RSS

Trader Noé – Analyse du 7 juin 2012

07 juin

Tout le monde s’attendait à la réponse de la FED et la hausse s’est faite avant l’annonce.
Désormais l’indice E-mini SP 500 est arrivé sur les résistances évoquées.

Actuellement, les résistances importantes et proches sont à 1317-1330-1350.
Pour valider l’accélération baissière, nous l’avions précisé en début de semaine, il fallait casser le support des 1260 points.

Concernant le Future CAC 40, la rupture des 3140 points permettrait au cours de progresser davantage avec une résistance importante à 3240-3270 points.

En attendant, la banque Bankinter n’a pas su profiter de ce rebond technique et cède pratiquement 3%.  Il faudra suivre très attentivement ce titre ces prochains jours. Le support phare et pivot de situe à 1.95 euro et sa rupture pourrait être délicat.

Encore une fois, pour l’instant l’indice E-mini SP 500 s’en sort bien mieux que l’indice CAC 40 qui pourrait vaciller avec n’importe quel problème surgissant en Europe.

Cependant, si les agences de notation commençaient à également s’en prendre aux sociétés et banques américaines nous pourrions nous poser diverses questions, comme j’ai pu le lire dans le dernier numéro de LIESI. La rédaction du blog devrait aller plus loin dans l’analyse dans son prochain numéro. Ce qui se passe est en effet déterminant pour l’avenir des citoyens européens. Nous voyons s’accélérer les étapes d’une dégradation économique et monétaire individuelle, dosée puis globale, pour l’aboutissement d’une monnaie mondiale, d’un nouvel ordre mondial.

Surveillons toujours les points de résistances du E-mini SP 500. Ceci permettrait d’anticiper si la hausse d’hier est déjà terminée ou pas. Nous serons rapidement fixés. Bonne journée à tous.

About these ads
 
47 Commentaires

Publié par le 7 juin 2012 dans Non classé

 

47 réponses à “Trader Noé – Analyse du 7 juin 2012

  1. figarofinn

    7 juin 2012 at 8 h 24 min

    Une vidéo piochée chez les polynésiens (http://puaa689.wordpress.com/2012/06/07/nwo-vous-etes-prevenus/)

    Il ne faut pas que Jésus soit mort pour rien.

    Vidéo :

     
    • Ragnar Lodbrok

      7 juin 2012 at 12 h 02 min

      @ figarofinn,

      Malgré le sérieux et le contexte de la situation actuelle, je veux vous rassurer immédiatement!
      Non Jésus n’est pas mort pour rien!

      N’auriez-vous pas un résumé de votre vidéo parce que 2h28’55", ça fait peur!

       
      • figarofinn

        7 juin 2012 at 13 h 03 min

        @Ragnar,

        J´ai suffisamment la foi pour croire qu´il reviendra. Il m´est tout de même impossible de comprendre une telle noirceur et tant d´acharnement à tout détruire, toujours et encore pour quelque chose qu´ils n´auront jamais.

        La vidéo ne vient pas de moi et je ne connais aucun lien qui propose une version plus courte, je suis désolée.

         
      • La Mésange

        7 juin 2012 at 21 h 40 min

        A Ragnar,
        elle existe en découpage par petits morceaux, cette vidéo, ainsi que d’autre du même gars (un protestant canadien du type "born again")
        Allez sur youtube ou dailymotion et tapez "Pierre Gilbert"…

         
    • jozecat

      7 juin 2012 at 12 h 12 min

      Ce type est non crédible. pasteur auto-proclamé, il fait sa fortune grâce à ses adeptes très friands de sensationnel et scandales, mensonges montés de toute pièces assurant à ce sale c– popularité,pouvoir sur les âmes

      J’en parle en toutes connaissances de cause puisque je fais partie de ceux qui ont démasqué son grand ami et poulain GERARD BOUFFARD aussi manipulateur que lui.

      Il nous a fallu aller vérifier ses prétentions auprès des conférence des évêques de France,du Québec, d’Amérique du Sud….. et même au Vatican

      Après vérifications, toutes les prétentions es deux compères étaient fausses

      Un bon point en passant à l’Eglise catholique qui conserve scrupuleusement toutes informations

      Bref, faudrait pas prendre les enfants du Bon Dieu pou des canards sauvages et leur faire avaler tout et n’importe quoi

       
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 14 h 00 min

        + 1

         
  2. spark

    7 juin 2012 at 8 h 55 min

    @Clavreul

    Tu disais hier :"Pas de dévaluation monétaire : euro / dollar 1,45 le 1 / 7 /2011. Euro / dollar 1,24 le 7 / 6 / 2012. Depuis la création de l’ euro nous avons perdu 40% de notre pouvoir d’achat. Prix moyens mensuels de vente de pommes de terre nouvelles au kilo : Janvier 2003 : 1,16 euro / avril 2012 : 2,29 euro soit + 80% ces 8 dernières années alors que la mise en circulation de l’ euro c’est effectué il y a 12 ans : le 1 janvier 2002."

    Non tu n’as pas de dévaluation de l’euro tu a juste un retour de l’euro à sa juste valeur. L’euro est surévalué depuis des années. Tu ne peux pas avoir une monnaie qui cote au dessus de tout le monde et qui représente une zone ou la croissance est une des plus basse depuis 10 ans. L’euro a coté moins de 1 dollar à une période (0.86 ou 0.89 tu le retrouve dans les histo). L’euro n’a rien à faire à 1.45 sa juste valeur est au alentours de la parité et encore.

    Par contre le pouvoir d’achat a effectivement baissé personne ne le conteste. Mais dans cette affaire tu as les marges exorbitante et l’inflation.

     
    • Clavreul

      7 juin 2012 at 13 h 23 min

      Tu n’ as pas un retour de l’ euro à sa juste valeur puisque les monnaies sont basées sur un change flottant depuis 1973 sous la présidence Nixon qui mettait fin à la parité entre le dollar et les réserves d’ Or des USA. Ce qui a conduit à une augmentation constante de la masse monétaire internationale, regardez une courbe de la masse monétaire européenne depuis 2002 à nos jours. C’est un dévaluation concertée pour éponger les dettes par l’ inflation.

       
      • spark

        7 juin 2012 at 14 h 33 min

        L’inflation qui réduit la dette c’est celle qu’on a connu sous giscard. + de 10% par an.

         
  3. zapatta

    7 juin 2012 at 9 h 26 min

    Europe:Merkel veut une union politique

    La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré aujourdhui matin qu’elle souhaitait travailler à une "union politique" en Europe, quitte à accepter l’idée d’une Europe à deux vitesses si certains pays bloquent. "Nous avons besoin de plus d’Europe (…) d’une union budgétaire (…) et nous avons besoin avant tout d’une union politique. Nous devons, pas à pas, abandonner des compétences à l’Europe", a-t-elle déclaré dans un entretien à la télévision publique allemande ARD. Mais "nous ne devons pas rester immobiles parce que l’un ou l’autre (pays) ne veut pas encore suivre", a-t-elle ajouté.
    Elle a évoqué la libre de circulation au sein de l’Europe, réglée par les accords de Schengen, et l’existence même de la zone euro comme exemples de domaines où l’Union européenne avance d’ores et déjà en rangs dispersés. Dans le même temps, "nous devons être ouverts, donner la possibilité à tout le monde de participer", a-t-elle précisé.

    La chancelière s’exprimait au lendemain d’un entretien téléphonique avec le président américain Barack Obama, avec lequel elle a évoqué la nécessité de mesures pour renforcer la zone euro, selon la Maison Blanche. Angela Merkel reçoit aussi jeudi à la mi-journée le Premier ministre britannique David Cameron pour discuter de la crise dans les pays de l’euro. Angela Merkel a par ailleurs tenté ce matin de tempérer les attentes autour du sommet de l’Union européenne prévu fin juin, estimant qu’il n’allait pas régler d’un coup tous les problèmes de la zone euro. Elle a expliqué, comme elle le fait régulièrement avant les réunions de ce genre, ne pas croire "qu’il y ait un seul sommet capable de tout régler d’un coup", soulignant qu’elle voulait soumettre à ses partenaires au sommet de juin une proposition pour un programme de travail ayant pour objectif une union politique.

    Plus de trois-quarts des Allemands (78%) pensent d’ailleurs que "le pire de la crise de la zone euro est encore à venir", selon un sondage publié jeudi. Mais 70% sont toutefois confiants que l’Europe va surmonter la crise actuelle, et l’euro continuer à exister.
    Elle a de nouveau expliqué sa stratégie de croissance pour l’Europe. "La consolidation budgétaire et la croissance sont les deux faces d’une seule et même médaille", a-t-elle dit, soulignant que la croissance devait venir d’une compétitivité renforcée dans les différents pays de l’Union européenne. "Nous devons, chaque pays d’Europe, nous confronter à nos propres faiblesses", a-t-elle dit. La compétitivité "veut simplement dire que l’on produit de manière à pouvoir bien vendre partout dans le monde", a-t-elle expliqué, "c’est cela que je défends et je pense que cela fait l’unanimité en Europe".

    AFP

     
    • oscar

      7 juin 2012 at 10 h 38 min

      C’est la fuite en avant des idéologues européistes, plus la crise s’aggrave, plus il faut d’Europe!!! C’est consternant. C’est délirant! L’Europe de Bruxelles finira comme l’Urss ou la Yougoslavie, avec ou sans guerre civile, c’est la seule grande inconnue à mon humble avis.

       
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 18 h 49 min

        Vous avez raison oscar, c’est une des raisons qui font que l’ Allemagne ne sortira pas de la zone euro. L’ Allemagne a une responsabilité importante pour conduire le fédéralisme de l’ Europe. Si ça coïnce de par la révolte des peuples ils déclencheront la troisième guerre mondiale et achèveront le procéssus par la suite pour achever la construction des Etats – Unis d’ Europe.

         
  4. duc

    7 juin 2012 at 9 h 39 min

    On parle de boycottage du site effondrements de civilisation depuis hier.

    Peut-on savoir pourquoi Liesi le censure ?

     
  5. Colombin

    7 juin 2012 at 9 h 39 min

    La hausse d’hier me donne le même sentiment qu’en décembre dernier lors du rebond qui a mené le CAC à 3600 pts
    Le 31 Janvier 2012 j’écrivais :
    « Je ne pense pas que la chute du CAC sera si rapide. Le CAC est dans une phase haussière et les dernières nouvelles du “front européen” paraissent rassurer les marchés.
    La dégradation qui doit se faire au niveau planétaire, implique un statisme lié à l’échelle des évènements.
    Je pense donc (mais ceci n’engage que moi) que les évènements prévus ici se feront dans un
    plus grand attentisme et que les nombreuses élections prévues en 2012 dans plusieurs pays motivent l’oligarchie à mettre l’économie mondiale sous perfusion afin d’instaurer des gouvernements complices du NOM et ceci en même temps pour une meilleure cohésion.Que se passerait-il si dans un des pays acteurs du NOM, un des présidents serait anti-NOM ? C’est impensable.
    En bref, je ne serais pas étonné que l’attentisme des marchés perdurent jusqu’à l’élection américaine…à l’automne 2012 donc. Un CAC à 3750 pts ne me choquerait pas.”
    Finalement le CAC a fleureté avec les 3600 pts mi-Mars sans aller au-delà mais tout de même. Aujourd’hui beaucoup d’eau a coulé sous les ponts d’Athènes et de Paris, de Madrid et de Berlin aussi d’ailleurs… et je continue de penser que tout ce qui est annoncé ici par Trader Noé ou Menthalo va probablement se passer mais je diffère entièrement sur le calendrier annoncé.

    Les agitations des uns et des autres, les sommets, mini sommets, les conférences téléphoniques, les G20, G7, etc….font durer le suspens et sans doute pour des mois encore.

    Le marché se retourne une fois de plus à la hausse, pour combien de temps, nul ne le sait mais probablement au moins jusqu’au 17 Juin.

     
    • Clavreul

      7 juin 2012 at 11 h 22 min

      Nous allons crever de faim dans la rue pendant que les journaleux seront béats d’admiration devant un rebond de 0,1% sur le CAC40, c’est exactement ce qui s’est passé pendant l’écroulement de l’ URSS. l’ apparat brillait de mille lumières accompagné de sourires de circonstance pendant que le peuple Russe se nourrissait dans les poubelles. La minorité dominante doit respecter le cahier des charges en vue de l’ explosion finale, comme des évènements naturels par exemple. Les bases " underground " aux USA ne sont peut être pas suffisamment achevées. Nous verrons bien…

       
      • ptitpère

        7 juin 2012 at 19 h 03 min

        Qu’entendez-vous par "explosion finale"? :(

         
  6. zapatta

    7 juin 2012 at 10 h 07 min

    l’Espagne emprunte plus cher

    L’Espagne emprunte 2,074 milliards d’euros, une somme plus importante que prévu.
    Les taux à 10 ans sont en hausse à 6,044%.

    AFP

     
  7. BA

    7 juin 2012 at 10 h 11 min

    Jeudi 7 juin 2012 :

    L’Espagne emprunte 2,074 milliards d’euros, mais à un coût très élevé.

    L’Espagne a levé jeudi 2,074 milliards d’euros en obligations, un peu plus que prévu, grâce à la forte demande des investisseurs, mais a dû concéder des taux d’intérêt en hausse sur l’échéance-phare à dix ans, au-dessus de 6%.

    Le taux à 10 ans a atteint 6,044%, contre 5,743% lors de la dernière émission similaire, le 19 avril 2012, selon un communiqué de la Banque d’Espagne.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___L_Espagne_emprunte_2074_mds_d_euros_mais_a_un_cout_tres_eleve75070620121104.asp

     
  8. gaspard

    7 juin 2012 at 10 h 13 min

    La fin de la zone EURO, un article intéressant et qui indique la situation actuelle est proche de 1930, qui a amené Hitler au pouvoir…

    http://fr.rian.ru/tribune/20120603/194909670.html

     
  9. zapatta

    7 juin 2012 at 10 h 29 min

    La France emprunte 7,836 milliards d’euros sur le marché à des taux en baisse

    PARIS – La France a emprunté jeudi 7,836 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme sur le marché, à des taux en baisse, qui reflètent l’intérêt des investisseurs pour la dette française sur fond de tensions en zone euro.

    Le Trésor souhaitait lever entre 7 et 8 milliards d’euros. La France a emprunté des fonds sur quatre échéances, dont une ligne à 50 ans, une première depuis fin 2010, qui est ressortie à un taux très faible de 3,27%.

    ©AFP / 07 juin 2012

     
  10. shalk

    7 juin 2012 at 11 h 00 min

    Hitler au pouvoir, il y avait certes une situation économique horrible, mais aussi TOUT UN TAS d’autres facteurs. La montée du chômage, l’abêttissement de la population (pas les moyens d’aller à l’école, fallait travailler), le pouvoir en place qui a laissé monter en puissance le NSDAP, les confrontations SA/communistes, les industriels, les "coups du sort", la faiblesse techniques des medias d’époque… et la personnalité d’Hitler.
    Hitler au pouvoir, ce n’est pas que dû à la crise économique de l’époque. Faut arrêter.

     
    • Clavreul

      7 juin 2012 at 11 h 38 min

      En tout cas Hitler est mort depuis longtemps et pourtant nous nous retrouvons dans la même situation d’ avant 1939, il faut bien admettre qu’ il avait par conséquent le dos large n’est ce pas ? ne dis – t’on pas que ce sont les vainqueurs qui fabriquent l’ histoire des manuels scolaires ? En tout cas avec ce que nous vivions à l’ heure actuelle, nous pouvons constater que ceux qui tirent réellement sur les ficelles sont ailleurs. Il suffit de regarder dans la direction opposée du doigt qui est tendu.

       
      • Francky Vincent

        7 juin 2012 at 11 h 49 min

        Vous m’avez devancé sur les manuels scolaires ;-)

         
    • Francky Vincent

      7 juin 2012 at 11 h 45 min

      Arrêtez d’apprendre vos cours d’histoire sur les manuels de l’éducation nationale car c’est du vent et de la propagande pour nourrir les petits moutons … la vérité est ailleurs. votre discours qui contredit celui de J.Sapir est du blabla digne de BFM TV…

      Sans crise économique, Hitler ne serait JAMAIS parvenu au pouvoir, c’est un fait incontestable, faut savoir tout de même que Hitler fut un pion mis en place par les américains et que l’Allemagne a cette époque était un des, sinon le meilleur partenaire commercial des USA. Les relations entre les deux pays fascistes étaient très courtoises et rien n’a changé… l’avenir nous le dira très bientôt car nous sommes aux portes d’un grand événement.

       
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 12 h 00 min

        Qui se cache derrière les crises majeures qui conduisent à des guerres ? se cantonner à la politique n’ est pas suffisant pour produire une bonne analyse, c’est d’ailleur pour cela que nous retombons à chaque fois dans les mêmes erreurs d’ interprétations historiques.

         
      • Francky Vincent

        7 juin 2012 at 12 h 39 min

        @ Clavreul

        Le message n’était pas adresse a vous Clavreul mais a shalk !
        Je suis 100% en accord avec vous!

         
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 12 h 42 min

        " 22) Les armements. On suggéra de lancer la fabrication d’ armements pour que les Goyim s’ entre-détruisent, à une échelle colossale et que finalement " il n’ y ait plus dans le monde que les masses prolétaires et quelques millionnaires tous dévoués à notre cause,… ainsi qu’ une police et des soldats en nombre suffisant pour assurer la protection de nos intérêts." Mayer Rothschild lors d’une réunion qu’il avait organisé en 1773. Page 117, Des Pions sur l’ Echiquier de William Guy Carr. Et ils ne faut pas non plus se tourner vers les Sionistes et les Musulmans extrémistes qui ne sont que les idiots manipulés pour amener l’ affrontement dans un chao planétaire. Les Illuminati ne sont pas une légende, ils sont aujourd’ hui à l’ origine de la création des groupes de manipulation occulte comme la Trilatérale, le Bilderberg et le CFR. Les hommes politiques qui nous représentent ont accès au pouvoir après qu’ ils aient fait allégeance à cette lignée Luciférienne au travers des fondations comme les young Leaders par exemple. Cette lignée qui a d’ ailleur créé la Franc Maçonnerie pour mettre en place les différentes révolutions que nous connaissons. Tout le reste est de l’ apparat pour nous tromper. L’ on ne peut pas mener le combat si l’ on n’ a pas bien déterminé nos énnemis.

         
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 12 h 44 min

        Pas de problème Francky Vincent, vous savez je suis assez pointilleux. C’est important pour la suite des évènements.

         
  11. bernard

    7 juin 2012 at 11 h 22 min

    1/

    2/

    3/

    4/

    5/

    6/

    idem que 2/ (en moins de fichiers)

     
    • Clavreul

      7 juin 2012 at 14 h 17 min

      Bonjour Bernard, en voici un qui s’ informe !

       
      • feuch

        7 juin 2012 at 14 h 40 min

        ne me remerciez pas c’est kado..un bon resumé des videos de mister bernard..
        salamalikoum

         
      • loise

        7 juin 2012 at 18 h 43 min

        je vous adore ,je suis completement accro a liesi et son forum je crois que j’y vais une vingtaine de fois par jour j’y trouve une raison de reprendre gout ds le genre humain….mon dieu quel desastre sans ce ferment d’eveil !!!!

         
    • Ragnar Lodbrok

      7 juin 2012 at 15 h 01 min

      Hé Bernard, vous avez un gros paquet d’actions chez Dailymotion?

       
      • bernard

        7 juin 2012 at 17 h 26 min

        Ces vidéos ne se résument pas, elles sont essentielles et incontournables.

         
  12. zapatta

    7 juin 2012 at 11 h 29 min

    D’après Mario Draghi, la BCE n’a pas de solution miracle pour sauver le secteur bancaire européen

    7 juin 2012 | Philippe Béchade | Chronique Agora

    ▪ Après les 2,2% perdus vendredi pour cause de bien mauvais chiffres du chômage, l’ensemble des indices boursiers (CAC 40, Euro-Stoxx, S&P, Nasdaq) passe en mode rally haussier pour cause de… mais de quoi au fait ?

    Nous imaginons difficilement que ce soit pour cause d’effondrement de la production manufacturière en Espagne ou de chute de la productivité aux Etats-Unis — pour n’évoquer que les chiffres du jour.

    Pas de quoi se réjouir non plus de la dégradation des filiales des banques françaises en Grèce ou de la chute de la consommation en Europe au mois de mai — le secteur textile-habillement subit une contraction spectaculaire des ventes.

    Trop de mauvaises nouvelles conjoncturelles, pas d’avancée concrète sur le dossier des banques espagnoles, aucune raison de repasser acheteur après la conférence de presse de Mario Draghi qui n’a satisfait aucune des attentes des investisseurs !

    ▪ Hausse des marchés : la vérité est-elle ailleurs ?
    Malgré tout ce qui précède, c’est un scénario fortement haussier qui s’est enclenché sans cause identifiable : c’est beaucoup plus déroutant comme ça. En effet, à Wall Street, dès les premières minutes de cotation, les vendeurs se sont apparemment fait retourner par une tendance haussière qu’ils n’avaient pas (et pour cause) anticipée.

    A Paris, nous n’avons pas assisté à une soudaine résurgence des achats de conviction. 3,6 milliards d’euros échangés, ce n’est pas une vague de fond, mais plutôt une rafale de rachats forcés sur des titres survendus, dans un marché étroit où la contrepartie vendeuse s’est volontairement dérobée. De ce fait, nous avons pu constater des écarts impressionnants à la hausse, de l’ordre de 7% pour certaines financières comme Natixis ou AXA.

    Il est beaucoup question dans les salles de marché d’un plan de consolidation et de garantie du secteur bancaire à l’échelon européen.

    ▪ L’Allemagne ne peut pas porter le poids de toutes les dettes
    Cela rassurerait en effet tout le monde mais c’est très difficile à réaliser car ce sont les banques allemandes qui se retrouveraient, par la force des choses, garantes des banques ibériques, portugaises ou irlandaises !

    L’Allemagne s’y opposera de toutes ses forces.

    Le recours au MES (à condition de renforcer sa dotation en capital) pour sauver le système bancaire espagnol est considéré comme acquis. Mais il va falloir modifier ses statuts… Et là encore, l’Allemagne se montrera très réticente ou y mettra son veto, car cela revient à faire refinancer les banques directement par les Etats avec l’aval de la BCE.

    Beaucoup de fantasmes et d’extrapolation derrière l’exubérance haussière des marchés mercredi. Mais aucun investisseur ne veut croire que les banques centrales (et surtout pas celle des Etats-Unis) resteront l’arme au pied face aux signaux de ralentissement économique qui se multiplient.

    ▪ QE3 ou pas ?
    Les marchés ont digéré mardi un mauvais chiffre d’activité industrielle aux Etats-Unis. C’était encore pire en Europe hier matin… alors, trop c’est trop, la Fed ne peut qu’envisager la mise en oeuvre d’un QE3.

    Peu importe que les LTRO et autres quantitative easing n’aient aucune efficacité à moyen ou long terme sur la croissance : ça ne marche pas mais la Fed va remettre ça !

    Mario Draghi a démenti l’existence d’une solution miracle dont la BCE détiendrait la clé. La résolution des problèmes actuels relève du domaine politique et se situe à Bruxelles, Madrid ainsi qu’à Paris et Berlin.

    Le patron de la BCE a de nouveau douché les espoirs d’une initiative de type LTRO, tout en soulignant les dysfonctionnements du marché bancaire et l’inquiétante contraction du volume des prêts.

    Il a promis de maintenir en place les mesures non-conventionnelles mais se refuse à aller au-delà (racheter de la dette souveraine par exemple).

    Les marchés ont raison de vivre d’espoir et d’eau fraîche car il n’ont pas de quoi se réjouir des prévisions de croissance. La BCE anticipe une variation de PIB comprise entre -0,5% et +0,3% dans l’Eurozone en 2012 et +0% à +2% en 2013 — pourquoi pas entre -5% et +10% après tout ? Elle réitère son pronostic concernant la prédominance des pressions déflationnistes, actuellement masquées par la cherté du pétrole — mais un net reflux est amorcé depuis trois mois.

    Rien de concret n’expliquait les 2% de hausse moyenne des indices américains à la mi-séance (même pas de fausses rumeurs d’origine douteuse), pas plus que l’emballement haussier de 2,4% du CAC 40 ou sur l’Euro-Stoxx 50. Mais les day traders n’ont pas d’autre choix que de couper leurs positions short puisqu’ils ne raisonnent pas au-delà de la clôture.

    Nous n’avons pas non plus trouvé dans le Beige Book de la Fed publié mercredi soir les motifs de l’euphorie qui régna au cours des deux heures qui suivirent sa publication. La plus forte haussecde l’année des indices américains s’appuie sur… strictement rien, sinon la récitation incantatoire de la foi des opérateurs dans la mise en place d’un QE3.

    Sauf que pas une ligne du Beige Book ne suggère que la Fed réfléchit à une telle éventualité.

    Le texte publié hier soir reprend 98,9% des éléments de la précédente édition mais certains spécialistes ont détecté une imperceptible inflection sémantique sous-tendant un diagnostic économique moins morose qu’au mois d’avril.

    Nous sommes épaté qu’une croissance toujours qualifiée de désespérément lente puisse comporter des aspects qui soient jugés plus positifs. Pendant ce temps, la dure réalité des chiffres indique que rien n’a changé, sauf dans une seule des douze régions économiques, laquelle est passée de la contraction à la stagnation.

    ▪ Une élection locale va sauver l’Amérique !
    Un autre élément — qui ne manquera pas d’impressionner favorablement les investisseurs européens — c’est la victoire d’un républicain, supporter de Mitt Romney, dans une élection locale qui se jouait dans le Wisconsin.

    Et les journalistes de CNBC, commentant en direct la fin de séance en fanfare de Wall Street, s’extasiaient devant cette formidable nouvelle qui préfigure le redressement de l’Amérique sur le point de rallier le flambeau républicain.

    Pourquoi ne pas évoquer également une récolte de cerises particulièrement abondante dans le Tenessee, phénomène qui préfigure souvent la victoire du great old party aux présidentielles ?

    Quand les médias en sont réduits à débiter de telles élucubrations pour justifier une hausse de Wall Street — par ailleurs inexplicable — c’est bien qu’il n’y a plus que ce genre d’expédients pour dissimuler que l’envol des indices boursiers résulte d’une pure manipulation qui était probablement dans les cartons depuis lundi.

    Et ce n’est probablement pas un hasard si ce cadeau du ciel tombe précisément le jour de la reprise des transactions à Londres après les quatre jours du jubilée de la Reine. Sans le support technique des robots algorithmiques de la City, aucune hausse de cette ampleur n’aurait été possible.

    Il fallait une taille critique suffisante pour mettre à mal les détenteurs de positions vendeuses en Europe. Et puis surtout, Wall Street n’allait pas priver la City de participer à ce genre d’opération coup de poing dans une tendance baissière.

    Elle devrait permettre aux plus malins de revendre bien plus haut le papier qui leur brûle les doigts depuis la mi-mars.

    ▪ Même les financières s’arrachent à la hausse
    Et pour frapper encore plus fortement les esprits, les valeurs financières ont été littéralement arrachées à la hausse : Morgan Stanley s’envolait de 8,4%, Bank of America de 7,6%, Citigroup engrangeait 5,4%, Regions Fin 5,3%, J.P. Morgan 3,4%). C’est comme si le QE3 de la Fed avait été annoncé à quelques privilégiés qui se sont empressés de profiter de ce scoop.

    Si tel est le cas, cela s’appelle un délit d’initié, si tel n’est pas le cas, cette hausse s’appelle une manipulation de marché.

    N’oubliez jamais que les épargnants et les institutionnels qui ne sont pas dans la combine sont appelés des muppets [N.D.L.R : marionnettes] par les Maîtres du Monde qui se targuent de régner sur Wall Street. Ces derniers s’accommodent d’un déluge de procès pour malversations, tromperie, duplicité et manquement à l’éthique et dont le dernier exemple en date n’est autre que l’introduction de Facebook.

     
    • Francky Vincent

      7 juin 2012 at 12 h 49 min

      L’ Allemagne sortira de l’Euro, POINT. C’était prévu depuis longtemps !!!

      Mais seulement quand ils auront plumé tous les membres de la zone euro jusqu’au dernier sou. Le D.Mark, pardon l’Euro ne convient seulement a leur économie (moribonde) et ils s’en sont servis jusqu’à aujourd’hui pour limiter la casse (pas la casse sociale evidement).

      Demain, ce sera le D.Mark nouveau ou l’Euro ancien, seule la couleur des billets changera, par contre je me demande a qui les Allemands vont vendre leurs daubes fabriquées en Pologne ou en Slovénie, vu que 70% de leur production est revendue a prix d’or a ces soit disant partenaires.

      Le désastre qui en découlera de l’éclatement de la zone euro, fera le cercueil de l’Allemagne encore une fois comme en 1939. L’histoire est un éternel recommencement, hélas…

       
      • zapatta

        7 juin 2012 at 13 h 01 min

        @ Francky Vincent

        Bien sûr je suis d’accord avec vous en attendant en 10 ans grâce au taux de change de l’ Euro leur économie a " engrangé " 1000 milliards d’ Euros tout en faisant " une casse sociale " qu’ils veulent imposer aux autres pays de l’ UE …

        Elle est pas belle la vie ?

        Merkel ferait mieux de la fermer…

         
      • figarofinn

        7 juin 2012 at 13 h 41 min

        Je n´arrive pas à croire ce que vous venez d´écrire, vous rendez vous compte de la gravité de vos propos ? Avez vous seulement eu deux secondes de réflexion ?

        Evitez, je vous prie d´utiliser un refrain d´un autre temps, nous avons suffisamment à balayer devant notre porte, non ?

        Surtout révisez l´histoire, la vraie et si possible aussi celle du pays que vous accusez de tous les maux.

        Le pourvoir n´a aucune nationalité contrairement à la majorité des humains sur terre.

        Nous allons tous creuver, francais comme allemands, croyez vous réellement que ce soit si simple ?

        Vous jouez le jeu de ceux qui veulent la guerre parce que vous n arrivez pas à gérer vos frustrations.

        Il est où le nain pour réparer tous les dégâts ? Faut il vous rappeler qu´il a déclaré ouvertement la guerre à tous les pays qui nous entourent ? Que c´est lui qui a vendu l´or de la France et que son successeur fait pareil ?

        La France a été vendue depuis très longtemps et n´a pas eu besoin de l´Allemagne pour ca.

        Je ne sais pas ce que vaut Merkel, mais à mon avis elle fait ce qu´elle peut pour sauver ce qui peut l´être avec un flingue sur la tempe.

        Les allemands n´avaient aucun intérêt à rentrer dans l´euro. Relisez ce que Titmeyer disait à l´époque. Demandez à un Allemand ce qu´il pense de tout ca, croyez vous réellement qu´ils ont envie de revivre 1939 ?

        Taisez vous, c´est mieux.

         
      • Clavreul

        7 juin 2012 at 14 h 08 min

        Non, non les Gars…

         
  13. jean

    7 juin 2012 at 12 h 14 min

    La Bourse de Paris reprend confiance :

    La Bourse de Paris s’inscrivait en hausse jeudi à la mi-journée (+0,58%), soutenue par des espoirs d’avancées en Europe, notamment en Espagne et par la perspective de mesures de soutien aux Etats-Unis.

    A 12H30 (10H30 GMT), l’indice CAC 40 progressait de 18,65 points pour s’inscrire à 3.076,83 points, dans un volume d’échanges de 1 milliard d’euros toujours très faible.

    Dans ce climat marqué par un regain de confiance, le marché a bien accueilli une émission espagnole qui, malgré la hausse des taux, a été surscouscrite.

    "En résumé le marché a moins peur", souligne Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez Global Equities.

    Cette recrudescence d’optimisme s’explique par les récentes initiatives pour résoudre au niveau international la crise bancaire espagnole et par les efforts des Européens pour progresser vers davantage de cohésion politique.

    Par ailleurs, même si les marchés ont pu être déçus de l’absence de mesures immédiates de la part de la Banque centrale européenne (BCE), ils les estiment probables très prochainement, après les élections grecques du 17 juin et le sommet européen à la fin du mois.

    "On a le sentiment que Mario Draghi (président de la BCE) a cherché à faire comprendre aux marchés qu’il avait des cartouches, susceptibles d’être utilisées prochainement", a souligné M. de Villepion.

    Autant d’éléments qui encouragent les investisseurs à se positionner sur des actifs risqués, d’autant que les espoirs de mesures de soutien venant des Etats-Unis vont également bon train.

    Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine (Fed), va s’exprimer jeudi devant le Congrès et commenter la situation économique américaine. Il pourrait laisser entendre que la Fed sera prête à soutenir la croissance par de nouvelles mesures monétaires.

     
    • spark

      7 juin 2012 at 12 h 33 min

      Le crash final est donc reporté pour la nième fois.

       
    • zapatta

      7 juin 2012 at 13 h 48 min

      @ Figarofinn

      Vous répondez à qui ? à Francky Vincent ou à moi ?

       
  14. zapatta

    7 juin 2012 at 12 h 48 min

    GB : la BoE maintient son taux

    La Banque d’Angleterre (BoE) a annoncé aujourd’hui le maintien de son taux directeur à 0,50% et avoir laissé inchangé le montant total de son programme de rachats d’actifs, restant stoïque face à des indicateurs britanniques décevants et à l’aggravation de la crise en zone euro.

    Comme à son habitude, la banque centrale britannique n’a pas fait de commentaire immédiat sur sa décision, par ailleurs largement anticipée par les économistes, qui guetteront la diffusion des minutes de la réunion prévue le 20 juin.

    AFP

     
    • Francky Vincent

      7 juin 2012 at 12 h 51 min

      Ils maintiennent leurs taux, mais viennent de faire une planche a billet d’anthologie, pour la Xeme fois, donc tout va bien au pays de Camaron !

       
  15. Dies Irae

    7 juin 2012 at 12 h 59 min

    @zapatta

    Bel article de bechade !

     
  16. julleee

    7 juin 2012 at 18 h 47 min

    l’espagné dégradée par fitch de 3 crans et tombe à BBB avec perspective négative!
    la bourse va pas aimer demain je pense!

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 676 autres abonnés

%d bloggers like this: