RSS

La politique de l’UE provoque un dépeuplement de la Grèce – Partie II

31 août

Tandis que le rapport de l’EIR Programme pour un mira­cle économique en Europe du Sud, qui comprend un Plan Marshall pour la Grèce, circule dans les milieux qui décident en Grèce, Athènes suit les ordres de l’UE et détruit systémati­quement les capacités qui seraient cruciales à la transformation de l’économie grecque.

Bien que l’actif le plus précieux d’une nation soit une jeune génération éduquée, le Parlement a adopté le 1er août une loi autorisant le gouvernement à fermer des universités par décret si cela sert « l’intérêt national ». Dans ce cas, l’« intérêt » est celui des créanciers de la Grèce.

Le gouvernement se lance à toute vitesse vers la privatisa­tion des actifs de l’Etat, notamment les entreprises de l’éner­gie. Il fait tout son possible pour privatiser la banque agricole, ATEbank. Depuis son entrée dans la zone euro, cette banque a outrepassé son mandat d’émission de crédit au secteur agricole et, comme toutes les banques, est aujourd’hui en banqueroute. Elle va donc être découpée, les « bons » actifs étant vendus à la Piraeus Bank tandis que l’Etat s’occupera d’avaler les dettes, et aucune possibilité de crédit pour l’agriculture.

Le dirigeant de l’opposition Alexis Tsipras, de la Syriza, a dé­noncé cette initiative et averti que lorsqu’il prendra le pouvoir il l’annulera, tandis que son parti bloquera l’achèvement de ce processus et la braderie des entreprises coopératives rentables dans les secteurs du lait et du sucre.

Dans un autre accès de folie, le gouvernement soutient un projet de circuit pour Formule 1 dans la ville de Pirée. Il pren­drait place dans un site industriel désaffecté qui longe le port de Pirée, un endroit crucial pour l’agrandissement du port… (Source : EIR)

About these ads
 
27 Commentaires

Publié par le 31 août 2012 dans Non classé

 

27 réponses à “La politique de l’UE provoque un dépeuplement de la Grèce – Partie II

  1. redamex

    31 août 2012 at 18 h 58 min

     
  2. marc153

    31 août 2012 at 20 h 52 min

    Vous avez sans doutes vu le battage médiatique autour d’un livre qui va paraitre bientôt, au sujet de Ben Laden et de sa deuxième mort? difficile d’y échapper… Je me demande pourquoi on reparle de cette fable maintenant… Tout le monde sait que Ben Laden est mort en 2004, on peut comprendre qu’obama ait voulu se faire un peu de pub plusieurs années plus tard en théatralisant une fausse mort, mais pourquoi recommencer avec ce faux "seals" et sa soi-disante révélation?
    Quelqu’un y trouve son intérêt, le "plan" se déroule, c’est clair. Mais c’est bien compliqué à suivre toute cette mascarade…

     
    • AC

      31 août 2012 at 21 h 13 min

      C’est assez clair, l’auteur fait un livre sur les "responsables" du 9/11, donc Ben Laden, CQFD.
      Les "révélations" sur les circonstances de "sa mort", ne sont qu’un prétexte.
      L’idée est de valider la version officielle du 9/11.
      D’ailleurs, ce battage pour ce "livre", est la preuve du coup monté, s’il mettait en cause la version officielle du 9/11, vous pensez qu’on en parlerait ?
      Dire que Ben Laden a été tué volontairement et un détail, qui en plus, ne fera pleurer personne.
      En même temps, ça valide la version de sa mort ce jour là.
      Tout le monde sait qu’il est mort bien avant, peut-être dès la fin 2001…

       
      • marc153

        31 août 2012 at 21 h 24 min

        pas mal comme explication, en effet… Même si c’est un livre qui contredit certains aspects, ça valide le reste… bien vu AC.

         
      • Astimer

        1 septembre 2012 at 9 h 09 min

        Et puis ça donne un os à ronger à ceux qui ont perçu comme un gros cafouillage dans la com de la version officielle.

         
  3. amas

    31 août 2012 at 21 h 25 min

     
  4. zapatta

    31 août 2012 at 21 h 32 min

    La Grèce se meurt, la Grèce est morte ?

    « Les forces vives du monde entier s’éveillent d’un long sommeil. La Grèce est au centre de cette violence d’un monde à créer, appelée à supplanter la violence absurde d’un monde fasciné par le progrès de son autodestruction. » Raoul VANEIGEM

    « La Grèce a fait de moi un homme libre et entier » Henry Miller

    « Les empires ne retiennent pas les leçons de l’histoire » Noam Chomsky

    Timeo Danaos (Prenez garde aux grecs)

    Depuis des mois interminables que je joue les Cassandre en hurlant « Ellas Ellas » pour la Grèce, je préviens d’abord les économistes distingués que ceci n’est pas un article documenté sur un assassinat financier honteusement orchestré par la Troïka (je suis bien incapable de décortiquer la situation avec chiffres sérieux et démonstrations de haute voltige à la clé !), simplement un grand cri d’amour et d’angoisse mêlés pour la patrie de mes aïeux, face au désastre annoncé d’un torrent furieux que l’on voit arriver, enfler, gonfler, déborder jusqu’à la précipitation inéluctable vers la catastrophe et le chaos finals tels qu’ils se produisaient dans toutes les tragédies antiques.

    Oui, la Grèce est en train de mourir – dans l’indifférence la plus totale de tous les pays d’Europe (bonjour la solidarité que nous avait promise Maastricht !) ou, pire, au milieu d’attaques en règles bien orchestrées par les médias contre cette contrée de feignants, de tricheurs, de voleurs qui savent rien que noyer leur chagrin dans du Ricard frelaté pendant que le bateau coule, et si leur incurie entraîne toute la zone euro dans sa chute et qu’on est tous dans la merde ça sera bien leur faute, on n’avait pas besoin d’eux après tout (résumé concis des conversations matinales chez ma boulangère les jours, rares, où un J.T. inconscient rompt le silence en tirant la sonnette d’alarme).

    Eh bien si, justement, on avait besoin d’eux ! Tout le monde (enfin le monde politique) savait comment fonctionnait l’économie grecque, et que son entrée dans une monnaie communautaire ne serait pas viable à long terme. Mais vous imaginez la déesse Europa amputée de la patrie des pères fondateurs de la démocratie ? C’était pas crédible … Et tant pis pour les risques encourus, fallait la faire, cette sacré UE flanquée de l’inflexible BCE- quant aux dégâts collatéraux on aurait bien le temps de voir plus tard !

    Et voilà : on voit !

    On voit les misères multiples provoquées par le piège de l’austérité carabinée, un « mormorandum » qui atteint son niveau de tolérance maximum ; des retraités sans retraites, le salaire des fonctionnaires divisés par deux, et les suicides multipliés d’autant.

    Athènes en perdition transformé en champ de ruines sociales ; les commerces en faillite, les hôpitaux en souffrance, les grévistes en combat héroïque ; les jeunes diplômés sans futur grimpant sans retour dans des charters australiens.

    Des manifestations qui tournent à l’émeute, des policiers désemparés, des arrestations violentes d’immigrés clandestins.

    Des SDF par milliers qui finissent par trouver refuge, sous des cartons, dans des théâtres antiques, puissant symbole d’un monde qui naufrage.

    Des enfants affamés qui tapent sur des casseroles pour occuper leurs nuits d’angoisse.

    On voit des magasins sans marchandises, des écoles sans cahiers, des malades sans soins ; des musées sans gardiens, des trésors oubliés, une mémoire pillée.

    La lutte quotidienne est épicière et les lendemains, parfois, se trouvent au fond des poubelles.

    On voit la place Syntagma écartelée entre symbole politique du pouvoir et contestation en longs défilés rageurs ; Exarcheia survolté, Plaka dévasté et Omonia transformé en ghetto de pauvreté ; les îles (jadis paradisiaques) boudées par les touristes, les potagers salvateurs qui fleurissent et les poulaillers comme ultime recours à la disette.

    On voit trop de souffrances et trop de larmes.

    La litanie des sept douleurs à la puissance dix millions..

    On voit un peuple entier guillotiné sous le joug d’un mépris délétère et des rêves évaporés ; une destruction totale massive passant par la remise en cause de tous les fondements culturels et par la démolition programmée d’un art de vivre ancestral.

    Je préfèrerais ô combien que l’anaphore s’arrête là, mais elle ne semble pas près de mettre une sourdine à son triste lamento…

    Laissons la parole aux murs, ils affichent mieux l’indicible qu’un long discours explicatif :

    « Feu au temple de la consommation » « Je souffre »

    « La junte ne s’est pas arrêtée en 73 »

    « Ne vivons plus comme des esclaves »

    « Maman, je vais être en retard, on est en guerre »

    « Nous ne pouvons pas, nous ne voulons pas, nous ne paierons pas »

    « Te suicider, ce n’est pas ce que tu as fait toute ta vie ? »

    « Ne nous habituons pas à la mort »

    « Troïka, assassins »

    « Il n’y a pas d’étrangers, il n’y a pas de grecs, il n’y a que des prolétaires en colère »

    « Liberté pour la Grèce »

    Il semble que les grecs n’attendent plus qu’une chose : que tout pète, que tout se casse la gueule, que vienne le grand Chaos. Et qu’ils puissent retourner à la case départ du super Monopoly sans passer par les banques et sans toucher des milliards.

    Seule petite note positive : l’étymologie du mot « crise ». Du grec « krisis », décision importante, choix, jugement, renvoyant à l’idée du moment-clé où tout doit se décider. Dans la pensée ancienne, cette notion sous-entendait le libre-arbitre de l’être et la souveraineté de son jugement critique, c’est-à-dire une opportunité plus qu’une malédiction. C’est une remise en question de soi-même (qui suis-je, que vais-je faire de ma vie ?), un ensemble de contractions débouchant sur une re-naissance salvatrice, un entre-deux fécond qui relance la créativité et devient la source de nombreux possibles. (En même temps, allez dire ça à quelqu’un qui n’a rien mangé depuis trois jours ?)

    Et question cruciale qui divise les débats : va sortir de l’euro, va pas sortir ? La presse, malhonnête ou bâillonnée, est unanime : NON, bien sûr ! Hypothèse aussi impossible qu’improbable, dormez tranquilles braves gens, pendant que les héllènes asphyxiés crèvent dans les rues… S’ensuivent de longues et savantes démonstrations économiques pour expliquer qu’il n’y a rien à craindre, que ça va s’arranger et que l’euro, quand même, est plus fort que le dollar, alors vous voyez… On ne lit ni n’entend jamais cette simple contre-vérité évidente : ON N’EN SAIT RIEN, la machine infernale est lancée, personne ne peut dire où elle va aller Est-ce si difficile à admettre, que l’économie n’est pas une science exacte, que l’histoire est une gamine capricieuse et redondante, que personne n’avait prévu le Jeudi Noir, et qu’on fonce dans le brouillard – ou dans le mur – en criant bien fort « on va gagner » ?

    Pendant ce temps-là, des gens souffrent en silence alors qu’on leur avait promis le paradis de la croissance. D’accord, c’était une erreur que d’y croire, la croissance obligatoire n’a jamais apporté à la longue que du malheur, mais comment résister aux chants des sirènes du libéralisme lorsque l’on a égaré dans les tempêtes homériques d’un bonheur consumériste annoncé les boules Quiès de la sagesse odysséenne ?

    J’emprunte à Giraudoux (oui, je sais, il ne fut pas très clair pendant l’occupation, mais c’est pas une raison pour jeter l’œuvre avec le dramaturge…) une conclusion en forme d’espoir fugace et de petite lueur entr’aperçue au fond d’un tunnel de ténèbres :

    « Comment cela s’appelle-t-il quand tout est gâché, que tout est saccagé, et que l’air pourtant se respire, et qu’on a tout perdu, que la ville brûle, que les innocents s’entretuent, mais que les coupables agonisent, dans un coin du jour qui se lève ? – Cela a un très beau nom, Femme Narsès, cela s’appelle l’Aurore… » (Electre – 1937)

    Encore bien pâle l’aurore, et bien fragile l’espérance ?

    Attendons de voir…

    Pour l’instant, ce sont nos racines que l’on assassine.

    " Paroles de murs athéniens" Yannis Youlountas
    Les Edtitons Libertaires – Collection Paroles

    Vidéo "Les grecs n’ont pas dit leur dernier mot" :

    Okeanews, l’actualité indépendante et alternative en français depuis Athènes :

    http://www.okeanews.fr/

    Blog de Panagiotis Grigoriou, ethnologue et historien :

    http://greekcrisisnow.blogspot.fr/search?updated-min=2012-01-01T00:00:00%2B02:00&updated-max=2013-01-01T00:00:00%2B02:00&max-results=50

    "Khaos", un film dAna Dimitrescu (sortie nationale en Octobre 2012)

    http://www.khaoslefilm.com/

    par Caroline Courson (son site) vendredi 31 août 2012

    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/la-grece-se-meurt-la-grece-est-121924

     
  5. la rumeur

    31 août 2012 at 21 h 33 min

    Notre système vaccinal fonctionne sans preuves scientifiques » Dr Philippe Sturer

    QUE FAIT LE VACCIN ?

    1. Dès l’injection, il peut donner une réaction allergique brutale, et provoquer un choc qui met la vie en danger, comme toute injection de substance étrangère traversant la barrière protectrice de la peau. Cela est classique, reconnu par les fabricants et annoncé aux professionnels qui assument le risque de leur geste.

    2. Dans les heures qui suivent, l’organisme ” encaisse ” le coup. C’est le grand branle-bas à l’intérieur du corps. Le vacciné réagit comme réagirait un pays, dont une région est frappée par une bombe atomique, et dont le souffle l’a balayé en entier, bousculant les édifices, les barrages, les groupes de travailleurs, les écoliers et les bosquets tranquilles. Une mobilisation brutale car artificielle est nécessaire. Il faut faire face au danger présent dans l’intimité du corps. La consommation en vitamines augmente d’un coup, et de façon phénoménale, pour assurer les besoins énergétiques exceptionnels des cellules de défense spécifiques, les troupes de réserve, que l’on ne mobilise et que l’on n’équipe à grands frais que dans les cas extrêmes où la vie est en jeu. Il s’en suit une période de fatigue plus ou moins intense, selon les individus, et plus ou moins longue, qui peut durer toute la vie, souvent à l’insu du vacciné. Le vaccin amène à l’intérieur du corps plusieurs messages de mort. pour que le stress ainsi provoqué l’oblige à mobiliser les systèmes de défense, qui sont habituellement bloqués par tout une gamme de sécurités pour le bien et l’équilibre de la vie ordinaire.

    – Il s’agit des messages toxiques des “adjuvants “, des conservateurs et des résidus de fabrication, (on utilise surtout, comme adjuvants, des dérivés de l’aluminium et du phosphore; les dérivés mercuriels sont présents à titre de conservateurs; les trois métaux sont de redoutables destructeurs du système nerveux et du foie). On suppose que ces injections toxiques qui ne peuvent être éliminées par le corps la vie durant, favorisent les convulsions ” hyperthermiques ” des enfants et tout un cortège de troubles psychiatriques et dégénératifs.

    – Il s’agit aussi, et plus logiquement cette fois, de l’information ” maladie ” qui se veut spécifique et qui se veut limitée à la maladie mortelle contre laquelle on prétend ” immuniser ” et donc protéger le vacciné. Cette information ” maladie ” est calculée pour durer le plus longtemps possible, et donner naissance à des anticorps spécifiques, qui seraient “protecteurs”. Passons sur le fait qu’à côté de l’information spécifique, les vaccins contiennent, surtout pour les plus récents issus du ” génie génétique “, des résidus d’ADN provenant des cultures cellulaires cancéreuses hybridées, ainsi que des enzymes ” mutagènes ” de ces milieux de cultures dans leur bain de croissance pour ces cellules cancéreuses. Des vaccins plus anciens, comme celui contre la poliomyélite peuvent contenir des traces des virus dangereux comme le virus SV40, ou comme celui contre la grippe qui peut contenir des traces de virus des poules dangereux pour l’homme.

    3. Dans les semaines, les mois et les années qui suivent, l’organisme doit payer à doses filées, continues, le prix d’une protection supposée.

    De par sa logique de survie, une fois surmonté le choc toxique, l’organisme va entretenir l’information mortelle ou dangereuse reçue par le vaccin. Cette information est d’abord immatérielle, vibratoire, constamment répétée et relue par les ” centres de commande ” certainement situés dans le cerveau. Que l’on fasse ou non des ” rappels ” de vaccins n’agit certainement pas sur cette composante essentielle. Le support matériel de l’information est, à n’en pas douter, le sang, le ” proteion ” du Dr Bernard VIAL. Les cellules cérébrales vibrent à la reconnaissance des structures spatiales des protéines du sang.

    Cette activité nécessite un milieu physico-chimique particulier, dont les caractéristiques ont été précisées par Louis Claude Vincent.

    Ensuite l’information s’entretient par le renouvellement des cellules ” mémoire “, et enfin par le travail soutenu des ” lymphocytes B “, les usines à anticorps. Tout cela consomme une énergie précieuse car tout a un prix. L’énergie consacrée à la ” défense bidon ” et au nettoyage des déchets de la guerre factice, va manquer à l’activité ordinaire de la vie, création, résistance du corps, harmonie des relations, sport, art, sexualité, spiritualité… etc… Il s’ensuit une perte sournoise, presque imperceptible, de la qualité de vie.

    Cette énergie consacrée à ” couler du béton ” pour la forteresse, finit par se matérialiser sous forme d’anticorps, de complexes immuns et divers déchets cellulaires qui ne pourront jamais s’éliminer, sauf par suppuration, suintement ou stockage dans le pannicule adipeux, (la ” cellulite “), dans les fibromes de l’utérus, du sein ou de la prostate. L’autre aspect évident de cette mobilisation ponctuelle, est que l’organisme occupé à ” encaisser le vaccin “, dégarnit le front du côté des autres facteurs agressifs du biotope. (staphylocoques, streptocoques, haemophilus, virus de toutes sortes, dont la virulence permet à l’organisme de tenter un rétablissement).

    Il est habituel de voir les enfants vaccinés obligés de fréquenter régulièrement les cabinets médicaux, où ils rencontrent l’antibiothérapie et les anti-inflammatoires qui leur enlèvent encore les moyens d’un retour durable à la santé. Cette guerre constante va aussi consommer les précieux oligo-éléments, brûler le magnésium, étouffer les cellules et faire dériver le terrain vers des états préoccupants.

    Le nom homéopathique de ce procédé est la sycose. (le synonyme est vieillissement). Il est aussi logique de penser que l’épreuve de fond imposée à de jeunes organismes immatures au plan immunitaire, leur fasse perdre la cohésion de leur système de défense, et les précipite vers des affections type leucémie.

    Donc chaque vaccination va donner naissance à une MALADIE CHRONIQUE, avec tout un cortège de signes physiques et modifications du caractère et des comportements. Le BCG, vaccin vivant, va provoquer un tuberculinisme, avec plus ou moins de succès selon la robustesse de l’enfant et son hérédité familiale. On verra chuter dans le sang les populations anticorps avec parfois ” sidération immunitaire “, et arriver sur le corps les atopies, les allergies, l’acné, les spasmophilies, les fragilités, transpiration nocturne… Sur le plan psychologique, on trouve manque de volonté, faiblesses de caractère, insatisfaction, méchanceté, désir de changement, colères soudaines, peur des chiens…

    Les autres vaccins provoqueront plutôt de la sycose, avec montée des anticorps et des complexes immuns, prise de poids irréductible, grosses fesses à la ménopause, adénomes du sein et de la prostate, cellulite, rhumatismes, polyarthrites… impatience, précipitation, instabilité du caractère, sautes d’humeur, pulsions et sexualité qui passent du refoulement à l’explosion. On voit parfois des ” sycoses sèches “, où l’on constate un amaigrissement irréductible à la place de l’obésité.

    Les dérivés d’aluminium et du mercure des vaccins, se rajoutent à ceux des amalgames dentaires pour provoquer une troisième catégorie de ” mode réactionnel ” connue des homéopathes sous le nom de ” luèse “, appelée par les anciens médecins ” hérédosyphilis “, ou encore improprement “fluorisme “. Là on constate des affections brutales, telles que ulcère gastrique, rupture d’anévrysmes artériels ou moins brutales comme la sclérose en plaques, le lupus, l’Alzheimer… les grandes maladies psychiatriques dissociatives, les comportements pervers, l’auto-agressivité, anxiété, les peurs de tout…..surtout allongé et la nuit, horreur de la saleté avec rituel de lavage, superstition… etc…

    Dr Philippe STURER

     
    • Antilluminati

      31 août 2012 at 21 h 46 min

      32 ans et plus vacciné depuis 1993, depuis :

      0 grippe, 0 rhume, aucun problème de cicatrisation, 0 gastro ect.. ect…

      Je n’ai jamais fais d’arrêt maladie de ma vie, je sais même pas comment on procède, ne serait-ce pas une solution pour alléger la sécu ?

      Le vaccin, c’est tabou, on en viendra tous à bout :D

       
      • redamex

        31 août 2012 at 21 h 59 min

        48 ans, pas vu un médecin et pas pris un médoc depuis 1991, soit 21 ans… la simple compréhension de la loi de cause à effet et la bénédiction du Guide Spirituel…

         
    • Gib

      1 septembre 2012 at 9 h 14 min

      Merci pour ce texte, très intéressant, très concis et très précis. Je fais tourner. Je me suis fait vacciner à mon insu(à la suite d’un accident) je revois encore la tête de cette crétine d’infirmière , tout sourire toute contente d’avoir mis "mes vaccins à jour". Pauvre cruche , d’ailleurs la plupart des infirmières sont totalement incompétentes, les écoles d’infirmières c’est comme les écoles ça sert à imposer l’ignorance.
      Suite à cette vaccination j’ai constaté certains des symptômes décris dans le texte. C’était il y a plus de 15 ans.Depuis je suis devenu végétarien et je ne prends plus aucun médicament depuis prés de 10 ans.Et tout va bien, beaucoup de contacts avec Dame nature. Quelques heures hebdomadairement dans une forêt , à la montagne ou en bordure d’océan sont d’excellentes sources énergétiques qui rechargent nos accus.

       
  6. zapatta

    31 août 2012 at 21 h 43 min

    Message de Damas : une franco-syrienne témoigne

    par Marie-Ange Patrizio

    Mondialisation.ca, Le 29 aout 2012

    Je vous transmets le courriel reçu le lundi 27 août d’une amie franco-syrienne partie à Damas le 17 juillet ; elle devait rentrer à Paris le 15 août.
    Son avion de la compagnie Syrian Airlines n’a pas pu quitter la Syrie : il devait faire escale à Francfort, mais l’Allemagne appliquant les sanctions et l’embargo contre la Syrie, n’accepte pas les escales d’avions syriens sur son sol. Pas comme l’aéroport de Damas où a atterri récemment en urgence un avion d’Air France, faute de pouvoir se poser à Beyrouth car l’aéroport était incertain pour la sécurité des passagers… Avec réaction furieuse de Fabius qui en perd ses réflexes d’ingérence humanitaire.

    Cet embargo sur les avions syriens, dont nos media ne nous parlent pas, m’avait été signalé par Mère Agnes-Mariam de la Croix, que j’ai vue le 4 août au cours d’un passage en France : les gens passent par Beyrouth pour aller et venir en Syrie.

    Les actions de solidarité et de vigilance de la population pour soutenir l’armée syrienne loyale au gouvernement décrites ci-dessous recoupent exactement ce que j’ai entendu de la part d’autres amis présents en Syrie ; on peut bien sûr ne pas les croire, dire qu’ils (avec moi) font de la propagande, et se fier seulement aux fragments d’images non datées et impossibles à localiser que nous montrent en boucle les media français, avec commentaires de leurs journalistes envoyés à la frontière turque (ou jordanienne, avec L. Fabius visitant des hôpitaux de campagne vides).

    Voici le courriel, dont l’auteur demande la diffusion mais préfère pour le moment ne pas donner son nom pour ne pas s’exposer plus qu’elle ne l’est déjà à Damas où les attentats ciblés ont fait leur apparition : on reconnaît les signatures. Comme en Palestine, comme en Libye il y a un an…

    Marie-Ange-Patrizio

    « Damas, lundi 27 août,

    Je suis toujours à Damas car mon vol a été annulé. Je ne te cache pas que j’en suis ravie, car ces mensonges systématiques et grossiers des média occidentaux me dépriment totalement.

    Ici l’Armée Syrienne effectue des opérations contre les hordes de la Qaida et de l’ASL et elle est largement aidée par la population qui les accueille avec joie.

    Les hordes de l’ASL et la Qaida commettent de terribles exactions contre la population qu’ils prennent en otage, et mettent cela, comme à Daraya , sur le dos de l’Armée syrienne nationale.

    Les combats sont féroces et les USA, et les Britanniques, ne cachent plus le fait que ce sont eux qui dirigent les opérations depuis Adhana sur les frontières turques et qui les alimentent en artillerie lourde, anti-chars et anti-avions. Ce matin un hélicoptère de l’armée a été descendu au dessus du quartier Qabun à Damas, une bombe de mortier est tombée dans le jardin Khaoula bint alzouar dans le quartier Bab Touma.

    Dans la ville d’Alep, des gangs armés ont attaqué un ensemble appartenant à l’Eglise Evangélique.

    L’armée continue à poursuivre les terroristes dans les villes d’Ariha, et dans les banlieues de Hama et Homs.
    De gros dépôts d’armes, d’explosifs et armes lourdes ont été trouvés à Daraya (1), Tadamoun, Soumariyeh, Edleb, Qaboun, Alep, Hama, Homs, Basatine Arrazi (Damas), etc.

    Hier les terroristes ont fait exploser 7 citernes (3 mazout, 4 essence) près du pont Nayrab à Alep. Les journées sont pleines d’actes de ce type, sans parler des actions de kidnapping, rançonnage, et assassinats ciblés qui touchent essentiellement les professeurs d’Université, les chercheurs et officiers de l’Armée….cibles clairement fixées par le Mossad ! Le terrorisme est bel et bien installé en Syrie, mais le peuple est plus que jamais déterminé à résister !

    Le pouvoir tient bon, il a de plus en plus de crédit auprès de la population, car ceux qui pensaient que c’était une affaire de liberté et de démocratie, voient bien maintenant que l’objectif est la destruction du pays, surtout que nombre de combattants de la dite ASL se sont avérés non syriens (afghans, tchétchènes, Benghalii, Libyens, Algériens, Yéménites, et même tunisiens !).

    Côté approvisionnement et vie quotidienne, l’Etat fait un grand effort pour que rien ne manque sur les marchés et veillent à ce que les prix ne s’envolent pas.

    Le Président de la République a annoncé que l’Etat prend en charge la restauration, réhabilitations de toutes les maisons et immeubles touchés par les événements ; en attendant les gens sont logés dans des écoles, où ils reçoivent une aide alimentaire et médicale quotidiennes.

    Les quartiers sécurisés sont très vite réhabilités par les mairies: eau, électricité, égouts, etc. ; et une somme de 50.000 livres syriennes est donnée aux familles qui sont obligées de se trouver un logement en attendant la reconstruction de leurs demeures.

    La réconciliation va bon train ; on espère ! As-tu vu la déclaration de Rome de certains membres de l’opposition ? Notamment des coordinations locales et Haitham Mannaa ?

    Dr. Ali Haidar Ministre de la Réconciliation Nationale, participe au sommet des non alignés à Téhéran pour la Syrie. Personnellement j’attends beaucoup de ce congrès. » (2)

    (1) Les media atlantistes ont parlé dimanche de « charnier » découvert près de Damas, charniers attribués évidemment à des massacres de l’armée syrienne. Voici ce que j’ai reçu d’un ami à Damas que j’ai interrogé à ce sujet : « Le terme de charnier est inadapté, car cela donne l’impression de corps enterrés. On a retrouvé des cadavres à des endroits différents, dans des appartements. Il n’y a pas de doute possible sur les tueurs : les victimes étaient toutes des otages de l’ASL qui avaient été exhibées dans des vidéos précédentes. »

    (2) Congrès dont personne ne parle dans les pays alignés (sur l’Otan et Israël), mais qui regroupe pourtant à Téhéran environ deux tiers des nations de la planète.

    Vous trouverez ici : http://www.chretiente.info/201208203210/syrie-accord-de-paix-a-qalamoun-conforme-aux-lignes-directrices-tracees-a-rome-par-les-representants-de-lopposition/ la déclaration de Rome (et suite en Syrie) évoquée ci-dessus ; pour la participation du ministre Ali Haydar au Congrès des Non-alignés à Téhéran : http://french.irib.ir/info/iran-actualite/item/208693-le-plan-de-r%C3%A9conciliation-nationale-est-le-seul-moyen-de-r%C3%A9soudre-le-probl%C3%A8me-syrien-sa%C3%AFd-jalili ou, autre son de cloche : http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/internacional/2012/7/35/depart-pouvoir-Assad-est-inacceptable-ministre-syrien,c8fd526c-1cef-4ac4-a19c-44f15acb3f01.html, où l’on désigne le ministre syrien des affaires étrangères Walid Mouallem comme un des "faucons du régime" : pour qui a assisté à la conférence de presse que le "faucon" a donnée le lundi 14 novembre à Damas -après la suspension de la Syrie de la Ligue arabe- où ses déclarations apparemment placides et sa bonhomie faisaient éclater de rire les nombreux journalistes arabophones présents, cette analyse abrupte est surprenante…

    Marie-Ange Patrizio

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=PAT20120829&articleId=32563

     
  7. zapatta

    31 août 2012 at 21 h 45 min

    Les 6 000 banques de la zone euro sous supervision européenne dès 2014

    Le Monde.fr avec AFP

    Le dispositif européen de supervision, dont la Banque centrale européenne sera le "pivot", est une proposition "historique" pour l’approfondissement du projet européen, estime M. Barnier.

    Michel Barnier, commissaire européen chargé du marché intérieur, a indiqué vendredi 31 août que la supervision bancaire s’appliquerait à l’ensemble des 6 000 banques de la zone euro à partir du 1er janvier 2014, après une mise en place progressive dès janvier 2013.

    "Nous n’avons pas prévu que la supervision directe et intégrée s’exerce du jour au lendemain globalement", a déclaré M. Barnier dans un entretien (article payant) au quotidien économique Les Echos. Selon lui, toutes les banques faisant l’objet d’un soutien public via le mécanisme européen de stabilité seront concernées à partir du 1er janvier 2013. "A cette date, théoriquement, la recapitalisation directe des banques par les fonds de secours sera donc possible", a-t-il souligné.

    "CONTRÔLE DÉMOCRATIQUE"

    La supervision sera ensuite étendue aux banques considérées comme systémiques puis, à compter du 1er janvier 2014, à l’ensemble des 6 000 banques de la zone euro. "Nous pensons qu’une vraie supervision intégrée doit être opérationnelle pour toutes les banques. Beaucoup de problèmes sont venus ces dernières années de banques non systémiques, comme Northern Rock, Dexia ou Bankia", a expliqué le commissaire européen, précisant néanmoins que "pour des tâches sans conséquences sur la stabilité financière, comme la protection des consommateurs, le superviseur national restera compétent".

    Le dispositif européen de supervision, dont la Banque centrale européenne sera le "pivot", est une proposition "historique" pour l’approfondissement du projet européen et est "essentiel pour retrouver une stabilité financière dont l’économie réelle a besoin", a estimé M. Barnier.

    Pour éviter tout conflit d’intérêt avec les responsabilités de la BCE en matière de politique monétaire, la supervision relèvera d’un conseil "distinct" du conseil des gouverneurs et son président "rendra des comptes au Parlement européen, afin d’instituer un contrôle démocratique sur ce nouvel organisme".

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/31/les-6-000-banques-de-la-zone-euro-sous-supervision-europeenne-des-2014_1754121_3234.html#xtor=RSS-3208

     
    • Antilluminati

      31 août 2012 at 21 h 48 min

      La bête plante ses crocs :p

       
    • zapatta

      31 août 2012 at 22 h 16 min

      BPI/Lazard: la "meilleure offre" sur 4

      Le ministre de l’Economie Pierre Moscovici a déclaré vendredi soir que la banque d’affaires Lazard France, dont la désignation comme conseil pour la future Banque publique d’investissement (BPI) a créé un début de polémique, était "la meilleure" des quatre offres présentées.
      Pierre Moscovici a également rappelé qu’il était "seul ministre en charge" de la responsabilité de la désignation de la banque, regrettée par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, dont la compagne est liée professionnellement au patron de Lazard.

      "Les services du ministère ont lancé une procédure de consultation auprès d’établissements reconnus" pour trouver un conseil et "il est apparu nécessaire d’exclure de cette procédure les banques ayant un conflit d’intérêts lié, soit à leur lien avec Oséo, soit à leur activité de conseil d’autres parties sur le dossier BPI.
      Cette procédure a abouti à la présentation de quatre offres", explique M. Moscovici dans son communiqué. "Sur la base de ces auditions et des documents de présentation remis par les candidats, l’Agence des participations de l’Etat (APE) et la Direction générale du Trésor ont recommandé au Ministre de l’Economie et des Finances la sélection de la banque Lazard Frères", poursuit-il.

      "Cet établissement a en effet présenté la meilleure offre, au regard des attentes exprimées et du prix, pour apporter un appui strictement technique à la mise en oeuvre des décisions du gouvernement", résume Pierre Moscovici.

      Le patron de Lazard, Matthieu Pigasse, a nommé en juillet la journaliste Audrey Pulvar, compagne d’Arnaud Montebourg, à la tête du magazine Les Inrockuptibles dont il est propriétaire à titre privé.

      AFP

      No comment….

       
      • Gib

        1 septembre 2012 at 9 h 24 min

        Est-ce quelqu’un peut confirmer si Lazard est un des actionnaires de la FED?

         
      • Astimer

        1 septembre 2012 at 9 h 35 min

        Le lien avec A. Pulvar est anecdotique, M. Pigasse est surtout connu pour être socialiste notoire. Mais c’est aussi un pote d’Alain Minc.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu_Pigasse

         
      • filibert

        1 septembre 2012 at 10 h 05 min

        Oui Lazard fait parti des 13 fondateurs de la FED (liste secrète !) !

         
      • Gib

        1 septembre 2012 at 11 h 38 min

        Entre 1986 et 1988 la cheville ouvrière des privatisations avait été JM Messier. Sur Wikipédia il est noté que le montant totale de la vente des actifs de l’état durant cette période ne peut être affirmé avec certitude. Et la fourchette varie de plusieurs dizaines de millions d’euros!!! La banque Lazard a été l’une des principales bénéficiaires de ses "privatisations", logique conséquence de la loi de 1973 Pompidou Rothschild et qui donc oblige l’état à commencer la vente de ses bijoux de famille pour payer les intérêts de la dette. Avec la défaite de Chirac en 1988, JM Messier est recasé à … la banque Lazard et en devient associé gérant. C’est ce qui s’appelle un renvoi d’ascenceur (pour l’échaffaud !).
        Alors pas difficile de savoir où Pierre Moscovici ira après avoir été éjecté lors d’une prochaine élection…On parle beaucoup des Rothschild mais ne pas oublier les Lazard ou les Warburg qui sont des familles plus discrètes mais tout autant vampiriques.

         
  8. zapatta

    31 août 2012 at 21 h 52 min

    Si la BCE gagne la partie de planche à billets, gare à une flambée des matières agricoles de première nécessité

    31 août 2012 | Philippe Béchade

    ▪ Le mois d’août s’achève, mais la torpeur estivale semblait vouloir jouer les prolongations.

    Il ne se passait tellement plus rien depuis le 10 août dernier — disparition de la volatilité, contraction des volumes sous les 1,5milliard d’euros en séance à Paris — que la Bourse ne constituait plus ni une source d’inspiration, ni de préoccupation… ni même un sujet de conversation entre professionnels.

    Avec une place américaine shootée aux tranquillisants depuis vendredi dernier, dans le coma depuis lundi, les opérateurs ne souciaient même plus de surveiller les paramètres vitaux. Le pouls du marché s’apparentait à celui d’une marmotte en début de cycle d’hibernation, son électro-encéphalogramme apparaissait aussi plat que celui d’un hamster neurasthénique contemplant Secret Story au travers les barreaux de sa roue en plastique.

    ▪ Des marchés soporifiques
    Le suivi des indices boursiers faisait bâiller jusqu’aux analystes techniques les plus motivés. Nous faisons allusion à ceux qui affirmaient que la récente envolée de 15% du CAC 40 n’était que la première étape d’un retour sur les 4 000 points. Pendant ce temps, les gérants pouvaient consacrer tout leur temps à déjeuner en terrasse, sans être obligé de garder un oeil rivé sur leur smartphone, ni même de le maintenir paramétré en mode vibreur.

    Et aucun risque d’être dérangé par un client souhaitant passer un ordre en Bourse. En effet, les particuliers ont complètement déserté le compartiment actions, convaincus pour nombre d’entre eux que les évolutions miraculeuses des indices sont tout autant reliées à la réalité économique qu’un tapis volant à l’énergie mentale d’un illusionniste des Folies Bergères déguisé en fakir.

    Cette séance de jeudi, même caractérisée par une orientation légèrement plus négative que les jours précédents, semblait bien partie pour s’achever par des écarts insignifiants.

    Le CAC 40 par exemple ne corrigeait guère de plus de 0,3 ou 0,4% au moment de la réouverture de Wall Street. Les molles oscillations constatées autour d’un cours pivot de 3 400 points ne présentaient aucun caractère menaçant pour tous ceux s qui conservent leur portefeuille inchangé depuis le 25 juillet dernier — n’ayant accompli comme seul effort que de se retenir de vendre dans la hausse.

    Le moins que nous puissions reconnaître, c’est que les programmeurs des robots algorithmique qui ont figé les cours ces trois dernières séances ont parfaitement réussi à endormir la méfiance de la plupart des opérateurs.

    ▪ Petite analyse technique de l’Euro-Stoxx 50

    Les analystes techniques — si prompts à déclencher des stops et à faire décaler les cours de 1% avant que quiconque ait eu le temps de rafraîchir la page affichée à l’écran — n’ont même pas levé un sourcil ni le petit doigt ce jeudi lorsque l’Euro-Stoxx 50 s’est enfoncé sous le support des 2 415 points (plancher de clôture du 13 août).

    Il faut dire que l’alerte à la baisse s’est matérialisée très tardivement ce jeudi (vers 16h) sans accélération des volumes et sans brusques dégagements sur le secteur bancaire.

    Il fallait d’ailleurs faire très attention, car après un test des 2 400 points qui n’a duré que quelques secondes, l’indice s’est redressé jusque vers 2 411 points, niveau qu’il affichait encore à 17h25.

    Revenu à quatre points du support à 10 minutes du fixing, il n’y avait certainement rien de fait. Les institutionnels bien intentionnés disposaient d’un laps de temps largement suffisant pour propulser l’indice au-delà des 2 415 points et piéger les vendeurs imprudents qui auraient pris la cassure des 2 415 points à la lettre.

    A 17h35, le verdict technique s’avérait clairement baissier. Le sauvetage du support n’a pas eu lieu et une clôture à 2 403 points donne raison aux pessimistes. Une configuration de type tête/épaules est bien validée par l’enfoncement de la MM20 (2 435 points) puis de la ligne de cou des 2 415 points

    Même en prenant comme référence les deux précédents plus bas intraday du mois d’août (des 13 et 24 août à 2 405 points), le scénario baissier demeure valide, avec un premier objectif de 2 340 points (ex-zénith de fin juillet) puis 2 300 points (base du canal ascendant moyen terme).

    Tout comme l’Euro-Stoxx 50, le CAC40 (-1%) en a également terminé au plus bas du jour hier soir. Mais l’enfoncement des 3 400 points pouvait ne pas s’avérer décisif si les principaux indices américains parvenaient à préserver leurs supports moyen terme (13 000 sur le Dow Jones, 1 400 points sur le S&P).

    Wall Street pouvait se raccrocher à la hausse surprise (0,4% au lieu de 0,2%) des dépenses des ménages américains (pour une hausse de 0,3% des revenus).

    Le tableau macro-économique reste plus inquiétant de ce côté-ci de l’Atlantique. En effet, nous avons assisté à une forte chute du moral des milieux d’affaire européens au mois d’août. D’autre part, et 24 heures seulement après la Catalogne, c’était à la région espagnole de Valence de solliciter une aide de 4,5 milliards d’euros auprès de Madrid.

    ▪ Le 12 septembre sera une date-clé

    Combien de temps M. Rajoy parviendra-t-il à différer la demande concernant la mise en oeuvre du plan de secours concoctée par Bruxelles et la BCE ? Il lui faut tenir au moins jusqu’au 12 septembre et la prise de position officielle de la Cour constitutionnelle allemande sur le statut du MES. Tout porte à croire que l’octroi d’une licence bancaire — ou de tout dispositif lui permettant de faire usage d’un effet de levier — sera jugé illégal, ce qui limitera très sérieusement ses moyens d’action.

    Si les sages de Karlsruhe rendent un jugement conforme à la constitution allemande, cela n’interdira pas des rachats massifs de dette souveraine par la BCE.

    Et le dernier verrou en la matière, c’est la Bundesbank — et plus précisément son patron Jens Weidmann – qui le maintient en position fermée depuis le mois de mars.

    Si Angela Merkel cesse de soutenir sans réserves Jens Weidmann (plébiscité par l’aile conservatrice de la coalition au pouvoir), ce que certains observateurs croient déceler, Mario Draghi a peut-être déjà gagné la partie de planche à billets qu’il promet aux marchés depuis le 25 juillet dernier.

    Comme il veut avoir le triomphe modeste, il a décliné l’occasion de parader à Jackson Hole au prétexte que les difficultés de l’Europe le tenaient trop occupé.

    Les cambistes n’ont pas encore acté la défaite politique et monétaire du clan ultra-orthodoxe de la Bundesbank. Mais surveillez l’euro car s’il replonge sous les 1,2420 $, c’est que les rotatives de la BCE vont se mettre à tourner à plein régime cet automne.

    Et l’une des conséquences les plus néfastes, ce pourrait être une nouvelle flambée du prix des denrées agricoles et des céréales de première nécessité — dont les cours battent déjà des records — pour les pays en voie de développement.

    Et là malheureusement, il n’est pas possible d’imprimer les millions de boisseaux de blé, de soja et de maïs nécessaires pour éviter des famines meurtrières dès cet hiver.

     
  9. Stella

    31 août 2012 at 22 h 37 min

     
    • guibe

      1 septembre 2012 at 5 h 54 min

      salut stella
      c’est trop compliqué d’écrire un commentaire sur ton blog, sans doute pour ça qu’il n’y en a tres peu. éssais un systeme plus simple.
      a+

       
  10. Patrick Lesage

    1 septembre 2012 at 7 h 00 min

    ZApatta
    zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz!!!

     
  11. lodela971

    1 septembre 2012 at 8 h 51 min

    Entretien avec M.Pierre Dortiguier, spécialiste des questions internationales au sujet du Sommet du MNA. http://french.irib.ir/analyses/interview/item/209830-pierre-dortiguier,-spécialiste-des-questions-internationales

     
  12. lolo

    1 septembre 2012 at 12 h 29 min

    “Pour ne pas être déçu par les gens, il ne faut rien attendre d’eux.”

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 676 autres abonnés

%d bloggers like this: