RSS

Grèce : retour à la case du 6 mai 2012…

18 juin

Une hirondelle ne fait toujours pas le printemps. Tandis que les banques centrales s’étaient entendues pour intervenir massivement au cas où… les résultats des élections grecques se veulent rassurants.

Rien n’est bien évidemment réglé pour autant !

Nous sommes finalement revenus à la case départ du scrutin du 6 mai qui avait vu la victoire des partis anti-euro. En outre, quel que soit le gouvernement qui aboutira, les disponibilités financières des Grecs seront toujours les mêmes. Nous verrons dans les prochains jours ce que feront les Grecs de leur argent. Depuis le 6 mai, les retraits d’argent en Grèce, ont atteint la bagatelle de deux milliards d’euros pour les deux journées précédant les élections d’hier.

Autre point loin d’être réglé : sur le marché obligataire, les taux d’emprunt de l’Espagne et de l’Italie, cibles des attaques des investisseurs ces dernières semaines, repartaient ce matin à la hausse après un bref répit à l’ouverture. Le taux espagnol à 10 ans dépassait ainsi les 7%, affichant un nouveau record !

Si la politique n’apporte aucune solution, le risque majeur de la Grèce est désormais l’instabilité sociale dont profiterait certainement Syriza, le parti de gauche anti-austérité arrivé deuxième aux élections d’hier.

Les gouvernements européens pensent à leurs banques et se veulent plutôt conciliants. On évoque donc de nouveaux financements et chose extraordinaire, on parle de relancer la croissance dans le pays ! Il n’est jamais trop tard…

About these ads
 
29 Commentaires

Publié par le 18 juin 2012 dans Non classé

 

29 réponses à “Grèce : retour à la case du 6 mai 2012…

  1. Franc-tireur

    18 juin 2012 at 11 h 53 min

    Concernant la Grèce, et malgré tout le respect que je dois au peuple Grec, on ne peut pas transformer un âne en cheval de course.

    peu importe les partis politiques qui vont gouverner, peu importe s’ils sortent de la zone euro ou pas…cela ne changera rien aux fondamentaux de leur économie. Il en est de même pour les portugais et des Espagnols.

    Les économies de ces pays n’ont jamais été compétitives et n’ont dû leur croissance qu’aux aides Européennes…

    @ Methalo,
    Que pensez-vous d’une mise en place des euro bonds d’ici quelque temps?
    Un tel scénario vous semble jouable ou pas?

     
    • quidam

      18 juin 2012 at 12 h 42 min

      "Les économies de ces pays n’ont jamais été compétitives et n’ont dû leur croissance qu’aux aides Européennes…"
      Et si on arrêtait la compétition dont les prix sont remis aux banquiers et qu’on se recentrait sur l’être humain? :-)

       
      • Louis

        18 juin 2012 at 12 h 45 min

        C’est tellement pas compétitif en Espagne que tous les légume de supermarché viennent de la bas.

         
  2. brunoarf

    18 juin 2012 at 12 h 21 min

    Lundi 18 juin 2012 :

    Banques espagnoles : taux record de créances douteuses en avril, à 8,72%.

    Le taux de créances douteuses des banques espagnoles, indice de leur vulnérabilité, a encore progressé en avril, atteignant un nouveau record depuis 1994 à 8,72%, a annoncé lundi la Banque d’Espagne.

    Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, s’élevaient en avril à 152,740 milliards d’euros, soit 8,72% du total des créances, contre 8,37% en mars et 8,15% en février.

    La zone euro a annoncé le 9 juin qu’elle accordait un prêt pouvant aller jusqu’à 100 milliards d’euros à l’Espagne pour renflouer son secteur bancaire, très affaibli par son exposition au secteur immobilier sinistré depuis l’explosion de la bulle en 2008.

    Son taux de créances douteuses, qui n’était que de 3,37% fin 2008, s’est par exemple fortement détérioré depuis le début de la crise.

    (©AFP / 18 juin 2012 11h02)

    Dette : le taux de l’Espagne inverse la tendance et se tend au-delà des 7%.

    Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Espagne inversait la tendance lundi matin et se tendait très nettement pour dépasser les 7% et afficher un nouveau record, signe que les craintes sur la zone euro ont repris le dessus malgré le vote grec.

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,133 %. Record historique battu.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

     
  3. Antilluminati

    18 juin 2012 at 12 h 34 min

     
  4. médusé

    18 juin 2012 at 12 h 36 min

    12h04 – Berlin, ne veut pas de "remise" pour les réformes pour la Grèce

    L’Allemagne estime que ce n’est pas le moment d’octroyer à la Grèce une marge de manoeuvre ou un délai vis-à-vis de ses engagements réformistes pris dans le

    cadre d’un accord d’aide international, a déclaré lundi un porte-parole du gouvernement. "Il est primordial que la troïka soit persuadée que la Grèce tiendra ses engagements et mettra pleinement en oeuvre les réformes convenues. Ce n’est pas le moment d’accorder quelque
    remise que ce soit à la Grèce", a dit Georg Streiter.

    http://lci.tf1.fr/filnews/monde/berlin-ne-veut-pas-de-remise-pour-les-reformes-pour-la-grece-7364581.html

     
  5. Astimer

    18 juin 2012 at 12 h 48 min

    " chose extraordinaire, on parle de relancer la croissance dans le pays !"
    Oh ils peuvent toujours parler, la vraie question c’est comment ?
    A coup de milliards d’endettement ?
    S’ils voulaient vraiment relancer la croissance il n’y a qu’une chose à faire : baisser les prix, donc, pour les importateurs de mèche avec l’Asie, arrêter de se gaver comme des sagouins sur le dos de tous. Et faire une répartition équitable des profits par le biais des salaires.
    Les prix en baisse plus un salaire en augmentation, la croissance repart sur les chapeaux de roues, car une majorité de la population ne souhaite que trois choses : acheter, posséder et consommer.
    Mais je ne pense pas que cela soit souhaitable. Il est temps de penser l’avenir autrement. Le concept de la croissance est complètement obsolète.

     
  6. julleee

    18 juin 2012 at 13 h 11 min

    test censure

     
  7. Hervé

    18 juin 2012 at 13 h 21 min

    1. Il n’y a pas de partie "anti-euro" en Grèce. Les grecs en très grande majorité veulent rester dans la zone euro. 95% des votes vont sur des parties pro-euro comme le 6 mai dernier.
    2. Qualifier Syriza de partie anti-austérité est faux et réducteur. Les grecs qui sont moins idiots que les Français, semble-t-il, ont très bien compris qu’ils n’ont pas reçu un cent de l’Europe. Pire, les plans successifs ont contribué à doubler la dette et mettre le pays à genou. Les Grecs comprennent très bien qu’ils servent de bouc émissaire pour renflouer les banques européennes. Le partie Syriza veut simplement remettre les pendules à l’heure en repositionnement le problème de la Grèce comme un problème européen. C’est cela qui affole les autruches des autres pays : imaginez que tout le monde comprenne comment nous nous faisons entuber par les banques, par le président de l’Europe, par les Allemands ?

     
  8. Alcide

    18 juin 2012 at 13 h 23 min

    Petit retour en arrière en Grèce , mais nette évolution géostratégique en Syrie :
    Livraison d’armes russes en Syrie qui rendent toute décision de l’OTAN d’exclusion aérienne au dessus de la Syrie impossible :

    http://www.debka.com/article/22090/Russia-flies-anti-air-anti-ship-missiles-to-Assad-as-its-fleet-heads-to-Tartus

    entre autres , ce système:
    Russian Pantsir-S1 — best air defence

    Et:
    US s’engage à aider la Grande-Bretagne à arrêter le navire « transportant des hélicoptères d’attaque russe » en Syrie.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/9336170/US-enlists-Britains-help-to-stop-ship-carrying-Russian-attack-helicopters-to-Syria.html

    On leur souhaite bonne chance pour ce qui peut être interprété comme un acte de guerre direct contre la Russie.
    Les militaires US devrait coller les bankster en prison , c’est plus simple de liquider les familles rotshidiennes que les milliards de population innocentes .
    Le jeu devient dangereux.

     
  9. brunoarf

    18 juin 2012 at 13 h 43 min

    Lundi 18 juin 2012 :

    Nous sommes en train de vivre des journées historiques.

    Les taux de l’Espagne sont en train d’exploser leurs records historiques.

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 7,233 %. Record historique battu.

    http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND

     
  10. byeuro

    18 juin 2012 at 13 h 46 min

    Historique :
    Première plainte visant Nicolas Sarkozy depuis la fin de son immunité
    Nicolas Sarkozy peut être poursuivi depuis vendredi minuit, ayant cessé ses fonctions présidentielles depuis un mois. Une première plainte émane des parents de victimes d’un attentat à Karachi.

    http://www.tdg.ch/monde/europe/premiere-plainte-visant-nicolas-sarkozy-fin-immunite/story/25602769

    Di Rupo: "Rendre la rigueur soutenable pour les Grecs"

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1455855/2012/06/18/Di-Rupo-Rendre-la-rigueur-soutenable-pour-les-Grecs.dhtml

    Grèce, explosion des taux, fronde anti-allemande… la dernière semaine de l’euro ?

    http://www.atlantico.fr/decryptage/grece-explosion-taux-fronde-anti-allemande-derniere-semaine-euro-manuel-maleki-paul-goldschmidt-393314.html

    Confiscation

    http://www.devenir-rentier.info/2012/02/confiscation/

     
  11. quidam

    18 juin 2012 at 13 h 58 min

    re-re-rebattu :-)
    7,27 et c’est pas fini

     
    • ylan

      18 juin 2012 at 20 h 51 min

      Je dis 9% dans une semaine

       
  12. julleee

    18 juin 2012 at 14 h 05 min

    -3% à la bourse en italie et en espagne!le CAC40 lui perds pour l’insatnt 0,80%…

     
  13. médusé

    18 juin 2012 at 14 h 12 min

    Des troupes au sol Russes en Syrie ??

    **
    Moscou s’apprête à envoyer deux navires de guerre vers le port syrien de Tartous

    La Russie s’apprête à envoyer deux navires de guerre amphibies vers le port de Tartous en Syrie, seule base navale russe en Méditerranée, a indiqué lundi une source au sein de l’état-major de la marine russe, citée par l’agence Interfax.

    « Deux grands navires de débarquement, le Nikolaï Filtchenkov et le César Kounikov, se préparent à partir vers le port syrien de Tartous », a déclaré un officier de l’état-major.

    Les deux navires vont transporter un « important » groupe de marins, a précisé l’agence Interfax.

    http://www.algerie1.com/flash-dactu/moscou-sapprete-a-envoyer-deux-navires-de-guerre-vers-le-port-syrien-de-tartous/

     
  14. zapatta

    18 juin 2012 at 15 h 00 min

    lundi 18 juin 2012
    Signatures

    Garde Evzone – Athènes mai 2012

    « La Grèce honorera ses signatures », telle fut la première déclaration du chef de la Nouvelle Démocratie, hier soir à la télévision. Nous n’avons pas entendu une seule fois par contre, la phrase « négociation du memorandum ». Terminus. Le peuple a voté et enfin le résultat devient « conforme ». Il faut dire aussi que ce peuple a accompli son devoir citoyen sous un déluge de feu, entre la propagande, la peur, et ses propres manquements à l’esprit de l’histoire. Et avec une abstention record, 39%.

    Drachmes d’antan
    Plus de 4 millions de Grecs vivent sous le seuil de pauvreté, 1,5 million sont au chômage et des dizaines de milliers de citoyens issus des « forces vives de la nation » comme on disait jadis, sont obligés à l’émigration forcée. Restent les petits, moyens et grands bénéficiaires du clientélisme et du « paléopartisme », en dehors de toute statistique je les évalue à deux ou trois millions « d’heureux citoyens », et électeurs, plutôt naturels de la Nouvelle Démocratie. C’est déjà suffisant, même de justesse, pour valider la vassalisation diachronique du pays et la poursuite de l’EuroTINA.

    Pourtant on craint les réactions populaires. Les « journalistes » et les politiciens Nouvelle Démocratie et PASOK, n’avaient que cette phrase à la bouche : « Éviter la pagaille, il ne faut pas que SYRIZA fasse descendre son peuple dans la rue en opposition au prochain gouvernement d’Union nationale auquel malheureusement, il ne souhaite pas participer ».

    La crise humanitaire nous concerne déjà, d’ailleurs, ce lundi à l’aube (pas dorée), un homme de quarante ans s’est suicidé en ingurgitant du pesticide en Crète. La symbolique est tragique dans toute son ironie à travers l’étymologie bien appropriée par ces temps de crise : tuer le pestis, l’animal nuisible, en latin.

    Mais la nouvelle gouvernance laisse à penser que vaut mieux inciter le pestis à se suicider, politiquement et physiquement. Nous y sommes aussi en Grèce. Sauf qu’après 12 milliards de mesures supplémentaires exigées dans le cadre de « la signature », et la crise humanitaire, le pestis pourra se révolter. D’où l’incitation de Costas Simitis (Premier ministre Pasokien de la Goldman Sachs, de l’Euro et prophète du Troïkanisme) ce lundi matin : « formez un gouvernement et vite, entre la Nouvelle Démocratie, le Pasok et la Gauche Démocratique de Kouvelis) pour garantir l’orientation européenne du pays ». Voilà pour la prochaine probabilité, et comme je l’avais déjà écrit sur ce blog depuis longtemps (et certains lecteurs ne voulaient pas me croire) ; Kouvelis et sa « Gauche démocratique » est une formation politique pro-mémorandum, mise en place un mois après le premier mémorandum de 2010, justement pour jouer ce rôle, et ceci indépendamment de la décision finale des ses élus (participer ou pas à un gouvernement).

    Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schoeble, Angela Merkel, François Hollande et Barack Obama ont semble-t-il apprécié le résultats des élections grecques. La chancelière aurait téléphoné à Antonis Samaras pour le féliciter, et François Hollande, à Evangelos Venizélos du PASOK fort de son 13%, les places boursières repartent à la hausse et celles de nos villes sont vides.

    Carte électorale mai (à gauche) et juin 2012 (Bleu N.D, vert PASOK et rose SYRIZA)
    C’est la première fois depuis la précédente occupation, celle des années ’40, que des journaux allemands (pas encore édités à Athènes) s’adressent aux Grecs en leur langue pour leur « suggérer » les seules options du futur. « Le futur n’appartient pas aux trouillards, mais à ceux qui osent communier avec l’espoir » réplique Alexis Tsipras. Sauf que les trouillards ont voté… pieds et mains. Chez SYRIZA on pense que la situation va s’empirer et que soit la rue parlera, et ainsi aux prochaines élections il sera porté au pouvoir, tout seul comme un grand. Beaucoup d’analystes ou « d’analystes » proposent également cette même grille de lecture. Ils oublient pourtant que nous sommes déjà dans un régime d’exception, devenue la seule règle. Après sa demi-déconvenue, le système réfléchira plus d’une fois, avant de laisser ses pions organiser des élections à la baronnie, et tous les Antonis Samaras comprendront dorénavant qu’on ne doit pas faire tout et surtout n’importe quoi, rien que pour satisfaire l’envie de se voir à tout prix « Premier ministre », en l’occurrence, le troisième sous la bancocratie. Il est possible que les prochaines élections ou « élections » auront lieu dans quatre ans ou peut-être jamais.

    Théoriquement, et selon la « science » politique classique SYRIZA est le grand gagnant des élections, passant de 4,5% aux élections de 2009, à 27% hier. Et que dire sinon de l’Aube dorée. C’est évident. Ou presque. SYRIZA pense pouvoir capter l’ensemble du centre-gauche et de la dynamique anti-mémorandum : « le futur nous appartient car le futur dure longtemps, entre temps, nous ferons tout pour mettre en place des réseaux de solidarité et de la survie pour la population » a déclaré encore hier Alexis Tsipras. Cette lecture des faits est juste. Chez l’Aube dorée on ne fait pas autre chose, les baffes en plus, la course au futur est lancée : Banques, SYRIZA, Aube dorée, et l’avantage indéniable est aux banques en ce moment.

    Le parti communiste enfin, est sur le point de s’effondrer. C’est autant dire combien l’isolationnisme et le rôle d’un parti-Cassandre n’est pas dans les priorités du peuple en Grèce. À gauche surtout.

    En attendant le match de vendredi au moins dans l’espoir : Grèce-Allemagne. Après tout, c’est aussi au sein de l’Euro 2012. Résistance ?

    Publié par Panagiotis Grigoriou à 14:22

    http://greekcrisisnow.blogspot.fr/2012/06/signatures.html#more

     
    • oscar

      18 juin 2012 at 16 h 20 min

      Ca y est, les Grecs ont à nouveau baissé le pantalon face à l’oukaze de l’oligarchie, à qui le tour?

       
  15. andthomas

    18 juin 2012 at 15 h 37 min

    -100% sur une valeur espagnol apulia , des -10 -9 sur des italiennes, y spasse des truc pas clair

     
  16. zapatta

    18 juin 2012 at 15 h 49 min

    Grèce : les marchés craignent déjà un manque d’argent

    Les marchés redoutent qu’une rallonge financière pour garder la Grèce dans l’euro ne se traduise par moins d’argent pour l’Espagne ou l’Italie.

    Si les marchés se retournent déjà, en Europe, malgré la victoire des partis «pro-euro» en Grèce, c’est parce qu’ils anticipent une facture plus lourde pour garder la Grèce dans la zone euro, au détriment des deux autres pays en difficulté: l’Espagne et l’Italie.

    Les marchés obligataires ont été les premiers à se retourner ce matin, avec une forte hausse des taux d’emprunt espagnols passés de 6,7% à 7%, et italiens passés de 5,8% à 6%. Au même moment les taux grecs se détendaient toujours de 67 points de base!

    Les marchés redoutent l’effet des «vases communicants»: les ressources de la zone euro étant plafonnées sur décision politique, plus d’argent pour la Grèce signifie moins d’argent disponible pour ses grands voisins italiens et espagnols.

    Le Fonds européens de stabilité financière (EFSF) ne dispose plus que de 220 milliards euros sur les 440 milliards disponibles au départ. Le MES qui lui succédera en juillet avec une capacité d’emprunt de 500 milliards d’euros n’est pas encore en place.
    Quelle que soit la solution trouvée, elle sera coûteuse

    Si la Grèce doit rester dans la zone euro, elle aura besoin d’une rallonge de plusieurs dizaines de milliards d’euros, a-t-on calculé à Berlin. La zone euro peut aussi décider de restructurer sa dette, laquelle s’élève à 240 milliards d’euros, contractée auprès de ses voisins.

    L’une ou l’autre solution sera coûteuse. Elle pèsera une fois de plus sur les épaules des contribuables européens, notamment allemand, français, néerlandais. Et diminuera d’autant la capacité d’emprunt du FESF, contrainte par une décision politique du Bundestag…

    Les marchés ont vite compris la mécanique de solidarité financière européenne, qui, aussi complexe soit-elle en apparence, repose toujours, in fine, sur une garantie d’emprunt offerte par l’Allemagne. Laquelle a prévenu que ses ressources n’étaient pas illimitées.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/18/20002-20120618ARTFIG00569-grece-les-marches-craignent-deja-un-manque-d-argent.php

     
  17. Alcide

    18 juin 2012 at 15 h 55 min

    Putsch en Égypte ?

    L’ancien candidat à la présidentielle égyptienne Abdul Moneim Aboul Fotouh dit que l’addendum émis par la junte militaire au pouvoir à la constitution est équivalent à un coup d’État contre la révolution.
    Le Conseil suprême des Forces armées (SCAF) égyptienne a émis une nouvelle déclaration constitutionnelle , afin de réassumer un contrôle sur les lois et le budget de l’État après la dissolution du Parlement élu …

    http://www.presstv.ir/detail/2012/06/18/246802/egypt-constitutional-addendum-a-coup/

    Ce qui se passe en Égypte et à relier aux événements en Syrie , Liban , Iran , Palestine occupée .
    Les mondialistes ne veulent pas des frères musulmans majoritaires et anti-israéliens.
    Des troubles violents sont à craindre.

     
    • Alcide

      18 juin 2012 at 16 h 59 min

      Ça se précise :
      Israël déploie des chars près de la frontière de l’Égypte violant l’accord de Camp David.

      Les Accords de Camp David ont été signés par le président égyptien Anouar El-Sadate et le premier ministre israélien Menahem Begin le 17 septembre 1978, suivants les treize jours de négociations secrètes à Camp David, à Washington D.C.

      L’accord comprend deux accords, un cadre pour la paix au Moyen-Orient et un cadre pour la Conclusion d’un traité de paix entre l’Égypte et Israël. L’accord de ce dernier conduit à la signature d’un traité de paix Israël et l’Égypte en 1979, qui a également pris place aux États-Unis.

      http://www.presstv.ir/detail/2012/06/18/246813/israel-deploys-tanks-near-egypt-border/

      C’est pour une visite de courtoisie ?

       
  18. Jean

    18 juin 2012 at 15 h 57 min

    Il y en a vraiment marre de tout ce cirque, que tout se crash une bonne fois pour toute et que l ‘on en parle plus

     
  19. zapatta

    18 juin 2012 at 16 h 31 min

    Fitch prend acte du risque réduit de sortie de la Grèce de l’euro

    18/06 | 17:17

    Fitch Ratings a constaté lundi que la courte victoire du parti Nouvelle Démocratie, favorable aux mesures d’ajustement budgétaire, lors des législatives grecques de dimanche se traduisait par une diminution du risque de défaut désordonné d’Athènes sur sa dette et de sortie du pays de la zone euro.

    Antonis Samaras, chef de file de Nouvelle Démocratie (ND), doit tenter de former un gouvernement après sa courte victoire sur la coalition de la gauche radicale Syriza, favorable à une dénonciation des accords passés avec les bailleurs de fonds internationaux de la Grèce.

    "Un nouveau gouvernement qui soutient le programme UE-FMI devrait être en place avant le sommet des dirigeants de l’UE les 28 et 29 juin", estime Fitch dans un communiqué.
    "En conséquence, Fitch ne placera pas sous surveillance négative l’ensemble des Etats souverains de la zone euro, comme elle l’avait indiqué dans le cas où la sortie de la Grèce de la zone euro aurait constitué un événement probable à court terme."

    Fitch note la Grèce CCC, un niveau hautement spéculatif et très proche du défaut.
    L’agence estime qu’un nouveau gouvernement grec, quelle que soit sa composition, serait très fragile.

    REUTERS

    No comment….

     
  20. ottokaro

    18 juin 2012 at 20 h 46 min

    Un accord gouvernemental semble avoir été trouvé et Evangelos Venizelos va pouvoir retrouver un poste ministeriel. Bref, on ne change pas une équipe qui perd ! Les plans d’austérité vont pouvoir s’enchaîner, A. Merkel a donné son feu vert…

    http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/un-accord-de-gouvernement-attendu-mardi-en-grece-18-06-2012-1475026_240.php

     
    • ylan

      18 juin 2012 at 21 h 04 min

      @ottokaro

      j’aime bien votre photo belles plumes

       
  21. liaberi

    19 juin 2012 at 8 h 03 min

    j’adore votre site et j’ai apprécié tous les commentaires, merci , je ne suis pas une économiste , nitrader mais je découvre etc’est passionnant et j’espèreque nous prendronsun jour conscience pour mieux gérer.

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 676 autres abonnés

%d bloggers like this: