RSS

La longueur du printemps syrien inquiète les partis en présence

29 fév

Depuis plus d’un an, le printemps arabe multiplie les saisons sous le même thème. La Tunisie, l’Egypte, la Libye, le Yémen ont connu bien des soubresauts, mais dans d’autres pays arabes, les  manifestations furent sévèrement réprimées dans le sang et finalement rien n’a changé. Tel est le cas du Bahreïn. Les révolutions de couleurs ne sont autorisées que dans la mesure où elles favorisent les desseins de l’establishment américain. Aujourd’hui, le cas de la Syrie semble poser problème. La situation est d’autant plus complexe que la Russie est sortie du bois pour dire : Veto ! Il est vrai que le cas syrien est à part, car les conséquences d’un bouleversement du pouvoir auraient des implications sévères du point de vue stratégique, régionale, religieuse, etc. Olivier Roy, un historien français du Moyen-Orient, a raison de dire : "La Syrie est presque le seul pays où le printemps soi-disant arabe pourrait changer le concept géostratégique de la région". Un renversement de pouvoir en Syrie entraînerait nécessairement un nouveau paysage régional. Or l’Iran n’est pas très loin… dans le scénario des Elites américaines.

Pour le moment, on voit les grandes puissances s’acharner à imposer leurs vues en poussant El-Assad dehors, ou en le protégeant. Rappelons que depuis de nombreuses décennies, la Syrie a été le pivot de la sécurité du Moyen-Orient. C’est par exemple, grâce à la Syrie, que Russes et Iraniens ont pu étendre leur influence régionale. Par la Syrie, Washington assurerait une frontière stable pour Israël, malgré le soutien syrien au Hezbollah, au Liban, et au Hamas, dans les territoires palestiniens. Tout le monde s’accordait avec une Syrie pacifiée. Cette fois, les forces obscures de l’Occident veulent introduire quelque chose de nouveau et de… dangereux. Nous en reparlerons prochainement dans la lettre LIESI, car cela va nécessairement impacter douloureusement notre quotidien. Ces forces obscures occidentales à l’origine du printemps arabe, qui cherche à renverser le pouvoir syrien, vont probablement bouleverser le paradigme actuel et opposer les Etats-Unis (et ses alliés) à la Russie (et ses alliés). Ces forces obscures poussent manifestement à la violence et intensifient les tensions sectaires entre chiites et sunnites, entre l’Iran et l’Arabie saoudite, ainsi que quasiment tous les pays du golfe Persique. Rappelons que le gouvernement de M. Assad est dominé par les Alaouites minoritaires, une émanation de l’islam chiite. Les Iraniens sont chiites, comme le sont les dirigeants actuels en Irak. Les Saoudiens, et la plupart des États du Golfe sont sunnites.

Pour Anne-Marie Slaughter, professeur à Princeton, le fait de laisser libre cours à une guerre civile en Syrie est une politique extrêmement dangereuse. Cela peut être le catalyseur d’une guerre, par procuration, entre les Etats du Golfe et l’Arabie Saoudite contre l’Iran. Et Israël est aussi sur place. Ce qui a été allumé en Syrie implique désormais de nombreux acteurs, des poids lourds sur l’échiquier régional. Citons : la Russie, l’Iran et la Turquie. Pour ces raisons et à cause de l’enlisement du printemps syrien, Washington est en train de mesurer les risques actuels et freine désormais les faucons qui réclament une intervention brutale. Manifestation évidente des contradictions de la politique de l’administration Obama sur ce point. L’enlisement du printemps syrien complique sûrement le programme en cours de développement. En outre, la campagne présidentielle américaine avance et se rapproche chaque jour du terme. Washington ne cherchera sans doute pas à prendre un risque supplémentaire sur ce sujet avec une intervention militaire. Les experts du Pentagone devraient se ranger à cette option puisque les Syriens disposent d’un système intégré de défense aérienne, fourni par la Russie. Certains analystes estiment que l’administration Obama va désormais limiter l’armement des groupes d’opposition syriens. Certaines armes légères parviennent aux rebelles via la Jordanie et le Liban, mais elles sont insuffisantes pour faire une différence significative.

Il ne faut pas pour autant conclure que le gouvernement de El-Assad soit certain de survivre. Tout est compliqué dans cette affaire et il est tout aussi évident que les forces à l’origine du printemps arabe cherchent, c’est si évident, un embrasement de cette région. L’explication est très certainement liée au pétrole.

A l’heure actuelle, on peut raisonnablement avancer que de nombreux acteurs ont tout intérêt à jouer l’accalmie. N’oublions pas, par exemple, que la Turquie partage une frontière avec la Syrie. Ankara craint désormais une instabilité croissante liée à l’arrivée de nombreux réfugiés. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également intérêt à favoriser la pacification régionale afin de mieux se préparer au scénario iranien. Complexité de l’issue du drame syrien ? Une source de l’administration américaine a confié qu’un membre important de la famille Assad avait transféré des fonds importants à l’étranger. En outre, un haut responsable de la sécurité syrienne a récemment déménagé sa famille en dehors du pays. Tout peut survenir, tandis que l’Occident s’empêtre dans des politiques de planche à billets massives pour sauver (provisoirement) ses banques.

About these ads
 
26 Commentaires

Publié par le 29 février 2012 dans Non classé

 

26 réponses à “La longueur du printemps syrien inquiète les partis en présence

  1. Espoirdepaix

    29 février 2012 at 11 h 16 min

    Bonjour tout le monde
    En complément de l’article de liesi, ce papier non inintéressant:
    Syrie : la guerre à tout prix !
    http://www.geopolintel.fr/article470.html

     
  2. phil44

    29 février 2012 at 11 h 43 min

    Très intéressant comme lien. Les Allaouites sont dans l’Islam, des gens trop modérés et qui ne correspondent pas "au Choc des civilisations" . Les Chrétiens de Syrie ont du souci à se faire si ASSAD est renversé.

     
    • tarci

      29 février 2012 at 20 h 29 min

      Oui les Chrétiens ont des soucis à se faire ! Et pas qu’en Syrie !

      Depuis des années déjà, sur fond de réislamisation des 12 Etats du Nord du pays à majorité musulmane, le Nigéria premier producteur de pétrole d’Afrique, peuplé de 150 millions d’habitants, est le théâtre de violences ethno-religieuses de plus en plus meurtrières qui menacent l’unité même du pays.

      Ces violences intercommunautaires opposent grosso modo les ethnies musulmanes du Nord du pays, plus pauvre, aux ethnies chrétiennes originaires du Sud, plus riche. Elles ont déjà fait des milliers de morts et elles pourraient même, à terme, dégénérer en guerre civile. Il est vrai que cet antagonisme islamo-chrétien n’est pas nouveau. Mais il s’est nettement intensifié depuis le début des années 2000, lorsque la Loi islamique, la charià, a été imposée dans 12 Etats nordistes, gérés par des gouverneurs musulmans, aux minorités animistes et chrétiennes, qui refusent de devenir des citoyens de seconde zone.

      L’intensité du conflit est encore montée d’un cran à l’occasion de l’élection présidentielle d’avril 2011, lorsque le candidat de l’opposition, le général Buhari, musulman, originaire du Nord, a été battu par le président chrétien sortant, Goodluck Jonathan, originaire du Sud, élu avec 57% des suffrages.

      Le principal artisan de cette déstabilisation interne et de cette vague de christianophobie éradicatrice, est le mouvement terroriste nigérien Boko Haram. Son seul nom est tout un programme, puisqu’il signifie littéralement "l’éducation occidentale est pêché". Lié à la fois à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI, implantée dans toute la région saharo-sahélienne), aux Talibans afghans, puis aux Shabbab somaliens, qui luttent eux aussi contre « tout ce qui vient de l’Occident chrétien » et qui ont fait de la Somalie une place forte de la piraterie, Boko Haram est une pièce centrale de l’internationale islamo-terroriste en Afrique sahélienne et saharienne.

      C’est dans ce contexte général de descente aux enfers du Nigéria que 200 chrétiens du Nord du Nigéria ont été sauvagement tués juste après l’élection présidentielle nigérienne d’avril 2011. Le bilan dressé, par l’ONG Civil Rights Congress et la Croix Rouge faisait également état de 400 blessés et de 40 000 déplacés, de milliers de maisons, d’églises et de commerces de chrétiens brûlés, etc. L’arrestation de milliers d’émeutiers dans plusieurs villes de taille moyenne comme Kaduna ont montré que ces massacres n’étaient pas le fait de quelques islamistes isolés, mais de populations locales collectivement fanatisées contre des chrétiens membres d’ethnies rivales.

      A la fin de l’année 2011, les mouvements islamistes ont lancé une nouvelle vague d’attentats destinés à terrifier les populations chrétiennes. Juste avant la veillée de Noël 2011, Boko Haram a fixé un ultimatum de trois jours aux chrétiens installés dans le Nord musulman, les sommant de partir définitivement, le but affiché étant de faire des Etats du Nord du Nigéria une terre totalement purifiée de ses chrétiens et de ses « païens » animistes. Bilan de l’année 2011 : près de 1000 chrétiens ont été assassinés !

      Lors d’un récent séjour dans les Etats du Golfe, les dirigeants opérationnels de Boko Haram ont rencontré des leaders islamistes de Médine (Arabie saoudite) – haut lieu du jihadisme salafiste international – liés à Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) et à AQMI. Dans plusieurs messages internet et vidéo, le porte-parole de Boko Haram, Abou Kaka, s’est félicité du fait que le mouvement terroriste a réussi à recruter de nombreux membres venus du Tchad, du Cameroun et du Niger voisins, où AQMI est de plus en plus présente. Réunis à Nouakchott, en Mauritanie, le 24 janvier 2012, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Algérie) menacés par le terrorisme et des délégués du Nigéria ont confirmé l’existence de ces liens entre les Salafistes du Golfe, Al-Qaïda (Aqmi) et Boko Haram, coupables non seulement d’innombrables attentats meurtriers, mais aussi de multiples trafics et enlèvements.

      Et depuis le renversement de Muammar Kadhafi par les forces occidentales de l’OTAN et la fin du conflit libyen, les armes lourdes pillées ou abandonnées dans les casernes libyennes ont afflué en masse dans les quatre pays du Sahel pour alimenter les stocks d’AQMI ou d’autres groupes terroristes salafistes comme Boko Haram.

       
  3. daniel

    29 février 2012 at 11 h 45 min

    la BCE n avait elle pas anticipée le Défaut de paiement de la GRECE, en testant les marchés avec le 1ér "QE" pour 500 milliards € et va t elle lancer à + 1 500 milliards € pour permettre de payer les CDS pour défaut de paiement de la GRECE ????

     
    • clavreul

      29 février 2012 at 12 h 58 min

      C’est le scénario de l’hyperinflation qui va accélérer le procéssus de guerre, les politiques vont perdre le controle.

       
      • fred

        29 février 2012 at 14 h 21 min

        C’EST TOUT A FAIT CE QUI VA SE PRODUIRE BIENTOT!!!

         
  4. Entreprise Nationale de Conserverie Industriele "ENCI"

    29 février 2012 at 11 h 46 min

    la présence chiite dans les pays du golf ne ce limite pas a l’Irak même si ils y représentes prés de 70% de la population dite arabe, les statistiques officielles en tendances a limiter leurs nombre, en particulier en Arabie saoudite ou l’état ne reconnais que 10% mais eux même ce disent trois fois plus nombreux, en remarquera qu’ils sont sur tous pressant a l’est la ou justement sont les gisements pétroliers les plus importants, il y a aussi le Yémen qui a connus 5 guerre civile depuis son indépendance, des guerres qui sont en fait l’émanation de ce même clivage, sunnite au nord et qui détiennent le pouvoir depuis la réunification, et chiites (30% de la population) au sud plus communément appeler les "Hutis" et c’est au fait ceux la qui mènent la vie dure au régime de Abdalah saleh en ce moment (vous comprendrez que l’enjeu est la aussi stratégique pour les saoud et les us). ajoutons a cella le Koweït (70% chiite) et qui fait la jonction entre l’est de l’Arabie saoudite et le sud de l’Irak ce qui est de fait une continuité territoriale, et puis cerise sur le gâteau le Bahreïn ou la proportion est passer de 75-25% A 50-50% grâce a une politique d’état qui a consister a naturaliser prés de 600 mille sunnite issus majoritairement d’Égypte

     
  5. néo coralie

    29 février 2012 at 11 h 53 min

    La BCE alloue près de 530 milliards d’euros à 800 banques, nouveaux records

    FRANCFORT – La BCE a alloué 529,53 milliards d’euros à 800 banques de la zone euro mercredi lors de sa deuxième opération exceptionnelle de prêts à 3 ans, soit de nouveaux records pour cette mesure destinée à stabiliser le système financier européen et relancer le crédit.

    Lors de la première opération du genre en décembre dernier, qui se déroulait dans les mêmes conditions très généreuses –toutes les demandes sont honorées, au taux fixe historiquement bas de 1%– 523 banques avaient emprunté 489 milliards d’euros à la Banque centrale européenne.

    Mercredi, les records ont donc été battus autant pour le montant que pour le nombre de participants.

    Cette deuxième opération à 3 ans est présentée comme la dernière de ce type pour le moment par la BCE, comme l’a encore rappelé Ewald Nowotny, le gouverneur de la Banque centrale autrichienne dans le Times paru mercredi: Il n’y aura pas automatiquement un troisième round.

    Son montant faisait l’objet d’intenses spéculations depuis des semaines. Un montant très élevé, jusqu’à 1.000 milliards d’euros avait été évoqué par certains, tandis que d’autres tablaient sur un volume stable par rapport à la première opération, voire inférieur.

    La forte hausse du nombre de banques participantes par rapport à la première opération s’explique par l’assouplissement des conditions d’octroi de prêts décidé par la BCE dans 7 pays dont la France, l’Italie et l’Espagne.

    Ce geste était destiné à ouvrir également l’accès à l’opération à des banques de taille modeste mais qui jouent un rôle important dans le financement des Petites et moyennes entreprises (PME), les plus exposées au resserrement des conditions du crédit observé en zone euro.

    Les bienfaits sur le crédit de la première opération se font encore attendre. Car les banques de la zone euro sont encore relativement réticentes à prêter, faisant elles-mêmes face à une conjoncture difficile et à d’importants besoins de refinancement, tout en devant simultanément renforcer massivement leurs fonds propres pour se conformer à des obligations réglementaires d’ici fin juin.

    En revanche l’afflux de liquidités de la BCE a déjà eu des effets positifs sur le marché du prêt interbancaire, dont les taux se sont détendus depuis le début de l’année, et sur le marché obligataire souverain en Europe, allégeant notamment les coûts d’emprunt de l’Italie et de l’Espagne.

    (©AFP / 29 février 2012 11h46)

    http://www.romandie.com/news/n.asp?n=_La_BCE_alloue_pres_de_530_milliards_d_euros_a_800_banques_nouveaux_records290220121149.asp

     
  6. Astimer

    29 février 2012 at 12 h 06 min

     
  7. Astimer

    29 février 2012 at 12 h 09 min

     
  8. néo coralie

    29 février 2012 at 12 h 43 min

    il fallait pas gaspiller le pétrole dans une marée noire ! ça pourrait couter 14 milliards d’indemnisation à bp !
    http://naturealerte.blogspot.com/2012/02/28022012usa-maree-noirebp-les.html

     
    • Astimer

      29 février 2012 at 13 h 32 min

      …à BP qui le répercutera sur le prix du carburant…

       
  9. néo coralie

    29 février 2012 at 12 h 47 min

    au lieu de rouler au pétrole on roulera à l’électricité, l’eau vaut mieux éviter ça devient rare !
    http://spread-the-truth777.blogspot.com/2012/02/moteur-eau-invention-incroyable-et.html

     
    • Astimer

      29 février 2012 at 13 h 15 min

      L’eau n’est pas rare, elle effectue son cycle tranquillement. C’est l’eau non polluée qui devient rare et mal répartie.

       
  10. néo coralie

    29 février 2012 at 13 h 22 min

    Les USA refusent de donner leur feu vert à une attaque israélienne contre l’Iran

    Il y a 3 heures – Guysen Israel News

    A moins d’une semaine de la rencontre au sommet Netanyahou-Obama à Washington, les Etats-Unis refusent de donner leur feu vert à une frappe israélienne contre l’Iran. La Maison Blanche craint qu’une offensive israélienne n’entraîne une guerre régionale et ne fasse flamber les prix du pétrole. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a évoqué cette nuit le programme nucléaire iranien : "Il n’y a pas de doute que Téhéran développe des capacités nucléaires. Toutefois, nos renseignements ont établi que l’Iran n’a pas encore décidé de fabriquer l’arme atomique", a-t-elle affirmé.

    http://www.juif.org/defense-israel/168623,les-usa-refusent-de-donner-leur-feu-vert-a-une-attaque-israelienne.php

     
  11. néo coralie

    29 février 2012 at 13 h 24 min

    @ Astimer j’aurai du préciser l’eau potable (donc non polluée) devient rare !

     
  12. Astimer

    29 février 2012 at 13 h 28 min

    L’armée Syrienne à nettoyé le terrain à Homs http://www.romandie.com/news/n/_Homs_l_armee_syrienne_a_lance_un_assaut_terrestre_sur_Baba_Amr_290220121319.asp
    Mais pas de nouvelle de la journaliste française. Son sort est déterminant pour la suite des évènements si j’ai bien compris.

     
    • Espoirdepaix

      29 février 2012 at 18 h 12 min

      Étrange ? Quoi que ………

       
  13. Trankiloo

    29 février 2012 at 13 h 31 min

    @Néo coralie,

    Je suis très ouvert aux procédés des nouveaux moteurs.
    Concernant le moteur pentone, il me semble que la consommation d’huile est un peu plus importante. En effet, la vapeur d’eau a tendance a dégraisser plus rapidement les pistons.
    Il faudrait, comme cela est suggéré dans le reportage, l’améliorer.
    De plus l’eau est bien plus importante que le pétrole humainement. Cependant, en France nous avons le privilège d’avoir un cycle naturel de l’eau très favorable.

     
    • Bonjourlesamis

      29 février 2012 at 14 h 01 min

      oui, on pourra toujours critiquer ce genre de moteur, comme on me dit souvent que ce n’est pas du tout assez puissants, ni autonome, ni fiable, etc…

      ma réponse est simple : il faut leur donner le temps et les moyens d’améliorer leurs process !!! ces technologies ont de l’avenir, mais seulement si on veut bien donner les moyens d’y parvenir.

      les 1ers moteurs à explosions ou combustion n’étaient pas bien performant non plus, mais avec un minimum de dev, on peut aller loin.

      c’est pareil avec les moteur à eau, maintenant on sait que ça marche, faut juste pousser le dev pour les rendre viable. le plus dur à été fait.

       
      • Trankiloo

        29 février 2012 at 17 h 00 min

        Heureusement que la critique est là, pour faire avancer les idées.

         
  14. gy

    29 février 2012 at 13 h 39 min

    CROM.be – Communiqué du C.R.O.M

     
    • alain-06

      29 février 2012 at 15 h 03 min

      Intéressant ce site, merci.

       
  15. néo coralie

    29 février 2012 at 14 h 47 min

    si le cycle naturel de l’eau semble favorable en France nous sommes quand même touchés par la sécheresse !
    http://naturealerte.blogspot.com/2012/02/28022012france-la-secheresse-deja-bien.html

     
    • Trankiloo

      29 février 2012 at 19 h 42 min

      La sécheresse, par ce que nous avons un rythme de consommation de l’ordre de l’absurde.

      Dans le cas d’une consommation lié à l’utile, nous serions certainement à l’équilibre, voir en excédent.

      Nettoyer nos rues, il suffit de ne pas les salir.
      Prendre des douches à l’excès…..
      L’industrie qui produit des biens de consommations inutiles…
      Refroidir des centrales nucléaires, que nous ne voulons pas…
      Posséder des piscines individuelles…..
      Les multiples fuites sur l’ensemble des canalisations……
      Le nettoyage des millions de voitures, des cars, des camions, des avions,……..
      Une chasse d’eau, voir 2 par jours et par habitants. N’est il pas temps de trouver d’autres techniques ?
      Et tout ce que j’ai oublié.

      Non, il n’y a pas de sécheresse, il y a une consommation excessive.

       
  16. MOMO NI PRENO

    29 février 2012 at 14 h 59 min

    Les chiites ne veulent absolument pas d’un empire Americano-sioniste comme souverain et décideur de leur politique intérieur, ils veulent rester libre économiquement et souverain dans leurs frontières, à l’instar la plupart des dévots sunnites, sont depuis longtemps, sous la coupe de leur maître ( non pas ALLAH ) mais bien du N.O.M !!! Maroc, Tunisie, Algérie, Turquie, Arabie-saoudite, Qatar, Emirats arabe-unis, Koweït, etc…

    Vivement, la venue de l’Imam Mahdi ( le bien guidé ) qu’il remette de l’ordre, dans tout ça !

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 675 autres abonnés

%d bloggers like this: