RSS

Trader Noé – Analyse du 5 septembre 2012

05 sept

L’EURUSD se situe sur le support des 1.252. La rupture de ce seuil pourrait permettre une correction sur un support plus important à 1.2425-1.243. La rupture des 1.242 fragiliserait le rebond technique. Dans ce cas le support majeur reste 1.20. Pour que l’EURUSD reprenne de la hauteur, il faudrait rebondir sur les premiers supports évoqués puis franchisse 1.263-1.264.

Le support des 1394 points proposé hier sur le E-mini SP 500 a parfaitement fonctionné. Nous surveillons toujours les 1394 et 1410 points. Les scénarios restent inchangés. Sous 1394, le support suivant est 1360 points. Le scénario sera tout autre quand les 1283 seront cassés. Rappelez-vous bien de ce point. Sa rupture validerait un retour probable vers les plus bas de 2009…
Dans un tel scénario, nous donnerons les niveaux intermédiares dans le temps.

En attendant, nous lions le seuil des 1394 points du E-mini SP 500 au 3380-3378 points du Future CAC 40.

Prudence en attendant le discours du 06…

 
4 Commentaires

Publié par le 5 septembre 2012 dans Non classé

 

4 réponses à “Trader Noé – Analyse du 5 septembre 2012

  1. Bloupi

    5 septembre 2012 at 9 h 44 min

    Je le vois remonter à 1.35 sur ~6 mois pour rechuter à 1.19 premier trimestre 2013.

     
  2. entreprise nationale de conserverie industrielle

    5 septembre 2012 at 13 h 15 min

    le cour de l’or en euro est a 1% de son plus haut historique, si la hausse du métal n’est pas accompagnée d’une hausse de l’euro on assistera a une nouvelle ruée sur le métal jaune ce qui n’arrange pas tous le monde

     
  3. entreprise nationale de conserverie industrielle

    5 septembre 2012 at 13 h 26 min

    1720 $ / 1.26 = 1365 Euro l’once
    (record historique battu)

     
  4. zapatta

    5 septembre 2012 at 18 h 12 min

    La BCE s’oriente vers des achats illimités de dettes

    La Banque centrale européenne devrait annoncer un plan de rachat illimité d’obligations souveraines jeudi lors de sa réunion de politique monétaire, ont déclaré plusieurs sources officielles à l’agence Bloomberg. L’euro est en nette hausse suite à cette information.
    La pression monte autour de la réunion de la Banque centrale européenne, jeudi à Francfort, annoncée comme un tournant dans le traitement de la crise de l’euro. « La BCE est prête à prendre toutes les mesures pour préserver l’euro », avait déclaré fin juillet son président, Mario Draghi, « et croyez-moi, ce sera suffisant ».
    Ces propos, largement commentés, ont alimenté la hausse des marchés actions au mois d’août, avant que les investisseurs ne se crispent à nouveau, craignant d’être déçus par les annonces qui seront faites demain à l’issue du conseil des gouverneurs.

    Or, il semble bien que la BCE ne veuille pas les faire attendre plus longtemps. D’après Bloomberg, l’institution de Francfort s’apprête non seulement à réactiver son programme de rachat d’obligations souveraines, mais ce dernier serait « illimité », autrement dit n’aurait pas de montant prédéfini. « Afin de stériliser ces achats de dette, la BCE retirera ailleurs dans le système monétaire un montant équivalent de liquidités », ont précisé à l’agence deux sources au sein de l’institution de Francfort.

    Pas de financement des Etats

    Cette opération de « stérilisation » viserait à rassurer l’Allemagne, en particulier la Bundesbank, jusqu’ici très réticente à l’égard du programme de rachat d’obligations. Ces informations font écho aux propos de Mario Draghi, qui a estimé lundi que l’achat d’obligations à échéance trois ans maximum était tout à fait envisageable car il n’entraînait « pas de création monétaire » et n’équivalait pas à financer directement les Etats. Il s’agit simplement pour la BCE de faire baisser les taux d’intérêts infligés à certains pays comme l’Italie et l’Espagne afin qu’ils puissent continuer à se financer sur les marchés. Mais si un pays ne respectait pas ses engagements budgétaires, la BCE pourrait stopper ses achats de dette, ajoute Bloomberg. L’agence ne précise pas si d’autres mesures sont envisagées jeudi, comme une baisse des taux directeurs.

    Quoi qu’il en soit, l’euro s’est nettement raffermi suite à ces indications, franchissant vers 17h00 la barre des 1,26 dollar. Sur le marché obligataire comme sur les marchés actions, la prudence reste de mise. A 17h15, le CAC 40 grignote 0,2%.

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 673 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :