RSS

Sommaire du Numéro 255 de LIESI – 31 mai 2012

02 juin

 

SOMMAIRE   -   Départ du Parti de la Peste / Arrivée du Parti du Choléra – La mort de l’euro en direct et dans l’indifférence générale des Européens – Vers l’implosion de l’Europe… et la probable faillite de la Banque centrale européenne – Le sauvetage européen doit passer par un CHAOS organisé – La campagne Obama pour la présidentielle 2012 se veut belliciste – Que fera la Russie de Poutine ? – Panne de nucléaire au Japon – Le cartel bancaire semble perdre la main à la faveur du Comité X.

ABONNEMENT OU ACHAT AU NUMERO (cliquer)

EXTRAIT

Olivier Sarkozy, demi-frère du Président français déchu, qui aura eu la responsabilité devant l’Histoire de réveiller le fantôme de Staline du fait d’une politique menée contre l’intérêt souverain de la France, est l’un des dirigeants du Carlyle Group (co-fondé par David Rubinstein). Le Carlyle Group gère les plus gros fonds d’investissement au monde et a recruté une foule d’agents de la CIA. Son beau-père, Franck G. Wisner, est d’ailleurs une pointure de la CIA, membre du conseil d’administration d’Enron, du Council on Foreign Relations, de la Rand Corporation. Et le grand-père, Franck Wisner, fut l’un des fondateurs de l’OSS, puis un haut responsable de la CIA en Europe durant la Guerre froide.

Précisons encore que c’est Olivier Sarkozy qui organisa la première rencontre entre le président George W. Bush et Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. En mai 2007, Olivier Sarkozy s’est rendu à Paris pour fêter l’élection d’un membre de la « Famille » à la tête de l’Etat français. En mai 2012, le sort de la France était désormais scellé. On change d’équipe : les Young Leaders de l’UMP sont remplacés par les Young Leaders du Parti socialiste. [...]

Rien d’étonnant, donc, si B. Obama et F. Hollande se sont si vite entendus. Les médias tenus par les membres des Young Leaders sont les principaux journaux de notre pays… Voilà pourquoi l’existence de passerelles entre les partis politiques, apparemment divisés, est cachée aux imbéciles utiles qui continuent de croire à chaque élection que le changement promis est enfin arrivé !

En réalité, N. Sarkozy et F. Hollande appartiennent à la même écurie, même s’ils ne sont pas rangés dans le même boxe… la CIA veille et surtout ceux qui la chapeautent. [...]

 

 

 

About these ads
 
24 Commentaires

Publié par le 2 juin 2012 dans Non classé

 

24 réponses à “Sommaire du Numéro 255 de LIESI – 31 mai 2012

  1. Marco

    2 juin 2012 at 10 h 30 min

    @ doyle,

    j’ai changé de mail, merci de me l’envoyer cette fois à : marco.gi34@gmail.com
    merci !

     
  2. Welly

    2 juin 2012 at 11 h 32 min

    JPM est repassee sous les $32.

    Je me suis mis a commenter la performance des « analyses » de chevallier.biz puisque la propagande ultra atlantiste commence a m’agacer…

    https://sites.google.com/site/lesperlesdudocteurchevallier/jp-morgan

     
    • Geraldine

      2 juin 2012 at 14 h 39 min

      C’est vrai que ledit Chevallier enfile les perles….

       
  3. david

    2 juin 2012 at 11 h 57 min

    http://www.rue89.com/2012/05/29/hessa-etudiante-koweitienne-paris-8-660-euros-par-mois-232559

    elle doit pas lire liesi cette décervelée….

    enfin dans pas longtemps son petit train de vie va changer…radicalement…

     
    • anne

      2 juin 2012 at 14 h 57 min

      elle s’empoisonne au coca ligth ,alzheimer à 40 ans , la preuve que les riches sont stupides lol

       
    • Franc-tireur

      2 juin 2012 at 18 h 15 min

      Pourquoi l’insulte?

       
    • ptitpère

      2 juin 2012 at 15 h 49 min

      Ces sondages sont totalement bidonnés.

       
      • Geraldine

        2 juin 2012 at 17 h 09 min

        Bien sûr, on est dans le conditionnement de l’opinion…

         
      • anne

        2 juin 2012 at 17 h 36 min

        oui les sondages sont bidons mais pas la guerre prévue, c’est bien pour ça qu’ils mettent des sondages bidons

         
      • duc

        2 juin 2012 at 17 h 43 min

        Le conditionnement de l’opinion étudié par Soral pour le mois de mai :

         
    • ylan

      2 juin 2012 at 16 h 05 min

      @anne
      On est pas aider avec un peuple aussi con mais ptitpère a raison ce sondage doit être truquer

       
      • marc153

        2 juin 2012 at 19 h 13 min

        Truqué? mais non, voyons ;-)
        La question posée était: « Ne trouvez vous pas qu’il serait bien de faire cesser les éxactions en Syrie? » Comment ne pas répondre par l’affirmative… et hop, l’élite transforme le « oui » en « il faut attaquer »…

         
    • oscar

      3 juin 2012 at 12 h 12 min

      Les Français sont des veaux comme d’hab avec leurs cerveaux lobotomisés par la presse du système à longueur de la journée, rien d’étonnant à ce qu’ils soient favorables à la guerre contre la Syrie d’ASSAD;

       
  4. unmar

    2 juin 2012 at 15 h 21 min

    apres les rires viennent les larmes malgré les cris d’alarme , le pétrole des afghanes intéresse toujours carlyle (* Mathias cassel)

     
  5. BA

    2 juin 2012 at 15 h 43 min

    Samedi 2 juin 2012 :

    Chers amis Lecteurs,

    Il n’est pas dans mon habitude de partager le fruit des recherches internes de Gavekal, cependant il me semble que nous sommes aujourd’hui face à une des pires paniques financières de l’Histoire. Ainsi, et comme nous avons tissé des liens, voilà ce que je pense des positions à prendre pour ceux que cela intéresse.

    Derrière cette panique, on trouve la fin de l’Euro et la politique monétaire désastreuse des Etats-Unis, ainsi que la résultante des capitaux fermés de la Chine . Nous sommes dans la dernière travée avant la panique totale.

    De là, l’étape d’après devrait être :

    1/ La chute des prix du pétrole et des matières premières (Enorme levier sur ces deux axes).

    2/ C’est également le moment pour acheter des obligations de sociétés corporate comme ce fut le cas après la grande dépression, après Pearl Harbor, après Lehman, sur la base de la valeur réelle.

    3/ Des actions également, qui est le seul scénario apportant de la valeur, si et seulement si nous n’entrons pas dans une dissolution compléte du monde financier tel que nous le connaissons.

    4/ Des achats de Dollars US (bien répété par tous normalement)

    5/ Quiconque conserverait des obligations d’Etats depuis les trois derniéres années ne devrait pas s’attendre à le moindre rémunération, et ce pour les années à venir.

    Je crois sincérement, de toute mon expérience, que nous sommes à la veille d’une panique magistrale.

    Charles Gave.

    http://institutdeslibertes.org/2012/06/02/point-financier-du-2-juin-2012/

     
    • Geraldine

      2 juin 2012 at 17 h 10 min

      Gave délire complètement : des actions et des obligations corporate à la veille d’un effondrement systémique ???

       
      • gwendoline1

        2 juin 2012 at 17 h 32 min

        @géraldine
        il me semble qu’il dit (sf erreur de ma part) non pas à la veille mais après…
        « ….Nous sommes dans la dernière travée avant la panique totale.
        De là, l’étape d’après devrait être : …. »

         
  6. ylan

    2 juin 2012 at 16 h 10 min

    @BA
    4/Des achats en dollars US
    Vous êtes sûr je pense plutôt du Franc suisse ou yuan si l’on garde de la liquidité. j’aimerai bien vous donner raison si j’ai une explication.

     
  7. zapatta

    2 juin 2012 at 17 h 01 min

    Merkel presse son opposition d’approuver le pacte budgétaire européen

    AFP | 02 Juin 2012 13h42

    La chancelière Angela Merkel a appelé samedi l’opposition gouvernementale à soutenir le futur fonds permanent de soutien à la zone euro (ESM) et le pacte budgétaire européen, affirmant que la « situation dans la zone euro est actuellement de nouveau très fragile ».

    Dans un discours à des responsables de son parti, la CDU, à Berlin, Mme Merkel a une nouvelle fois salué le « oui » des Irlandais vendredi au référendum sur le pacte budgétaire européen.

    « Maintenant, il est possible que nous parvenions à la même chose en Allemagne avant les vacances d’été », a estimé la chancelière, faisant référence à la ratification du pacte par le Parlement allemand.

    Au Bundestag, le gouvernement a besoin d’une majorité des deux tiers pour faire adopter le texte, un seuil qui nécessite qu’au moins le parti social-démocrate (SPD) vote « oui ».

    « Il serait important que nous y parvenions car la situation dans la zone euro est actuellement de nouveau très fragile », a souligné la chancelière, évoquant notamment la « situation des banques espagnoles ».

    « Nous sommes en contact étroit avec l’opposition. Pour nous le pacte et le fonds permanent de soutien à la zone euro sont les deux faces d’une même médaille », a déclaré Mme Merkel.

    Les Irlandais ont approuvé à une confortable majorité de 60,3% le pacte budgétaire européen soumis à référendum, selon les résultats officiels publiés vendredi, salués par l’Union européenne comme un « pas important vers la reprise et la stabilité ».

     
    • oscar

      3 juin 2012 at 12 h 19 min

      Ont ils vraiment le choix les Irlandais? S’ils répondaient non la BCE fermera le robinet. Je regrette que les Irlandais n’aient pas le courage d’envoyer paitre touts ces crapules de banquiers de l’Europe de Bruxelles. Les Islandais avaient plus de courage qu’eux;

       
  8. zapatta

    2 juin 2012 at 17 h 05 min

    Affaiblie par l’Espagne, la Bourse de Paris va s’en remettre à la BCE

    AFP | 02 Juin 2012 10h36

    La Bourse de Paris a vécu ces derniers jours au rythme des difficultés du secteur bancaire espagnol et ce dossier va rester la semaine prochaine le grand souci des investisseurs, dont le principal espoir à court terme réside dans la réunion de la Banque centrale européenne mercredi.

    Pendant la semaine écoulée, l’indice CAC 40 a perdu 3,20% et terminé vendredi à 2.950,47 points, au plus bas depuis six mois.

    Au total, depuis le début de l’année, le marché parisien accuse un repli de 6,63%. En deux mois et demi, il a perdu 600 points soit environ 17%.

    « La nouvelle séquence de stress subie par les marchés européens depuis deux mois conduit légitimement les investisseurs à déserter les actifs les plus risqués », résume Fabrice Cousté, chez CMC Markets France.

    « Les marchés ont une lecture politique des événements », prévient de son côté Bertrand Lamielle, directeur de la gestion chez B*Capital.

    Le feuilleton espagnol fait passer pour l’heure les tourments de la Grèce au second plan, les investisseurs retenant leur souffle d’ici les élections législatives du 17 juin à Athènes.

    L’Espagne concentre les inquiétudes: les marchés sont de plus en plus convaincus que le pays va être obligé à court terme de demander une aide internationale afin de recapitaliser ses banques, notamment Bankia dont le plan de sauvetage est le plus cher de l’histoire du pays.

    « Les incertitudes portent à la fois sur le coût de la recapitalisation des banques et les moyens de le faire », rappelle Jean-Louis Mourier, économiste chez le courtier Aurel BGC.

    Le pays est dépourvu de marge de manoeuvre, puisque sauver ses banques nécessite d’emprunter de l’argent sur les marchés, au moment où ses taux d’intérêt s’envolent.

    Du coup, les investisseurs vont continuer à avoir les yeux rivés sur le marché obligataire, baromètre des tensions.

    Toute nouvelle hausse des taux pourrait se traduire par des secousses sur les marchés boursiers. D’autant que les statistiques confirment que l’économie de la zone euro patine.

    La semaine prochaine, hormis des indicateurs de production industrielle, les investisseurs surveilleront la deuxième estimation de la croissance en zone euro.

    Mais les analystes sont d’accord pour dire que le grand rendez-vous des prochains jours réside dans la réunion mercredi de la Banque centrale européenne (BCE), qui peut agir sur le taux d’intérêt ou racheter directement de la dette.

    « Les marchés commencent avoir des attentes un peu plus fortes sur la BCE, mais du coup le risque de déception augmente », estime M. Mourier.

    De leur côté, les économistes du bancassureur ING estiment que la BCE va attendre, « afin d’essayer de continuer à mettre une pression aussi forte que possible sur les responsables politiques européens ».

    Du fait des vives tensions dans la zone euro, les marchés pourraient être tentés une nouvelle fois de faire passer au second plan les indicateurs américains, avec la semaine prochaine l’ISM dans les services et le Libre Beige de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    Les mauvais indicateurs sur l’emploi outre-Atlantique ont pesé sur les places boursières vendredi.

    « Ce n’est pas la principale préoccupation mais une mauvaise nouvelle ne serait pas bien accueillie pour autant », selon M. Mourier.

    Les marchés n’oublieront pas non plus de regarder la Chine, où les discours officiels refusant un plan de relance de vaste ampleur ont pesé sur le moral des investisseurs cette semaine.

    « Le ralentissement de la croissance en Chine fait aussi partie des doutes qui circulent sur les marchés », prévient M. Lamielle.

     
  9. duc

    2 juin 2012 at 17 h 32 min

    Quand es politiciens ukrainiens échangent des coups lors d’ une discussion sur l’utilisation de la langue russe ou pas :

    Et l’Europe va-t-elle boycotter les matchs de football de l’euro 20123 ?

    http://www.aufaitmaroc.com/sport/foot-international/2012/6/2/euro-la-question-du-boycott-de-lukraine-par-lue-nest-pas-dactualite_177248.html

     
  10. alain-06

    3 juin 2012 at 11 h 19 min

    ça fait très « Echiquier du Mal » pour ceux qui connaissent.

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 673 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :