RSS

L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

11 juin

Il nous est demandé de reproduire cet article de T. Meyssan.

Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.
Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.
Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.
En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).
Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »
Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.
La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.
L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.
Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.
Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.
La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.
• En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards !  ».
• En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.
• En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.
• En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.
Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.
Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de laDéclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et «  la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.  (Source: Réseau Voltaire)
About these ads
 
29 Commentaires

Publié par le 11 juin 2012 dans Non classé

 

29 réponses à “L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

  1. Clavreul

    11 juin 2012 at 21 h 20 min

    " Nous aurons un nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer." Nicolas Sarkozy en 2009.

     
  2. emigrdsouche

    11 juin 2012 at 21 h 23 min

    TV, arme de destruction massive des cerveaux.
    Journaux d’occident = propagande de guerre.
    La télé c’est pas mon ami.
    La tv, c’est mon ennemi !
    A bon entendeur.

     
    • emigrdsouche

      11 juin 2012 at 21 h 27 min

      Oui, Clavreul, mais 2 camps s’affrontent au bénéfice du borgne.
      Le Plan Clavreul, Le Plan.

       
      • Clavreul

        11 juin 2012 at 21 h 29 min

        Thèse/antithèse…

         
      • emigrdsouche

        11 juin 2012 at 21 h 32 min

        Et la synthèse pour notre gueule.
        Mais Dieu est Tout Puissant.
        Amin.

         
      • Clavreul

        11 juin 2012 at 21 h 41 min

        Thèse ( capitaliste ) + antithèse ( communiste ) = synthèse ( N.O.M ).

         
      • emigrdsouche

        11 juin 2012 at 22 h 07 min

        2 thèses sortis du même cerveau diabolique, au sens propre.

         
  3. zapatta

    11 juin 2012 at 21 h 33 min

    L’armée américaine fait pression pour le déclenchement d’une guerre contre la Syrie

    par Chris Marsden

    Mondialisation.ca, Le 11 juin 2012
    wsws.org

    Le président du comité des chefs d’état-major des armées des Etats-Unis, le général Martin Dempsey, a dit jeudi à des journalistes que la poursuite par le gouvernement Obama des recherches de solutions diplomatiques en Syrie avait mis les planificateurs du Pentagone dans une situation stratégique difficile.

    Se plaignant d’un « manque d’orientation, » il a dit qu’avec des instructions claires pour un changement de régime, « Je peux vous élaborer un plan, et je connais le nombre de divisions, je sais combien d’avions… tout ceci demande. »

    C’est la deuxième fois que Dempsey a publiquement menacé de lancer une action militaire. S’exprimant après le soi-disant massacre du 25 mai de plus d’un millier de personnes à Houla, il a déclaré sur la chaîne de télévision Fox News, « Bien sûr, il y a toujours une option militaire (…) nous pourrions y recourir en Syrie à cause des atrocités. »

    Le massacre de Houla a immédiatement été imputé au régime de Bachar al-Assad et les bombardements attribués à ses troupes. Toutefois, en l’espace de quelques jours, des enquêtes ont révélé que la plupart des victimes avaient été sommairement exécutées, tuées par arme blanche ou à bout portant. Les forces d’opposition ont rejeté la responsabilité sur la milice Shabiha alaouite pro-gouvernementale tandis que le gouvernement a rejeté la faute sur les terroristes associés à l’insurrection sunnite qui cherchent à déstabiliser le cessez-le-feu des Nations Unies à la veille de la visite de Kofi Annan en Syrie.

    Une fois de plus, Dempsey a utilisé un présumé massacre comme plate-forme pour sa politique belliqueuse, rejoignant un groupe de pression mené par le sénateur John McCain et le sénateur Joe Lieberman, un ancien démocrate, pour demander l’armement direct de l’opposition syrienne et le soutien aérien des Etats-Unis.

    Cette fois-ci, le massacre aurait eu lieu mercredi dans le village de Qubair, à 20 kilomètres de Hama. Mais, les détails, tels qu’ils sont disponibles, sont encore plus troubles et soulèvent davantage de questions que ce n’était le cas à Houla. Des rapports initiaux ont fait état d’un nombre de morts allant de 87 à 100, dont plus de la moitié sont des femmes et des enfants. Il aurait suivi le même schéma qu’à Houla – des bombardements massifs précédés par une attaque de la milice Shabiha.

    Ce nombre de victimes a depuis été corrigé à la baisse à « au moins 55 personnes, » selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme pro-opposition et basé au Royaume-Uni. Les victimes sont, précise-t-il, majoritairement de la même famille Al-Yateem, dont 18 femmes et enfants.

    Les images soi-disant de Mazraat al-Qubeir montrent les corps de ce que le cameraman dit être des dizaines de femmes et d’enfants ainsi que les restes de corps calcinés. Un activiste anonyme a affirmé que les corps de 25 à 30 hommes avaient été emportés par les tueurs.

    Le gouvernement syrien a une fois de plus rejeté de tels comptes rendus, et porté à neuf le nombre de morts survenus dans la ville reprochant aux groupes terroristes de promouvoir une intervention militaire la veille du rapport de Kofi Annan, du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon et du chef de la Ligue arabe, Nabil Elarabi, jeudi à l’assemblée générale des Nations unies. Ce rapport devrait être suivi d’une information à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU.

    A l’assemblée générale, le représentant permanent de la Syrie, le Dr Bachar al-Jaafari, a dit que le massacre avait été commis cinq heures avant que des affrontements se produisent et que les images diffusées par Al-Jazeera et Al-Arabiya n’étaient pas celles des victimes du massacre. « Les chaînes de télévision tels des comploteurs ont décidé de diffuser de telles fabrications avant les réunions du Conseil de sécurité, » a-t-il dit.

    Al-Jafaari a dit que les habitants de la région avaient affirmé que les tireurs qui avaient commis ce crime étaient venus d’un village voisin. « Ce qui se passe dans certaines parties de la Syrie est un massacre d’une haine injustifiable, mais les pays qui soutiennent les terroristes en facilitant leurs crimes en Syrie sont complices du bain de sang, » a-t-il dit. « Est-ce que des attentats suicides visant la Syrie sont des actes de légitimes défense ? Est-ce-que des attaques contre des hôpitaux, du personnel médical et des écoles sont des aspects démocratiques ? »

    Le harcèlement du gouvernement Obama par Dempsey ne reflète pas une divergence fondamentale concernant une différence de stratégie entre le Pentagone et la Maison Blanche. Obama est tout autant un criminel de guerre dont les mains dégoulinent de sang que Dempsey. Le gouvernement veut un changement de régime en Syrie, obtenu en premier lieu par une déstabilisation puis éventuellement par une quelconque forme de guerre par procuration menée par ses alliés, les monarchies du golfe et la Turquie. Mais, il doit affronter et neutraliser l’opposition de la Russie, de la Chine, de l’Inde ainsi que d’autres Etats.

    A l’ONU, Annan a déclaré que son propre plan de paix « n’est pas appliqué ». Il a dit au Conseil de sécurité qu’il était temps de brandir la menace de « conséquences claires » si Assad ne mettait pas fin au conflit, en précisant aux journalistes que d’autres actions devaient être envisagées, « si ce plan ne fonctionnait pas ou si nous décidions que ce n’était pas la bonne manière de procéder. »

    Ban Ki-moon a lui aussi accusé le régime Assad. « Il est évident depuis de nombreux mois que le président Assad et son gouvernement ont perdu toute légitimité, » a-t-il dit. « La traînée de sang remonte aux responsables. »

    Au moment où l’ONU se réunissait à Washington, le secrétaire d’Etat américain au Trésor, Timothy Geithner, accueillait des représentants de 55 pays dans le but d’imposer des sanctions punitives additionnelles qui obligeraient l’élite patronale syrienne à laisser tomber le régime. « Des sanctions fermes feraient comprendre au monde des affaires syrien et aux autres partisans du régime que leur avenir restera sombre tant que le régime d’Assad restera au pouvoir, » a-t-il dit.

    Mercredi, à Istanbul, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a participé à un mini-sommet des « Amis de la Syrie » des ministres des Affaires étrangères et des envoyés de 16 pays européens, turcs et arabes pour discuter de leurs plans en vue d’un changement de régime. Clinton a insisté pour dire qu’Assad devait partir et « transférer le pouvoir » à un « gouvernement représentatif transitoire ». Sa proposition vise à s’assurer le soutien de Vladimir Poutine de Russie en vue d’un changement de régime négocié tel celui organisé au Yémen.

    Bien qu’un tel dénouement ne soit pas exclu, Moscou reste pour le moment opposé à ce qu’elle reconnaît être une tentative américaine de rallier la Syrie dans son orbite, d’isoler l’Iran et d’assurer son hégémonie incontestée sur le Moyen-Orient aux dépens de la Russie et de la Chine.

    Jeudi, le porte-parole russe du ministère des Affaires étrangères, Alexander Loukachevich, a dit au sujet du massacre signalé à Qubair, « Il ne fait pas de doute que certaines forces ont une fois de plus recouru à des provocations brutales et méprisables pour contrecarrer le plan de Kofi Annan. »

    « Il est impératif que les acteurs étrangers qui participent au règlement du problème syrien utilisent leurs canaux pour influencer les groupes d’opposition armés dont la récente recrudescence des activités et des appels en faveur d’une intervention extérieure contredisent ce plan, » a-t-il poursuivi.

    La Russie et la Chine ont tous deux réitéré à l’ONU leur opposition à une intervention militaire, et le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Cheng Guoping, a déclaré, « Vous ne pouvez pas dire, parce que vous n’aimez pas le système d’un pays, qu’il faut chercher les moyens de renverser son gouvernement. »

    Le représentant russe à l’ONU, Vitali Chourkine, s’est opposé à une pression unilatérale sur la Syrie et à des sanctions, en demandant au lieu de cela que cesse vivement l’approvisionnement en armes et en argent à l’opposition.

    Moscou et Beijing ont été soutenus par l’Inde dont le représentant Hardeep Singh Puri a exprimé sa préoccupation face aux attaques croissantes à la fois contre les civils et les forces de sécurité.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a dit mercredi aux journalistes à Beijing que Moscou proposait de convoquer une conférence internationale pour tenter de persuader tous les groupes d’opposition syriens de mettre un terme à la violence et de s’asseoir à la table des négociations. Ceci impliquerait les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la Turquie, l’Iran, la Ligue arabe, l’Organisation de coopération islamique et l’Union européenne.

    Il bénéficie du soutien de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui comprend la Russie, la Chine et les pays d’Asie centrale, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Kazakhstan ainsi que le Tadjikistan qui a réclamé jeudi un règlement négocié du conflit syrien en rejetant toute « passation de pouvoir par la force ». Outre une coopération économique, l’OCS s’est engagé à une coopération militaire, à un partage des renseignements et à des opérations de contre-terrorisme. Son intervention dans la crise syrienne est un nouveau signe qui montre que la poussée des Etats-Unis pour un changement de régime risque d’amplifier la guerre dans la région.

    Article original paru en anglais, WSWS, le 9 juin 2012

    Articles de Chris Marsden publiés par Mondialisation.ca

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=MAR20120611&articleId=31369

     
    • sullymorlandimus

      12 juin 2012 at 12 h 32 min

      @Zapatta;

      Pour l’instant dans les pronostics je vous bats un à zéro (/résultat présidentielles).
      Voyons ce coup-ci si vous allez égaliser. Je vous répète qu’il s’agit d’une partie de poker-menteur; le Poutine est maintenu au pouvoir–dont on connait la nature– par la volonté de Washington. Ils font mine de se mettre sur la gueule avec les affaires Syro-Iraniennes. Que dal. C’est nous qui allons trinquer. C’est le dépeçage de l’Europe et la prise au grappin de l’Afrique qui sont en train de se jouer sous nos yeux. Après deux guerres mondiales qui ont défaits les européens, le communisme n’étant plus, le dépeçage peut être réalisé tranquillement. Nous comptons dans notre pauvre camp de la perfide Albion sur qui il ne faut pas compter et sur les castrats teutons. Bref, faute d’une trempe à la De Gaulle, nous n’existerons plus en tant que nation avant 15 ans.
      Merci de daigner me répondre zapatta !

       
  4. emigrdsouche

    11 juin 2012 at 21 h 38 min

    Si ce que dévoile Meyssan s’avère, échec ou succès à la clef, et si c’est couplé à l’effondrement monaitaire le rubicon sera franchit.

     
    • marc153

      12 juin 2012 at 8 h 13 min

      Disons que ce sera un pas de plus dans la direction qu’ils ont choisi, car je pense que le Rubicon a été franchis le 11/9, c’était le "marqueur" du début de l’offensive diabolique.

       
  5. Alcide

    11 juin 2012 at 22 h 20 min

    Il semblerait qu’il y ait des discussions préparatoires au sein du politburo d’EURSS afin de:
    – Suspendre les accords Schengen
    – Limiter les retraits d’espèces
    – Contrôler les flux de capitaux

    http://www.zerohedge.com/news/europe-brings-out-capital-controls-bazooka

    C’est amusant , il n’y aurait donc un contrôle des capitaux et des personnes que pour les contribuables de base, pas pour les sociétés du CAC 40 qui réalisent les bénéfices dans les paradis fiscaux ,ce qui correspond pourtant aux canons du libéralisme standard qui en rendant les riches plus riches et mobiles était censé nous protéger de la guerre , de la pauvreté ,des écrouelles et du phimosis.

    Je crois déceler une inégalité de traitement : on ne serait bon que pour consommer et payer les impôts ?
    On nous aurait menti ?

     
    • emigrdsouche

      11 juin 2012 at 22 h 26 min

      Bonsoir, Alcide,
      Félicitation pour l’nfo.
      Tu viens d’écrire une partie de la mise en oeuvre de la synthèse recherchée:
      communisme-capitalisme.

       
    • sullymorlandimus

      12 juin 2012 at 12 h 37 min

      Bonne intervention de notre petit gersois, (oh di con !!)

       
  6. GLENCOE

    12 juin 2012 at 4 h 40 min

    je suis en poste en arabie saoudite depuis quelques mois et ma fonction me permet de voyager librement, avez-vous des infos complémentaires concernant ces studios ??? afin de crédibiliser les dires …

     
  7. Villain Nemesis

    12 juin 2012 at 7 h 37 min

    Intoxication de l’OTAN, nous avons nos doses quotidiennes ! TheNowaytogo!

     
  8. michel49

    12 juin 2012 at 8 h 58 min

    Nous avions dejà eu la "prise de Tripoli" filmée dans un studio au Qatar…

     
    • Ann

      12 juin 2012 at 10 h 05 min

      Et aussi le voyage sur la Lune filmé par Kubrick.
      La propagande idéologique n’a pas de limites, et les zuniens sont les maitres en la matière !

       
    • khella

      12 juin 2012 at 14 h 32 min

      L’OTAN vous croyez ? Personne ne sait vraiment qui nous balance ces poisons au quotidien sur le coin de la figure.

      Un grand crime contre l’humanité en tout cas.

       
  9. Alcide

    12 juin 2012 at 10 h 59 min

    Les US accélèreraient les préparatifs de la « zone de non survol » en Syrie !

    http://rt.com/usa/news/us-syria-president-reports-584/

    De la guerre encore plus de guerre ,de destruction , de meurtres de civils par les ordures mondialistes et pour leur unique bénéfice au détriment du plus grand nombre.

    Si Flamby ne dit mot , si le sinistre de la défense acquise , ce sera la preuve définitive du véritable positionnement du( des) gouvernement(s) (européens ) derrière la synagogue de Satan.
    Avec la livraison confirmée par le gouvernement allemand de sous marins capables d’embarquer des armes nucléaires à Tel Aviv , lequel gouvernement de psychopathes pourra ainsi exercer L’option Samson , tout se met en place pour la finale.

    http://www.alterinfo.net/Nous-pouvons-detruire-n-importe-quelle-capitale-europeenne_a29173.html

    http://www.guardian.co.uk/world/2003/sep/21/israelandthepalestinians.bookextracts

     
  10. Sébastien

    12 juin 2012 at 14 h 22 min

    Il est surprenant qu’une information aussi capitale soit aussi peu commentée (20).
    Cet article est la bombe atomique qui déclenchera la fin du système si ce qui y est décrit se produit: guerre mondiale, guerre civile, effondrement économique systémique.
    Il semble que les spéculations financières dont personnes ne sait rien, sinon les intéressés eux-mêmes (Messieurs, Bernanke, Rothschild et miss Masters entres quelques autres) intéressent davantage alors que toute personne censée devrait se moquer comme de sa première dent des variations bidonnées de statistiques d’escrocs.
    Mais bon, ça doit entretenir les conversations.

     
    • BALLAND

      13 juin 2012 at 13 h 32 min

      @meyer
      Oui, la propagande guerrière est lancée, je me suis contentée de voir le titre et j’ai tout de suite pensé à l’article de Thierry Meyssan, je n’ai même pas lu l’article.

      En france, on attend par ailleurs les suites de l’affaire Meyrat, si l’on remonte dans le temps on pourrait faire la corrélation avec l’affaire de la maternelle de Neuilly, l’information se décrypte petit à petit.
      A qui profite le crime ?

       
  11. djayball

    27 juin 2012 at 21 h 17 min

    Discours de Ron Paul à la Chambre des représentants des États-Unis le 19 juin 2012
    toutes les preuves justifiant l’attaque de la Syrie sont bidons :

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 674 autres abonnés

%d bloggers like this: