L’Iran, qui possède déjà un réacteur de recherche médicale de 5 Mgw construit par les Américains à Téhéran avant la révolution islamique de 1979, avait annoncé en juin son intention de se doter d’un deuxième réacteur d’ici à cinq ans, et plusieurs autres à des échéances ultérieures non précisées.

 
Commentaires fermés sur L’Iran renforce la sécurité de son programme nucléaire après Fukushima

Publié par le 30 avril 2011 dans Non classé