RSS

Ils veulent la peau de l’Espagne !

05 sept

Les révolutionnaires qui rêvent depuis plus de quarante ans de la désintégration de l’Etat nation, ont l’espoir de voir un beau matin le gouvernement espagnol demander un sauvetage financier. Ce triste épisode interviendra sans doute après une série d’étapes intermédiaires que nous voyons se succéder les unes après les autres.

F. Hollande, qui incarne la révolution socialiste bourgeoise, cherche à réconforter son collègue espagnol en vantant les mérites de la solidarité européenne. Hollande n’imagine même pas que la France puisse couler à pic dès le premier claquement de doigts de la pyramide du cartel bancaire. Nous sommes tout simplement en sursis parce qu’il y a une hiérarchie dans le jeu de dominos des Etats qui coulent, les uns après les autres.

F. Hollande peut seriner que lui-même et l’espagnol Mariano Rajoy sont « attachés à l’irréversibilité de l’euro », on sait que ces propos sont justes bons pour aligner quelques lignes sur les journaux propagandistes européens. Très amusant d’entendre Mariano Rajoy s’exclamer : « Nous voulons que l’Union européenne aille de l’avant », « et je serai très clair sur ce sujet : ni l’euro, ni le marché unique, ni l’Union ne reviendront en arrière« . Les Espagnols peuvent prendre acte.

Messieurs, votre euro a été créé pour devenir du papier poubelle par ceux-là mêmes qui vous ont assis dans le fauteuil que vous occupez. Là est le point important et il est bien regrettable que nos deux acteurs continuent à nous jouer une saynète dont les habitués de ce blog connaissent parfaitement le terme. Le plus cocasse est de voir l’ombre du Lucky Luke européen, le servile président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy, s’impliquer dans le ballet diplomatique européen pour faire durer le spectacle. C’est tellement pitoyable !

Bien évidemment, la crise avance et les marionnettes déballent leurs discours afin de faire avaler la pilule à leurs populations. C’est ainsi que François Hollande et son collègue espagnol ont eu l’occasion d’évoquer, en grands chefs qu’ils sont, le calendrier fixé par les leaders des nouveaux commissaires du peuple : « Nous avons décidé (sic) de lancer un processus de plus grande intégration économique et budgétaire de l’Union européenne », et « nous devrons prendre d’importantes décisions en décembre » pour mettre en œuvre ces réformes.

F. Hollande a salué la rigueur espagnole et on guette les mesures qu’il annoncera pour le changement qu’attendent toujours les pauvres électeurs naïfs qui lui ont donné leur bulletin. F. Hollande peut toujours gloser sur les vertus d’une rigueur qu’il n’a pas encore mis en œuvre, lui qui chute à pic dans les sondages…

Beau parleur, F. Hollande montre les vertus de ces techniciens du verbe, bien formés dans les grandes écoles comme l’ENA (école des ANES). Le discours est vide, on parle de tout, on connaît les dossiers, mais il n’y a aucun avenir à proposer parce que l’on est un petit pantin servile sans hauteur. Un peu comme un certain N. Sarkozy qui évite soigneusement de montrer sa stature dans ce pays qu’il a tant abaissé pour satisfaire les amis Américains de Wall Street.

On appréciera enfin la belle pirouette de F. Hollande qui exprime ainsi ce qu’est devenu le principe de SOUVERAINETE : « L’Espagne, c’est sa souveraineté d’en décider, ou du principe ou du moment » de se mettre à plat ventre devant la BCE, la Commission européenne, sans oublier le prestigieux FMI dirigé par une bonne amie de M. Sarkozy et ses amis Américains.

De ce que nous comprenons, l’espagnol Mariano Rajoy attend les propositions officieuses de la BCE pour plier le genoux au nom de l’Espagne. Pas étonnant que M. Draghi ait fait le choix de rester en Europe plutôt que de se rendre à Jackson Hole…

About these ads
 
13 Commentaires

Publié par le 5 septembre 2012 dans Non classé

 

13 réponses à “Ils veulent la peau de l’Espagne !

  1. zapatta

    5 septembre 2012 at 21 h 32 min

    La BCE renoncerait à son statut de créancier privilégié

    La Banque centrale européenne est prête à renoncer à son statut de créancier privilégié dans le cadre du nouveau programme de rachats d’obligations qu’elle doit annoncer jeudi au terme de sa réunion mensuelle, a-t-on appris mercredi de sources proches de l’institution.
    La BCE a annoncé en août qu’elle achèterait des obligations espagnoles et italiennes afin d’endiguer l’envolée des coûts d’emprunts de ces pays, à condition toutefois que Madrid et Rome demandent au préalable le soutien du fonds d’aide de la zone euro et se conforment à des conditions strictes.

    Le président de la BCE, Mario Draghi, devrait dévoiler jeudi les modalités détaillées de ce plan très attendu par les marchés financiers.
    « Il y a un problème si les banques centrales insistent sur le statut de créancier privilégié, parce que plus le secteur public interviendra sur le marché obligataire, moins le secteur privé y aura intérêt », a dit l’une des deux sources qui ont toutes les deux eu accès aux documents préparatoires de la réunion.

    Les sources ont ajouté que la BCE chercherait à « stériliser » ses nouveaux achats d’obligations d’Etat, mais l’une d’elles a ajouté que cette mesure n’était qu’une option envisagée.
    L’une des sources a ajouté que la réunion de jeudi serait dominée par le nouveau plan d’achat de dettes et qu’il n’y aurait donc « pas le temps de discuter des taux d’intérêt ». L’autre source a ajouté ne pas s’attendre à une baisse des taux.

    La BCE a jusqu’à présent neutralisé tous ses rachats d’obligations souveraines afin d’en limiter les effets inflationnistes, en offrant aux banques la possibilité de déposer auprès d’elle un montant constamment égal à celui des obligations d’Etat qu’elle détient.
    Si elle ne neutralisait pas ses achats, la BCE ouvrirait la porte à une forme d' »assouplissement quantitatif » ou à des rachats fermes d’actifs, une politique encore plus accommodante que les Etats-Unis, le Japon, et la Grande-Bretagne utilisent déjà mais à laquelle s’oppose l’Allemagne.

    La Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, a déjà dit qu’elle s’opposait au nouveau plan de rachats d’actifs, estimant que cela briserait le tabou du financement direct des Etats.

    Selon les sources, Mario Draghi ne devrait pas entrer jeudi dans le détail des procédures de rachat, ni annoncer d’objectifs précis de taux d’intérêt ou de montants maximaux de rachats.
    L’une d’entre elles a expliqué que le conseil des gouverneurs souhaitait conserver une marge de manoeuvre afin d’être en mesure de prendre des décisions au cas par cas.

    REUTERS

    Le  » deal  » est clair si L’Espagne et l’ Italie ne passent pas sous la coupe de L’ UE il n ‘y aura p

     
  2. zapatta

    5 septembre 2012 at 21 h 38 min

    pas d’achat d’obligations de la part de la BCE ….

     
  3. el loco

    5 septembre 2012 at 21 h 38 min

    menthalo
    je te mets un lien

    http://www.farms.com/FarmsPages/ChatDeshBoard/ChatThreadView/tabid/146/Default.aspx?chatid=113032&CV=1

    en faite on me demande d’être en compétition contre celà
    mdr mdr ahaha

    si tu réfléchis a ce que celà implique menthalo avec les analyses que vous faites on y va droit et ce sera « monsanto ou un autre groupe » ou une banque qui dirigera ce type de ferme en europe demain.

    J’ai comme l’impression que les elites que l’on montre du doigt joue la partition de diviser pour régner;
    lol

    bio ou pas bio ils s’enfoutent complètement nos élites. mais çà occupent la population. ha les mauvais agriculteur qui mettent des traitements herbicide qui sont responsable de la mal bouffe.
    Ce n’est pas moi qui transforme mes produits il faut regarder ce qu’il y a sur les etiquettes avant de crier.
    la plupart des adjuvant servent a diluer les parties nutritive en ajoiutant de l’eau etc…
    Je pourrais te faire un cours sur la transformation de produit alimentaire.

    beaucoup on des connaissance d’agriculteur dans les campagnes mais il faut travailler tous les jours pour comprendre.
    sur un forum que je fréquente un gars racontait qu’il y avait dans sa région des éleveurs qui arrêtaient
    quotas 500 000l de lait pas forcément des gars qui déposaient le bilan des gars qui on n’ont marre de bosser toutes l’année et de ne pas pouvoir partir en vacance.
    certain cherche a prendre l’argent et allez faire autre chose. a force d’avoir un pays (l’europe mon pays ma nation) bureaucratique il restera des bureaucrates.

    Je vous le dis bon courage parceque ce n’est pas gagné.

     
    • Nonolexpat

      5 septembre 2012 at 21 h 48 min

      test

       
  4. catena

    5 septembre 2012 at 22 h 46 min

     » Mieux vaudrait forcer le Juifs à travailler (comme y procèdent les princes italiens) que de les laisser s’enrichir dans l’oisiveté par l’usage du prêt à intérêt. En ne le faisant pas, les princes se privent de leurs propres revenus, tout comme s’ils toléraient que leurs sujets s’enrichissent par le brigandage, en ce cas ceux-ci seraient tenus de restituer la totalité réclamée par eux. »
    (saint Thomas d’Aquin dans la « Lettre à la duchesse de Brabant (« Sur l’art de gouverner les Juifs »).

    -

     
  5. ezechiel

    5 septembre 2012 at 23 h 02 min

    http://www.bfmtv.com/international/netanyahu-annule-une-reunion-cabinet-apres-fuites-liran-331774.html

    Netanyahu annule une réunion du cabinet après des « fuites » sur l’Iran
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annulé une réunion du cabinet de sécurité prévue ce mercredi à la suite de « fuites » dans la presse sur des dissensions censées rester secrètes à propos de l’Iran, a annoncé un communiqué de son bureau.

    « Peu après la fin de la réunion de ce mardi, une chose très grave s’est produite: une fuite sur les discussions du cabinet de sécurité. La sécurité de l’Etat et des citoyens dépendent de la capacité de mener des discussions confidentielles en profondeur au sein du cabinet de sécurité où tous les faits sont présentés, ainsi que toutes les opinions et implications », selon le texte.

     
  6. Loirand

    6 septembre 2012 at 8 h 01 min

    La seule chose que les politiques et la finance, en général, contrôlent encore à peu près, ce sont les marchés boursier et obligataire. Pour le moment, ça suffit pour faire croire au monde que le système est encore « debout ».
    Je dis bien « à peu prés ».
    Comme le dit Angela : « Ca, ça reste encore gérable ». Quand la pente devient trop rouge, ce n’est pas trop cher ni trop difficile de la faire redevenir verdâtre.

    A coup de petites phrases publiques et d’une espèce de phraséologie propre + quelques chiffres arrangés et « divulgués » au bon moment, les signaux des uns aident les autres à prendre le bon train au bon moment afin de maintenir le système aussi longtemps que possible.

    Bien sûr, tout ça est complètement virtuel et artificiel. Chacun sait qu’à un moment donné, viendra un facteur incontrôlé ou incontrôlable qui sera le facteur déclenchant…mais tant que ça tient, ça tient.

    Bien sûr, ça a aussi d’autres conséquences :
    Les volumes sont ridiculement et historiquement minables (en même temps, ça aide bien à maintenir et contrôler le truc),
    Les seuls à mettre des sous (façon de parler) dans les papiers, se sont les insiders et les états (par l’intermédiaire des PPT ….)
    Ca ne peut pas être éternels et les plafonds seront rapidement atteints.
    Les salles de marchés et les marchés en général, sont désertés. Les licenciements dans le secteur explosent (ce n’est pas de ce secteur dont on ose le plus parler dans les actus sociales !). Les boites de finances, banques ou « assimilées » commencent à mettre la clef sous la porte (CIF….) ou à se réduire comme peau de chagrin (tels des groupes comme Carrefour….)
    prémices à l’écroulement du système, c’est certain…mais bon, de toute façon, il n’y a rien d’autre à faire.

    L’euthanasie n’est pas (encore) acceptable alors on a choisi l’acharnement thérapeutique et les soins palliatifs…mais bon !

    En fait, maintenant les acteurs en sont arrivés à un point : Eviter d’être celui par qui le chaos arrivera !
    Pour ça,
    Les USA mettent leur dernières cartouches dans la bataille (mais en s’y préparant), utilisent tous les moyens possibles pour garder l’apparence du « tout va bien ou pourrait aller plus mal » (chiffres arrangés, désinformation, actu people ou anodine qui cache la vraie ….)
    L’Europe joue la montre à coup de petites phrases optimistes et tranquillisantes.
    Les émergents jouent leur rôle de « dernier de la classe ». Ils se préparent à émerger tous ballasts ouverts mais en coulisse.
    Chacun espère que ce sera l’autre qui craquera en premier….et si jamais, on voit que ça dure trop, que c’est trop dur à tenir, qu’on va craquer….il restera une guerre en Syrie ou en Iran ou à Fukushima pour faire croire que le chaos est arrivé par là bas !

     
    • Geraldine

      6 septembre 2012 at 8 h 37 min

      Bien vu Loirand.

       
    • Alcide

      6 septembre 2012 at 10 h 48 min

      @ Loirand

      Bon résumé , je reste persuadé que les Zélites ne sont que de vieux débiles consanguins nés dans le fromage de l’argent gratuit illimité et qu’ils ne contrôlent pas plus le monde plus que leurs sphincters .

      Ce sont les second couteaux qui nous font de la comm et des menaces , la Chine a préparé sa monnaie or et ses reserves, le dollar ne sera bientôt plus accepté par les monarchies du golfe , etc…

      C’est cuit et ce sera bientôt visible.

       
  7. gy

    6 septembre 2012 at 8 h 05 min

    Déclaration de guerre contre Dieu
     Dans la présente « Bataille pour Jérusalem » de par les divers intérêts opposés, toute revendication sur cette ville ancienne qui n’est pas en ligne avec les objectifs du Dieu Créateur pour cette ville, comme définis dans la Bible, équivaudra  à ni plus ni rien à d’une Déclaration de Guerre contre Dieu, dans une vaine tentative et dans l’espoir que Ses objectifs puissent  être bloqués ! Selon le serment divin dans la Bible, Jérusalem sera reconstruit par les Juifs de retour, après leur dispersion universelle, en préparation pour le Nouveau Royaume Mondial qui sera établi par Dieu Tout-Puissant à Jérusalem. Dans la présente vague d’antisémitisme, ce retour est prétendu être un complot ourdi par les Juifs afin d’asservir le monde à leurs empires financiers (les théories des Illuminati, des Aînés de Zion). Tout pouvoir revendiquant des droits alternatifs sur Jérusalem met alors au défi le Dieu Tout-Puissant et Son plan pour Jérusalem sous la domination juive, une confrontation nucléaire qui aboutira à la guerre mondiale finale de Gog et Magog (la guerre d’Armageddon) comme prophétisée, 3000 ans à l’avance, dans la Bible !
    Le conflit ultime entre les 3 grandes religions mondiales, les agnostiques universels et le Dieu Créateur !
    * Qui va finalement régner sur Jérusalem
    Les Palestiniens, le Pape,  les Juifs d’Israël, les Chrétiens, l’Islam ou qui d’autre?
    * Quel sera le résultat final des négociations de paix au Moyen-Orient ?
    * Quel sera le résultat du conflit entre les Arabes et Israël ?
    * Comment cela affecte-t-il chaque personne sur la terre ?
     Depuis 1997, Jérusalem, une des plus anciennes villes du monde, se dresse une fois de plus à l’entrée de l’arène de la guerre dans son histoire traumatisante datant de plus de 3000 ans. De nombreux chercheurs craignent que, cette fois, cette confrontation qui est connue sous le nom de « La bataille pour Jérusalem », puisse dégénérer en une guerre finale cataclysmique pour Jérusalem, par « toutes les nations du monde », comme prophétisée dans les prophéties de la Bible sous le nom de  la guerre de Gog et Magog (généralement connue comme l’Armageddon).
     Les prétendants à la propriété de Jérusalem
     Il y a plusieurs forces grandement diversifiés et en totale opposition dans cette « Bataille pour Jérusalem » de la fin des temps.
     Tout d’abord, les Juifs de retour, actuellement au nombre de près de 6 millions, qui déclarent que Jérusalem est la « capitale indivisible et éternelle des Juifs ».
     Deuxièmement, les Palestiniens locaux qui prétendent que Jérusalem est leur capitale.
     Troisièmement, les voisins arabes entourant Israël (comme la Syrie, l’Irak, l’Iran, l’Égypte)  avec plusieurs nations de l’Afrique du Nord (comme la Libye, le Soudan) soutiennent les revendications palestiniennes sur Jérusalem, bien que ces nations arabes soient fortement divisées entre elles.
     Quatrièmement, les factions internationales arabes et musulmanes, certaines d’entre elles soutenant les Palestiniens, qui affirment que Jérusalem est une ville religieuse musulmane de la plus haute importance (la troisième après La Mecque et Médine).
     Cinquièmement, le Catholicisme Romain, donc l’établissement réussi d’un État Juif menace la validité de leur théologie déclarée, qui ne permet pas un état physique moderne pour Israël, l’ancien état ayant été dissous « par la punition pour avoir crucifié Jésus ». Le pape défend l’idée d’une Jérusalem internationalisée, la « capitale de 2 nations et de 3 religions ».
     Sixièmement, l’Organisation des Nations Unies, affirmant un statut international pour Jérusalem en vertu de la résolution 181 (II), qui a été adoptée par l’Assemblée Générale en 1947 à la suite du retour de la population juive dans son ancienne patrie après avoir été massacrée par le génocide d’Hitler en Europe.
     Bien que la plupart des nations ne revendiquent aucun droit spécifiquement sur Jérusalem, ils rejettent le droit exclusif des Juifs sur cette ville et, par conséquent, sans le savoir, soutiennent la cause des prétendants et des demandeurs non-juifs sur Jérusalem. Le 1 décembre 1999, une résolution de l’Organisation des Nations Unies a été adopté par 139 voix pour et  1 contre (le vote d’Israël) et  3 abstentions (Swaziland, États-Unis et Ouzbékistan), que l’imposition par Israël de ses propres lois, sa juridiction et son administration sur la ville sainte de Jérusalem est illégale, nulle et non avenue.
     Restauration divine de Jérusalem prophétisée – 3000 ans à l’avance !
     Les prophètes hébreux, citoyens de l’ancienne Israël, dont les prophéties ont été enregistrées dans la Bible, semblent avoir eu une vision étonnante de l’avenir. Beaucoup de leurs prédictions concernant le futur de cette race controversée, les Juifs, sont depuis devenus des faits historiques.
     Un des faits les plus étonnants, dès le début de cette discussion, c’est que, il y a seulement 50 ans, cette guerre pesant sur Jérusalem n’aurait pas été un sujet universel aussi enflammé qu’aujourd’hui. En 1948, lorsque la version moderne d’Israël a été rétablie, Jérusalem était une ville stérile, abandonnée, sale, désertique et poussiéreuse remplie de ruines et de pauvreté.
     Deux mille ans d’abandon par ses fiers citoyens juifs d’autrefois, qui ont été dispersés sur toute la  terre, a été la cause de sa dégradation sous le règne changeant  de manière régulière des nations des Gentils. C’est à partir de là qu’une des villes les plus impressionnantes de l’ancien monde a été rendu à ce statut de ville stérile et abandonnée.
     Les 50 dernières années, sous le règne des anciens propriétaires de Jérusalem, s’est réalisé la plus étonnante et certainement la plus miraculeuse des prophéties annoncées comme thème principal par les anciens prophètes hébreux : La reconstruction de Jérusalem sur ses antiques ruines, après avoir purgé sa période de désolation prophétiquement prédestinée suite au   Verdict Divin. Quand Israël a célébré ses 50 ans d’existence moderne, en 1998, Jérusalem y est présentée comme une ville moderne, bordée d’arbres et de fleurs, qui attire des millions de touristes de part le monde chaque année. Le pays d’Israël s’est relevé en l’espace de 50 ans, d’un pays improductif du tiers-monde au rang des  plus élevés dans le monde de la technologie, de la médecine, du militaire, de l’éducation et de l’agriculture . Pas un jour ne passe sans que les affaires courantes d’Israël et de Jérusalem ne soient mentionnées parmi les gros titres des médias du monde entier !
     Actuellement, la reconstruction d’une ancienne ville n’est pas une surprise tant  étonnante en soit et cela pourrait même bien entrer dans les prédictions de tout devin modérément efficace. Comme avec toutes les prophéties bibliques, l’inspiration et la sagesse divine a pris soin d’inclure de nombreux éléments « étonnants » et paradoxaux dans  concernant Jérusalem, afin de sceller son accomplissement au-delà de tout doute  pour que ceux qui souhaitent examiner la question et qui sont assez courageux pour affronter de front leurs propres croyances traditionnelles, culturelles, religieuses et éducatives.
     Alors, quels sont ces éléments «étonnants» à l’égard de la reconstruction de Jérusalem que nous avons vu au cours des 50 dernières années ?
     Le fait que ces prophéties bibliques affirment que Jérusalem serait reconstruite par le restant des Juifs de retour après leur Dispersion et leur Persécution universelle dans leur   nation est documenté dans la Bible, afin de devenir un tel problème controversé au niveau international, que la nation attirerait la défaveur de tous les autres nations contre elle-même, concernant des questions tellement explosives que ça pourrait causer une guerre mondiale aux proportions nucléaires ou biochimiques.
     Remarquez que ce sont les prophètes hébreux qui ont proclamé le « Jugement » sur leur propre nation. La propagande moderne par les opposants d’Israël l’accusent de vouloir « gouverner le monde » (les théories des Illuminati, des Sages de Sion, etc…) et de vouloir usurper et déplacer les Palestiniens de leur patrie. L’esprit sioniste des Juifs est condamné dans le monde entier comme de l’opportunisme agressif et est étiqueté comme du « terrorisme » et du « nazisme » par la machine de propagande palestinienne.
     Le fait que Jérusalem sera reconstruite par la nation même, par les Juifs, qui serait rassemblée de partout sur la terre d’où ils ont été dispersés pendant près de 2000 ans, puis ramenés sur la « terre de leurs ancêtres ».
     Encore une fois, une bibliothèque complète serait nécessaire pour contenir tous les livres authentifiant les faits historiques de cette nation qui a été miraculeusement préservée pendant une durée étonnamment longue de 2000 ans, en dehors de leur propre pays, Israël.
    Cela défie l’imagination. Comment une nation, qui a été dispersée à travers les extrémités de la terre et parsemée parmi toutes les nations qui étaient généralement hostiles à leur égard (les Juifs), a pu non seulement survivre à une période aussi longue, mais, a  pu ré-émerger essentiellement avec la même culture et la même religion !
    Ceci sans compter le fait qu’il n’y avait pratiquement aucune communication entre eux dans les différentes régions du monde (au cours des âges sombres avant l’âge moderne de la technologique). Les voyages étaient difficiles, la radio publique et les télécommunications étaient inexistantes avant le vingtième siècle En outre, en dépit du fait que, tout au long de ces nombreuses années où ils vivaient, ils étaient généralement hantés et persécutés pour ce qu’ils étaient : Des Juifs. Pour ne mentionner que quelques-unes de leurs horribles persécutions :
     L’Inquisition espagnole
    Les pogroms russes
    L’Holocauste allemand
     Le fait que les prophètes prévoyaient une réintégration « des quatre coins de la terre » et qu’ils réintroduiraient leur ancienne langue perdue, l’Hébreu. Qu’ils « feraient refleurir les déserts d’Israël » une fois de plus. Qu’ils reviendraient de leur « exil sous la menace de l’épée »  et qu’ils n’auraient toujours pas la paix même dans leur propre pays.
     Il existe de nombreux autres « éléments extraordinaires ». Mais, ceux-ci sont suffisants pour parvenir aux fins de cette discussion. L’actuelle  « bataille pour Jérusalem » va s’intensifier  suite aux  résultats de cette restauration prédestinée de Jérusalem.
     La ville des problèmes internationaux
     Jérusalem, contrairement à n’importe quelle autre ville dans le monde, possède la capacité unique d’attirer le monde entier dans son sillage.
    La principale raison est sans doute dû au fait  qu’elle est le lieu de naissance de 2 des 3 grandes religions du monde : Le Judaïsme et le Christianisme.
    Elle est également reliée à la troisième grande religion dans le monde, l’Islam, historiquement et géographiquement.
    Elle est entourée par les pays arabes musulmans, dont certains possèdent les plus grands champs pétroliers du monde. Bien que n’étant pas mentionnée une seule fois dans le Coran et considérée seulement comme la troisième ville la plus sainte de l’Islam dans le monde, elle suscite également l’envie de l’Islam.
    L’islam détient actuellement les droits de l’ancien noyau religieux de Jérusalem, le cœur et l’âme de Jérusalem, à savoir le Mont du Temple, où se dresse actuellement le « Dôme du Rocher » de la communauté musulmane. Cette structure a été érigée par les musulmans au sixième siècle sur le site exact où se dressaient les premiers et deuxièmes anciens temples juifs où Notre Messie  Jésus-Christ  renversa les tables des commerçants.
     L’Islam craint que les Juifs veuillent construire dans un proche avenir leur troisième Temple sur ce même site et le tout est facilement excité par des rumeurs, vraies ou fausses,.
    Une campagne internationale a été lancée par les Palestiniens, soutenue par de nombreuses dénominations chrétiennes, niant qu’il y ait une quelconque preuve archéologique selon que les Juifs aient un droit historique sur Jérusalem et sur le Mont du Temple.
    D’un côté, il y a la revendication du Judaïsme Sioniste qui s’affirme « le droit éternel indéniable des Juifs à une Jérusalem indivisée » et de l’autre côté, il y a les revendications chrétiennes, dirigées par la vision du Pape Catholique Romain pour « une Jérusalem de la paix, la capitale de deux nations et de trois religions » et l’internationalisation de Jérusalem est présentée par lui comme une solution.
     Aucune autre ville au monde ne pourrait susciter une telle animosité universelle avec des intrigues aussi diversifiées. Ce qui est réputé être la « ville sainte de la paix de Dieu », est maintenant en passe de devenir une bombe à retardement pour des conflits internationaux, exactement comme prophétisé 3000 ans auparavant.
     Alors, si la religion constitue une telle partie de cette question litigieuse, nous devrions certainement prendre note de ce que la source la plus authentique des Écritures affirme sur la question ?
     Si nous revenons aux sources les plus anciennes des Écritures des trois principales religions concernant Jérusalem, alors, on se retrouve avec :
     Le Tanach – La base du Judaïsme et pour le Christianisme « l’Ancien Testament ».
    Le Nouveau Testament – La base du Christianisme, et
    Le Coran – La base de l’Islam.
     Voyant que le Coran n’a aucune référence pour Jérusalem, nous sommes donc laissés, aux fins de notre sujet d’étude, avec les deux versions les plus anciennes des trois, à savoir :
    Le Tanach, qui est presque entièrement dédié ou visant à l’établissement du sort continuel et ultime de Jérusalem, et
    Le Nouveau Testament, qui est presque entièrement dédié autour du sujet de Jérusalem, passé et futur.
     Avant de se référer à ces sources pour des lignes directrices concernant le sort ultime de Jérusalem comme ville mondiale et pour être parfaitement juste avec la majorité des lecteurs qui, pour des raisons laïques ou autres, ne considèrent pas ces directives bibliques comme applicables à notre époque moderne, nous devrons revenir aux seuls autres moyens (même si spéculatifs) en dehors de la religion, à savoir le sens commun et la logique.
    Malheureusement, dans les milieux universitaires, un tel raisonnement ne porte aucun poids, d’où la source du jargon académique spéculatif non-concluant et un raisonnement sans fin non concluant.
     Plutôt que de fermer le dossier comme « non résolu » et avant de passer à des sources biaisées ou des raisonnements non concluants, il ne nous reste aucune autre alternative que de considérer la logique. Par la suite, nous allons considérer la position biblique sur la question.
     La crise découlant d’un mandat divin
     Le conflit entre les Arabes et Israël est enraciné dans un mandat divin, vieux de près de 4000 ans. Ce mandat a entraîné une promesse divine faite à Abraham, (patriarche à la fois des Arabes et des Israélites) pour l’héritage de la terre d’Israël, « pour la bénédiction de toutes les nations » (Genèse 12:3; 18:18; 22:18; 26:4). Cette bénédiction était destinée à passer par les fils premiers-nés, en descendant la lignée familiale de leurs descendants. Selon le récit biblique, ce mandat divin de l’héritage de la terre d’Israël, a procédé à partir d’Abraham, à travers son fils Isaac et son fils Jacob, qui est devenu le père de douze fils desquels descendent les Douze Tribus d’Israël. Les nations arabes, descendant du même patriarche, Abraham, mais pas par la lignée de Jacob, ont donc été exclus de cet héritage divin de la Terre physique d’Israël, en tant que nation (et non comme des individuels qui peuvent choisir de se joindre à Israël, comme des milliers d’Égyptiens dans l’Exode de l’Égypte, il y a 3000 ans). (Pour plus de détails, lire la Genèse 12 à 30).
     Le Tanakh (« Ancien Testament » selon l’interprétation chrétienne), retrace l’histoire ultérieure de ces douze tribus depuis environ 1800 ans avant notre ère ; Leur conquête de la terre de la Palestine et de Jérusalem des habitants locaux (1000 avant Jésus-Christ) (selon les instructions divines) ; Leur établissement dans la Terre d’Israël ; Leur construction de deux temples successifs sur le même mont, où de nombreux siècles plus tard, au septième siècle de notre ère, le Temple Musulman (« Dôme du Rocher ») a été érigé et se dresse toujours aujourd’hui.
     Le « Nouveau Testament » Chrétien suit, avec les enregistrements de la vie de YAHU’SHUAH, le Messie et sa crucifixion ultime à Jérusalem en 30 après Jésus-Christ.
     L’histoire enregistre par la suite la grande dispersion des Juifs de la Terre d’Israël après la destruction de Jérusalem par les Romains en 70 après Jésus-Christ et leur exil de 2000 ans parmi toutes les nations de la terre. Cet exil a abouti à la mort de millions de Juifs pendant l’Holocauste allemand, après quoi leur destin a été « renversé » lorsqu’ ils sont revenus progressivement à la terre d’Israël, leur patrie d’origine. En 1948, la « renaissance » de l’État Moderne d’Israël a été officiellement déclarée sur une grande partie du territoire qui, à cette époque, était revenu à son ancien nom, la Palestine, puis  le conflit entre les Arabes et Israël s’est intensifié sérieusement par la suite.
    Trois grandes guerres plus tard (1956, 1967 et 1973), Israël a repris une grande partie de sa patrie d’origine ainsi que l’ensemble de Jérusalem, laissant dans son sillage le problème massif des palestiniens déplacés, dont des millions vivent maintenant comme des réfugiés dans les pays arabes voisins.
     Conclusions logiques
     Personne ne peut nier que l’origine principale de la « bataille pour Jérusalem » est une question religieuse. Commun à toute la question controversée, c’est que toutes les trois religions majeures, le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam, basent leur religion sur l’existence du même Dieu, à savoir, le Créateur, Dieu d’Abraham, d’Isaac et Ismaël, de Jacob et Ésaü.
     Maintenant, pour le point de vue du spectateur : Si ce Dieu Créateur existe vraiment, ne serait-il pas une conclusion logique, puisque chaque groupe insiste sur leur propre version de propriété unique et « ordonnée divinement », que ce Dieu aura :
     Un seul système religieux unique
    Une seule culture
    Une seule loi unique (ou un seul ensemble de lois)
     En outre, puisque Jérusalem joue un rôle dans chacun de ces trois groupes, passé, présent et futur, ne serait-il pas logique de conclure qu’il doit y avoir un seul but divin pour cette ville et que certaines factions peuvent avoir une interprétation ou une compréhension erronée de cet Objectif Divin ?
     Maintenant, puisque chaque faction croit être la seule à être correcte, mais diffèrent tous grossièrement sur la question, la question est de savoir s’il était  dans la mesure du possible, jusqu’à ce qu’elles puissent se mettre d’accord, que toutes ces factions puissent vivre paisiblement ensemble en présence de cet obstacle ? La seule façon de pouvoir atteindre ceci est la solution moderne de l’humanité qui est celle du « dialogue ». Un système « communal » acceptable plutôt que le System Divin Unique pourra alors également être mis en place. Ce système, bien évidemment, diffèrera du système divinement recommandé, s’il existe effectivement.
     En supposant que cela puisse être accepté, serait-ce tenter d’amener une hyène, un chien sauvage et un chacal à partager docilement la carcasse d’un même animal ? Certains d’entre nous peuvent raisonner que, parce que nous sommes des humains avancés dans l’art du dialogue et des relations humaines, le tout pourrait en fait être possible. Nous pourrions nous demander ce qui a changé depuis les longs siècles de génocides humains et des guerres au nom de la religion ? Les terroristes inspirés par la religion contemplent même le nombre de morts qu’ils peuvent causer en se faisant exploser eux-mêmes comme « Offrande Divine à Dieu » !
     Alors, pourquoi ceci s’arrêterait-il puisque Jérusalem est partagée par ces mêmes factions ? Qui va régner sur Jérusalem : Les Chrétiens, les Musulmans, les Juifs, ou même un mélange d’entre eux ? Sans étirer la question, il semble  être évident que nous avons un problème insoluble. Allons-nous renoncer ? Dissoudre ? Continuer les conflits ?
     La réponse logique devrait être d’envisager de donner une certaine attention aux Sources des Écritures qui  contiennent une masse d’informations sur le sujet, ainsi qu’une solution à proposer :
     La solution des Écritures sur la question
     Si ce Dieu « communal » des trois principaux prétendants à Jérusalem (Judaïsme, Christianisme et Islam) existe effectivement, alors, il est logique que la solution au problème doive être  dans les Écritures qu’Il prétend avoir inspiré. Ces Écritures, généralement connues sous le nom de la Bible, sont, après tout, acceptées par deux des prétendants, les Juifs et les Chrétiens. L’Islam, au service du même Dieu, fonde leurs revendications sur le Coran, qui ne mentionne même pas Jérusalem et remonte à plusieurs siècles après la Bible. Si une quelconque directive divine existe, elle devrait donc être trouvée dans la Bible.
     Une attention particulière de la position de la Bible sur le sujet explosif de la propriété contestée de Jérusalem va révéler une solution très logique, mais pas très populaire. Nous allons examiner ceci sous deux angles :
     La déclaration scripturaire sur la question
    La solution scripturaire pour le bénéfice de toute l’humanité
     La déclaration des Écritures sur la propriété de Jérusalem
     Comme Souverain Créateur et Propriétaire de l’Univers (Genèse 1:1), c’est le droit souverain de Dieu de déterminer et de répartir les frontières et les territoires des nations. En tant que tel, Il a d’abord donné le territoire contesté (aujourd’hui connu sous le nom d’Israël, certains diraient la Palestine) à sept nations de Canaan. De sa propre volonté, Il a ensuite décidé de le donner aux 12 tribus d’Israël pour l’éternité.
     Qui oserait remettre en question cette décision divine ?
     Les Écritures sont également claires et catégoriques sur le fait que Dieu a l’intention d’établir Jérusalem comme le siège terrestre de son empire mondial à venir. De là, il régnera sur le monde, après avoir établi une Dispensation de la Paix, dont l’humanité, avec tout le temps qui lui a été imparti, a échoué d’établir. En tant que tel, Il a un objectif spécial pour Jérusalem. Ceci ne Lui donne-t-il pas le droit divin de décider quelle nation Il souhaite établir comme « propriétaire » de Jérusalem ?
     Si Dieu est le propriétaire souverain du monde en tant que Créateur, s’il Lui incombait de prendre la terre des Cananéens et de la donner à la nation d’Israël ; S’Il a décidé, il y a 2000 ans, de bannir toute la nation d’Israël de la Terre  vers un exil universel ; S’il a fait un serment divin de ramener cette nation dispersée des quatre coins de la terre ; S’il accomplit cette promesse d’une manière miraculeuse et les ramène pour reconstruire Jérusalem et faire refleurir les déserts, comme le monde en a été témoin au cours des 50 dernières années et comme Il l’a prédit dans les Écritures à travers Ses Prophètes, 3000 ans à l’avance ; Si, à leur retour, Il leur retourne le territoire d’une manière toute aussi miraculeuse dans trois guerres avec  légitime défense ; Qui donc oserait tout remettre en question ? Qui aura le pouvoir de récupérer les territoires conquis de la Terre promise ? Qui aura l’autorité pour exhorter Israël à restituer ces territoires à quelqu’un d’autre qu’Israël lui-même ?
     De toute évidence, personne n’a le pouvoir de retourner le territoire divinement ordonné pour une simple « promesse » de paix par les ennemis d’Israël ; Pas les États-Unis, pas l’Organisation des Nations Unies, ni même le Président ou le Premier Ministre d’Israël ou de tout autre concurrent politique. De toute évidence, le territoire divinement ordonné ne peut pas être négociable !
     Ceux qui mènent la bataille contre le plan de Dieu pour Jérusalem et qui supportent ceux qui veulent détruire Israël ; Ceux qui font pression sur Israël pour retourner le territoire à la poursuite d’une vague promesse de « paix », n’ont rien appris de l’expérience historique de ce monde. Ils n’arrivent même pas à reconnaître que toutes les grandes puissances, même les empires mondiaux du passé, qui ont tenté de détruire Israël et de leur prendre la terre, ont toutes disparu de la surface de la terre (comme Babylone et Rome) et ont subi des peines sévères ! Dans la même promesse divine faite à Abraham concernant l’héritage de la terre, Dieu, à plusieurs reprises et en même temps, a également émis l’avertissement divin qu’Il « bénirait ceux qui bénissent Israël et Jérusalem et qu’il maudirait ceux qui les maudissent ». (Genèse 12:3; Zacharie 2:8; etc…).
     Conformément au décret de Dieu, pendant les 19 siècles de l’exil d’Israël de la Terre, pas une seule des multiples nations qui a régné sur la Terre durant cette longue période, n’a réussi à établir des racines solides dans cette Terre. Tout ce qu’elles ont réussi à faire, a été de détruire totalement la Terre et de la rendre désolée, encore une fois, exactement comme proclamé dans le plan de Dieu par les prophéties bibliques, les Écritures qui ont été laissées intactes à ce jour comme témoignage de Sa souveraineté. La Terre a attendu, selon le décret divin, le retour de ses héritiers légitimes ! Et, pendant les 50 ans qui sont suivi ce retour miraculeux, Israël est devenu un leader parmi les nations dans de nombreux domaines de pointe ! Les dirigeants mondiaux n’apprendront-ils jamais ?
     En plus, dans le décret de Dieu, le troisième Temple Juif sera érigé sur le Mont du Temple à Jérusalem, où, pendant 1900 ans, les religions non-juives ont régné. Bien qu’un petit restant des Juifs soit demeuré sur la Terre tout au long de la dispersion, le Système et la Loi de Dieu, comme révélé à Moïse, sont retournés sur la Terre au cours des dernières décennies. En conséquence, Dieu va certainement établir son règne sur le monde à partir de Jérusalem et « Sa maison sera une maison de prière pour toutes les nations » (Ésaïe 56:7).
     LA SOLUTION SCRIPTURALE AU PROFIT DE TOUTE L’HUMANITÉ
     La solution à la crise de Jérusalem, selon la Bible, est exactement la même que la solution à la réalisation de la réussite et du sens de la vie d’une manière générale : Le Créateur du monde et de l’humanité a fourni les clés vers la paix et la réussite. Comme toutes les bonnes choses et la réussite dans la vie, il doit y avoir un système et des règles à respecter. Ceci s’applique à :
     Conduire une voiture
    Piloter un navire ou un avion
    Piloter un vaisseau spatial dans l’espace
    Gérer une entreprise ou une organisation
    Gérer un pays
    Gérer votre maison et votre vie !
     Alors, pourquoi ne devrait-il pas également y avoir un système avec des règles pour  le Plan de Dieu ? Dans le Royaume de Dieu, il y aura :
     Un seul système – Le système du Créateur
    Une seule loi – La loi du Créateur
    Un seul dirigeant et roi – Le Créateur Lui-même.
     Bien que toutes les religions aiment à croire qu’elles sont les seuls à avoir le bon système, elles diffèrent toutes les unes des autres. La question demeure donc : Quel sera celui qui existera dans le futur Royaume de Dieu ? La réponse est évidente : Le système du Créateur.
     La logique devrait confirmer la bonne réponse : « Ce système qu’Il a révélé à Moïse avec le mandat divin de l’enseigner aux Israélites, qui doivent vivre selon les exigences et les instructions divines et, ce faisant, sont des témoins vivants pour les nations des bénédictions qui sont engrangés pour ceux qui respectent ce système et les malédictions pour ceux qui le rejettent. »
     Jusqu’à ce que ce système règne sur Jérusalem, il n’y aura pas de paix. Il ne devrait y avoir aucun doute quant à savoir qui devrait installer un tel système à Jérusalem : L’Islam, le Christianisme ou le Judaïsme ?
     Toute réclamation sur Jérusalem qui n’est pas compatible  avec l’Objectif du Dieu Créateur pour cette ville (telle qu’exprimée dans les Écritures prophétiques), se révèlera n’être rien de moins qu’une Déclaration de Guerre contre Dieu, dans une veine tentative et dans l’espoir que Son Objectif puisse être bloqué ! Les puissances maléfiques influenceront évidemment ces êtres humains qui n’ont pas l’Objectif de Dieu dans le cœur, dans une tentative de faire obstruction au plan divin pour l’humanité.
     « O Dieu, ne reste pas dans le silence ! Ne te tais pas, et ne te repose pas, Ô Dieu ! Car voici, tes ennemis s’agitent, ceux qui te haïssent lèvent la tête. Ils forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, et ils délibèrent contre ceux que tu protèges. Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, et qu’on ne se souvienne plus du nom d’Israël ! Ils se concertent tous d’un même cœur, ils font une alliance contre toi; Les tentes d’Édom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de Tyr ; L’Assyrie aussi se joint à eux, elle prête son bras aux enfants de Lot. » (Psaume 83:2-9)
     Le choix est le vôtre, vous pouvez appuyer le côté qui vous semble le bon, le résultat a été divinement prédéterminé et écrit dans la Bible pour que toutes les personnes puissent le lire et se convaincre eux-mêmes !

    http://www.revelations.org.za/War.htm

    Pleins Feux Sur l’Heure Juste (http://s.tt/1lVhy)

     
  8. larevolutionpacifique

    6 septembre 2012 at 19 h 45 min

     
  9. gwladys

    6 septembre 2012 at 20 h 50 min

    Pourquoi s’en prendre ainsi à Fr. Hollande ? C’est un peu facile. Nous imaginons qu’il connait maintenant les contraintes de ce poste (à savoir qu’il dois des comptes aux préteurs). J’accuserais plutôt les années Chirac qui a laissé les choses partir à volo, alors qu’il était alors aisé de poser des bases saines.

     
    • Alcide

      6 septembre 2012 at 21 h 26 min

      Chère gwladys ,
      Parce que Flamby est un crétin ou un traitre , ou les deux .
      La même politique de caniche servile aux intérêts de l’empire , des financiers , des sionistes ,avant celui des français , comme son prédécesseur…
      Rappel de l’individu sur la nécessite , pour le peuple , de payer la dette odieuse .

       
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 673 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :