RSS

Trader Noé – Analyse du 20 février 2012

20 fév

L’EURUSD reste bloqué par la résistance des 1.335. Tant que le cours évolue sous ce palier, le cours peut à nouveau se rapprocher des 1.26 puis 1.23.
La rupture de ce dernier palier déclencherait une correction vers 1 puis 0.9-0.7. Le départ éventuel d’un ou plusieurs pays (Allemagne, Grèce par exemple) validerait ce scénario.

Comme évoqué depuis fin décembre, l’indice Future CAC 40 est toujours dans un rebond technique et le cours se rapproche de l’objectif des 3600 points. Cette approche permettra de donner une nouvelle impulsion baissière pour renforcer la tendance de fond baissière.

Dans ce cas, l’ARC devrait se concrétiser entre le printemps et l’été.

L’impulsion pourrait être déclenchée le mois prochain à proximité des 3600-3700 ce que nous écrivions début janvier.
Les annonces des agences de notation et une faillite annoncée (par exemple celle de la Grèce) mettraient le feu au poudre.
Il faut dire que le déclenchement des CDS et des dettes des autres pays (Portugal, Espagne, Italie) risquent d’alourdir rapidement le problème.

La BCE devrait apporter des liquidités fin février. On peut donc s’attendre à ce que le Future CAC 40 se rapproche de la zone d’impulsion. Là, c’est la logique…

L’indice E-mini SP 500 évolue à proximité de la résistance des 1380 points. La rupture de cette dernière permettrait à l’indice de se rapprocher des 1400 et peut être 1490 points. Bien sûr, surveillons d’abord les 1380 points.
En revanche, la rupture des 1350, inciterait le cours à se rapprocher des 1320 points. La rupture de ce dernier casserait la reprise de ce début d’année.

About these ads
 
75 Commentaires

Publié par le 20 février 2012 dans Non classé

 

75 réponses à “Trader Noé – Analyse du 20 février 2012

  1. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 9 h 29 min

    L’INFORMATION MAJEURE DE LA SEMAINE: SWIFT DEVIENT UNE ARME DE GUERRE !
    du 20 au 24 février 2012 : LA BANQUE-FINANCE EST OFFICIELLEMENT DEVENUE UNE ARME DE GUERRE DEPUIS VENDREDI… La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, SWIFT (l’organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois, ici wiki) a pondu un communiqué (lien) et l’a donné à la presse en toute discrétion en fin de journée de vendredi 17 février afin que cela passe totalement inaperçu (le jour des départs en vacances à 16 heures :-). Et Swift déclare qu’il va effacer l’Iran de ses circuits informatiques indispensables aux "voyages" monétaires. Un virement fait de Londres et qui arrive sur votre compte à Paris a emprunté les circuits de Swift. Cela veut dire quoi?

    Si vous êtes interdit de chéquier, vous n’êtes pas pour autant exclu du circuit financier puisque vous pouvez recevoir et émettre des virements et par conséquent retirer l’argent de votre compte. En revanche, si votre banque par exemple est exclue de Swift, eh bien vous ne pouvez même plus recevoir un virement. Pour l’Iran, c’est la mort par exclusion des circuits informatiques financiers. Et c’est une vraie première. En effet, même pendant les deux Guerres Mondiales, la Suisse avait servi de point central aux banques… et aucun des pays en guerre n’a été exclu du circuit financier, pas même l’Allemagne.

    Reuters: "Swift said it was ready to block Iranian banks from using its network to transfer money. Expelling Iranian banks from the Swift would shut down Tehran’s main avenue to doing business with the rest of the world". Swift a pris cette décision à la demande des US et de l’UE… Donc attention, là vous allez voir des choses extraordinaires se passer en Iran qui ne pourra plus commercer comme avant. Cela équivaut à une mort lente de la population. Ajoutez à cela que l’Iran ne pourra plus vendre son pétrole aux pays de l’UE, et vous obtenez une situation de mise à mort d’un pays, qui n’aura que solutions: se coucher ou faire la guerre… Et vous le savez, c’est exactement ce que veulent les Américains. Lire l’info passée inaperçue… ici Swift et ici Reuters. Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©

     
    • filibert

      20 février 2012 at 12 h 52 min

      Si plus de virement possible ils se feront payer en nature, par exemple en OR et ils s’en porteront bien mieux qu’avec des échanges de chiffres sur ordinateur !
      Et le dollar y perdra !

       
    • Alcide

      20 février 2012 at 13 h 10 min

      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’analyse de Pierrot , je pense plutôt que les amèresloques viennent encore de se tirer une balle dans le pied-dollar.
      En excluant l’Iran , ils s’excluent de même tous le commerce bilatéral Chine/Iran , Inde/Iran exprimé en dollar pour ne parler que des principaux , donc de la nécessité pour les pays de se procurer du dollar.
      Cela va engager la fin du dollar chez les BRIC qui n’attendent que l’occasion de le faire.

      Les ploutocrates sont de sombres crétins qui vivent dans Alice au pays des merveilleuses imprimantes.
      Ils ignorent et méprisent le réel ainsi que l’humanité .Ils vont être responsables de la crise énergétique qui va balayer nos économies vacillantes.
      Mais ils méprisent aussi l’économie réelle comme on le voit dans leur laboratoire Grec où ils produisent volontairement la récession . Pour eux l’important est la succession binaire sur un disque dur censé représenter la richesse.
      Ce sont des malades mentaux .

       
      • Raiford

        20 février 2012 at 20 h 47 min

        Tout à fait Alcide : Ce sont des apprentis sorciers…

         
  2. homme de la terre

    20 février 2012 at 9 h 31 min

    pour en savoir plus sur les valises de la fed . Un texte interessant sur le site divine cosmos de david wilcock :financial tyranny du 9 fevrier 2012 . A vous d’arbitrer messieur.

     
  3. polo92

    20 février 2012 at 9 h 40 min

    J’aurais plutôt dit que l’info de la semaine c’est celle-ci :
    [...]la Grèce sera officiellement déclarée en défaut par toutes les agences de notation après la fermeture des bourses le vendredi 23 mars. Le week-end suivant, tous les comptes bancaires grecs seront gelés, avec des mesures d’urgence détaillés pour empêcher la fuite des capitaux. Toutes les grandes banques auront pour instruction de ne pas traiter avec la devise européenne à l’ouverture de la bourse d’Athènes le lundi 26 mars.

    Tous les marchés grecs se fermeront pour une journée «au moins».[...]
    source http://gold-up.blogspot.com/2012/02/lagenda-planifie-du-defaut-grec.html

     
    • tarci

      20 février 2012 at 18 h 06 min

      Dans un débat sur la création d’obligations européennes au Parlement européen le 14 février, le député eurosceptique Godfrey Bloom de l’Ukip (United Kingdom Independence Party, Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) explique que "dans les années 70, le Community Reinvestement Act aux Etats-Unis a rendu les vérifications préalables aux prêts illégales.

      Dans un but politique, l’administration a ouvert le chemin à ce que l’on appelle maintenant la dette subprime. … Cela a été créé pour pousser les banques à prêter à des gens qui ne pourraient pas rembourser.

      http://www.dailymotion.com/video/xouncp_godfrey-bloom-les-politiciens-et-les-banquiers-centraux-devraient-etre-envoyes-en-prison-pour-tres-l_news#from=embediframe

      Godfrey Bloom prévient: "Nous n’avons rien appris de la crise de 2008. Nous prônons maintenant une forme d’obligation européenne, l’eurobond, un instrument dette subprime qui ne dit pas son nom ! Une nouvelle fois, nous sauvons les banques aux dépens du contribuable. La BCE, la Banque d’Angleterre et la Fed le font toutes. Imprimer de l’argent, le donner aux banques pour acheter des obligations pourries, faussement notées AA, pour consolider leurs réserves, et garantir des salaires et des bonus, dont les gens ordinaires ne peuvent que rêver ! On s’accroche désespérément à un idéal politique qui échoue, alors que nos villes protestent et brûlent. … Le jour arrivera où les politiciens, les bureaucrates, et les banquiers centraux devront rendre des comptes devant un tribunal des crimes fiscaux, et être envoyés en prison pour très longtemps."

      Car suite au krach financier et l’effondrement des bourses mondiales, les plans de refinancement visant à redresser les banques en faillite par de l’argent public ne constituent-ils pas une aubaine pour les banksters qui se voient ainsi récompensés et remerciés de leurs mauvaises gestions par des fonds d’Etats.?

      Autrement dit, le capitalisme moderne et sa courroie de transmission démocratique c’est la privatisation des profits et des bénéfices (pour les banksters) et la nationalisation des pertes (pour le "peuple").

       
  4. marc153

    20 février 2012 at 10 h 10 min

    Merci Trader Noë. Comme plusieurs sur ce blog, chaque matin j’attends avec impatience votre article. Continuez de nous informer aussi précisément!
    Cordialement,

     
  5. barge

    20 février 2012 at 10 h 13 min

    Bonjour,

    Intéressant cet article de reuters…

    http://www.reuters.com/article/2012/02/19/us-iran-oil-europe-idUSTRE81I07W20120219

    Résumé des épisodes précédents.

    L’europe qui a les pieds en passoire à force de se tirer des balles dessus, décide, au détriment de ses intérêts et dans la situation financière qu’est la sienne, de voter l’embargo du pétrole iranien qui approvisionne notamment les pays les plus fragiles (piigs).

    Heureusement que l’europe dans un sursaut de conscience de son acte imbécile décide que cet embargo n’entrera en vigueur qu’au 1er juillet 2012. Le temps de se retourner et de trouver un fournisseur qui lui donnera de l’or noir en remplacement sans en profiter pour augmenter les prix. Etre eurocrate n’empêche pas de rêver.

    Oui mais voilà, l’Iran retourne l’arme de l’embargo et menace de boycotter les pays européens avant la date officielle. L’iranien n’est pas fair-play. L’europe qui vote cette embargo en plein hivers rude, réalise un peu tard qu’avant de jouer les supplétifs d’israel, elle devrait penser aux intérêts de ces ressortissants, car non seulement l’iran passe à l’acte (voir l’article supra) mais en même temps, l’europe se rend plus dépendante des l’approvisionnement russes et se fragilise économiquement en important un pétrole plus cher du fait des tensions avec l’iran…

     
    • tien

      20 février 2012 at 15 h 17 min

      Ce qui fut une faute monumentale, c’est d’avoir réintégré la France dans l’Otan !

      Cela l’a obligé à trahir de nombreux pays : La Libye, la Syrie, l’Afghanistan, certains pays africains…. A être pro-Israël plutôt que pro-palestinien ! Et surtout cela a un coût !

      Le surcoût annuel est actuellement de l’ordre de 72 millions d’euros par an. Ces sommes s’ajoutent à la cotisation annuelle française qui est de l’ordre de 170 M€ (135 M€ en 2005). La France contribue à hauteur de 11,62% du budget militaire de l’Alliance (chiffres 2011).

      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2012/02/19/otan-le-retour-dans-le-commandement-integre-c-est-pres-de-70.html

       
  6. barge

    20 février 2012 at 10 h 25 min

    En complément en 2008…

    Nos zélites aiment les jeux de rôle, créer des mini laboratoires comme la grèce, où elles peuvent expérimenter grandeur nature des scenarii de tension, de crise économique pour savoir comment cela réagit pour de vrai en jouant sur tel ou tel paramètre.

    En 2008 il y a eu un oil-game, le pétrole s’est mis à grimper, grimper comme jamais, pour atteindre un cours comme il n’y en a plus eu même au plus fort de la guerre en Libye. Presque 150 $ le baril. L’économie a supporté cette hausse jusqu’à ce seuil où tous les secteurs de l’économie (routiers, automobilistes, transport aérien, agriculture…) commençaient à s’étrangler de ce prix excessifs. Et les prix sont repartis à la baisse. Les zélites savaient désormais que l’économie n’est pas capable de supporter un cours du pétrole approchant les 150 $ le barril.

    Aujourd’hui, malgré la récession en cours, les cours s’accrochent et se rapprochent doucement des 150 $. Un peu de risque de guerre et on va y arriver.

    La pente de la récession n’étant pas assez sévère, il fallait la rendre savonneuse en y répandant un pétrole cher.

    http://prixdubaril.com/

     
  7. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 10 h 25 min

     
    • Olivier

      20 février 2012 at 11 h 37 min

      Non, je crois que c’est du vieux matériel qui part à la reforme.

       
  8. L'apiculteur

    20 février 2012 at 10 h 25 min

    Exemple incroyable de blackout des média depuis 1 an et demi

    http://www.wikistrike.com/article-revolution-loin-des-medias-l-islande-reecrit-entierement-sa-constitution-99142021.html

    L’Islande nous démontre que tout comme le communisme, le libéralisme est un mal, et qu’on peut lutter contre.

    Sauf que les média aux ordres de nos "banksters", n’ont JAMAIS parlé de ça.

    Comme je l’ai toujours dit : la dette n’est qu’un écriture comptable sur un livre électronique.
    Elle s’efface d’un clic de souris.
    Elle ne correspond à aucune réalité économique.
    Elle ne sert qu’à écraser les peuples au nom d’une nomenklatura, tout comme le faisait le communisme.

    Il n’y a PAS de crise de la dette, il y’a une crise de régime, c’est tout.

     
    • duc

      20 février 2012 at 15 h 25 min

      L’ancien ministre de l’Economie argentin, Roberto Lavagna, a sorti son pays de la crise en 2002, en se passant des services du FMI. Lorsqu’il prend ses fonctions, en avril 2002, le peso est dévalué de 70%, le pays est en cessation de paiement, la dette privée s’élève à plus de 72 milliards d’euros, l’inflation annuelle flirte avec les 125% par an, le chômage explose, les petits épargnants sont ruinés et les troubles sociaux ont déjà fait plus de 30 morts dans le pays. Il préconise les mêmes solutions pour la Grèce :

      "Au plan économique, tout est semblable. L’Argentine avait établi une parité fixe entre le peso et le dollar, la Grèce est ficelée à l’euro, perdant ainsi le contrôle de sa monnaie. Un taux de change fixe associant des pays à forte productivité et d’autres dont la compétitivité est beaucoup plus faible ne peut qu’engendrer une crise. La Grèce est déjà dans sa quatrième année de récession, l’Argentine l’était également. Le déficit fiscal, le déficit des comptes courants, la chute vertigineuse du PIB, l’endettement, l’explosion du chômage… toutes les grandes données macro-économiques sont similaires. En revanche, la situation sociale de la Grèce est bien meilleure que celle de l’Argentine à l’époque. Au plan institutionnel, l’Argentine était par ailleurs un pays isolé alors que la Grèce fait partie de l’ensemble économique le plus puissant du monde.

      Comment avez-vous tiré l’Argentine du chaos ?

      Dès mon entrée en fonction, en avril 2002, j’ai décidé de changer radicalement notre manière de penser la sortie de crise.. Le mois suivant, j’étais à Washington pour rencontrer les dirigeants du Fonds monétaire international et leur expliquer que nos rapports allaient s’en ressentir. Depuis le début du marasme économique, en 1998, nous avions déjà eu deux programmes du Fonds pour un total de 51 milliards d’euros. Les deux ont été des échecs retentissants et certaines voix s’élevaient pour demander une troisième tournée de quelque 17 milliards supplémentaires.

      Je n’ai pas voulu suivre cette voie et j’ai expliqué au Fonds que nous ne voulions plus de prêt et que nous sortirions seuls de la crise. La seule chose que j’ai demandé était un roll over partiel de toutes les échéances. Je me suis également engagé à payer les intérêts de la dette et une partie du capital. Mais pas tout et pas tout de suite. Cette position était tout simplement impensable pour le FMI car nous affichions notre volonté de fixer nous même notre propre politique économique. J’ai du leur expliquer trois fois de suite ma position avant qu’ils finissent par comprendre. A partir de là nous avons arrêté de soutenir financièrement les banques alors que le FMI nous l’imposait, exigeant même que nous privatisions la Banque de la Nation. Mais comme nous étions sorti du jeu, le Fonds n’avait plus de moyen de pression sur l’Argentine!

      Vous avez donc oeuvré contre le FMI et vos principaux créanciers ?

      Le sorties de crise se font en dehors des chemins tracés par le FMI. Cette institution propose toujours le même type de contrat d’ajustement fiscal qui consiste à diminuer l’argent qu’on donne aux gens – les salaires, les pensions, les aides publiques, mais également les grands travaux publics qui génèrent de l’emploi – pour consacrer l’argent économisé à payer les créanciers. C’est absurde. [...] On préfère sauver les banques plutôt que les gens qui ont des crédits immobiliers à rembourser. La première chose qu’on a faite nous, c’est de rallonger les échéances pour les propriétaires endettés. Les fonctionnaires du FMI nous ont alors dit que nous violions les règles essentielles du capitalisme! Ils oubliaient simplement que des gens ruinés ne consomment plus, ce qui obère une relance par la croissance.

      Au lieu de payer les banques, la Grèce devrait investir dans l’éducation, les sciences et la technologie, financer des infrastructures et récupérer ainsi une certaine productivité, ne serait-ce que dans les secteurs des services ou du tourisme."

      http://www.liberation.fr/economie/01012390907-nous-avons-sauve-les-gens-plutot-que-les-banques

       
      • Martin Galemard

        20 février 2012 at 17 h 55 min

        Roberto Lavagna se donne depuis quelques mois le beau rôle, mais la réalité historique paraît un peu plus nuancée.

        http://www.latinreporters.com/argentineeco290402.html (29 avril 2002) :

        “Rappelé de Bruxelles, où il était ambassadeur auprès de l’Union européenne, Roberto Lavagna, 60 ans, s’est empressé de faire allégeance au FMI. L’appel à la reprise de l’aide financière internationale demeure ainsi le seul élément relativement constant et prévisible de la politique de l’Argentine en crise.

        La semaine dernière pourtant, le président Duhalde considérait que les mesures d’austérité exigées par le FMI mettaient en danger la paix sociale. Eduardo Duhalde reprochait aussi au FMI d’avoir précipité l’effondrement du peso, qui a perdu 70% de sa valeur depuis janvier, en forçant Buenos Aires à le dévaluer et à le laisser flotter.

        On croyait alors la rupture avec le FMI d’autant plus proche que les syndicats, un nombre croissant de parlementaires et surtout la majorité des gouverneurs péronistes, qui contrôlent 15 provinces sur 24, affirmaient ne plus vouloir se plier au diktat du grand institut monétaire.

        Ce tollé aggravait la tourmente provoquée par la démission, mardi dernier, du ministre de l’Economie Jorge Remes Lenicov. Il jetait l’éponge pour n’avoir pas été autorisé par le parlement à confisquer pour 5 ou 10 ans la totalité de l’épargne des Argentins en échange de bons d’un Etat en faillite déclarée.

        Mais au moment fatidique où Eduardo Duhalde allait faire un retentissant bras d’honneur au FMI, les puissants gouverneurs provinciaux, effrayés soudain par un tel saut dans le vide, l’en empêchaient et signaient avec lui un document stipulant que l’Argentine ne pouvait se permettre de faire cavalier seul au sein de l’économie internationale. Le document promettait aussi l’adoption des mesures exigées par le FMI pour assainir les finances publiques et protéger les investissements étrangers.

        Puis, la majorité péroniste votait au pas de charge une nouvelle loi permettant de perpétuer le blocage de l’épargne (le “corralito”) de manière moins insultante pour l’intelligence que celle proposée par le ministre démissionnaire Jorge Remes Lenicov. Désormais, pour échapper au blocage de leurs avoirs bancaires pourtant déclaré anticonstitutionnel par la Cour Suprême, les Argentins devront épuiser tous les recours, c’est-à-dire effectuer un marathon judiciaire de plusieurs mois, voire de plusieurs années.

        Grâce à cet artifice antidémocratique, les banques peuvent rouvrir ce lundi. Elles étaient fermées depuis une semaine, le rythme accéléré des retraits d’épargne sur décision judiciaire de première instance (procédure qui vient donc d’être compliquée) ayant fait craindre un effondrement du système financier.

        C’est dans ce contexte qu’a été intronisé le nouveau ministre de l’Economie, Roberto Lavagna. Il a aussitôt situé sa politique, qu’il définira cette semaine, dans le cadre de la subordination au FMI proclamée par les gouverneurs de province et par le président Duhalde.

        Roberto Lavagna a même été plus loin, décidant que le peso continuerait à flotter librement, comme le souhaite le FMI, alors que le président Duhalde affirmait encore vendredi qu’il serait ancré au dollar par un taux de change fixe afin de stopper sa dépréciation, source d’inflation galopante. (Elle pourrait atteindre 10 % au cours du seul mois d’avril reconnaît le nouveau ministre.)

        Pour l’heure donc, la mendicité à l’égard du FMI demeure la seule politique claire de Buenos Aires. Les autres paramètres virevoltent comme girouettes sous le vent.

        Désigné le 1er janvier chef d’Etat provisoire aux termes d’une procédure parlementaire contestée par des constitutionnalistes, ne jouissant donc pas de la légitimité des urnes, le président Duhalde avait promis de restituer aux Argentins leurs dollars épargnés en banque. Mais il a accentué la confiscation de cette épargne et l’a pesifiée, transformant d’autorité les dollars en pesos dépréciés.”

        Ce n’est qu’un an plus tard, après l’arrivée au pouvoir du péroniste Kirchner, que l’Argentine passa un accord avec le FMI : http://www.latinreporters.com/argentineeco25092003.html (25 septembre 2003). Cet accord, pour lequel Kirchner et son ministre Lavagna obtinrent les félicitations de George W. Bush, lésait essentiellement des centaines de milliers de petits épargnants qui n’étaient cependant pour rien dans la crise financière de l’Argentine, due à la fois au FMI et à la corruption de la classe politique du pays, toutes tendances confondues…

        Par comparaison, le FMI ne perdait rien (l’Argentine lui garantissait le remboursement de tous ses prêts, ce que le ministre confirme dans son interview à “Libération” !) et les principales banques étrangères beaucoup moins que les petits porteurs (entre autres, parce que l’Argentine s’engageait à dédommager les banques qui avaient “souffert de la suppression quasi généralisée du dollar au profit d’un peso dévalué”).

        La morale, si l’on peut dire, de cette histoire reste donc celle que le bon vieux La Fontaine a immortalisée :

        “Selon que vous serez puissant ou misérable,
        Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

        Martin Galemard

         
      • duc

        20 février 2012 at 18 h 28 min

        Effectivement c’est plus nuancé ! je crois qu’il manque un Asselineau pour faire table rase de ces liens troubles !

         
      • neopascon

        21 février 2012 at 10 h 39 min

        pour répondre à Martin Gallemard ci-dessous : le lien au qu’il propose date de 2002 donc début de son mandat (en avril). Donc on ne peut pas juger son action à partir de cela.

        Le lien ci-dessous date de 2005 date de la démission de Lavagna. Il est donc resté ministre pendant toute la présidence de Eduardo Duhalde et semble bien avoir fait ce qu’il dit !

        http://www.lepetitjournal.com/buenos-aires/a-la-une-buenos-aires/3090-politique-roberto-lavagna-rend-son-tablier.html

         
    • O

      20 février 2012 at 17 h 03 min

      Bonjour,
      Par rapport à l’Islande, j’ai pas compris pourquoi fitch remontait la note de l’Islande (voir depeche du monde) alors que le peuple est daccord pour faire payer les banques… quel est cette logique?

       
      • Lambda

        20 février 2012 at 17 h 59 min

        @ O

        Les Islandais ont imposé un référendum sur le non remboursement aux banques de la dette et qui a été remporté à 93%
        la suite dans le lien ci-dessous
        http://www.wikistrike.com/article-revolution-loin-des-medias-l-islande-reecrit-entierement-sa-constitution-99142021.html

         
      • Martin Galemard

        20 février 2012 at 19 h 56 min

        @ Lambda

        Si j’en crois les deux auteurs du récent livre “Circus politicus”, 60 % des islandais ont même dit “non” une deuxième fois en avril 2011, alors que le gouvernement et les médias du pays avaient clairement laissé entendre que l’entrée de l’Islande dans l’Europe risquait de pâtir d’un nouveau refus des électeurs.

        Mais ça ne répond toujours pas à la question d’O : pourquoi Fitch remonte-t-il la note de l’Islande ? C’est comme si cette agence anglaise récompensait le double affront que les Islandais ont infligé aux 340.000 épargnants britanniques et néerlandais victimes de la faillite de la banque islandaise Icesave…

         
  9. Al

    20 février 2012 at 10 h 42 min

    Bonjour;
    Borloo serait en passe de diriger Véolia environnement . Je ne sais pas pourquoi, je l’aurais plutôt vu chez Pernod-Ricard que dans une boite qui vend de l’eau . Triste époque pour nos zélites, obligées de se recaser vite fait, avant la débâcle .

     
    • barge

      20 février 2012 at 11 h 33 min

      excellent, cela veut dire que Boutin a toutes les chances de se faire recaser au moulin rouge…

       
      • Al

        20 février 2012 at 12 h 19 min

        Crazy Horse

         
    • alain-06

      20 février 2012 at 14 h 24 min

      L’oligarchie dans ses oeuvres.
      On ne place pas quelqu’un à la tête d’une entreprise parcequ’il est compétent, on l’y place parcequ’il est le pote du pouvoir en place.
      Quelle saloperie.

       
      • tarci

        20 février 2012 at 15 h 38 min

        La politique à la Sarkozy n’est que mensonge !

        Dernier exemple constaté, le discours de Nicolas Sarkozy, prononcé dimanche 19 février à Marseille, en faveur de l’instauration de la proportionnelle dans le mode d’élection des députés.!

        http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120219.OBS1771/sarkozy-en-faveur-de-la-proportionnelle-a-la-marge.html

        ‘"Un mode de scrutin a d’abord pour objectif de dégager une majorité capable de gouverner", Nicolas Sarkozy s’est dit dans le même temps "attaché au scrutin uninominal à deux tours", tout en estimant "qu’on pourrait le corriger à la marge pour que tous les grands courants politiques puissent avoir des parlementaires."

        Mais dans son discours de campagne le 29 avril 2007, Nicolas Sarkozy ne déclarait-il pas déjà :

        "Je m’engage, si je suis élu président de la République, à réunir toutes les forces politiques de la nation et à discuter avec elles de la possibilité d’introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l’Assemblée Nationale sans créer le risque d’une instabilité qui serait désastreuse. Je veux que chacun se sente représenté dans la République mais que nous gardions les scrutin majoritaire, clé de la stabilité de la République."

        http://sites.univ-provence.fr/veronis/Discours2007/transcript.php?n=Sarkozy&p=2007-04-29

         
      • tien

        20 février 2012 at 19 h 18 min

        La proportionnelle ! Réponse de Martine Le Pen et les mensonges de la journaliste Ruth Elkrief !
        Comment Le Pen lui répond :

         
      • Etchamendy

        20 février 2012 at 22 h 21 min

        @barge,Al, Alain 06 et les autres

        Surtout, ce que les gens des médias font mine d’ignorer, c’est le timing.
        A.Madelin sur BFMTV se croit crédible en affirmant que NS ne serait pas assez fou pour, à un pareil moment, risquer une entreprise de cette nature.
        Il nous prend pour des niais une fois encore le pape du libéralisme, car il y a peu, lors des réactions aux propos de Guéan sur une hiérarchie des civilisations, Borloo les a publiquement dénoncés et s’est même posé la question de son choix pour les présidentielles.
        Comme les écoutes semblent bien fonctionner, il ne serait pas du tout surprenant que des échanges entre BAYROU et des proches de Borloo et,voire lui-même, n’aient pas été pris très au sérieux là où ça ferait mal de voir un ralliement inopportun au moment où il faut faire feu de tout bois pour donner une illusion de remontée dans les sondages .
        D’où la prise de risque de " l’horloger de l’Elysée"..
        Et plus la ficelle est grosse et moins ça peut paraître relever d’une manigance dans la tête de gens sensés et normaux. Sauf notre" vestale du temps" est aussi déjantée que son mentor l’Empereur. La journaliste Ruth ELKRIEF de BFMTV m’a l’air sur ce coup-là ou complètement niaise, ou parfaitement acquise à un camp. J’inclinerai pour la seconde hypothèse, et vous ?

         
  10. pourquoi29

    20 février 2012 at 11 h 25 min

    arrivée à Téhéran d’une mission de l’AIEA, on nous la refait ,du colin powell bientôt ???
    http://actu.orange.fr/une/nucleaire-iranien-arrivee-a-teheran-d-une-mission-de-l-aiea-afp_489912.html

     
    • Alcide

      20 février 2012 at 11 h 58 min

      @ pourquoi29

      Du Colin Powell ?
      Non , les espions et les explosifs de nos Zélites ,ce serait plutôt Austin Power.

       
      • pourquoi29

        20 février 2012 at 12 h 35 min

        i get the power

         
      • duc

        20 février 2012 at 19 h 10 min

        "I get the power" disent aussi les musulmans intégristes d’Espagne ! :

        L’Espagne bientôt sous domination musulmane.

         
      • pourquoi29

        20 février 2012 at 19 h 37 min

        encore le système dans toute sa splendeur, nous sommes tous des pions, les musulmans aussi même si ça leur profite dans l’immédiat.

         
  11. barge

    20 février 2012 at 11 h 49 min

    Le slogan de sarko a été beaucoup raillé mais elle renvoie pourtant bien à une réalité : La France forte avec les faibles et les démunis et obséquieuse avec les puissants et les riches.

    D’ailleurs, il ne faut pas s’y tromper, cela explique le soutien apporté par Merkel et Brown à Talonette 1er. Lui a pris ça pour la reconnaissance de sa place qu’il estime immense dans les relations internationales. Mais ses homologues au contraire lui apporte leur soutien parce qu’avec Sarko, la France est un poulet qui court sans sa tête.

    Une agitation compulsive qui ne débouche sur rien, qui ne défend aucune stratégie, avec Sarko la France devient une bonne volaille qui se fait plumer. Le roi de la basse court européenne est considéré comme le petit roitelet de l’Elysée. On le laisse chanter, monter sur ses ergots, mais il ne s’aperçoit pas que tous les jours la fermière merkel lui prend des oeufs et lui retire une ou deux poules pour son diner.

    L’angleterre et l’allemagne en redemande. Ils nourrissent l’espoir de récupérer Calais pour l’un et l’alsace pour l’autre sans tirer un coup de canon.

     
  12. gamet

    20 février 2012 at 11 h 53 min

    Le soutien de Merkel et surtout maintenant de Cameron me paraissaient suspects.

    Tu donnes l’explication. Merci Barge.

     
  13. barge

    20 février 2012 at 12 h 02 min

    Il y a de l’eau dans le gaz entre Israel qui veut bombarder l’iran tout de suite et les usa qui veulent contenir les ardeurs de leur alliés en estimant qu’une guerre serait "prématurée". Traduction, ils se préparent sérieusement à la faire, mais les usa veulent respecter un timing précis..IL faut apprécier la réponse de l’officiel qui précise que l’Iran est un "acteur rationnel", c’est regrettable que la question ne se pose jamais pour l’etat dont il est l’allié….

    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/02/19/israel-prendra-seul-la-decision-de-se-defendre-affirme-le-chef-d-etat-major-de-l-armee_1645431_3218.html#xtor=AL-32280515

     
    • Etchamendy

      20 février 2012 at 22 h 43 min

      N’écartons pas l’hypothèse selon laquelle l’Iran une fois officiellement investie comme puissance nucléaire, ne devienne pas l’objet d’un revirement des alliances made in USA dans la région.(=puissance nucléaire autorisée des USA). Car n’oublions pas que le Pakistan se montre de moins en mois fiable….. d’où la tangibilité du choix.
      Tant qu’à contrôler les puissances auprès desquelles elle s’est endettée autant bien s’assurer du contrôle du robinet à pétrole….puisque son dollar ne vaut plus que dale !!
      De la part d’une marionnette NOBEL de la Paix, ça aurait une certaine cohérence.
      Dans le même temps l’enlisement de la situation en Syrie, portée au crédit des nations opposant un veto à l’ONU, devrait permettre d’avancer d’autres pions sur l’échiquier de l’isolement de la Russie.
      Car il y a un petit détail que beaucoup semblent ou ignorer ou minorer, à savoir que les States disposent des codes de cryptage de toutes les puissances nucléaires du monde à l’exception notoire de la France, grâce aux ultimes essais de l’Atoll de Mururoa en 95.
      Et si le Président Iranien est réélu, je vous paris que ça pourrait bien être le cas (j’ai comme dans l’idée que celui-là soit une taupe des States depuis fort longtemps). Seule ombre au tableau, sera-t-il réélu, ou plutôt, les sionistes ont-ils les moyens de casser la baraque aux ricains en interférant justement à ce niveau ????
      Car, dans cette histoire, le rôle des cocus semble être dévolu aux sionistes. Et rien de tel pour être reconduit au poste de la présidence que quand une entité structurante se déclare de plus en plus menaçante. Je me demande même si la présence de toute la flotte US dans le Golfe Persique n’est pas plus destinée à bien tenir en laisse Israël….

       
      • Etchamendy

        20 février 2012 at 22 h 45 min

        CRYPTAGE DES MISES A FEUX….excuse me !

         
  14. benhamroud france

    20 février 2012 at 12 h 10 min

    La Chine soutient la stabilité de l’euro (Xi Jinping)
    2012-02-20 11:13:32 xinhua
    La Chine soutient la stabilité de l’euro et de la zone euro, a déclaré dimanche soir à Dublin le vice-président chinois Xi Jinping au Premier ministre irlandais Enda Kenny.

    Lors de son entretien avec M. Kenny au Château de Dublin, M. Xi a indiqué que la Chine attachait une grande importance au sort de l’euro, que la Chine était optimiste à l’idée d’une monnaie unique et qu’elle soutenait la stabilité de l’euro et de la zone euro.

    "Nous pensons que l’Union européenne (UE) a la capacité, la sagesse et les moyens de faire avancer les réformes nécessaires et de s’adapter à surmonter les difficultés actuelles," a-t-il affirmé.

    "La Chine continuera à soutenir, à sa manière, les efforts de l’UE, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international dans leurs efforts pour résoudre la crise de la dette souveraine en Europe", a renchéri le vice-président chinois.

    Il a également précisé que la Chine encourageait l’UE à jouer un rôle encore plus important sur la scène internationale.

    L’Europe est le plus grand débouché des exportations chinoises et la Chine est aussi préoccupée par l’évolution du problème de la dette européenne. Un euro stable est bon pour la Chine, a rappelé Xi Jinping.

    Le vice-président chinois est arrivé samedi en Irlande pour une visite officielle de trois jours à l’invitation du Premier ministre irlandais.

     
    • Al

      20 février 2012 at 12 h 24 min

      La Chine soutient l’euro comme elle avait promis de venir en aide pour les dettes souveraines . Ces gens sont des pragmatiques, ils attendent de se partager les cadavres à moindres frais . Par chance, ils ne sont pas les héritiers du siècle des lumières, comme les crétins qui nous dirigent .

       
  15. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 12 h 21 min

    Naufrage en Sarkozie

    La nouvelle est apparue tard vendredi soir, mais sans nommer le propriétaire du navire en perdition : très vite, une vidéo nous donnait des images du sauvetage délicat de l’équipage d’un grand yacht de 60 mètres de long en train de sombrer en Méditerranée, ce qui n’est quand même pas si fréquent que cela, d’où mon intérêt pour l’information. Deux hélicoptères de la marine grecque dépêchés sur place, à l’endroit même où avait été pris la photo qui orne le fond de l’affiche électorale de Nicolas Sarkozy. Pensez-bien que la nouvelle avait retenu mon attention. Le lendemain matin, samedi, on apprenait le nom du yacht, le Yogi, et qui en était le propriétaire : Stéphane Courbit, patron d’entreprises médiatiques et ami de seize ans de Nicolas Sarkozy. Ce dernier n’a pas fini de liquider l’héritage de la désastreuse image de son indécente fête au Fouquet’s. Mais cette fois, peut-on au moins affirmer, l’une de ses possibilités d’excursion méditerranéenne vient de sombrer. A l’image d’un président sauveteur des riches qui ose aujourd’hui se présenter en protecteur des pauvres, l’ambition obscène de Nicolas Sarkozy repose désormais un peu aussi au fond de la Mer Egée.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/naufrage-en-sarkozie-110623

     
  16. Jean

    20 février 2012 at 13 h 43 min

    Cet après-midi adoption du plan de sauvetage de la Grèce, hausse de l ‘euro et des indices. Point de faillite en mars. J ‘en mets ma main à couper.

     
    • marc153

      20 février 2012 at 14 h 36 min

      Tu devrais pas, Jean… Ils ont plus d’un tour dans leur sac, le 23 mars c’est encore loin…

       
    • spark

      20 février 2012 at 16 h 08 min

      Exact ils ont plus d’un tour dans leur sac pour éviter la faillite. Ils l’évitent depuis déjà 2 ans.

       
      • marc153

        20 février 2012 at 20 h 25 min

        Ils l’évitaient, nuance. Maintenant c’est mûre, et ils s’en sont mis assez dans les fouilles, il est temps de passer à la suite et de tout casser; pour se gaver encore plus bien sur…

         
  17. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 13 h 56 min

    Elections à la basse-cour

    Voilà plus de quatre ans qu’un coq en rien gaulois
    Gouvernait sans partage et imposait sa loi.
    Nombre de volatiles n’osaient le contredire
    Bien qu’il fût bas sur pattes, c’est le moins qu’on puisse dire.
    D’origine hongroise, ce coq trop agité
    Ne laissait à personne le soin de décider.
    Oui mais dans quelques mois il faudrait bien choisir
    Un chef pour la basse-cour. Qui allait-on élire ?
    « On ne veut plus du coq, il nous a affamés
    Gardant le blé pour lui et pour tous ses poulets »
    Disaient les pensionnaires de notre basse-cour.
    « Voyons un peu pour qui voter au premier tour.»
    Trouver un prétendant n’était pas chose aisée,
    On le voulait plus grand, pas trop mou et racé.
    Une faisane royale aux dernières élections
    Avait perdu des plumes dans cette confrontation,
    D’ailleurs perdu aussi la confiance de ses potes
    Qui cherchaient quelqu’un d’autre pour battre le despote.
    Un jars avait la côte, vieux mâle grisonnant ;
    Dominer et niquer, tel était son passe-temps.
    Partout, dans chaque recoin, on le voyait le soir
    Sauter toutes les oies, qu’elles soient blanches ou noires.
    « Pas question de le prendre, il pense trop à la chose.
    Qu’il aille se faire soigner, que nos oies se reposent »
    Clamait un fier dindon venu droit de Hollande
    Qui jurait d’exaucer jusqu’aux moindres demandes.
    Il avait réussi à se débarrasser
    D’une grosse dinde chti qui voulait s’imposer
    En cherchant le soutien des poules et des faisanes
    Par l’interdit des œufs de plus de trente-cinq grammes.
    Ce Dindon courtisait une cane colvert.
    Migratrice, elle venait d’un pays où l’hiver
    Est plus rude qu’en France et pour son grand bonheur
    Avait mis hors combat un pigeon voyageur.
    Au demeurant jolie, elle jugeait qu’il fallait
    Pour pouvoir l’emporter promettre aux poulets
    Nourriture plus saine, une vie plus aisée,
    Maïs sans OGM et blé labellisé.
    Le Dindon disait oui mais en réalité
    C’était juste pour lui prendre les voix qu’il convoitait.
    Et pour tout perturber, voila qu’un vieux poulet
    Qui avait trépassé, était ressuscité.
    Prétextant qu’il avait ainsi côtoyé Dieu,
    La place de dirigeant, il appelait de ses vœux.
    Ajoutez à ceux là une sorte de poule d’eau,
    Une espèce marine qui parlait fort et haut
    Et voulait Allah porte de son beau poulailler
    Mettre ces poules cou nu qui avaient immigré.
    « Elles viennent nous envahir et manger notre blé
    Si on les laisse faire, nos cous elles vont plumer.
    Renvoyons les chez elles à coups de pieds aux cul(e)s, !»
    Tels étaient les propos de notre gallinule.
    Il y en aura bien d’autres d’ici les élections,
    Candidats qui voudront susciter des passions,
    Des paons et des canards essayant de faire croire
    Que dans la basse-cour il faut reprendre espoir,
    Que le bonheur est là, juste à portée de patte.
    Vous y croyez vraiment ? Mais que vous êtes tartes !
    po J.de la Fontaine

     
    • tien

      20 février 2012 at 19 h 27 min

      C’est tout à fait cette vidéo :

      ou projet de gouvernance mondial (Roots of Evil)

       
  18. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 14 h 01 min

     
    • Elle court, elle court... la rumeur

      20 février 2012 at 14 h 54 min

      inspiré du Roman "La ferme des animaux" de George Orwell, l’auteur du livre "1984". Ne sommes nous pas tous quelque part les animaux d’une ferme, entourés de cochons "qui gouvernent le mental" … ?
      Même si certains voient le livre comme une critique acerbe du communisme de l’époque, cette histoire d’animaux, débordante de symboles, colle complétement à l’actualité.
      Laetitia : "Cette histoire de coup d’état animal n’est pas sans nous rappeler quelques moments cruciaux de notre Histoire.Orwell décortique, à travers des personnages d’animaux, toute la mécanique du totalitarisme. Un cochon, bien nommé, détourne un idéal collectif en idéal personnel.Dans cette ferme nous apprenons comment manipuler la foule, créer un ennemi fictif, amener la population à adorer une situation qui leur est nuisible, se fabriquer une armée de soldats cruels et dévoués, exécuter de faux coupables pour redorer l’image du Petit Père des Animaux…
      Le premier degré est intéressant, le second encore plus…"

       
  19. nee

    20 février 2012 at 14 h 11 min

    http://www.jovanovic.com/blog.htm

    L’INFORMATION MAJEURE DE LA SEMAINE: SWIFT DEVIENT UNE ARME DE GUERRE !
    du 20 au 24 février 2012 : LA BANQUE-FINANCE EST OFFICIELLEMENT DEVENUE UNE ARME DE GUERRE DEPUIS VENDREDI… La Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, SWIFT (l’organisme qui gère les virements interbancaires dans 210 pays avec 550 millions de virements par mois, ici wiki) a pondu un communiqué (lien) et l’a donné à la presse en toute discrétion en fin de journée de vendredi 17 février afin que cela passe totalement inaperçu (le jour des départs en vacances à 16 heures :-). Et Swift déclare qu’il va effacer l’Iran de ses circuits informatiques indispensables aux "voyages" monétaires. Un virement fait de Londres et qui arrive sur votre compte à Paris a emprunté les circuits de Swift. Cela veut dire quoi?

    Si vous êtes interdit de chéquier, vous n’êtes pas pour autant exclu du circuit financier puisque vous pouvez recevoir et émettre des virements et par conséquent retirer l’argent de votre compte. En revanche, si votre banque par exemple est exclue de Swift, eh bien vous ne pouvez même plus recevoir un virement. Pour l’Iran, c’est la mort par exclusion des circuits informatiques financiers. Et c’est une vraie première. En effet, même pendant les deux Guerres Mondiales, la Suisse avait servi de point central aux banques… et aucun des pays en guerre n’a été exclu du circuit financier, pas même l’Allemagne.

    Reuters: "Swift said it was ready to block Iranian banks from using its network to transfer money. Expelling Iranian banks from the Swift would shut down Tehran’s main avenue to doing business with the rest of the world". Swift a pris cette décision à la demande des US et de l’UE… Donc attention, là vous allez voir des choses extraordinaires se passer en Iran qui ne pourra plus commercer comme avant. Cela équivaut à une mort lente de la population. Ajoutez à cela que l’Iran ne pourra plus vendre son pétrole aux pays de l’UE, et vous obtenez une situation de mise à mort d’un pays, qui n’aura que solutions: se coucher ou faire la guerre… Et vous le savez, c’est exactement ce que veulent les Américains. Lire l’info passée inaperçue… ici Swift et ici Reuters. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2012

     
  20. Alcide

    20 février 2012 at 14 h 16 min

    ALERTE – L’Iran menace de cesser ses ventes de pétrole à d’autres pays européens

    Tehran – L’Iran va stopper ses ventes de pétrole à d’autres pays européens que la France et la Grande-Bretagne si l’Europe poursuit ses actions hostiles contre Téhéran, a affirmé lundi le président de la compagnie nationale iranienne du pétrole NIOC Ahmad Ghalebani.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___L_Iran_menace_de_cesser_ses_ventes_de_petrole_a_d_autres_pays_europeens200220121302.asp

    Avant les élections augmenter le gazole
    Aussitôt dans les chaumières le citoyen désole
    Que nenni ,plus jamais pour le Nabot voter
    Et dans la mer Égée l’envoyer nager
    Le Français fier glissera dans l’urne
    Un nom nouveau ,car il a trouvé ses b….

     
  21. alain-06

    20 février 2012 at 14 h 30 min

    Je vote Mahmoud Ahmadinejad aux présidentielles ! :)

    Non, je déconne.
    J’ai vu une vidéo où l’on voit le Mahmoud en question faire le même signe que Sarko, Bush, Obama, Clinton, Pape and Co.
    Le fameux signe du pouce replié sur le majeur et l’annulaire, avec l’index et l’oriculaire relevés.
    Seraient-ils tous de la même famille manipulatrice de l’humanité dans son ensemble ?

     
    • farabi

      20 février 2012 at 14 h 53 min

      Il y’a plein de gens qui font ce signe sans pour autant faire partie de je ne sais quelle société sataniste.
      Au sujet du président iranien, j’ai trouvé cette photo sur un forum arabe, le montrant en train de dormir:
      http://www.alhsa.org/archieve/showthread.php?t=26293
      c’est pas le nabot qui se risquerait à exposer sa petite personne de la sorte.

       
    • Winston Smith

      20 février 2012 at 15 h 03 min

      "Seraient-ils tous de la même famille manipulatrice de l’humanité dans son ensemble ?"
      C’est ce qu’en dit B. Fulford.

       
    • tarci

      20 février 2012 at 15 h 49 min

      En Asie, ce signe que les jeunes font, a une toute autre signification !

      Il veut dire tout simplement dire : I love you ! avec les doigts !

       
    • Etchamendy

      20 février 2012 at 22 h 47 min

      BRAVO, BIEN VU…….

       
      • Etchamendy

        21 février 2012 at 8 h 37 min

        @ Alain 06;

        Bravo bien vu

         
  22. kawa

    20 février 2012 at 15 h 40 min

    Le saviez-vous ? Wikileaks : Assange un pur produit des services secrets et ancien de la CIA.
    http://www.diatala.org/article-wikileaks-assange-un-pur-produit-des-services-secrets-80236520.html

     
  23. Zappata

    20 février 2012 at 16 h 57 min

    Grèce: "l’aide n’excédera pas 130 Mds€"

    L’aide publique promise à la Grèce dans le cadre d’un second plan de sauvetage ne pourra pas excéder 130 milliards d’euros, même s’il reste des trous à combler pour atteindre les objectifs initiaux, a déclaré aujourd’hui le chef de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker. "Nous devons encore discuter du volume total du deuxième programme, car nous ne pouvons pas dépasser les 130 milliards d’euros", a-t-il indiqué à son arrivée à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles.

    Ceux-ci devraient en principe donner aujourd’hui leur feu vert à un deuxième plan de soutien à Athènes, comprenant un volet public de 130 milliards d’euros et un effacement partiel de la dette détenue par les créanciers privés à hauteur de 100 milliards.

    L’optimisme est de mise mais "il faut encore définir dans quelles mesures le secteur public peut être associé à la solution globale. Et il faut également encore clarifier les derniers détails de la participation du secteur privé", a indiqué Jean-Claude Juncker.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/02/20/97002-20120220FILWWW00474-grece-pas-plus-de-130-mds-d-aide-juncker.php

     
  24. nee

    20 février 2012 at 17 h 11 min

    http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/19/01003-20120219ARTFIG00198-israel-iran-washington-tente-d-apaiser-les-tensions.php

    Plusieurs émissaires américains sont chargés de convaincre Jérusalem d’éviter des frappes «prématurées»……

     
  25. nee

    20 février 2012 at 17 h 23 min

    En plus on as deja tuer le numero deux du mossad si c’est vrai, c’est sure la vengence est en cours. Les iraniens on voulu montrer qu’eux aussi pouvait tuer.Va t-on vers l’escalade ?

     
  26. nee

    20 février 2012 at 17 h 27 min

    Iran: exercices antiaériens pour protéger les sites nucléaires (médias)
    http://fr.rian.ru/world/20120220/193435915.html
    Sa fais fremir.

     
  27. realinfos

    20 février 2012 at 17 h 38 min

    Les experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) arrivés lundi en Iran, ne visiteront pas les sites nucléaires du pays, a annoncé lundi l’agence ISNA se référant à une déclaration du chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi.

    Les raisons de cette décision ne sont pas précisées.

    Un groupe d’experts de l’AIEA est arrivé ce matin à Téhéran pour participer aux négociations sur le programme nucléaire iranien. Selon les médias occidentaux, leur visite durera deux jours.

    http://fr.ria.ru/world/20120220/193433753.html

     
  28. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 17 h 44 min

    BRÈVE /
    A Guise, Jacques Cheminade rend hommage à l’esprit de Jean-Baptiste Godin
    20 février 2012 – 16:30

    20 février 2012 (Nouvelle Solidarité) — Le samedi 11 septembre, à l’invitation d’un maire, Jacques Cheminade s’est offert une visite au Familistère de Guise, dans l’Aisne, un haut lieu de l’histoire économique et sociale du XIXe siècle.

    Classé monument historique en 1991, le « Familistère », littéralement lieu de réunion des familles, est le nom donné par l’industriel Jean-Baptiste André Godin (1817-1888) aux bâtiments d’habitation qu’il fait construire pour ses ouvriers et leur famille à partir de 1858. Fils d’artisan serrurier, Godin est formé très jeune au travail des métaux et découvre les énormes avantages de la fonte de fer qui, contrairement à la tôle, préserve davantage la chaleur. En 1837, il ouvre un petit atelier de fabrication de poêles en fonte pour lesquels il dépose un brevet en 1840. Cet atelier deviendra en 1846 une manufacture à Guise. Autour, Godin fera naître un lieu de vie qu’il partage avec ses ouvriers. Il s’inspire notamment du phalanstère imaginé par le socialiste utopique Charles Fourier (1772-1837), mais, comme il le fera toujours, effectue un tri dans la théorie pour l’adapter à ses propres idées et surtout pour la rendre réalisable.

    Dans La richesse au service du peuple. Le familistère de Guise (1874), Godin affirme que « ne pouvant faire un palais de la chaumière ou du galetas de chaque famille ouvrière, nous avons voulu mettre la demeure de l’ouvrier dans un Palais : le Familistère, en effet, n’est pas autre chose, c’est le palais du travail, c’est le PALAIS SOCIAL de l’avenir ». Pour lui, le Familistère permet de créer des « équivalents de richesse » auxquels les ouvriers ne peuvent accéder individuellement, mais qui leur deviennent accessibles quand ils sont mis en commun en remplaçant « par des institutions communes, les services que le riche retire de la domesticité ».

    Lieu de vie très en avance sur son temps, le Familistère comprend un pavillon central jouxté de logements spacieux et bien éclairés, équipés, chose révolutionnaire pour l’époque, de toilettes. Rajoutez à cela un ensemble de bâtiments hébergeant un économat, des écoles, un théâtre, une buanderie, des bains et, sur l’autre rive de l’Oise, une piscine. Mais le confort n’est pas que matériel et Godin met en place tout un système de protection sociale en créant des caisses de secours en cas de maladie ou d’accident de travail et assurant une retraite aux plus de 60 ans. Godin lutte également pour le droit de vote des femmes et contre le travail des enfants. La durée du travail journalier se limitait à 10 heures et les loyers étaient plafonnés à 5 % du revenu…

    En contradiction totale avec l’austérité de droite et la rigueur de gauche, le Familistère a donc valeur de symbole pour la résistance que Jacques Cheminade, par sa candidature aux élections présidentielles, compte susciter contre les politiques monétaristes de la City et Wall Street.

    Interrogé par plusieurs journalistes, Cheminade déclara que sa visite visait à rendre hommage à une certaine tradition du socialisme français, celle de Jaurès et de Pierre Mendès-France.

    On peut accuser Godin de paternalisme, admit Cheminade, mais il faut reconnaître que c’est « quelqu’un qui s’est battu constamment sur le front du travail. (…) En même temps, il a mis en place le logement social, ou encore l’eau courante, qui n’existait pas à l’époque. Il a fondé une école pour les enfants jusqu’à 14 ans, et non pas 12 comme à l’époque, ainsi qu’une pouponnière. Il y avait aussi une société de gymnastique, une société de musique qui est devenue une harmonie en 1872 ; il y avait un théâtre, avec toute une vie sociale autour de ça. Il a instauré la sécurité sociale. Au départ, c’était la mutualisation du secours social, mais par la suite, c’est réellement devenu une assurance sociale. Il s’est donc créé quelque chose qui est devenu inspirateur de toute une politique développée au XXe siècle. (…) Godin avait un esprit d’invention constant, un esprit ludique. En même temps, c’est quelqu’un qui respecte le travail humain. Il vit parmi ses ouvriers, et non pas isolé comme certains patrons du Nord, dans un petit château à côté de l’usine ; il vit avec ses ouvriers. (…) Il s’enrichit, bien sûr, mais il cherche toujours à faire quelque chose de plus. Il va risquer le tiers de sa fortune pour aider Victor Considerant à créer un phalanstère au Texas. Ce projet échoue car il est utopiste, mais pas celui de Godin, parce qu’il est lié à un mode de production et à une technologie. Technologie et avancée sociale sont une seule et même chose. (…) C’est nécessaire et même indispensable. S’il n’y a pas ce progrès technologique, la croissance n’a aucun sens. La seule chose qui donne un sens à la croissance, c’est la créativité humaine : on invente, on crée et on en tire des applications technologiques. Les technologies sans la découverte deviennent mauvaises et la science qui ne s’incarne pas sous forme de technologie tourne en rond.

    (…) Le but de ma candidature est de mieux contrer ce qui engendre l’extrême droite, c’est-à-dire cette Europe en décomposition qui produit les Geert Wilders, Victor Orban ou Marine Le Pen. Et moi je dis : il faut absolument faire une politique différente, qu’on revienne à du crédit public, c’est-à-dire que l’Etat soit capable de redonner du crédit pour l’économie. Donc il faut des banques nationales et qu’en même temps, on fasse ce que Roosevelt avait fait, c’est-à-dire Glass-Steagall, qui est la séparation entre d’un côté les banques d’affaires, celles qui investissent sur les marchés, et de l’autre les banques de crédit et de dépôt, qui donnent du crédit aux entreprises et aux ménages. Cette séparation et ce crédit doivent permettre une politique nouvelle basée sur le progrès technologique véritable. On parle du nucléaire ? Les écologistes pensent qu’on peut sortir du nucléaire, ce que je ne pense pas, et les nucléocrates pensent qu’on peut rester avec la licence Westinghouse [des réacteurs à eau pressurisé], ce qui est une folie. Il nous faut la quatrième génération et la fusion thermonucléaire. On doit avoir envers le nucléaire l’attitude qu’avait Godin à son époque et en même temps, que ce soit un nucléaire citoyen, ce qui n’a jamais existé en France. »

    Reportage de France3
    Article dans L’Aisne nouvelle

    http://www.solidariteetprogres.org/A-Guise-Jacques-Cheminade-rend-hommage-a-l-esprit-de-Jean-Baptiste-Godin_08604

     
  29. Elle court, elle court... la rumeur

    20 février 2012 at 18 h 09 min

    Muse – Uprising (Live – Stade de France 2010)

     
  30. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 14 min

    Banques systémiques, actualisation au 17 février

    19 des 28 banques présentant un risque systémique dans le monde (SIFIs pour Systemically Important Financial Institutions), un machin du G vain, ont publié leur bilan arrêté au 31 décembre 2011. Seuls manquent les bilans des banques anglaises, de Bank of China, d’Unicredit, de Commerzbank et de 2 Gos banques françaises.
    Le multiple d’endettement, mon µ, leverage en anglais, montre que les banques européennes sont dans une situation qui n’inquiète que les gens bien informés,

    Peu de changements par rapport au 30 juin 2011, les multiples d’endettement s’améliorent un peu pour les pires banques, mais lentement.
    Seuls les bilans des Gos banques françaises doivent être retraités d’une façon importante pour faire des comparaisons internationales fiables.

    http://chevallier.biz/2012/02/banques-systemiques-actualisation-au-17-fevrier/

     
  31. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 22 min

    L’inquiétude des Français bondit pendant la campagne

    Selon un nouveau baromètre, près de 70% des Français se disent inquiets en ce mois de février. Ils étaient 62% le mois précédent. Le chômage et l’emploi arrivent en tête des préoccupations, loin devant le pouvoir d’achat ou la santé.

    La campagne fait-elle augmenter la peur? À 63 jours de l’élection suprême, l’inquiétude des Français fait en tout cas un bond, selon un sondage Sofres-Covéa Finance-La Croix. De 62,2 points en janvier, elle grimpe à 69,6 ce mois-ci.

    Du côté des préoccupations, le chômage et l’emploi arrivent en tête, loin devant. Pas moins de 79% des sondés se disent inquiets sur ce sujet.

    "La hausse générale de ‘l’inquiétude’ est spécialement sensible s’agissant de l’emploi, renforcée par l’actualité récente notamment Lejaby ou les mauvais chiffres du chômage", explique le journal La Croix.

    Derrière cette thématique, suivent dans l’ordre la santé (54%), le pouvoir d’achat (52%), le financement des retraites (46%) et la qualité de l’école et de l’enseignement (45%). "Le thème du logement, cité par 37% des sondés, enregistre aussi une augmentation encore jamais vue de 12 points", ajoute le journal.

    Le sondage fait également un zoom sur les professions intermédiaires (ouvriers/employés et cadres, comme les techniciens, les infirmières, et les enseignants, par exemple). Selon lui, c’est la catégorie la plus inquiète,à 76,3 points. Le chômage est également leur priorité, mais elles "se focalisent notamment sur des dimensions liés aux conditions de vie". Le pouvoir d’achat arrive ainsi deuxième devant la santé. Les inégalités sociales (sixième pour l’ensemble des Français) s’invitent pour eux à la quatrième place.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/l-inquietude-des-francais-bondit-pendant-la-campagne_1084342.html

     
  32. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 25 min

    La France emprunte 8,028 mds EUR à court terme avec une forte demande

    Afp | 20 Février 2012 15h22

    La France a levé avec succès 8,028 milliards d’euros à court terme lundi, avec globalement des taux d’intérêt en baisse et une très forte demande des investisseurs, a annoncé l’Agence France Trésor, chargée de placer la dette française sur les marchés.

    L’objectif de l’AFT était d’emprunter entre 6,5 et 8,1 milliards d’euros de bons du Trésor à taux fixe et intérêts précomptés (BTF), sur des échéances à 13, 24, 34 et 50 semaines.

    La baisse des taux et la demande, autour de trois à quatre fois supérieure à l’offre, sont le signe que les investisseurs restent toujours séduits par les titres de dette français.

    Sur la ligne de BTF à 13 semaines, à échéance le 24 mai 2012, l’AFT a adjugé 4,207 milliards d’euros au taux moyen pondéré de 0,127%, contre 0,142% lors de la dernière adjudication comparable le 13 février.

    Sur la ligne de BTF à 24 semaines, à échéance le 9 août 2012, l’AFT a adjugé 1,504 milliard d’euros au taux moyen pondéré de 0,228%, comme lors de la dernière adjudication comparable le 13 février.

    Sur la ligne de BTF à 34 semaines, à échéance le 18 octobre 2012, l’AFT a adjugé 1,202 milliard d’euros au taux moyen pondéré de 0,290%. L’AFT n’a pas fourni de comparaison pour le taux moyen pondéré.

    Sur la ligne de BTF à 50 semaines, à échéance le 7 février 2012, l’AFT a adjugé 1,115 milliard d’euros au taux moyen pondéré de 0,380%, contre 0,408% lors de la dernière adjudication comparable le 13 février.

    http://www.rtl.be/info/economie/monde/857879/la-france-emprunte-8-028-mds-eur-a-court-terme-avec-une-forte-demande

     
  33. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 28 min

    Poutine promet un réarmement massif de la Russie

    590 milliards d’euros. C’est le budget que souhaite consacrer le Premier ministre russe Vladimir Poutine au réarmement de la Russie, afin de contrer la politique conjointe de l’Otan et des Etats-Unis en Europe.

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/poutine-promet-un-rearmement-massif-de-la-russie_1084280.html

     
  34. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 33 min

    Augustin de Romanet désigne son successeur à la tête de la Caisse des dépôts

    Très beau CV en effet !!!

    Augustin de Romanet a choisi son successeur pour assurer l’intérim à la direction générale de la Caisse des dépôts après le 7 mars. Il a annoncé sa décision ce lundi matin en comité de direction. Ce sera Antoine Gosset-Grainville qui héritera de cette mission fort convoitée.

    Courtois, diplomate et consensuel

    Chargé des finances et du pilotage des activités à l’international, il faisait office de candidat naturel. Administrateur chez Dexia, au FSI et à CNP Assurances, il connaît et a suivi tous les dossiers chauds de la Caisse.

    L’ancien directeur adjoint de cabinet de François Fillion est "courtois, diplomate et consensuel", selon un dirigeant de la Caisse. Il a de surcroit "toutes les compétences nécessaires juridiques, européennes et financières pour diriger cette maison".

    http://www.lexpress.fr/actualite/economie/augustin-de-romanet-designe-son-successeur-a-la-tete-de-la-caisse-des-depots_1084440.html

     
    • Etchamendy

      21 février 2012 at 8 h 40 min

      @Zappata;

      Parions que dès que la candidature de Jean-Louis Borlo à la présidence du conseil d’administration de VEOLIA est définitivement écartée les cours des actions de cette honorable société devraient reprendre tout le terrain perdu que vous nous signalez plus bas.

       
  35. Zappata

    20 février 2012 at 18 h 36 min

    Le Cac 40 au plus haut depuis six mois et demi

    Paris poursuit sa progression, dopée par la décision de la Chine d’assouplir sa politique monétaire, ainsi que par l’espoir d’un accord sur la Grèce. Les valeurs cycliques et financières sont entourées, tandis que VEOLIA Environnement abandonne près de 4%. Vers 14h35, le Cac 40 gagne 0,84% à 3.468 points.

    http://www.lesechos.fr/investisseurs/analyse_seance/investir_00426831-le-cac-40-au-plus-haut-depuis-six-mois-et-demi-291950.php?xtor=RSS-2063

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 676 followers

%d bloggers like this: