RSS

Un coup la Grèce… un coup l’Espagne

20 juil

Hier les indices boursiers chutaient parce qu’il y avait la Grèce. En entendez-vous parler dans les médias consensuels ? Non. On dirait que la Grèce n’est plus un sujet d’inquiétude. Et pourtant, les nouvelles d’Athènes sont bien inquiétantes… mais silence radio… les médias focalisent l’attention ailleurs : tout particulièrement sur la Syrie et l’Espagne.

Vendredi, les indices des places financières ont baissé parce que le Marché massacre l’Espagne où les taux d’intérêt viennent de dépasser les 7%. Et ce, malgré le feu vert de Bruxelles pour l’envoi d’une somme pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros pour les banques ibériques. Rappelons que l’Espagne est la quatrième économie de la zone euro et ses problèmes ne sont pas derrière elle, mais devant. D’ailleurs, la région de Valence vient de demander une aide publique à Madrid en raison d’un manque de liquidités. Dans le même temps, les manifestations sont en train de dégénérer. Les Espagnols vont-ils accepter la défaite des autorités publiques face au Marché, en guerre contre TOUS les Etats nations ? Quelle justesse que ces propos entendus lors des manifestations : « Ils veulent ruiner le pays. Il faut l’empêcher ». Comment ? Pas facile car les musiciens de la HAARP ont plus d’un tour dans leur sac, comme l’usage des fréquences à basse intensité.

Est-ce que les Espagnols seront défendus par des politiciens soucieux de l’intérêt national ? On peut craindre que ces derniers se couchent définitivement devant les forces du Marché. Cela confirmerait les propos d’une marionnette devenue bien silencieuse après avoir bien fait son travail, un certain N. Sarkozy… qui affirmait que personne ne pourrait s’opposer à ces puissances qui réclament un Nouvel Ordre Mondial… sans Etat nation.

About these ads
 
34 Commentaires

Publié par le 20 juillet 2012 dans Non classé

 

34 réponses à “Un coup la Grèce… un coup l’Espagne

  1. BA

    20 juillet 2012 at 21 h 20 min

    Vendredi 20 juillet 2012 :

    Italie : la Bourse de Milan chute de 4,38 %.

    Espagne : la Bourse de Madrid chute de 5,79 %.

    Italie : taux des obligations 10 ans : 6,166 %.

    Espagne : taux des obligations 10 ans : 7,267 %.

    Je dis bien : 7,267 %. Ce taux n’avait jamais été aussi haut depuis … mars 1997.

    Le naufrage du Titanic « ZONE EURO » continue.

    http://www.boursorama.com/actualites/espagne-l-horizon-economique-s-assombrit-sur-fond-de-grogne-sociale-1899b79bf933c67ea5d5b91b204194a7

     
  2. zapatta

    20 juillet 2012 at 21 h 28 min

    Plus d’un million de personnes (fonctionnaires, syndicalistes et “citoyens”) ont défilé hier dans les rues de plus de 80 villes d’Espagne pour protester contre les nouvelles mesures d’austérité imposées par l’UE, le FMI et la BCE note renflouement troïka.

    A la fin de la manifestation de Madrid, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant le bâtiment du Parlement, où les pompiers ont fait un cordon en face de la police anti-émeute pour empêcher que les affrontements ne se produisent. Néanmoins, les policiers ont frappé les manifestants et arrêté quelques pompiers, mais n’ont pas dispersé la foule, qui était déjà supérieure à plusieurs milliers de personnes.

    Une fois que les pompiers avaient quitté les lieux, les flics ont chargé pour disperser les manifestant-e-s en tirant à blanc et en utilisant des matraques. Soudain, des dizaines de barricades enflammées ont été montées dans le centre-ville, tandis que les flics ont poursuivi les protestataires dans les rues environnantes.

    Les affrontements dans le quartier Lavapiés ont duré jusqu’à 2h00 du matin.

    Au moins 15 personnes ont été arrêtées et 40 autres blessés. Une personne a été arrêté à Barcelone pour avoir prétendument lancé des bouteilles contre les flics.

    À Barcelone, des scènes similaires ont été signalés. Une dizaine de manifestants ont été arrêtés à l’extérieur du bâtiment du parlement local.

    Ces protestations font suite aux nouvelles mesures d’austérité imposées par le gouvernement Rajoy, dont une des mesures est la suppression de la prime de Noël pour les fonctionnaires et qui correspond à une réduction de salaire annuelle de 3,5 à 7%.

    “Il n’y a rien que l’on puisse faire, si ce n’est descendre dans la rue. Nous avons perdu entre 10 et 15% de notre salaire durant les quatre dernières années,” a déclaré à l’AFP Sara Alvera, 51 ans, une salariée dans le secteur de la justice.

     
  3. zapatta

    20 juillet 2012 at 21 h 31 min

     
  4. zapatta

    20 juillet 2012 at 21 h 32 min

     
  5. ylan

    20 juillet 2012 at 21 h 53 min

    holà bientôt les mêmes scènes en France mais plus violente avec des gens du fort de gauche et les casseurs, les zivas.

     
  6. Clavreul

    20 juillet 2012 at 22 h 10 min

     » A cause du mélange explosif du désespoir de nombreuses familles et de la mainmise de la criminalité organisé, une guerre civile pourrait même éclater. » Leoluca Orlando, maire de Palerme ( Sicile ). La baraque Européenne prend feu de toute part.

     
    • tornadocx

      20 juillet 2012 at 22 h 14 min

      la question n’est plus de savoir si nos politiques sont encore enclin à défendre nos états nations, puisque depuis belle lurette ces félons se soumettent et s’en remettent sans broncher par intérêt personnel et financier à la technocratie européenne totalitariste de Bruxelles, qui eux-mêmes sont manipuler et contrôler par l’hyperclasse oligarque mondialiste, mais plutôt de savoir comment allons-nous pouvoir se soustraire de cette servitude programmée qui nous étranglent progressivement mais sûrement… et comment refuser l’irrecevable?,
      j’espère que l’inacceptable ne soit pas le fait que tout finisse avec le temps par s’accepter.

       
    • ylan

      21 juillet 2012 at 15 h 10 min

      @clavreul

      Concernant la France une guerre civile j’en suis convaincu de part l’économie en premier et en suite communautaire.

       
  7. Marcc

    20 juillet 2012 at 22 h 28 min

    Le drame dans tout cela c’est que les gens d’en-bas souffrent pendant que d’autres continuent à leur bouffer la laine sur le dos… Que Dieu aie pitié de nous… l’homme décidément ne changera jamais !

     
  8. emigrdsouche

    20 juillet 2012 at 22 h 32 min

    Quand ils presseront le bouton en France, ça va faire mais alors très très mal.
    FdG vs FN + dualités ethnique, religieuse, culturelle, sociale, sociétale, de classe, etc…
    C’est bien pour ça, je pense, que la France sera la dernière attaquée – surtout aussi du fait de son rang.
    Toutes les artifices sont posées, prêtes pour le bouquet final.

     
  9. solnis

    20 juillet 2012 at 22 h 51 min

    Les Bantous et les Pygmées en guerre… Où le NOM va-t-il s’arrêter ?

     
  10. zapatta

    20 juillet 2012 at 23 h 14 min

    Baisse des embauches au 2e trimestre en France, la première depuis 2009

    Le nombre de déclarations d’embauche hors intérim a baissé de 0,7% en France au deuxième trimestre, soit le premier recul constaté depuis début 2009, selon le baromètre de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale publié vendredi.

    Les embauches de plus d’un mois ont baissé de 4,7%, toujours hors intérim, accentuant la tendance à la baisse observée depuis trois trimestres (-2,4% au premier trimestre et -1,7% au quatrième trimestre 2011).

    La baisse s’accentue à la fois pour les CDI (-6,0% après -3,1%) et les CDD de plus d’un mois (-3,6% après -1,8%). Les déclarations d’embauche en CDD de moins d’un mois continuent en revanche d’augmenter (+1,4% après +1,8%).

    Sur un an, la réduction du nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois hors intérim s’est amplifiée à -7,9% au deuxième trimestre, après -3,2% au premier.

    Rentrée noire sur le plan social :

    Côté secteur, aucun ne tire son épingle du jeu. Certes, la baisse est plus modérée dans la construction (-1,5%), une activité portée par la forte proportion de TPE, mais l’industrie et le tertiaire continuent de payer le prix fort de la crise.

    Le secteur industriel enregistre ainsi un quatrième trimestre de baisse consécutif (- 6,0 %) des déclarations d’embauche, de même ampleur qu’au trimestre précédent (- 6,5 %). Les plastiques (-17,7%) et la fabrication de machines et d’équipements (-11,1%) plongent. Dans le tertiaire, la baisse s’accentue nettement (- 5,6 % après -1,4 %), sous le poids de l’édition et l’audiovisuel (-17,2%), la santé (-10,7%) et les arts, spectacles et loisirs (-12,3%). Une conjoncture déprimée qui frappe l’ensemble des régions du pays, à l’exception notable de la Corse, la Guyane et la Guadeloupe, dont les embauches ont progressé sur un an.

    La situation ne risque pas de s’arranger, selon le Medef, qui prédit une rentrée noire sur le plan social. Laurence Parisot a expliqué, la semaine dernière, que le nombre des dépôts de bilan pourrait être «significatif» voire «massif» et toucher «les PME et certaines entreprises de taille intermédiaire».

    Durant l’été, selon elle, les trésoreries des entreprises et carnets de commandes sont toujours mis à mal. Une crainte que l’Acoss risque de renforcer. Selon l’organisme, les signes de mauvaise santé financière des entreprises s’accumulent. Les demandes de délais pour payer les charges sociales continuent de progresser (+29% sur un an) et le taux d’impayés augmentait fin juin (+0,31 point sur trois mois) dans les entreprises de plus de 9 salariés mensualisées à l’Urssaf.

    http://www.acoss.fr/index.php?option=com_docman&task=view_acosstat&Itemid=5529

     
  11. la rumeur

    20 juillet 2012 at 23 h 15 min

     
    • LA HOULE

      21 juillet 2012 at 6 h 03 min

      Le diable est monotone, il recomence toujours !!!

       
  12. syldeg

    21 juillet 2012 at 0 h 40 min

    en france aussi c’est la cata , comment tiendront nous jusqu’a la fin de l’année ?

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120720trib000710103/les-hopitaux-ont-besoin-en-urgence-de-13-milliard-d-euros.html

     
    • ylan

      21 juillet 2012 at 15 h 34 min

      @syldeg

      Avec le vote des socialistes à l’assemblée sur l’AME donnant droit aux soins gratuits des immigrés clandestins qui arrivent en masse cela va encore augmenter les déficits. Mieux vaut mettre de l’argent de côté car on sera obligé de financer nos soins à l’avenir. De plus le gouvernement veulent le remboursement uniquement sur des médicaments génériques. Je fais de la prévention naturel pour éviter d’être malade.

       
  13. Entreprenheure

    21 juillet 2012 at 1 h 44 min

    Reblogged this on Entrepreneuriat-Tunisie.

     
  14. Wolfaugen

    21 juillet 2012 at 8 h 19 min

    Je ne vois pas ce que HAARP vient faire en Espagne. Faudra m’expliquer et pas seulement insinuer des choses (peut être avérées) sans en dire plus

     
    • Astimer

      21 juillet 2012 at 9 h 02 min

      Contrôle mental, je pense.

       
  15. byeuro

    21 juillet 2012 at 8 h 24 min

    Un économiste reproche le « parti pris européen » du FMI

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473411/2012/07/21/Un-economiste-reproche-le-parti-pris-europeen-du-FMI.dhtml

    La police grecque met fin à une grève de neuf mois dans une usine
    La police grecque a mis fin vendredi à une grève de neuf mois dans l’une des principales usines sidérurgiques du pays, procédant à l’arrestation de neuf personnes sur un piquet de grève, a annoncé l’agence de presse Ana.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473298/2012/07/20/La-police-grecque-met-fin-a-une-greve-de-neuf-mois-dans-une-usine.dhtml

    La flambée des céréales fait resurgir le spectre d’une crise alimentaire

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473340/2012/07/20/La-flambee-des-cereales-fait-resurgir-le-spectre-d-une-crise-alimentaire.dhtml

    Les chômeurs espagnols interdits de quitter le pays
    Les chômeurs espagnols bénéficiant de l’allocation de chômage de base de 426 euros se sont vus interdir de quitter le territoire espagnol sous peine de se voir retirer leurs indemnités.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473170/2012/07/20/Les-chomeurs-espagnols-interdits-de-quitter-le-pays.dhtml

    Moscovici rassure Washington sur la zone euro
    Du FMI au Trésor américain en passant par la Banque mondiale, le ministre de l’Economie français Pierre Moscovici a effectué jeudi à Washington une tournée-marathon chez les grands argentiers du globe pour porter un message « d’optimisme » sur la crise en zone euro.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473041/2012/07/20/Moscovici-rassure-Washington-sur-la-zone-euro.dhtmlhttp://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1473041/2012/07/20/Moscovici-rassure-Washington-sur-la-zone-euro.dhtml

     
    • anne

      21 juillet 2012 at 11 h 15 min

      Les chômeurs espagnols bénéficiant de l’allocation de chômage de base de 426 euros se sont vus interdir de quitter le territoire espagnol sous peine de se voir retirer leurs indemnités

      c’est pour tous les pays pareil , on ne touche pas le chomage à l’étranger

       
  16. byeuro

    21 juillet 2012 at 8 h 49 min

    Hyperinflation : UBS présente les pays occidentaux à risque !
    D’après la banque Suisse UBS, plusieurs pays occidentaux sont exposés au risque d’hyperinflation. L’économiste Peter Bernholz a identifié 28 cas d’hyperinflation au 20ème siècle et de grandes nations pourraient vivre une nouvelle fois cet incendie monétaire réduisant à zéro le pouvoir d’achat des économies en papier d’une vie entière. ZeroHedge nous présente les conclusions de cette étude.

    http://gold-up.blogspot.fr/2012/07/hyperinflation-ubs-presente-les-pays.html

     
  17. byeuro

    21 juillet 2012 at 8 h 56 min

    Au cœur du capitalisme : la corruption ?

    Menacée d’être poursuivi par la justice britannique et américaine de manipulation du taux du Libor ou « London interbank offered rate », la banque Barclays vient donc de payer 453 millions de dollars à ces deux pays en règlement amiable de ce litige. Barclays était en effet accusée de rapports falsifiés (rédigés à son autorité de tutelle) ayant pour but de masquer ses propres frais de financements. La fraude présumée (effectuée dans le seul but d’améliorer ses profits) portait sur des hypothèques, prêts sur cartes de crédit et autres opérations consenties en faveur d’entreprises et de privés portant sur un montant approximatif de 500’000 milliards de dollars et ce à travers le monde entier. En dépit de démissions en masse et au plus haut niveau chez Barclays, le scandale ne s’arrête pas là pour autant. La filière de manipulation de ce taux d’intérêt vient seulement d’être mise à jour et elle devrait avoir infecté une quarantaine de sociétés financières et d’entreprises plus traditionnelles comme des dizaines de traders, toutes et tous impliqués à des niveaux plus ou moins graves dans cette nouvelle escroquerie financière révélée en cet été 2012…

    Au même moment, le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline plaidait coupable de crimes fédéraux vis-à-vis des autorités américaines et acceptait de payer des amendes de l’ordre de 1’000 milliards de dollars pour avoir mis en circulation deux médicaments non approuvés par l’autorité sanitaire US (la FDA) et sans avoir passé les tests de sécurité élémentaires requis par la loi de ce pays pour un troisième médicament. GlaxoSmithKline fut également contrainte de payer 2’000 milliards supplémentaires afin d’étouffer une plainte civile groupée qui l’accusait d’avoir circonvenu des médecins et d’avoir établi de faux certificats, le tout dans le but de propager la diffusion de ces remèdes en question. Selon le Département de la justice aux Etats-Unis, ce montant total de 3’000 milliards de dollars constitue l’indemnisation pour fraude la plus importante de toute l’histoire de l’industrie pharmaceutique, loin devant les 2’300 milliards payés par Pfizer, les 1’400 milliards payés par Eli Lilly et le millier de milliards payés par Johnson & Johnson.

    De la pression intense exercée sur leurs salariés (à tous les niveaux de la hiérarchie) pour atteindre et dépasser les objectifs au stress permanent où sont soumises les Directions Générales quant à l’évolution du cours en bourse de la société qui les emploie. Des retours sur investissements, des chiffres relatifs à leurs ventes nationales et internationales à leurs économies de fonctionnement. Les violations de la loi et la corruption semblent faire aujourd’hui partie des règles du jeu de ces entreprises et du monde de la finance, seulement préoccupés par réaliser de bons chiffres, dépasser les concurrents, conquérir de nouveaux marchés et clients…jusqu’à ce que certains se fassent malencontreusement « pincer ». Allègrement piétinées, l’éthique et la morale sont priées de s’éclipser face aux promotions, aux bonus et aux comptes et rapports falsifiés. Barclays et Glaxo ne constituent à cet égard que deux péripéties supplémentaires sur un long chemin de corruption et de scandales ayant touché (depuis une petite quinzaine d’années) Enron, Worldcom, News Corp ou Wal Mart… C’est donc l’ensemble du spectre du monde du travail (et pas seulement la finance) qui se retrouvent infectés par le conflit d’intérêt, par la comptabilité frauduleuse, par les fausses déclarations et par les atteintes à la vie privée.

    Le capitalisme moderne est-il donc condamné à générer des monstres ? L’intervention de l’Etat est indispensable, non seulement pour sanctionner et pour réguler, mais également pour apaiser. Afin que le capitalisme retrouve ses lettres de noblesse, c’est-à-dire qu’il s’exerce dans l’intérêt général et pas seulement d’une infime minorité qui l’aurait capté pour son profit exclusif. Milton Friedman affirmait que le capitalisme est la liberté. Certes, à condition que l’Etat soit bien présent en tant que superviseur du capitalisme et garant des libertés. Car, comme l’écrivait James Madison , autre américain illustre et Père fondateur de la Constitution des Etats-Unis: « Si les hommes étaient des anges, le gouvernement ne serait pas nécessaire »…

    Michel SantiEconomiste et Analyste Financier

    http://www.gestionsuisse.com/2012/au-coeur-du-capitalisme-la-corruption/

     
  18. byeuro

    21 juillet 2012 at 9 h 00 min

    Suivez bien ce qu’il se passe en Espagne

    C’est maintenant confirmé, les épargnants et clients de Bankia et d’un certain nombre de banques espagnoles seront les premiers à faire les frais du plantage des organismes financiers. Ils doivent d’abord perdre ce qu’ils ont avant que quelque aide européenne n’intervienne.

    « European authorities are pressing Spain to inflict billions of euros of losses on small investors by wiping out certain types of bank debt before its financial institutions are recapitalised using eurozone rescue funds. The bailout conditions for Spain’s banks would force any lender taking aid fully to write off their preferred shares and subordinated bonds, according to a draft memorandum of understanding seen by the Financial Times ». « to write off » = effacer. L’article en entier: FT

    Le gouverneur de la Banque Centrale vient d’annoncer la mise en place d’une structure de défaisance qui rassemblera l’ensemble des actifs immobiliers toxiques de ses banques en difficulté en attendant de pouvoir éventuellement les vendre. Abandonnant la langue de bois, il a surpris son monde en estimant que les banque s qui ne pourraient pas survivre d’elles mêmes devront être liquidées. Pourtant, le ministre de l’Economie Luis de Guindos a encore répétée hier, 17 juillet, que le gouvernement n’a « absolument » aucune intention de fermer des banques. Quatre des banques qui vont bénéficier du plan de sauvetage européen – Bankia, CatalunyaCaixa, NovaGalicia et Banco de Valencia – risquent donc d’être démantelées si la Commission européenne juge le coût de leur recapitalisation plus élevé que celui de leur liquidation pure et simple.

    Au delà de ces quatre établissements, d’autres banques pourraient rapidement être concernées par un tel scénario, en effet, »Si un établissement n’est pas assez solide pour assurer son avenir, il devra être démantelé en bon ordre ou liquidé« , a jugé Luis Maria Linde. Sage décision. La volonté de ne pas s’entêter à sauver des banques qui ont pris la fâcheuse habitude de faire payer leurs turpitudes par les fonds publics est des plus saines. Bravo! Les épargnants qui vont y perdre? Tant pis pour eux, cela fait suffisamment longtemps que l’on répète sur tous les tons que les banques européennes ne valent rien et qu’il ne faut surtout pas avoir d’actifs chez elles…

    Mais, allez vous me dire, ce ne sera pas le cas en France, quand la contagion va gagner les banques françaises… Notre Président, pendant sa campagne électorale, avait dit qu’en cas de danger il nationaliserait les banques! Vous ne le connaissez pas encore votre nouveau Président? L’art de faire comme si il tenait ses promesses tant en faisant en sorte que ce ne soit pas ce que tout le monde avait compris… Figurez vous que le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a réuni hier le Conseil de régulation financière, qui comprend notamment la gouverneur de la Banque de France, le président de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et le vice président de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), afin de débattre des modalités de la réforme bancaire qui doit mettre en oeuvre la séparation des activités des banques utiles à l’investissement et à l’emploi de leurs opérations spéculatives. Cette réforme interviendra après évaluation des conclusions de la commission qui examine actuellement la pertinence d’une séparation des banques au niveau européen, lesquelles sont attendues pour fin septembre. S’il semble assez évident que la séparation de ces deux activités est plutôt « sain », il semble aussi que le gouvernement, en cas de krach, n’a pas l’intention de sauver les banques dans leur périmètre actuel. Ce qu’après tout, on ne peut que trouver normal. La seule chose que je crains dans ce dossier, c’est que la démarche « commission Bidule » ne soit un petit peu longue au regard des nuages qui s’accumulent. Une bonne vieille décision par loi applicable immédiatement, comme on sait faire pour créer des nouveaux impôts à la charge des particuliers ou des entreprises, serait à mon sens plus réaliste. J’oserais même quelque impertinence en disant que le bons sens eut été d’opérer cette séparation des activités bancaires avec l’empressement que notre gouvernement a su trouver pour démolir tout ce que Sarkosy avait fait précédemment et qui pouvait peut être attendre la fin de l’année….

    Bref, suivez bien ce qui se passe en Espagne, séparation des banques, abandons des actifs détenus par les épargnants, liquidation de certaines banques, soutien partiel d’autres, création de structure de défaisance, et vous aurez une idée assez précise de ce qui nous attend dans quelques mois…. Au fait, j’espère que vous avez bien liquidé vos actifs bancaires comme nous ne cessons de vous le répéter depuis plusieurs mois, n’est ce pas?

    http://maviemonargent.info/2012/suivez-bien-ce-quil-se-passe-en-espagne/

     
  19. byeuro

    21 juillet 2012 at 9 h 34 min

     
  20. byeuro

    21 juillet 2012 at 9 h 39 min

    Nous nous demandons si l’euro a augmenté le commerce? Réponse courte: «non».
    Il ya peu de preuves que la création de l’euro a eu un effet sur ​​les échanges entre les membres.

    http://www.carnetatlantique.com/app/html;jsessionid=1C66EF14D7813FBAAD047F5FE30EC721?page=articles/article_JOAO_SANTOS_SILVA_and_SILVANA_TENREYRO_27

     
  21. byeuro

    21 juillet 2012 at 9 h 46 min

     
  22. BA

    21 juillet 2012 at 10 h 09 min

    Samedi 21 juillet 2012 :

    De plus en plus, les investisseurs internationaux placent leur argent dans cinq abris antiatomiques. De plus en plus, ils mettent à l’abri leur argent dans les obligations de ces cinq Etats :

    Allemagne : taux des obligations à 10 ans : 1,167 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

    Finlande : taux des obligations à 10 ans : 1,407 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi bas.

    Pays-Bas : taux des obligations à 10 ans : 1,594 %.

    Autriche : taux des obligations à 10 ans : 1,890 %.

    France : taux des obligations à 10 ans : 2,073 %.

    http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND

    Mais en revanche, les investisseurs internationaux fuient les Etats européens périphériques. L’Italie et l’Espagne sont deux bombes atomiques financières. Ces deux bombes atomiques financières vont bientôt exploser.

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,166 %.

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,267 %. Record historique battu. Le taux n’avait jamais été aussi haut depuis la création de l’euro.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

    Les investisseurs internationaux savent que les deux bombes atomiques financières vont exploser.

    Ils s’y préparent.

    Nous-aussi, nous devons nous préparer à l’explosion.

     
  23. fifa 13

    21 juillet 2012 at 17 h 23 min

    holà bientôt les mêmes scènes en France mais plus violente avec des gens du fort de gauche et les casseurs, les zivas.

     
  24. BA

    22 juillet 2012 at 6 h 48 min

    Vendredi 20 juillet 2012, la région de Valence a officiellement déclaré qu’elle était en faillite : elle a officiellement demandé l’aide de l’Etat espagnol. En comptant la région de Valence, ce sont six régions qui sont en faillite.

    Lisez cet article :

    Six communautés autonomes vont demander une aide financière à l’Etat.

    La Catalogne, Castille-La Manche, Murcie, les Baléares et l’Andalousie doivent affronter des emprunts qui arrivent à échéance dans les prochains mois.

    Les exécutifs régionaux sont confrontés à des échéances de plus de 15,838 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, y compris les deux prêts, les lignes de crédit et l’endettement. Ils devraient également officialiser une nouvelle demande de 15 milliards d’euros d’emprunt supplémentaire pour financer le déficit des régions, qui a été cette année autorisé à 1,5% du PIB.

    La Catalogne fait face à une échéance de 5,755 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, Valence 2,883 milliards d’euros, l’Andalousie 1,610 milliards d’euros, la région de Madrid 1,344 milliards d’euros, La Rioja 940 millions d’euros, et Castille-La Manche 705 millions d’euros, selon les données fournies par les gouvernements régionaux au Trésor.

    http://economia.elpais.com/economia/2012/07/20/actualidad/1342813051_914812.html

    Samedi 21 juillet 2012 :

    Le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung révèle que l’Espagne a de l’argent jusqu’en septembre 2012, mais qu’après l’Espagne sera en défaut de paiement :

    http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/europas-schuldenkrise/spanien/schuldenkrise-jetzt-brennt-spanien-11827688.html

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 674 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :