RSS

Nouvelle mission de Tony Blair : retour en politique britannique

17 août

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a-t-il reçu comme consigne de ses mentors de revenir à la politique britannique ? Il est pour le moment conseiller sportif pour le chef du parti du Travail, Ed Miliband, mais ne prendra pas un poste officiel.

Rappelons que Ed Miliband avait été pressenti pour exercer les fonctions d’un Von Rompuy en qualité de pion de présence dans certaines réunions de sociétés secrètes mondialistes.

Pour T. Blair, on flatte ses connaissances d’ancien Premier ministre de Grande Bretagne et de fin connaisseur des questions du Moyen-Orient…
Récemment, on a vu T. Blair dîner avec Ed Miliband au Arsenal Football Club. On l’a interrogé sur la possibilité de le revoir plus actif dans la politique britannique et il n’a pas écarté cette éventualité car il y a, selon lui, de nombreuses réformes à réaliser. Mais pour le moment, l’objectif est de faire triompher le Parti travailliste.

Le fait est que Tony Blair n’est qu’un pion de puissants qui le rétribuent au minimum 20 millions de livres par an. Il gagne la bagatelle de 2,5 millions de £ par an en tant que conseiller auprès de la banque d’investissement américaine JP Morgan. A ajouter une autre somme quasi-similaire comme conseiller d’un gros cabinet d’assurance à Zurich et bien évidemment, ses conférences sont rétribuées grassement jusqu’à 200.000 €…

Voilà la manière dont le cartel récompense les pions politiciens qui ont fantastiquement œuvré pour le Nouvel Ordre Mondial. Dans le cadre de la lettre confidentielle, LIESI a déjà eu l’occasion d’évoquer les mêmes grelots distribués à l’agent Alan Greenspan chargé de piloté l’affaire SUBPRIME tout en investissant personnellement ses économies en métaux précieux.

Tony Blair… des conflits d’intérêt ?

Bien sûr, tout est légal puisque T. Blair a un service de conseil financier avec la Tony Blair Associates. Une carte visite qui lui permet de conseiller des fonds souverains d’Abu Dhabi, d’être une oreille attentive pour le gouvernement du Kazakhstan et du Koweït… des pays tout à fait neutres pour assurer à Tony Blair de jouer avec une autre casquette comme intervenant de quelques familles oligarchiques dans le Grand remodelage du Moyen-Orient. Qui a parlé de conflit d’intérêt ?

About these ads
 
53 Commentaires

Publié par le 17 août 2012 dans Non classé

 

53 réponses à “Nouvelle mission de Tony Blair : retour en politique britannique

  1. byeuro

    17 août 2012 at 9 h 08 min

    La Finlande se prépare à un éclatement de la zone euro :

    Les dirigeants européens doivent se préparer à la possibilité d’un éclatement de la zone euro, comme le fait déjà la Finlande, affirme le ministre des Affaires étrangères finlandais Erkki Tuomioja, dans un entretien publié vendredi dans la presse britannique.

    « Nous devons nous préparer ouvertement à la possibilité d’un éclatement de la zone euro », déclare M. Tuomioja, selon des propos rapportés par le quotidien conservateur The Daily Telegraph.

    « C’est quelque chose que personne ne préconise en Finlande, pas même le parti des Vrais Finlandais (droite nationaliste), sans parler du gouvernement. Mais nous devons nous tenir prêts », ajoute le ministre social-démocrate.

    Selon lui, les dirigeants finlandais ont ainsi préparé des « plans pratiques pour faire face à toute éventualité ».

    « Il y a un consensus sur le fait qu’un éclatement de la zone euro coûterait plus cher à court ou moyen terme que de continuer à gérer la crise. Mais un éclatement ne signifierait pas la fin de l’Union européenne, cela pourrait au contraire permettre à l’UE de mieux fonctionner », poursuit M. Tuomioja.

    La Finlande est le dernier pays de la zone euro à avoir la meilleure note d’endettement possible (« AAA ») avec une perspective stable chez les trois grandes agences de notation internationales.

    Concernant la situation de la Grèce, « il appartient aux Grecs de décider s’ils veulent rester dans l’euro », a encore commenté le ministre finlandais.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-finlande-se-prepare-a-un-eclatement-de-la-zone-euro-1650111e9bf9e870b8d179b724ba9333

     
  2. byeuro

    17 août 2012 at 9 h 10 min

    La BCE pourrait aussi superviser caisses d’épargne et banques coopératives :

    La Banque centrale européenne (BCE) pourrait se voir confier et la supervision des grandes banques européennes et également celle d’instituts de crédit plus petits comme les caisses d’épargne, selon le quotidien Handelsblatt paru vendredi.

    La BCE « doit superviser à partir de 2013 toutes les banques importantes dans la zone euro », écrit le journal économique allemand. Les caisses d’épargne et les banques coopératives seraient également concernées, affirme-t-il.

    Il cite des sources au sein de la Commission européenne ayant lu le projet en préparation.

    Cela va à l’encontre des voeux du gouvernement allemand, qui souhaite que la BCE ne surveille que les 25 plus grandes banques européennes, poursuit le journal, alors que le président français François Hollande est favorable à une supervision de « toutes les banques ».

    La création d’une autorité unique de supervision bancaire a été actée lors du sommet européen qui a eu lieu fin juin. La Commission européenne doit présenter le 11 septembre ses propositions pour mettre sur pied un superviseur bancaire au sein de la zone euro.

    http://www.boursorama.com/actualites/la-bce-pourrait-aussi-superviser-caisses-d-epargne-et-banques-cooperatives-877f7702581e023ecc9c5978b1718039

     
  3. Clavreul

    17 août 2012 at 10 h 38 min

    Tony Blair : menteur, affairiste corrompu et sioniste par – dessus tout ! ( Source : Alter Info ).

    Quand vous aurez lu ça, il n’y aura pas besoin d’en rajouter. C’est Moloch à tout les étages à commencer par le financement de son parti politique par Israël pour son accession au pouvoir en passant par les affaires qu’il a fait dans la bande de Gaza sur la misère du peuple Palestinien pour le compte de la JP Morgan contre forte rétribution. Tony Blair a reçu des millions de livres sterling pour faire la promotion de la marque commerciale de la maison internationale de maroquinerie, Louis Vuitton, etc…. Nous savons que nous vivons un écroulement civilisationnel et pour cause !

     
    • gwendoline1

      17 août 2012 at 13 h 05 min

      @clavreul
      et tricheur…. il avait copié « un rapport » d’un étudiant concernant les soi disant
      armes de destruction massive et il s’avait qu’il n’y en avait pas :

      http://musikresiste.com/index.php/resistants/55-irak-blair-savait-quil-ny-avait-pas-darmes-de-destruction-massive.html

      et ce n’est pas pr rien que le réalisateur Roman Polan…était poursuivi
      comme d’Assan… pour viol
      ils étaient et sont dérangeants pour les élites..
      l’un pour avoir fait un film sur blaireau
      l’autre pr dénoncer les manip avec wiki

       
    • françoise

      17 août 2012 at 18 h 28 min

      @Claveul

      Un très bon livre « Quel juif errant ? » ou anatomie du peuple élu de Gilad Atzmon

       
  4. la rumeur

    17 août 2012 at 10 h 44 min

    le controle des banque n-1 par la banque n sacré maffia

     
  5. Merlin

    17 août 2012 at 11 h 28 min

    Vous ne savez pas tout….Tony Blair conseil des Présidents Africains et il y a des scandales énormes sur ses activités en Afrique (que le Sunday Times, britannique, dénonce régulièrement)

    http://www.tamtamguinee.com/fichiers/livre12-999.php?code=calb14700&langue=fr&type=rub18

    Même LIESI est loin des souterrains de ce monde.

     
  6. chtroll

    17 août 2012 at 11 h 29 min

    Cet individu est l´une des pires ordures qui soit au monde et il y en a beaucoup comme lui . Un certain nabot est exactement de la même trempe et du même bord . Celui là aussi est en train de faire sa réapparition .
    Ce qui est vraiment bizarre , c´est que personne ne semble songer à s´occuper de la santé de ces gens là , car EUX , ils s´occupent vraiment beaucoup de la nôtre , surtout à la torpiller par tous les moyens , ( OGM , vaccinations , pandémies , créer des maladies pour vendre des médicaments , crises financières provoquées etc etc )

     
  7. Clavreul

    17 août 2012 at 11 h 49 min

    Et puisque LIESI mettait en avant le Gouvernement invisible hier, il faut juste faire le lien entre Tony Blair et :

    1) – le Bilberberg ( 1993 ).
    2) – le Bohemian Grove.
    3) – le CFR.
    4) – la Trilatérale.

    Il suffit de faire des recherches c’est tout, celui qui veut savoir sait. Comment atteindre les plus hautes fonctions sans faire allégeance à la doctrine Luciférienne du N.O.M en Occident ? Bonne question n’est ce pas ? Et bien ça n’est pas possible il faut obligatoirement avoir passé les tests comme le souligne souvent et à juste titre Pierre Hillard.

     
  8. byeuro

    17 août 2012 at 11 h 55 min

    La Commission européenne doit présenter le 11 septembre ses propositions pour mettre sur pied un superviseur bancaire au sein de la zone euro.
    Tiens comme par hasard la réunion prévu en date du 11 septembre. Ce n’est juste qu’une petite coïncidence.

     
  9. byeuro

    17 août 2012 at 11 h 57 min

    Banques espagnoles : les créances douteuses au plus haut depuis 50 ans

    Le taux de créances douteuses des banques espagnoles, qui vont bénéficier d’un plan d’aide européen, a pulvérisé en juin un record historique, atteignant le plus haut niveau depuis le début de la série statistique en 1962, a annoncé vendredi la Banque d’Espagne.

    Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont atteint 9,42% du total des crédits en juin, avec 164,361 milliards d’euros.

    Le record avait jusque-là été atteint en février 1994, avec 9,15%.

    Ce nouveau sommet confirme la détérioration du secteur financier espagnol, qui inquiète les investisseurs et les partenaires européens de l’Espagne.

    Les créances douteuses avait atteint 8,96% en mai (donnée révisée, NDLR) et 8,72% en avril.

    Pendant longtemps moteur de la croissance espagnole, le secteur de la construction s’est brusquement mis à l’arrêt en 2008, au moment même où éclatait la crise internationale.

    L’éclatement de la bulle immobilière a entraîné une grande partie de l’économie dans sa chute et fortement déstabilisé le secteur financier.

    Face aux difficultés de certaines banques, très exposées au secteur immobilier sinistré, l’Espagne a appelé à l’aide, en juin, ses partenaires de la zone euro, qui ont concédé un prêt pour ses banques pouvant aller jusqu’à cent milliards d’euros.

    Une première tranche d’aide de 30 milliards d’euros devait être débloquée fin juillet et une partie pourrait être injectée sous peu, sur demande de l’Espagne, selon les médias espagnols

    Il s’agirait de soulager les banques les plus fragiles, notamment Bankia, dont la nationalisation en mai avait précipité cette demande d’aide.

    Bankia dit avoir besoin d’une injection de 19 milliards d’euros, ce qui, ajouté aux 4,5 milliards d’euros déjà injectés, en fera le plus gros sauvetage de l’histoire du secteur bancaire espagnol.

    L’asphyxie des banques, qui peinent à se financer sur des marchés très méfiants, paralyse aussi l’économie réelle: le volume des crédits accordés par les banques ne fait que chuter depuis 2009.

    Indicateur de la méfiance des investisseurs envers l’Espagne, le taux d’intérêt des obligations espagnoles à dix ans atteignait 6,5% vendredi matin. Soit une détente par rapport aux records de plus de 7% enregistrés ces derniers semaines mais toujours un niveau jugé intenable pour que l’Espagne se finance sur la durée.

    Le pays est en outre frappé par un taux de chômage record, de 24,63% et plus de 53% chez les jeunes, à fin juin.

    Plombé par ces difficultés et engagé dans une cure de rigueur historique pour ramener son déficit public à 6,3% du PIB cette année, le pays peine à retrouver la croissance.

    Retombée en récession au premier trimestre, qui devrait s’aggraver au deuxième trimestre selon les chiffres provisoires, l’Espagne terminera l’année sur un repli de 1,5% du PIB, d’après le gouvernement.

    Madrid ne prévoit un retour à la croissance qu’à partir de 2014.

    http://www.boursorama.com/actualites/banques-espagnoles-les-creances-douteuses-au-plus-haut-depuis-50-ans-82ff365d1c61b0364018f93a8db4c3c9

     
  10. byeuro

    17 août 2012 at 12 h 05 min

     
    • anne

      17 août 2012 at 14 h 41 min

      et tout le monde sait à qui appartient le sud de l’Afrique :(

       
      • philippe

        18 août 2012 at 10 h 55 min

        LA FAMILLE DE BOERS

         
  11. DESPERADOS

    17 août 2012 at 12 h 08 min

    Mais apparemment il y a plus grave : la canicule en France. (en même temps, c’est l’été donc pour moi pas de canicule) En effet, je suis en train de regarder le journal, et ça fait la une. Il explique qu’il faut boire quand il fait chaud. Prennent vraiment les gens pour des cons.
    Ils doivent bien se marrer les touaregs s’ils regardent…

     
  12. Clavreul

    17 août 2012 at 12 h 28 min

    Vendredi 17 août à13h20 :

    Le CAC 40 : 3481 pts avec un pic à 3510 pts à 11h50 !

    Le CA : 4,29 euro à + 2,85%.
    La Soc Gen : 21,44 euro à + 2,20%.
    La BNP : 34,7 euro à + 0,51%.

    MAGNIFIQUE !!

     
  13. Astimer

    17 août 2012 at 12 h 44 min

    l’iran met de l’huile sur le feu et il n’y va pas de main morte : http://www.romandie.com/news/n/_La_tumeur_cancereuse_d_Israel_va_bientot_disparaitre_dit_Ahmadinejad_RP_170820121323-24-228725.asp

    Ça bouillonne ! comme dit Clavreul.
    Si les déclarations de d’Israel et de l’Iran ne débouchent pas sur une guerre, ça aura en tout cas, pour effet immédiat, de faire grimper le cours du pétrole.

     
    • kawa

      18 août 2012 at 0 h 11 min

      israel a le chic pour faire des annonces, ils ne feront rien du tout..

       
    • redamex

      18 août 2012 at 11 h 45 min

      La traduction a-t-elle été validée par des non-alignés ? on a déjà eu une manipulation du genre il y a quelques années…

       
  14. andthomas

    17 août 2012 at 12 h 51 min

    hors sujet , pour tout les adeptes des chemtrails de quoi relativiser leurs certitudes…

    http://echelledejacob.blogspot.fr/2012/08/nous-sommes-dans-un-processus-naturel.html#more

    extrait:

    Poursuivons notre sujet : certaines choses doivent être clarifiées dès le départ. La modification du temps implique l’ensemencement de nuages, généralement pour favoriser la pluie dans des régions frappées par la sécheresse et est pratiquée depuis les années 1950. La géo-ingénierie recouvre nombre d’idées folles, dont certaines sont apparemment mises en pratique. C’est la Franken-science des adeptes du réchauffement planétaire qui avancent l’argent pour des expériences dont ils espèrent qu’elles remodifieront le climat pour le faire redevenir tel qu’ils croient qu’il était auparavant. C’est totalement dingo bien sûr. Non seulement ils ne comprennent pas comment le temps/climat se crée pour commencer mais en plus ils ont l’intention de le traficoter pour « sauver la planète ». L’ironie superbement triste ici est que leurs idées brillantes pourraient en fait contribuer à accélérer le basculement du climat vers une ère glaciaire.

     
  15. Menthalo

    17 août 2012 at 12 h 58 min

    European Bankers and Top Politicians Fear Collapse of the Euro

    Until recently, it was a sign of political correctness not even to consider the possibility of a euro collapse. Investment experts at Deutsche Bank — Germany’s largest bank — now feel that a collapse of the common currency is « a very likely scenario. » Germany’s second-largest bank — Commerzbank — has also flagged fears of a Eurozone collapse whilst bracing for a worsening of the euro-crisis. « The greatest downside risk remains an uncertainty shock from an escalation of the sovereign debt crisis, ie, the collapse of the monetary union, » Commerzbank states in its latest quarterly report released this week, adding that it thought the risk was higher now than in autumn last year.
    Italian Prime Minister Mario Monti has also warned of the “psychological break-up” of Europe if the euro crisis is not soon resolved. Spain and Italy, the two chief trouble spots, are threatened with a financial collapse that could tear the 13-year-old currency union apart and rock the global economy. The World Bank has also warned that the euro collapse could spark a global crisis. It isn’t easy to predict how such a tornado would affect the global economy, but it’s clear that the damage would be immense.
    Slow… Then Sudden Devaluation?

    Is the euro about to fall further, possibly leading to serious concerns about a devaluation spiral of the European single currency? Over the last three months, the euro has lost around 5 percent of its value against a basket of major currencies. Against the US dollar, it has lost around 8 percent. Is there a need for a more clear signal that the Eurozone debt crisis has now reached the global currency markets?

    How Big Is the Eurozone ‘Flight-of-Capital’?

    The amounts involved in the flight of capital from the Eurozone are truly substantial. Silent bank runs are now happening within the eurozone. Up until a few months ago, they were relatively slow and prolonged. In recent months, they have shown signs of accelerating sharply, in a way which demands an urgent response from policy-makers, but nothing substantial is forthcoming. For example, Spain has already suffered 41.3 billion euros of capital flight in May alone, or a total of 163 billion euros in the first half, equivalent to about 16 per cent of its GDP. It is estimated that the Eurozone’s total outflow over the coming two years could be between 750 billion and 1.25 trillion US dollars equivalent per annum. Total bank deposits in the Eurozone add up to around 7.6 trillion euros, including 5.9 trillion euros belonging to households. The Eurozone’s peripheral countries, which are the most susceptible to capital flight, have 1.8 trillion euros in household deposits. There are three significant trends to note in regard to the flight of capital from the Eurozone:

    1. Foreigners are moving their money out of Eurozone countries because for them even a small risk of devaluation of the euro or sovereign default is not worth taking;

    2. Local depositors are moving their money out of more vulnerable Eurozone banks to bigger and stronger banks as well as foreign banks to safeguard against the potential collapse of some banks; and

    3. Locals are also moving their money abroad, often from the local branch of a Eurozone bank to an overseas bank outside the Eurozone to stem the extent of their potential losses in the event of a devaluation of the euro.

    What Has Caused The Surprising Delay In the Euro’s Correction?

    What’s surprising is that the euro’s correction did not happen sooner and was not a great deal more pronounced than what we have witnessed more recently. The answer lies in the three-phase pattern of the now five-year-old global financial crisis.

    PHASE – I

    1. This is essentially a global debt crisis whose symptoms have been spreading for five years since August 9th, 2007;

    2. It all started with the US subprime mortgage sector and associated illiquid assets, quickly spreading to the banking sector;

    3. After Lehman Brothers collapsed in September 2008 and large-scale Quantitative Easing was undertaken by the US Federal Reserve in Q1 2009, the crisis jumped into public finances, ie, sovereign debt and has continued to home in on Eurozone sovereign debt as of late 2009;

    4. First severe phase of the Eurozone crisis took place between April 2010 and June 2011, when foreign investors pulled back on buying bonds from peripheral countries;

    5. Those capital outflows had no adverse impact on the euro’s exchange rate, because they merely represented shifts of capital within the Eurozone; and

    6. The general trend was one of substitution from the periphery into the core Eurozone countries, ie Germany, France and the richer north.

    PHASE – II

    1. The second phase started in July 2011 when tensions spread to Italy and Spain, and this « shock to confidence » was followed by a « sharp change » in investment flows as foreign private investors started cutting exposure not just to Italy and Spain but also to Belgium, France and even Germany;

    2. During the second phase, there was substantial — hundred billion euros type — offset from Eurozone investor behaviour, as European investors and financial institutions repatriated « sizeable amounts of money » to the single currency area by liquidating their overseas assets to increase cash and to shore up their balance sheets;

    3. During the bear market in the second half of 2011, those repatriations gave the appearance of a stronger euro;

    4. Although the repatriation was going on, the euro started falling, because the inflows into the Eurozone were insufficient to offset fully the recessionary decline in strong global trade inflows; and

    5. As a result, the net deterioration in the value of the euro was much less pronounced than inflow dynamics alone would have suggested, and it played a role in containing euro weakness by making it appear more moderate than many had expected.

    PHASE – III

    Has The Flight of Capital From The Eurozone Begun?

    1. The third phase of the crisis has now begun and it shows a remarkable new element: domestic investors in the Eurozone are starting to « push more money abroad, » in a dynamic like the ones we have witnessed in traditional emerging market currency crises like the Asian and Latin American crises.

    2. There are several elements pointing to the start of the flight of capital to foreign assets away from the Eurozone:

    a. The balance of payments data from the European Central Bank shows outsized foreign fixed income buying by Eurozone investors in the last two quarters;

    b. Several consecutive months of data show significant foreign bond buying; and Eurozone investors have also started to invest large amounts in foreign short-dated debt;

    c. There has been a structural break in weekly mutual funds trends in recent months, with latest data showing unusually strong buying of foreign bonds, especially US and emerging markets bonds in the last quarter;

    d. This is a departure from previous trends, which typically showed repatriation of foreign fixed income assets in bear markets for risky assets;

    e. There has been evidence that the Swiss and the Danish national banks intervened « aggressively » in recent months to fend off strong foreign inflows from the Eurozone, while demand for British and Swedish debt has increased notably; and

    f. The idea of capital flight into non-euro zone markets from Eurozone investors fits with the price action in global sovereign bond markets. Danish bond yields have seen the largest yield compression in recent history and German, Finnish as well as British government bonds also stand out for their extremely low yields.

    Accelerated Capital Flight

    In Greece, Ireland, and Portugal, foreign deposits have fallen by an average of half, and foreign government bond holdings by an average of one third, from their peaks.

    The same move in Spain and Italy, taking into account the fall that has already taken place, would imply a further 200+ billion to 350+ billion euros in capital flight respectively, skewed towards loss of deposits in the case of Spain and towards the dumping of government bonds in the case of Italy. When we examine portfolio and deposit outflows to-date, what stands out is that it is difficult to divorce Spain and Italy. Spain’s banks are in deadly trouble. Their assets and deposit bases are both evaporating. But the government can’t afford to bail them out. However, both Spain and Italy have so far experienced outflows that are of a similar magnitude, highlighting that while Spain has been grabbing all the headlines, the market concern is as much focused on Italy.

    Several months ago, capital outflows from the peripheral Eurozone countries prompted a worldwide dialogue about the significance of the balances of the European payments system known as Target2, as the euro-system — particularly the German Bundesbank — took over the financing of these private capital outflows. Economic deterioration, ratings downgrades and especially a Greek exit would almost certainly significantly accelerate the timescale and increase the amounts of these outflows from the Eurozone, turning the process into a step-by-step stampede.

    Lessons from South East Asia

    Whilst the Eurozone crisis is much more complicated and likely to be protracted, during the 1997-98 South East Asian financial crisis there was substantial flight of capital from those countries. Residents knew the changing nature of risks and rewards earlier than non-residents. Residents’ attempt to be the first ones to exit was subsequently identified as the likely cause for precipitating that crisis. As the capital flight accelerated, in parallel, there was a sudden and palpable loss of confidence throughout South East Asian economies. Is the Eurozone mirroring some of the defining features and significant milestones of the South East Asian financial crisis and collapse?

    Conclusion

    Public trust in the single European currency is sliding at a dramatic pace. Is the euro coming close to a tipping point when it might devalue more swiftly? Now that the currency dispute has escalated in Europe, the inconceivable is becoming conceivable, at all levels of politics and national economies.

    1. Polls show that the general public may be increasingly turning its back on the euro as the national currency across Europe, while confidence in EU policymakers has significantly fallen — the perception that the EU is “a good thing” has fallen below 50% in Germany, and to about 30% in Italy and Spain.

    2. For all intensive purposes the Eurozone crisis has now entered its third phase, that of « Flight-of-Capital » and this will push the euro much lower.

    3. There are growing signs with every passing week that the crisis of confidence in the Eurozone is assuming an ever larger new dimension. For some weeks, it has been apparent that capital is no longer simply flowing from the southern countries to the core countries of the Eurozone, particularly Germany, but actually heading offshore.

    4. The falling euro is a sign that the Eurozone as a whole is experiencing a net outflow of capital. Whereas initially investors fled to the safety of the Eurozone’s core, now they are taking their capital out of the Eurozone altogether.

    5. Domestic and foreign investors seem to be steadily losing confidence in the Economic and Monetary Union, and so are increasingly looking for safe havens for their money outside the Eurozone.

    Nothing seems impossible anymore, not even a scenario in which all members of the currency zone dust off their old currencies bidding farewell to the euro, and instead welcome back their historic national currencies.

    What are your thoughts, observations and views? We are hosting an Expert roundtable on this issue at ATCA 24/7 on Yammer.

    By DK Matai

    http://www.marketoracle.co.uk/Article36002.html

     
    • byeuro

      17 août 2012 at 13 h 16 min

      La BCE pourrait superviser aussi les petites banques, Berlin proteste :

      La Banque centrale européenne (BCE) pourrait se voir confier la supervision des grandes banques européennes mais également d’instituts plus petits comme les caisses d’épargne selon le quotidien Handelsblatt paru vendredi, mais Berlin s’y refuse.

      La BCE « doit superviser à partir de 2013 toutes les banques importantes dans la zone euro », écrit le journal économique allemand. Les caisses d’épargne et les banques coopératives seraient également concernées, affirme-t-il.

      Il cite des sources au sein de la Commission européenne ayant lu le projet en préparation.

      Cela va à l’encontre des voeux du gouvernement allemand, qui souhaite que la BCE ne surveille que les 25 plus grandes banques européennes, poursuit le journal, alors que le président français François Hollande est favorable à une supervision de « toutes les banques ».

      Berlin, qui exerce une forte pression pour un encadrement plus strict du secteur bancaire européen, veut dans le même temps protéger les très puissantes caisses d’épargne allemandes et les établissements mutualistes.

      A eux deux ces groupes bancaires contrôlent en Allemagne près de 40% du financement des entreprises en Allemagne et près de 50% du crédit aux particuliers, selon la Bundesbank.

      « Je ne vois aucune nécessité de soumettre à une supervision européenne des banques qui n’ont pas une taille critique pour la stabilité du système financier européen, ni d’activités internationales », a protesté auprès de l’édition en ligne du Handelsblatt Michael Meister, numéro deux du groupe parlementaire de la CDU, le parti d’Angela Merkel.

      Le parti libéral FDP, qui gouverne en coalition avec les conservateurs de la CDU, a le même discours.

      La création d’une autorité unique de supervision bancaire a été actée lors du sommet européen qui a eu lieu fin juin. La Commission européenne doit présenter le 11 septembre ses propositions pour mettre sur pied un superviseur bancaire au sein de la zone euro.

      L’Allemagne en particulier a exigé la création d’une telle institution avant toute initiative allant dans le sens d’une plus grande intégration du système bancaire européen, par exemple via un fonds de garantie commun des dépôts.

      http://www.boursorama.com/actualites/la-bce-pourrait-superviser-aussi-les-petites-banques-berlin-proteste-877f7702581e023ecc9c5978b1718039

       
    • byeuro

      17 août 2012 at 13 h 24 min

      Eh oui Menthalo,
      l’inconcevable devient concevable, à tous les niveaux de la politique et des économies nationales, Même le Mariole va se rendra à l’évidence BYE€. RDV déjà mi-Septembre

       
    • anne

      17 août 2012 at 14 h 52 min

      c’est le début de la fin de l’ere de consommation, ça n’ira qu’en s’aggravant

       
    • anne

      17 août 2012 at 15 h 02 min

      ce qui m’énerve le plus qd je lis ds le texte (Pour d’autres, comme Isabel Ruiz Rodriguez, 66 ans et mère de six garçons, tous chômeurs, la descente aux enfers a aussi le visage d’un casse-tête administratif. ) 6 enfants, 4 enfants pas un rond et tout le monde compte consommer sur les allocs, et là on est pas ds un pays sous développé ! la contraception ça existe,ue bonne partie des humains sont vraiment irréfléchit, ce que je dis ne va pas plaire à tout le monde, mais en attendant ce sont bien les familles nombreuses qui sot visés et qui devront malheureusement le payer très cher, c’est la triste réalité même si ce n’est pas reconnu.

       
      • andthomas

        17 août 2012 at 16 h 35 min

        et ben cette chère Anne serait elle une nostalgique du 3ème reich ? Proche de la nature et des animaux hein? Vite une petite place au gouvernement pour elle!

        Lamentable des propos pareils…

         
      • anne

        17 août 2012 at 19 h 41 min

        andthomas

        réfléchit un peu tu ne changeras rien à la situation, sinon tu as une solution magique ? bizarre vu ce qui se passe en ce moment, autour de moi 2 suicides 3 pertes d’emploi, alors trouve une solution au problème au lieu de dire des bêtises en vivant ds le déni complet de la réalité, faudrait peut être se réveiller un peu, mes propos ne sont que du vécu journalièrement autour de moi, tu vis ds quel monde toi ? la vérité te choquerait elle ? j’attends ta solution au problème pour informer le peuple , ben ça fait quelque années qu’ils attendent tous une solution et ne voient rien venir, au lieu de dire des bêtises regarde la réalité en face, si tout le monde pense que tout va aller bien, il y aura encore plus de monde en souffrance, apparemment ça ne te dérange pas beaucoup que le quart de la planète doit mourrir de faim, pas étonnant venant du petit consommateur moyen qui ne réfléchit pas plus loin que son petit bien être personnel ,lamentable.

         
      • anne

        17 août 2012 at 19 h 59 min

        non la place du gouvernement c’est pour toi qui conseilles de faire pleins de petits consommateurs pour nos grandes multinationales, décidemment tu n’as rien compris au système,

         
      • marc153

        17 août 2012 at 20 h 52 min

        Anne,
        franchement, vous devriez aller écrire vos horreurs sur un autre site, pas sur ce site chrétien… Savez vous que les enfants sont un don de Dieu et une bénédiction? non, bien sur…

         
      • anne

        17 août 2012 at 21 h 05 min

        marc153 vous ne comprenez pas ce que j’ai écris, moi contrairement à vous j’essaie d’éviter la souffrance inutile, sinon vous êtes un peu sadique et préférez voir mourrir des gens de faim , c’est ce qui se passe en ce moment, et arrêter de faire l’endoctriné chrétien, je suis sure que vous êtes chrétiens que ds les mots, et non ds la vie, sachez que l’extrémiste ds les religions nourrissent à 70 % la misère dans ce monde, pour l’instant certains chrétiens vivent bien à ce que je constate sur le dos de la misère.

         
      • anne

        17 août 2012 at 21 h 08 min

        ah oui c’est vrai qu’au nom de Dieu on peux se permettre toutes les horreurs, le vrai chrétien ne vis pas avec tout le dernier cri qui coute la vie d’enfants tous les jours, mais des vrais chrétiens ça doit faire 5 % de la population, les autres ne sont que des profiteurs des écrits et se pardonnent eux mêmes leurs actes de destructions.

         
      • anne

        18 août 2012 at 1 h 17 min

        pour marc153 j’oubliais, à (ce site n’étant pas le votre d’après ce que j’ai compris) ça fait plusieurs fois que vous ‘jeter’ les gens en prétextant que leur dires ne sont pas chrétiens ! est ce bien chrétiens votre façon de faire ? pas très constructif en tout cas.

         
      • gwendoline1

        18 août 2012 at 11 h 31 min

        @anne
        je comprends ce que vous voulez dire Anne
        si aujourd’hui c’est de l’égoîsme de faire plein d’enfants
        je mettrai un petit bémol pour Mme Rodriguez 66 ans, car elle a eu sans doute ses enfants il y a 40 ans , elle n’a sûrement pas pensé que 40 ans après le chômage sévirait…
        sinon je dirai qu’aujourd’hui il ne faut pas penser à faire des enfants uniquement pr qu’ils
        s’occupent de vous plus tard, là ce serait de l’égoîsme..
        Actuellement 2 enfants maximum c’est largement suffisant.
        Je suis effarée par certains parents qui gardent les allocs de la rentrée scolaire pr s’acheter
        télé et même banc de musculation!!! Véridique!

         
      • redamex

        18 août 2012 at 11 h 59 min

        Je ne comprends pas votre concept de la « souffrance inutile »…
        de toute évidence, rien n’y personne ne pourra mettre un terme à la souffrance, excepté chaque individu, de façon intérieure… vous ne pouvez rien faire pour stopper la souffrance des autres, et surement pas en limitant les naissances. Demandez donc aux Chinois s’ils ont arrêté de souffrir avec la régulation en vigueur depuis si longtemps…
        Vouloir que les autres ne souffrent pas c’est une bonne motivation, mais il faut être réaliste, nous n’avons pas les moyens, dans l’état actuel de nos connaissances et capacités, de faire quoi que ce soit pour les aider d’une façon ou d’une autre… d’ailleurs nous n’avons pas mis un terme à la souffrance pour nous même, en tant qu’individu… à moins que ce ne soit votre cas, et là, je vous invite à partager la méthode…
        Le ton de votre commentaire n’est-il pas en lui même générateur de souffrance ?
        car tout ce qui est perçu comme désagréable est une des formes de la souffrance, isn’t it ?

         
      • anne

        18 août 2012 at 12 h 26 min

        gwendoline 1, je ne parlais pas de la femme de 66 ans elle était ds le texte, mais je parle des jeunes actuellement, des copines à ma fille – de 30 ans déjà 4 enfants qd on leur demande pourquoi , elle répondent pas de travail donc les allocs aident à vivre, elle ne comprennent pas que c’est exactement l’inverse , 4 jeunes que je connais, alors imaginons tous ceux qu’on ne connais pas. ça finira mal dès qu’ils vont couper les allocs et là , c’est de la souffrance inutile d’être tombé bêtement ds le panneau du système. Combien font une confiance aveugle au système qui peux les anéantir en changeant juste quelques lois.

         
      • anne

        18 août 2012 at 12 h 38 min

        redamex, bien sur qu’il y aurait une solution , mais nous sommes trop peu à lutter contre la surconsommation, si tout le monde n’achetait que local, et consommerait le minimum, croyez moi les terrains seraient rendu à ceux qui avant pouvaient planter leur nourriture, en Amérique centrale, Amérique du Sud , Afrique, etc…car les exploitant ne pourraient plus vendre leur produit issue du sang et de la misère, mais comme vous dites la majorité ne le fera pas, donc le problème perdurera jusqu’à ce qu’il ne restera plus rien, et qd l’humanité aura compris, il sera déjà trop tard
        une petite chanson qui donne à réfléchir http://www.youtube.com/watch?v=h2wgtu6ipUU

         
      • anne

        18 août 2012 at 12 h 38 min

         
      • anne

        18 août 2012 at 12 h 49 min

        Redemax, il y a de plus en plus de gens qui se réunissent en écovillage, qui consomment ce qu’ils produisent, la plus part sont végétarien et vivent en respect avec la nature et la terre, faites vos recherches sur internet vous trouverez , mais je sais bien que ce n’est pas suffisant, mais bravo qd même pour ceux qui se réveillent :) au moins ils auront essayé et on y arrive même sans faire partie de ces villages, souvent avec des voisins ayant la m^me vision des problèmes, c’est ce qui m’est arrivé il y a maintenant plusieurs années, alors si de temps en temps quelques personnes se rajoutent celà vous rend heureux, il y a encore des étincelles de bien être ds ce monde de destruction.

         
  16. andthomas

    17 août 2012 at 16 h 38 min

    le petit robot sur mars nous a dégoté ce gérant de fond , assurément il vient de débarqué, menthalo si ta 2/3 tuyau pour lui parce que la le pauvre c’est grave…

    http://www.boursorama.com/actualites/jean-pascal-rolandez-the-l-t-funds-j-anticipe-une-hausse-de-10-a-15-des-indices-d-ici-a-la-fin-de-l-annee-de4bb9d759b96ed0819100d07263601b

     
  17. nathan

    17 août 2012 at 20 h 11 min

    entièrement d’accord avec toi Anne. On sait très bien que le gros problème de la planète est la surpopulation. Alors il faudra bien trouver une solution pour que ceux qui sont là puissent vivre convenablement non ?

     
    • marc153

      17 août 2012 at 20 h 58 min

      Nathan,
      Tu seras chef d’escadrille dans le NWO je suis sur… continue comme ça.
      Le gros problème de la planète, c’est pas la surpopulation, c’est que l’Homme s’est détourné du plan de Dieu, et qu’il croit pouvoir gérer seul le cadeau que nous avions reçu. On voit le résultat, et on va bientôt voir comment ça va finir…

       
    • anne

      17 août 2012 at 20 h 59 min

      ce n’est pas vraiment la surpopulation, c’est la surconsommation qui cause la surexploitation des ressources, ce qui fait qu’ils prennent toutes les ressources aux pays riches en ressources comme l’Afrique et l’Amérique du Sud en leur volant les terres vu qu’il n’y a pas de papiers, ils laissent mourrir les peuples, pour planter de l’arachide ou colza ou autre consommation pour les pays sois disant développés c’est cmme ça que les multinationales sont devenues très puissantes et ont largement dépassé les pouvoirs des gouvernements. S’il y avait une solution elle serait déjà en route, vu comme les choses se dégradent je suppose qu’il est déjà trop tard.

       
      • Raminas Grobis

        17 août 2012 at 21 h 18 min

        7. Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive. ( Mathieu 18-7 )

         
      • anne

        17 août 2012 at 22 h 51 min

        à Raminas, j’aurais plutôt aimé votre avis perso sur la situation :)

         
      • Ibrahim

        18 août 2012 at 3 h 41 min

        En islam la contraception est légale sauf si tu crainds d’avoir une bouche en plus à nourrir (santé de la femme, éducation des enfants, par exemple)
        La croyance au destin est de croire que ce n’est pas les actes qui sont jugés mais les intentions à ses actes et donc la soumission de son âme au plan divin.
        Tu penses nourrir qui? tu penses éviter une souffrance à qui?
        Surpopulation, surconsommation… Moi je te dis que le plus à craindre est l’orgueil de l’Homme. Des orgueilleux qui pense pouvoir retenir la vie que Dieu a prescrite, des orgueilleux qui pense retenir un bienfait que Dieu a prescrit pour un autre. Des orgueilleux qui ourdissent leur plan en tentant de diriger l’humanité et auquel, sans tant rendre compte j’espère, tu adhères.
        Et Dieu est le plus savant, paix à vous, que Dieu nous guide.

         
      • Ibrahim

        18 août 2012 at 4 h 27 min

        Ton problème Anne, me semble t il, c’est que tu perd confiance en Dieu en regardant le plan de l’ennemi. Crois tu réellement que c’est la bite du nègre qui responsable de la famine en Afrique? Connais tu Thomas Sankara? Il a réussi à prouver par les faits que les pays les pauvres de la planètes pouvaient sortir de la mandicité alimentaire (une tres bonne raison de l’assasiner en plus ce con denoncé l’arnaque de la dette) Depuis quand le riz pousse dans le Sahel, que les sahelliens cultivent et consomment du mils et autres céréales locales!
        Tu connais Smith & Ricardo? Lucifériens! La côté d’ivoire est le premier producteur de cacao au monde, ça leur de belle jambes au miséreux locales il y rien a mangé pour la famille dans champs de cacao, mendicité alimentaire pendant qu’une petite caste locale profite des miettes de ce biseness. Les pays du Sahel rivalissent avec la grande Amérique pour la production de coton quand leur peuple fui la famine.
        Notre problème est l’éducation. Apprendre le bien et le mal, et comment faire le bien et le mal. Apprendre et ré-apprendre ses processus, car ce sont des processus long pour la vie de l’homme. Nous ne seront pas la pour la récolte, mais si nos enfants savent faire le bien et reconnaître le mal pour le combattre, ils ne vivront pas dans la même société que la notre.
        Après mon premier poste je me suis dit qu’il fallait que je développe un peu.
        Celui que Dieu égare, nul ne peux le guider. Paix à toi Anne.

         
      • anne

        18 août 2012 at 12 h 01 min

        Ibrahim, si vous aviez lu mes écrits vous auriez compris que les pays riches font mourrir les gens ds les pays pauvres et non l’inverse, j’ai bien dis que les pays riches prenaient les ressources aux pays pauves en les faisant mourrir de faim, donc pour la famine en Afrique je sais très bien d’où elle vient. Ce que j’essaie de dire est que les pays riches participent à cette hétacombe en consommant tout et n’importe quoi, si chacun faisait un effort les multinationales ne seraient pas aussi puissantes.

         
    • Rol

      17 août 2012 at 21 h 41 min

      Le problème de la surpopulation est un problème seulement par rapport au système qui régit la société humaine actuelle et c’est un problème avant tout pour les élites. Mais on va le voir c’est avant tout une forme de réponse au système. Dire « si ça ne fonctionne pas c’est parce qu’il y a trop de monde » c’est exactement jouer le jeu de l’élite. Rockefeller, Gates ou Buffet ne le disent pas autrement.
      Observons ce développement exponentiel de la population mondiale. Plus l’homme développe des capacités destructrices importantes et plus la population augmente.Ce n’est d’ailleurs qu’au 20ème que l’on passe de 1,5 milliard en 1900 à 6 milliards 100 ans plus tard alors que la population avait très peu évoluée durant des centaines d’années.Les 2 milliards sont franchis dans les années 30 au moment des premiers bombardements aériens,les 3milliards sont franchis dans les années 60 et le développement de la bombe H et des missiles intercontinentaux,les 4 milliards dans les années 70 et l’utilisation massive et à grandes échelles de pesticide , les 5 milliards dans les années 80 le développement des armes bactériologiques et des vaccinations à tout va, les 6 milliards en 2000 avec les armes climatologiques et les armes à ondes.

      Ce développement s’inscrit dans la logique du cycle évolutif humain. Plus l’homme à l’intention de tuer à un bout de la planète (et c’est le chemin pris par le Nouvel Ordre Mondial)et plus d’autres hommes se multiplieront à un autre endroit de la planète.C’est une réponse de de la vie à la mort.

      Si on veut stopper le développement de la population mondiale une seule solution, : aimons-nous les uns les autres.De toute façon c’est la seule voie, y en a pas d’autres , ah si la mort, mais ça y en a des milliards qui ont déjà essayé…sans grand succès apparemment…

       
  18. catena

    17 août 2012 at 22 h 51 min

    Max Gallo : « Cette guerre mondiale qui nous guette »
    Certes, il est difficile d’en prévoir les formes, mais on sent bien que le monde est au travail pour accoucher d’un nouveau rapport de forces.
    http://www.lefigaro.fr
    vendredi 17 août 2012

    ——————————————————————————–

    (…) On vient de célébrer avec emphase les héros pacifiques des Jeux olympiques. Et si les relations entre nations, l’horizon probable du XXIe siècle, n’étaient pas la joute et le spectacle sportifs, mais la guerre ?

    Certes, il est difficile d’en prévoir les formes, mais on sent bien que le monde est au travail pour accoucher d’un nouveau rapport de forces. Les organisations internationales (ONU, OMC, etc.) sont impuissantes. La crise financière, la récession, les déficits provoquent des conséquences – faillites, misère, chômage, etc. – équivalentes à celles que produirait un conflit.

    Cette guerre monétaire et économique n’est pas une probabilité, mais un fait. Les industries sont détruites ici, relocalisées là. Les nouvelles générations, qui représentent plus de 60 % de la population, sont sans emploi, sans avenir. Pour survivre, une partie d’entre elles cherche à rejoindre les nations européennes.

    Mais l’Europe est touchée par la crise. Les tensions sociales créent un climat d’insécurité. Des émeutes incendient épisodiquement les banlieues où s’entassent les nouveaux arrivants. La violence est, dans ces quartiers, à fleur de peau. La délinquance est en hausse, l’usage des armes à feu, y compris contre les forces de l’ordre, est fréquent. On se regroupe par communautés qui contrôlent leurs territoires. La population d’origine exige une politique sécuritaire. On stigmatise telle ou telle religion. Ce n’est pas la guerre civile, mais son terreau. Et qui peut dire ce que sera la situation dans deux décennies ?

    Et d’autant plus que les nouveaux moyens de communication permettent de suivre, heure par heure, les guerres réelles qui se déroulent en Afrique, par exemple. L’immigré reste lié à son pays. L’intégration dans son lieu de vie devient difficile, sinon impossible à moyen terme.

    C’est le Moyen-orient qui est l’épicentre de cette situation mondiale. Tout y est réuni pour qu’un conflit – toujours latent – déborde le cadre régional. Des puissances nucléaires sont en contact : Israël, Pakistan, peut-être bientôt l’iran. Les frontières sont contestées, l’eau disputée, les antagonismes religieux séculaires. Le pétrole est un enjeu majeur, puisque là sont les grandes réserves. Les grandes puissances mondiales – à l’exemple de ce qui se déroule en Syrie – sont conduites à prendre position.

    Cette situation renvoie aux guerres balkaniques (1912-1913) qui mobilisaient les peuples et les grandes puissances (Russie, Autriche-Hongrie, Empire ottoman). Là s’est levé le rideau de la Première Guerre mondiale (Sarajevo, 28 juin 1914).

    Etilya, bien sûr, l’ombre menaçante d’un affrontement majeur entre la Chine et les États-unis. Mais c’est souvent par un rouage secondaire que s’enclenche un engrenage (la Serbie, en 1914, qui suscite la guerre mondiale). Il faut sans doute éviter le déterminisme. La raison, les solutions de compromis peuvent apaiser provisoirement les tensions. Et la surprise est la loi fondamentale des processus historiques. Mais l’emboîtement des crises (bancaire, économique, sociale), des conflits religieux, les déséquilibres que provoquent toujours les mouvements de population appellent à la vigilance, c’est-à-dire à prendre comme une hypothèse raisonnée le risque de guerre.

    On peut aussi hausser les épaules, considérer cette perspective comme l’expression d’un pessimisme et d’un fatalisme anachroniques. C’est ce que pensaient les lecteurs de l’écrivain Francis de Pressensé – ami de Jaurès -, qui écrivait en avril 1911 : « Le climat du pays est caractérisé par une universelle lassitude, un universel dégoût, la République n’est plus qu’un conglomérat de clientèles… Il me paraît évident que nous glissons les yeux fermés sur une pente au bout de laquelle s’ouvre, béant, l’abîme d’une grande guerre… »

    Sur l’autre bord de l’échiquier politique, le député monarchiste Albert de Mun publiait dans L’Écho de Paris, en décembre 1913, un article peu commenté : « L’Europe entière incertaine et troublée s’apprête pour une guerre inévitable dont la cause immédiate lui demeure ignorée, mais qui s’avance vers elle, avec l’implacable sûreté du destin… »

    Remplaçons le mot « Europe » par « monde »… Ou bien persuadons-nous que les hommes peuvent aussi, d’un bond, franchir l’obstacle qui se dresse devant eux. Et rêvons en regardant le superbe envol de Lavillenie, notre médaille d’or olympique du saut à la perche.

    Source

    http://lequotidien.lefigaro.fr/epaper/viewer.aspx

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 675 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :