RSS

LA CREATION ET LE CONTROLE DE LA BANQUE CENTRALE AMERICAINE

30 déc

Ce document est certainement connu de plusieurs d’entre vous, mais il sera de fait certainement utile à plusieurs visiteurs pour mieux comprendre à la fois le pourquoi la crise évolue aujourd’hui dans le sens d’un chaos de la société occidentale, de la préparation des esprits, par Hollywood, d’une grave crise financière, économique et sociale pour 2012, et de la fin du bail de la Réserve fédérale le 21 décembre 2012.

« En 1913 un groupe de banquiers internationaux se réunit d’urgence sur l’île de Jekyll (Géorgie, Etats-Unis). Pour cette réunion secrète, tous les habitants de l’île avaient été évacués. Des gardes empêchèrent les non invités pour le temps que dura la Conférence. Par la suite on apprit que, à cette occasion, le "Gouvernement Invisible" du monde occidental avait décidé l’institution du Federal Reserve Bank (l’actuelle Banque centrale américaine) qui devait enlever au gouvernement américain et au Congrès leur pouvoir sur l’émission de la monnaie et du crédit ; en cette même occasion, l’orientation de la guerre déjà décidée (1914-1918) avait été aussi arrêtée ». (Unité National de Montréal – Juin Juillet 1957)

Parmi les objectifs de cette guerre figurait, bien évidemment, la destruction de l’Autriche-Hongrie, puissance catholique, l’élimination de la dynastie des Hohenzollern, mais aussi la création de nouveaux Etats en Europe centrale, ainsi que la révolution russe.

Des centaines de millions d’hommes allaient payer un lourd tribu humain et financier à la suite de cette réunion. Et ce n’est pas fini puisqu’après avoir contraint les nations à s’engager dans deux guerres mondiales pour accaparer le Pouvoir mondial, les descendants de ces personnages, complotent aujourd’hui le chaos qui doit maintenant être généré « à partir » de l’attentat du 11 septembre 2001, comme nous l’analysions dans l’ouvrage Attentats du 11 septembre 2001 – A qui profite le crime ? Mais, pour le moment, revenons à ce qui s’est passé et voyons la portée de cette réunion sur les événements du XXème siècle. Et pour cela, nous citerons Edward Griffin, auteur d’un livre très intéressant La créature de l’île de Jekyll.

« Le titre du livre, La créature de l’île Jekyll, en dit long sur le contenu de ma présentation. L’île Jekyll existe vraiment. Elle se situe au large de la côte de la Géorgie. Le système de la Réserve fédérale fut conçu sur cette île, en 1910, lors d’une réunion ultra-secrète. Lorsqu’on opère en secret, on cache habituellement quelque chose. Tout ce dont je vous entretiendrai fut mis par écrit. En 1910, un petit groupe de millionnaires de New-York, dont J.P. Morgan, William Rockefeller et leurs associés, possédait l’île Jekyll en totalité. Leurs familles venaient y passer les mois d’hiver. L’île servait de lieu de vacances et on l’appelait le Club de l’île Jekyll. Depuis, l’Etat de la Géorgie a acheté l’île. On y trouve un pavillon où se trouve une pièce spéciale. Sur la plaque de laiton fixée à la porte de cette salle, on peut lire : " le système de la Réserve fédérale fut créé dans cette pièce ". On peut accéder à ces infomations dans les bibliothèques.

En novembre 1910, le sénateur Nelson Aldrich envoya son train privé à une station de chemin de fer du New-Jersey, tard le soir. Le train était prêt à le recevoir ainsi que six autres hommes qui venaient à la condition ultime de n’en souffler mot à personne. […] Le train privé voyagea pendant deux nuits et une journée, parcourant mille milles, jusqu’à une voie d’évitement située à Brunswick, Géorgie.

A partir de là, nos voyageurs prirent un traversier jusqu’à l’île Jekyll. Pendant neuf jours, ils restèrent autour de la table du pavillon et éclaircirent tous les points importants de ce qui allait devenir le système de la Réserve fédérale. Lorsqu’ils eurent terminé, ils retournèrent à New York et nièrent une telle réunion pendant un certain nombre d’années. […]

[…] Qui étaient ces hommes ? Le sénateur Nelson Aldrich, chef de file républicain du Sénat (membre de la Commission monétaire nationale -ce comité spécial du Congrès, créé dans le but d’émettre des recommandations relatives à la réforme législative des opérations bancaires d’Amérique). Même à cette époque, les Américains s’inquiétaient de laisser tout le pouvoir financier entre les mains d’un petit groupe de banques et de sociétés de placement new-yorkaises. Ils l’appelaient la Fiducie monétaire (le Money Trust). Les citoyens voulaient mettre un terme à l’empire de cette dernière. […] Toutefois, le sénateur entretenait une relation commerciale avec l’homme d’affaires J.P. Morgan. Ce dernier était le beau-père de John D. Rockefeller fils et devint par conséquent, le grand-père de Nelson Rockefeller, ancien vice-président des Etats-Unis.

Le deuxième homme présent à la réunion se nommait Abraham Piat Andrews, le secrétaire-assistant du Trésor américain. Plus tard, il devint un membre du Congrès et fut, tout au long de sa carrière, un homme très influent au niveau des milieux bancaires.

Le troisième homme s’appelait Frank Vanderlip, le président de la National Bank de New York. Benjamin Strong, le directeur général de la J. P. Morgan’s Bankers Trust Company, y assitait également. Il était probablement l’homme le plus important en ces lieux grâce à ses connaissances bancaires européennes. Allemand de souche, il se fit naturaliser citoyen américain. En plus, il entretenait des liens étroits avec son frère Max, le directeur en chef du consortium bancaire Warburg en Allemagne et aux Pays-Bas. Paul Warburg était l’un des hommes les plus riches du monde. Ces sept hommes qui se trouvaient sur l’île Jekyll, représentaient à eux seuls en ce temps, directement et indirectement, approximative-ment un quart de la richesse planétaire globale.

Voici comment tout cela s’est vraiment déroulé. Frank Vanderlip affirma dans un article du Saturday Evening Post du 9 février 1935 : "Je ne crois pas exagérer en considérant notre expédition secrète sur l’île Jekyll comme une occasion en or de créer ce qui devint le système de la Réserve fédérale, et ce, même si le mot d’ordre voulait que l’on garde ce fait le plus secret possible. […] Nos noms réunis auraient pu à eux seuls donner une toute autre portée à notre expédition, tant à Washington, qu’à la Bourse de New-York ou même à Londres. Il ne fallait tout simplement pas que l’on nous découvre."

Pourquoi ?

Vanderlip donne une réponse à cette question dans le même article : "Eventer le secret du rassemblement de notre groupe en particulier et de nos travaux, équivalait à anéantir toutes chances que le Congrès vote la Loi sur le comportement des banques." Pourquoi ? Parce que le but de cette loi consistait à mettre un terme à l’empire de la Fiducie monétaire et croyez-le ou non, cette loi avait été écrite par les membres mêmes de la Fiducie monétaire. C’est aussi simple que cela. Si le public avait eu connaissance de cette réunion, le système de la Réserve fédérale n’aurait jamais vu le jour. […]

[…] Ici, nous avons les Morgan, les Rockefeller, les Warburg et ainsi de suite, tous assis à discuter autour d’une table.

[…] Cette transition se produisit à cette période de l’histoire. Pendant les quinze années qui ont précédé le rassemblement sur l’île Jekyll, les groupes financiers de toutes les industries s’étaient progressivement associés en joint-ventures au lieu de se concurrencer mutuellement. Ils s’étaient rendu compte que cela fonctionnait. […] Nous verrons d’ailleurs qu’il ne s’agit aucunement d’une organisation gouvernementale. Il s’agit d’un CARTEL !

Ils ont créé un CARTEL bancaire et l’ont rendu légal, conformément à la loi. Personne n’apprendra cela à l’école. Un troisième élément s’ajoute à cette histoire : ce CARTEL s’est associé au gouvernement.

Lorsque l’on forme un partenariat, toutes les parties doivent profiter de certains avantages. Qu’est-ce que le gouvernement gagne avec tout cela ? Examinons ensemble par quel mécanisme le gouvernement fédéral crée l’argent. Comment est-ce que l’argent voit le jour ? […]

[…] Le Congrès a besoin d’argent et en quantité beaucoup plus importante que ce qu’il perçoit en impôts. Les impôts représentent une fraction de ce que le Congrès requiert pour fonctionner. Comment peut-il dépenser plus que ce qu’il touche en impôts ? Etudions son mode de fonctionnement… Supposons que le Congrès ait besoin d’un milliard de dollars pour payer les dépenses du jour. […] Puis, le Congrès passe par l’imprimerie non pas pour faire imprimer de l’argent, mais plutôt des certificats. De beaux billets où apparaissent, dans la partie supérieure, un aigle et la mention : Bon du Trésor des Etats-Unis (billet ou promesse, suivant la date d’échéance). En fait, ce sont des reconnaissances de dettes et le Congrès espère qu’elles inciteront les gens à emprunter au gouvernement en retour. Plusieurs personnes le font parce qu’elles ont entendu dire qu’il s’agit de l’un des meilleurs investissements à faire. […] Cela signifie que le gouvernement s’engage solennellement à vous rendre votre argent avec des intérêts, même s’il doit vous prendre tout ce que vous possédez en impôts pour y arriver.

Puis, les représentants du Congrès et du Trésor se rendent ensemble jusqu’à l’immeuble de la Réserve fédérale. La Fed les attend. Elle rédige immédiatement un chèque d’un milliard de dollars au Trésor des Etats-Unis. Qui a payé ce milliard de dollars ? La réponse : il n’existe pas. Il n’y a même pas de compte de chèques, seulement un livret. De l’argent instantané. […] Le gouvernement peut ainsi accéder instantanément au montant d’argent qu’il désire et au moment qu’il le souhaite, sans avoir besoin de demander l’approbation des contribuables sous forme d’impôt direct. […] Le gouvernement fait partie de ce partenariat pour cette raison. Toutefois, on peut se demander pourquoi le CARTEL bancaire y participe également.

Le CARTEL bancaire est impliqué dans ce partenariat parce que le trésorier-payeur général prendra le chèque d’un milliard de dollars et le déposera dans le compte de chèque du gouvernement qui se trouve à la Réserve fédérale. A ce moment, l’ordinateur indiquera que le compte du gouvernement contient un milliard de dollars instantanés. Cela signifie qu’à partir de cet instant, le gouvernement peut émettre des chèques gouvernementaux d’un montant égal. Prenez l’exemple d’un chèque de 100$ libellé au nom d’un employé des postes. Cette personne ne croirait pas que cet argent n’existait pas deux jours plus tôt. D’ailleurs, elle ne s’en soucierait pas puisqu’elle peut le dépenser. L’argent se trouve maintenant ailleurs qu’à la Fed ou qu’entre les mains des partenaires du gouvernement, c’est-à-dire du côté bancaire commercial. Le banquier se dirige alors vers la fenêtre des prêts et annonce : "Puis-je avoir votre attention s.v.p.? Nous avons de l’argent à prêter." Maintenant, tout le monde est heureux et pourtant, chacun d’entre eux ressent de l’inquiétude face au maigre montant de 100$. Alors, le banquier les rassure en disant de ne pas s’inquiéter parce qu’il peut leur prêter 900$. Comment est-ce possible?

Comment est-ce que les banques peuvent prêter un montant de 900$ alors que la somme déposée n’était que de 100$ ?

Voici la réponse.

Le système de la Réserve fédérale exige des banques qu’elles gardent en réserve au moins 10% des dépôts effectués. Elles doivent conserver $10 par tranche de 100$ et prêter la différence, soit 90$. Puis, dès qu’un citoyen emprunte ce 90$ et le dépose dans son compte de chèques, le même cercle vicieux recommence et ainsi de suite.

D’où venait tout cet argent ?

La réponse est la même : l’argent n’existait pas. Il est apparu au moment précis où quelqu’un fit l’emprunt. Rappelez-vous. L’argent créé à partir de rien et remis au gouvernement, a été dépensé par ce dernier pour réaliser ses projets. D’autre part, les banques n’ont pas dépensé l’argent créé à partir de rien pour elles, elles nous l’ont plutôt prêté afin que nous réalisions nos projets. Toutefois, elles perçoivent de l’intérêt sur les prêts ! C’est la raison pour laquelle le CARTEL bancaire est partenaire dans cette affaire. Tout cela est légal. On charge de l’intérêt sur rien. Cependant, le processus ne s’arrête pas là.

Quelles en sont les conséquences ?

Cet argent créé à partir de rien se retrouve dans le système économique et ces nouveaux dollars diminuent la valeur de ceux qui y circulent déjà. On peut comparer ce phénomène au principe de délaiement de la soupe. Lorsqu’une soupe est trop épaisse, on y ajoute de l’eau pour la diluer. Les prix commencent alors à augmenter et l’inflation s’abat sur l’économie. En fait, contre toute apparence, on a l’impression que les prix augmentent. Et le mot apparence est juste. En théorie, les prix n’augmentent pas. En réalité, la valeur des dollars diminue. Si l’argent des Américains valait le prix de l’or, de l’argent ou d’un tout autre effet de commerce tangible et qu’il n’ait pas été créé à partir de rien, les prix resteraient fixes. […]

[…] Depuis la création de la Réserve fédérale, nous vivons dans un cycle économique en dents de scie. Si vous ne pouvez effectuer vos paiements, les banques vous prennent tout. Ceux qui profitent de votre perte et qui achètent le pouvoir sont le gouvernement et les Cartels Bancaires.

Pour résumer la situation, voici la vérité au sujet de l’argent : soulignons et comprenons d’abord l’importance de certaines réalités fondamentales de notre système bancaire et monétaire. Tout l’argent que les banques émettent et font circuler est produit sous forme de prêt. Cet argent comporte donc un coût, c’est-à-dire de l’intérêt. Lorsque les gouvernements permettent aux banques d’émettre la masse monétaire d’un pays, ils doivent percevoir des taxes afin que les banques puissent récolter de l’intérêt sur l’argent qu’elles ont créé. Cela dévalorise automatique-ment les citoyens puisque les banques ne créent jamais d’argent pour payer l’intérêt imposé par l’utilisation de leur argent, mais seulement le principal. En conséquence, pour acquitter l’intérêt, on puise inévitablement dans l’actif du pays et des citoyens par des mécanismes tels que la création de dettes, les faillites et les forclusions. On prélève, de surcroît, des taxes à la source pour accélérer les processus. Une société qui admet et qui accepte que l’on utilise l’argent des banques plutôt que sa propre devise créée librement par elle expose inéluctablement ses citoyens au cycle économique des dépressions et au désarroi de la population.

[…] Ce modèle de partenariat fut conçu en Europe, au 16e siècle. On l’expérimenta et le perfectionna éventuellement avec la formation de la Banque d’Angleterre en 1694. A partir de cette date, tous les gouvernements européens ont utilisé ce mode de fonctionnement. Bien entendu, ils ne l’ont pas appelé le mécanisme de Mandragore, mais plutôt la Banque centrale. Amener ce mode de procédé en Amérique exigeait qu’on le nomme différemment. Alors, après un long débat, ses créateurs, qui commencèrent par lui trouver le nom "Fédérale", parce que cela évoquait une opération gouvernementale, optèrent ensuite pour le mot "Réserve" afin que l’on croie à l’existence de réserves en un certain endroit. Enfin, ils ajoutèrent le mot "Système" parce qu’il semblait beaucoup plus important qu’il en a l’air aujourd’hui. Souvenez-vous de la première concentration new-yorkaise du pouvoir – ils devaient convaincre les Américains qu’ils créaient un système réunissant plusieurs banques et non une seule. Construire d’énormes édifices bancaires à travers le pays. Nous savons maintenant que ce que nous avons obtenu n’a rien de fédéral, que les réserves n’existent pas, qu’en réalité, le système ne répartit pas ses pouvoirs et que les Réserves fédérales ne sont pas des banques.

Ils ont monté cette brillante manipulation de toute pièce puis l’ont vendue aux Américains. La première ébauche du projet de loi sur la Réserve fédérale s’appelait la Loi Aldrich (the Aldridge Bill) parce que le sénateur Aldrich lui accordait son appui. Paul Warburg lui déconseilla toutefois d’agir ainsi parce qu’à son avis, le Congrès voterait contre ce projet de loi étant donné qu’on identifiait trop souvent Aldrich à des grandes entreprises. Toutefois, l’ego du sénateur Aldrich était tellement gonflé qu’il présenta tout de même le projet de loi Aldrich au Congrès. Warburg avait raison. Le Congrès refusa de l’accepter. Ce fut un contre-temps mineur. Ils retirèrent alors le nom d’Aldrich du projet de loi et trouvèrent quelques démocrates millionnaires (le parti ami des petits contribuables) afin que ceux-ci y apportent leur appui. Ces hommes s’appelaient Carter Glass, de la Chambre des représentants, et le sénateur Owen, un banquier lui-même très respecté au sein du Sénat. Puis, on changea le nom du projet de loi pour le Glass-Owen (the Glass-Owen Bill). Aldrich et Vanderlip commencèrent alors à répondre à des entrevues pour condamner le projet de loi… qu’ils avaient eux-mêmes écrit. Ils affirmaient que ce système ruinerait les banques et la nation. Le grand public se dit alors : " si les grands banquiers ne sont pas en faveur de ce projet de loi, il doit alors s’agir d’un très bon système. " Une grande déception planifiée ! Il va sans dire que l’on comprenait parfaitement le fonctionnement de la psychologie de masse. Pendant ce temps, les mêmes individus finançaient secrètement des messages pour louanger le nouveau projet de loi sur la Réserve fédérale. Ils donnèrent de l’argent aux universités. Ils établirent de nouveaux départements d’économie. Ils sélectionnèrent les professeurs et les directeurs de ces départements parmi leurs gens. Ces professeurs commencèrent à vanter les mérites de ce nouveau et merveilleux système. […]

(…) La Loi fut adoptée majoritairement le 22 décembre 1913, avec l’appui du Congrès et du public. La créature quitta finalement l’île Jekyll pour s’installer dans le district fédéral de Washington.

[…] Alan Greenspan, président de la Réserve fédérale affirme qu’ils font cela pour aider les gens, pour stabiliser l’économie, afin que le peuple américain n’ait pas à subir une inflation démesurée ! Depuis sa création, la Réserve fédérale a présidé les Krachs de 1921 et 1929, la Grande dépression de 1929-1939, les récessions des années 53, 57, 69, 75 et 81 et le lundi noir de 1987, où 22% des valeurs totales de la Bourse chutèrent en une journée. Nous savons tous que la dette des entreprises monte en flèche, que les dettes personnelles s’accroissent démesurément. Les faillites d’entreprises et personnelles n’ont jamais été si nombreuses. Les banques et les sociétés de crédit immobilier n’ont jamais essuyé un si grand nombre d’échecs. L’intérêt sur la dette nationale ronge la moitié de nos dollars imposés. L’industrie lourde est maintenant presque entièrement remplacée par des compétiteurs outre-mer. Pour la première fois dans l’histoire, nous faisons face à une balance commerciale internationale déficitaire. Des étrangers possèdent maintenant 75% du quartier centre de Los Angeles et des autres régions métropolitaines. Plus de la moitié de la nation est officiellement en récession. Voici les résultats scolaires obtenus par le système de la Réserve fédérale après 80 années d’une prétendue stabilisation de notre économie. La Fed n’a pas atteint ses objectifs.

Pourquoi ? Parce qu’à mon avis, ces derniers n’ont jamais été ses buts réels!

Quels sont les véritables objectifs de la Fed ?

Quels buts réels un CARTEL quelconque peut-il viser? Tous deux cherchent à accroître les marges bénéficiaires des membres et à stabiliser leur situation sur le marché. En gardant cela à l’esprit, une image différente s’offre maintenant à nos yeux. Ils remportent un grand succès. Les banquiers de l’île Jekyll voulaient atteindre trois objectifs :

1- Mettre un terme à l’éparpillement de leur pouvoir pour le concentrer à New-York. (…)

2- Renverser la tendance de ce qu’ils appelaient la formation du capital privé. Ils ne voulaient pas que les individus dépensent leur propre argent. Ils désiraient que tout le monde aille à la Banque pour se procurer de l’argent. En début de siècle, la formation de capital privé tendait à s’établir et plus particulièrement en affaires. Les entreprises investissaient certains de leurs profits dans un fonds. Ce capital prenait de la valeur, puis les dirigeants de ces entreprises utilisaient leur propre argent pour construire des usines, organiser la recherche et le développement ou pour faire quoi que ce soit d’autre. Les banques n’appréciaient pas cette tendance. Elles voulaient inciter les entreprises à recommencer à emprunter leur argent. […]

3- Transférer les pertes inévitables des banques aux contribuables au nom de la protection des gens. Ceux-ci sont les véritables objectifs de la Réserve fédérale.

Quel fut le bilan de cette « opération » ?

1- Ont-ils réussi à garder le contrôle en ce qui a trait aux grandes banques new-yorkaises ? Oui !

2- A-t-elle réussi à renverser la tendance à former du capital privé ? Oui ! La réduction des taux d’intérêt durant certaines périodes allécha les individus et les entreprises à un point tel qu’il eût été fou de ne pas en tirer profit. Pourquoi économi-ser votre argent ? C’est stupide ! Alors, ces derniers se ruèrent dans les banques et empruntèrent considérablement. Puis, l’économie vacilla. Par conséquent, ils ne purent rembourser leurs dettes et durent déclarer faillite.(…) Une fois encore, la Réserve fédérale obtient un " A " grâce à sa devise souple. Elle est parvenue à renverser la tendance de la capitalisation privée.

3- Transférer les pertes inévitables des banques aux contribuables au nom de la protection des gens. […] Des entreprises majeures telles la Penn Central Railroad and Lockheed Corporation en 1970, la Commonwealth Bank of Detroit en 1972, la ville de New York en 1975, la Chrysler Corporation 1978, la First Pennsylvania Bank en 1980, la Continental Illinois, la plus importante banque à ce jour, en 1982 et de nombreux pays, qui n’arrivaient pas à effectuer les paiements auparavant, les font maintenant grâce à l’argent prêté par le Fonds monétaire international et la World Bank. Ces derniers ont obtenu cet argent de la Réserve fédérale qui l’a, elle, obtenu de vous et moi à travers le mécanisme de Mandragore.

Comme dernier sujet de ce chapitre, nous aborderons le thème de l’usure. Qu’est-ce que l’usure ? Un intérêt de taux excessif. Autrefois (au temps biblique), on définissait l’usure comme un intérêt sur un prêt. Aujourd’hui, cela signifie intérêt excessif sur un prêt. Thomas Edison disait que les gens qui ne contribuaient en rien à un projet, en récoltaient plus d’argent que ceux qui y investissaient tout le travail et les matériaux. Je me suis imaginé que sur le prix d’une maison de 100.000$, 30.000$ serviraient à payer les frais de l’architecte, le terrain, les permis, etc. Le reste de l’argent, soit 70.000$, permettrait de payer les matériaux de construction et les travailleurs. J’ai supposé que l’acheteur irait à la banque pour déposer 20% du montant total et faire un emprunt sur 30 ans à un taux d’intérêt de 10%. En calculant tout cela, vous arriverez à la même conclusion que moi : l’acheteur payera plus de 172.741$ en intérêt à la banque, comparativement aux 70.000$ versés aux travailleurs. En d’autres termes, la banque gagnera 2,5 fois plus que les autres. Cet argent fut créé à partir de rien. Charger 172.741$ d’intérêt sur rien est excessif. Il est temps de donner une nouvelle définition au mot usure : tout intérêt chargé sur tout prêt d’argent créé à partir de rien. Cet exemple de maison de 100.000$ ne représente qu’un infime petit grain de sable dans le désert du Sahara. Vous devez multiplier ce procédé par toutes les maisons, tous les hôtels et les gratte-ciel, tous les avions à réaction, les automobiles, les usines, tous les entrepôts et sur toutes les fermes et leurs équipements de l’Amérique pour obtenir le montant récolté par les banques. On parle ici d’une rivière de richesses non gagnées et flottant continuellement à l’intérieur du CARTEL bancaire qui est tellement éparpillé qu’il nous est impossible à imaginer. La somme totale dépasse tout entendement. Cet argent devrait revenir à ceux qui travaillent pour le produire et non à ceux qui ont monté un extraordinaire racket !

Où va cet argent?

Lorsqu’on possède tout l’argent nécessaire pour s’offrir tous les petits plaisirs de la vie, que reste-t-il à acquérir ? Le POUVOIR !

Les membres du CARTEL bancaire utilisent cette rivière de richesses pour se procurer le pouvoir à nos dépens. Ils achètent le monde avec cet argent. Ils contrôlent les sociétés et les institutions qui offrent leurs directions et leurs orientations à des gens qui dépendent, vivent et agissent en fonction de ces dernières. Sur le plan technique et en termes sociologiques, on les appelle des centres de pouvoirs. Ils achètent l’influence et le contrôle de leurs dirigeants. Ce qui signifie qu’ils achètent politiciens, partis politiques, réseaux de télévision, réseaux câblés, journaux, magazines, agences de publicité, agences de presse, studios cinématographiques, universités, syndicats de travailleurs, organismes religieux, associations commerciales, institutions à but non lucratif, sociétés multinationales, mouvements de scoutisme pour garçons et filles, et ainsi de suite. N’importe quel groupe qui exerce une influence constitue une cible parfaite pour accroître ce contrôle. Et plus précisément, ceux qui s’opposent à eux. Ce phénomène existe dans la plupart des pays industrialisés. Il est absolu dans plusieurs pays en voie de développement. Ils ont acheté ces pays. »

Voilà la cause profonde de la grande misère du monde… et l’une des raisons majeures pour laquelle l’attentat du 11 septembre 2001, à New York, devait servir d’événement catalyseur pour une Troisième Guerre mondiale, comme il en fut de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, en juin 1914, pour la Première Guerre mondiale. Le système mis en place à l’issue de cette réunion sur l’île de Jekyll est en train de s’écrouler littéralement, comme l’a annoncé David Rockefeller en 1994… 2012 verra donc bien cette "bonne crise majeure".

About these ads
 
108 Commentaires

Publié par le 30 décembre 2011 dans Non classé

 

108 réponses à “LA CREATION ET LE CONTROLE DE LA BANQUE CENTRALE AMERICAINE

  1. daniel

    30 décembre 2011 at 11 h 29 min

    pour ceux que cela intéresse
    la fin ou pas de l euro

    http://www.bfmtv.com/#!bourdin-2012-elie-cohen-et-paul-jorion-actu21191.html

    avec elie cohen et paul jorion

    qu en pensez vous

     
    • david

      30 décembre 2011 at 11 h 36 min

      2 pseudo intellectuels de l’empire qui diffusent leur venin "culturel", jorion est le caniche d’attali….quant à cohen la "bienséance" m’interdit de dire ce que j’en pense ….

       
      • Alcide

        30 décembre 2011 at 11 h 50 min

        David , je suis un peu jaloux de ta réponse , vive , précise , vraie.
        J’espère que Daniel en tiendra compte.

         
      • Fred

        30 décembre 2011 at 19 h 11 min

        Personnellement je vote Front de Gauche et je suis donc assez réticent à la pensée unique. J’ai trouvé que cette analyse de la situation correspondait bien aux évènements actuels. Voilà deux braves économistes qui fustigent l’hiver libéral et l’austérité que l’UE et le FMI imposent aux peuples. Diagnostic partagé.

         
      • PhiliP

        30 décembre 2011 at 21 h 44 min

        Bon ben…J’y allait déjà pas beaucoup, et donc suivant vos conseils, je vire le lien du blog de Jorion de mes favoris…

         
      • 11,

        31 décembre 2011 at 0 h 35 min

        Bonsoir Fred,

        Quand on vote front de gauche il n’est plus question de pensée unique, on ne pense carrément plus, pour preuve vous vous faites balader par les premiers guignols qui vous souffle leur plus fétide démago dans la nuque sans vous aperçevoir que ceux-ci viennent du sérail de ceux que vous condamnez…
        Pour faire simple vous êtes contre la matraque mais vous léchez la main qui la tient……..

         
      • Fred

        31 décembre 2011 at 15 h 29 min

        Peu importe d’où ils viennent si leur analyse est conforme à la mienne de la situation. Pour la suivante je vous remercie d’être directement insultant ça me permettra d’avoir moins de scrupules à vous mordre les mollets. Nous sommes au Front de Gauche pour la convocation d’une Assemblée Constituante qui permettra de se réapproprier les règles de la démocratie en instaurant notamment le référendum révocatoire, cad la possibilité de destituer un élu du peuple qui ne se comporterait pas conformément au mandat dont le peuple l’a investi. Si vous avez une meilleure solution je suis disposé à en débattre et sans doute qu’elle sera approuvé et inséré dans le programme commun. Notre formation politique est ainsi faite que les citoyens qui s’investissent dans le cadre de nos assemblées citoyennes ont la possibilité d’émettre des propositions qui sont ensuite débattues par les cadres du rassemblement. Elus démocratiquement par les militants. Vous autres qui vous permettez de cracher sur tout et tout le monde n’êtes bons à rien qu’à distiller poison et venin contre des concitoyens qui tentent de renverser l’ordre absurde qui régit notre société, l’ordre de l’avarice en gardant toujours en tête l’intérêt commun du genre humain. Si vous trouvez un programme mieux que le nôtre votez pour, mais ne restez pas désinformés et jugez sur pièce de nos propositions pour ce pays. Ne vous en tenez pas à ce que vous connaissez, élargissez vos horizons et surtout ne méprisez pas d’emblée ce qui est, un tant soit peu, différent de vous.

        http://www.placeaupeuple2012.fr/le-programme-partage/

         
    • quidam

      30 décembre 2011 at 12 h 13 min

      à la 7eme minute se trouve le résumé : "c’est pas vraiment un débat qu’il y a entre nous"
      Tout est dit dans cette phrase.
      C’est donc un faux débat qui va nous expliquer par quel coté il faut utiliser le suppositoire… pitoyable.

       
    • quidam

      30 décembre 2011 at 12 h 22 min

      @Daniel
      Puisque vous nous demandez notre avis voici le mien:
      On détourne l’attention du public sur de multiples effets sans jamais aborder les causes:
      Le principal budget de l’État aujourd’hui est alloué au remboursement de la dette. Autrement dit par une habile manipulation nos impôts partent directement dans les poches des banquiers.
      "il faut plus de croissance" diront certains. Plus de croissance pour quoi? pour pouvoir continuer à soutenir le poids énorme que constitue ce holdup ?
      "Il faut absolument une union fiscale, il y a un gros problème à ce niveau là" diront d’autres.
      Ben non… il faut commencer par reprendre en main notre système monétaire et arrêter de payer ces escrocs. C’est tellement simple qu’un gosse de 10 ans pourrait le comprendre.
      Il faut croire que les téléspectateurs dans leur grande majorité sont tombés sous ce seuil d’âge mental…

       
      • TOUILEB

        30 décembre 2011 at 21 h 54 min

        bien dit ! je visualise des files d’attente pour retirer 30 euros par semaine auprès de La Banque Postale. Demande à faire en 3 exemplaires 8 jours à l’avance avec prise de rendez-vous à des guichetiers débordés : des mamans énervées, les mômes qui pleurent, les retraités, des handicapés, les jeunes et moins jeunes désoeuvrés, la pagaille partout ; les vols, les larcins, … files d’attente dans les magasins ! Aujourd’hui j’écoute Chopin !
        La population est pendue à la télé, au jeu vidéo, à internet (sauf sur LIESI évidemment), au ciné, au repli sur la sphère familiale et amicale hypocritement "solidaire" sans aucune conscience politique de base ! Soyons forts, car tout a été conçu pour désenchanter, désolidariser chacun des autres pourtant semblables…
        La société du loisir a été créée pour cela.
        Ma femme ne veut pas savoir. Elle pilote son emploi du temps pour la garde de notre fils. C’est tout ce qui l’intéresse. Elle se rend quant même compte que certains ont de trop grosses rémunérations relativement à la sienne ! …
        On ne va chercher du pain au boulanger que si on en a besoin, paraît-il ? Ils attendent d’avoir le dos au mur et probablement menacer par des kalachnikov pour réaliser ô combien le danger ! Nos villes sont devenues désertes le soir après le 20 h comme si nous étions déjà sous couvre-feu. Des rondes de police pour ceux qui ont une vie nocturne.
        Et la Vie dans tout ça ! Elle augmente. Non, elle augmente par Celle-ci, Elle se vit, se consume dans l’instant de la jouissance immortelle…

         
    • ylan

      30 décembre 2011 at 14 h 23 min

      quel hypocrite ce cohen il a toujoues dit le contraire il fait comme delors le vent tourne ils retournent leurs vestes

       
      • Mil

        31 décembre 2011 at 10 h 15 min

        " Et la Vie dans tout ça ! Elle augmente. Non, elle augmente par Celle-ci, Elle se vit, se consume dans l’instant de la jouissance immortelle…"

        Ignis Natura Renovatur Integram…

         
    • 11,

      31 décembre 2011 at 1 h 39 min

      Bonsoir david,

      Je vous invite à consulter un sîte intéressant, à propos de Ron Paul et bien d’autres sujets, il est vrai que vous risquez de trouver les auteurs assez "pointus" dans leurs analyses mais je suis sûr que vous saurez en tirer parti et que celà vous permettra notamment de mieux comprendre les enjeux de la prochaine élection présidentielle américaine……
      http://www.dedefensa.org

       
      • Mil

        31 décembre 2011 at 10 h 24 min

         
      • nick_tesla

        5 novembre 2012 at 15 h 53 min

        j’ai bcp suivi Ron Paul, ce type était génial, il denoncait TOUT (la FED, le shadow government, les guerres illegitime). Je le suivait pas mal via Alex Jones qui est un vrai journaliste d’investigation, toutefois Webster Tarpley mettait ce dernier en garde et il a eu raison. Apres 17 ans de combats (Alex Jones en a presque pleuré..) il a rejoint l’équipe de Romney, je pense que d’avoir un fils qui fait la course a la place de sénateur dans le camp républicain doit y etre pour quelque chose…

         
  2. Alcide

    30 décembre 2011 at 11 h 37 min

    Article d’utilité publique.

    Devrait-être massivement diffusé par les blog responsables.

     
  3. Al

    30 décembre 2011 at 11 h 44 min

    Je ne sais plus si c’est encore le cas, mais Cohen était le conseiller de Fillon . Comme Minc est celui de Sarkosy . Il est aussi le principal intervenant chez Calvi, lorsqu’il s’agit d’éxpliquer la situation au pauvre peuple ignare . Il a aussi été administrateur de BNP PARIBAS, c’est dire qu’il est du sérail . Malgré qu’il soit keynésien, je préfère cent fois entendre Bernard Maris nous parler de la crise plutôt que tous ces caniches .

     
  4. P13

    30 décembre 2011 at 11 h 47 min

    très bon article :pouce:

     
  5. alteatequieroverde

    30 décembre 2011 at 11 h 47 min

    Bonne année 2012 à tous bien que…merci encore à LIESI et collaborateurs pour toutes ces précieuses informations. Une petite question dans le but de reproduire cet article et peut-être ainsi de m’éviter une longue et fastidieuse traduction en espagnol: ¿quelle est la source de cette excellente analyse? merci de bien vouloir me répondre et bonne chance!!!!

     
    • Usum

      30 décembre 2011 at 13 h 39 min

      La source c’est l’Histoire, celle qui n’est pas enseignée…

       
      • Maverick

        30 décembre 2011 at 14 h 15 min

        @ Usum : Je suis d’accord qu’il faut se défier de l’histoire qui est enseignée, mais celle que l’on apprend peut aussi être dangereuse.

         
  6. Caralmera

    30 décembre 2011 at 11 h 56 min

    Bon, alors j’ai une question toute bête , histoire de relancer le débat ( bien que je sois convaincue par cette démonstration depuis longtemps mais il doit me manquer des pièces au puzzle je pense).

    Quel est le but d’avoir autant de pouvoir alors que tous ces membres du Cartel ne sont pas immortels?

    Je veux dire, ils mettent en place ce système depuis des décennies , ne profiteront pas tous du fruit de leur complot puisqu’ils meurent ou vous mourir les uns après les autres…. n’est ce pas?

    C’est effectivement la génération suivante qui en profitera, je suis bien d’accord, mais leur démarche est si cupide et égoïste, que je me demande bien quand même pourquoi ils feraient bénéficier de tout cela à quelqu’un d’autre qu’à eux mêmes. … surtout qu’ils ne peuvent pas être sûrs que les prochains membres soient dignes de profiter et de jouir du NOM… alors qu’est ce qui les anime vraiment?

    Quelqu’un peut m’éclairer à ce sujet ?

     
    • Jmd39

      30 décembre 2011 at 12 h 00 min

      Bonjour,
      Il suffit tout simplement de regarder tout cela à la lumière de la foi.

       
      • quidam

        30 décembre 2011 at 12 h 43 min

        voilà qui est bien résumé ;-)

         
    • Al

      30 décembre 2011 at 12 h 04 min

      Il y aura toujours des gens poussés par un ego démesuré, qui construiront des empires . Empires déstinés à disparaître les uns après les autres . Le jour où nous inventerons la machine à remonter le temps, le problème sera définitivement règlé . Nous les empêcherons d’atteindre l’âge adulte .

       
      • Bob

        30 décembre 2011 at 12 h 10 min

        @ AI

        Ou bien "ils" remonteront le temps et t’empêcheront de de les empêcher d’atteindre l’age adulte… ;.)

         
      • ylan

        30 décembre 2011 at 14 h 29 min

        Sans militaires ces hommes n’ont plus de puissance

         
    • feuch

      30 décembre 2011 at 12 h 59 min

      Le culte de Satan, de sheitan, de lucifer…..

       
      • TOUILEB

        30 décembre 2011 at 22 h 46 min

        Satan est un Ange déchu. Sa mission ! Etre L’Adversaire pour l’Homme. Le mettre à l’Epreuve. Un Adversaire n’est pas un Ennemi. Il est là uniquement durant l’épreuve. Adversaire, étymologiquement, c’est Celui qui est de l’autre côté (ad versus). Ce sont nos Ténèbres.. Tout ce qui en chacun est non-encore-conscient. Nos champs d’amour et de conscience non encore totalement explorés. L’humanité vit ces épreuves. Retournons Satan contre lui-même c’est-à-dire en nous ouvrant à la Lumière de la Connaissance (Nouvelle Naissance) et en absorbant les énergies-informations que Satan tente de capturer par illusion, nous laissant croire que nous ne sommes pas Divins mais uniquement des animaux. Nous avons les moyens désormais de nous initier, de faire preuve d’intelligence (de relier ce qui ne l’était pas) !

        Quant à ceux qui nous gouvernent depuis des millénaires en utilisant des armes sataniques leur temps est révolu. Chacun récolte ce qu’il a semé.

         
    • Maverick

      30 décembre 2011 at 14 h 09 min

      C’est comme une drogue. Une fois dépendant, on ne peut plus vivre autrement. Surtout si, une fois qu’on a tout ce qu’on peut rêver d’argent et de pouvoir, il ne reste plus que la folie : A ce moment on devient luciférien, de l’occulte à l’occultisme le pas est franchi .

       
    • librezen

      30 décembre 2011 at 15 h 01 min

      @ Caralmera,
      Je pense que vous sous estimez l’impact dynastique dans votre réflexion. Ce qui sort de leurs glorieuses bur..s ne peut qu’être à leur image, proche de la perfection.
      Ils sont humains et nous aussi, nous nous battons pour constituer un patrimoine pour nos enfants sinon nous louerions obligatoirement par exemple.
      Ils veulent survivre dans la réussite de leur descendance, favorisant pour cela le culte des ancêtres. Pour prendre u n exemple, quelque part, Amsel Mayer de Rothschild est devenu éternel, non oublié de nos jours par e qu’il a mis en place, en temps que premier de la dynastie des Rothschild.

       
    • Usum

      30 décembre 2011 at 16 h 09 min

      Vous confondez étape et finalité…

       
    • Sandro

      30 décembre 2011 at 20 h 28 min

      Que faire quand on est trop vieux pour jouer au tennis,au golf,avec ses petits enfants ,ou faire l’amour …………..et bien il reste le Pouvoir sur les autres et sur le monde !
      Quel pied de faire partie de ceux qui vont "former" l’humanité et son avenir .En fait ils se prennent tous pour des A.Huxley , ou des E.Bilal…
      Vanité…

       
      • Alcide

        30 décembre 2011 at 21 h 52 min

        Il y a deux façons d’exister par la nuisance que l’on peut apporter aux autres ou par le bien que nous pouvons faire.
        Pour la plupart ,la nuisance impose le respect , le bien est rendu en mépris , alors le choix est souvent vite fait .

        Et puis il y a d’autres principes de vie comme le Talmud , d’usage très clair.

         
    • PhiliP

      30 décembre 2011 at 21 h 57 min

      La réplique du pédé en prison dans JFK (le film) (si ma mémoire est bonne ou alors celle du truand que le proc poursuit….) : Le plaisir, parfois juste pour le plaisir ! (posséder, dominer….)

      @Jmd39 : Je partage l’avis de Quidam.

       
    • TOUILEB

      30 décembre 2011 at 22 h 19 min

      ils sont aidés par des puissances occultes non humaines depuis des millénaires. Celles-ci entendent perpétuer ad vitam eternam l’esclavage de l’humanité dont elle renouvelle les formes. C"est la condition de leur survie. Ces puissances occultes vivent de nos émotions, nos affects notamment la peur et l’angoisse. Aussi, il y a intérêt à entretenir les guerres, les rivalités entre les Hommes. Faut croire que nous ne sommes pas des créatures bienvenues sur une planète qui, je le pense, ne nous était pas vraiment destinée, au départ. Nous aurions dus disparaître depuis longtemps. Une haine jalouse s’est créée au fil de l’Histoire et du Temps. Ces dynasties familiales richissimes et éduquées avant nous des questions dites "d’ésotérisme" ne sont que des avatars. C’est la seule explication ouverte à ce jour et donc, au point de mes recherches et réflexions.
      Un Nouveau Monde s’ouvre pourtant avec toutes les possiblltés d’éducation dont nous disposons.

       
  7. clavreul

    30 décembre 2011 at 12 h 10 min

    C’est une lettre explicite, plus besoin de canons pour occuper une nation. On intaure un système qui prend le control des économies et de la finance, et on ne voit pas les morts sauf quand ils sautent par la fenetre de l’entreprise ou ils travaillent.

     
    • Maverick

      30 décembre 2011 at 14 h 12 min

      @ clavreul : C’est pour ça que de plus en plus de bureaux sont climatisés; on ne peut pas ouvrir la fenêtre !!! ;)

       
      • clavreul

        30 décembre 2011 at 15 h 53 min

        Je ne sais pas si ça va suffir Maverik, 2012 ça va etre du très très très costaud.

         
  8. tout à fait thierry

    30 décembre 2011 at 12 h 25 min

    dis donc le cohen quand il dis sur la fin de l’euro

    "il faut pas qu’on s’y prépare et il faut pas que ça se sache "

    quand est ce que les français comprendrons qu’on les prend pour des con mais vraiment des grand con à la tv

    se faire manipuler de la sorte par une bande d’abruti c’est dingue

    quand sa pétera dans ce pays je souhaite vraiment que ces crétins morfleront

     
  9. néo coralie

    30 décembre 2011 at 12 h 35 min

    le décompte vient de commencer aux usa comme au mois d’aout pour relever mi janvier le plafond de la dette:

    http://www.boursorama.com/actualites/aux-etats-unis-le-plafond-de-la-dette-atteint-debut-janvier-et-probablement-releve-696412d2fc12c0b500d305406e91cb61

    Etats-Unis : le plafond de la dette atteint début janvier, et probablement relevé

    Les Etats-Unis devraient atteindre dans la première semaine de janvier le plafond légal de la dette de l’Etat fédéral, et celui-ci sera probablement relevé la semaine suivante, a annoncé mardi le département du Trésor.

    Le ministère a indiqué à la presse que cette limite, de 15.194 milliards de dollars, serait atteinte rapidement du fait de certains grands paiements que fait traditionnellement l’Etat fédéral en fin d’année.

    La dette sujette à la limite était de 15.081 milliards de dollars jeudi soir, selon le point quotidien du Trésor sur les finances publiques.

    La législation rend difficile pour le Congrès d’empêcher le relèvement du plafond. Selon les termes de la "Loi de contrôle du budget" du 2 août, il doit adopter une résolution commune à laquelle le président peut opposer son veto.

    Pour l’exécutif, il est en revanche aisé de faire relever ce plafond. Cette même loi prévoit que le Trésor notifie au Congrès qu’il reste 100 milliards de dollars de marge de manoeuvre avant d’atteindre le plafond. Si le Congrès ne s’est pas opposé au relèvement dans les 15 jours suivants, le plafond est automatiquement relevé de 1.200 milliards de dollars.

    Le Trésor a indiqué qu’il estimait que ce décompte commencerait vendredi soir 30 décembre, laissant au Congrès jusqu’au samedi 14 janvier pour agir.

    L’adoption d’une résolution commune est peu probable, la majorité démocrate au Sénat n’ayant pas l’intention de recommencer les débats de juillet et d’août autour du plafond de la dette. Et même à imaginer qu’elle soit adoptée, le président Barack Obama y opposerait certainement son veto.

    Dans la deuxième semaine de janvier, le plafond étant atteint, le gouvernement devrait user de moyens comptables pour rester à ce niveau, comme il l’a fait cette année entre mi-mai et début août.

    Ensuite, selon les estimations du Trésor, un plafond relevé à 16.394 milliards de dollars permettrait de tenir jusqu’à la fin 2012, renvoyant la question à une date ultérieure aux élections présidentielle et législatives de novembre.

    Le plafond de la dette est une particularité des Etats-Unis, inscrite dans la loi depuis que le Congrès a décidé en 1917 de ne plus voter sur chaque émission de dette.

    Ces cinquante dernières années, ce plafond a été relevé par le Congrès à peu près deux fois par an, le plus souvent sans débat. Mais en juillet, la majorité républicaine à la Chambre des représentants a indiqué qu’elle refuserait de voter ce relèvement sans coupes draconiennes dans les dépenses.

    Le compromis qui a abouti le 2 août à la Loi de contrôle du budget prévoit à la fois des coupes automatiques et un relèvement automatique du plafond de la dette.

    La dette de l’Etat fédéral est aux environs de 100% du produit intérieur brut de la première économie mondiale, estimé par le gouvernement à 14.953 milliards de dollars sur l’année d’octobre 2010 à septembre 2011.

    Le 5 août, pour la première fois de leur histoire, les Etats-Unis ont perdu la note "AAA" attribuée à leur dette de long terme, l’agence Standard and Poor’s l’ayant abaissée d’un cran à "AA+".

     
    • quidam

      30 décembre 2011 at 12 h 47 min

       
    • le Rouge-Gorge

      30 décembre 2011 at 14 h 35 min

      ne nous voilons pas la face. il y a bien longtemps que les USA ont dépassé le plafond autorisé. la dette états-unienne est de 28000 milliards de dollars avec 25% de chomage. ce pays est à bout de souffle et ils (le NOM) utilise la crise européenne pour cacher ce fait ! tout va s’effondrer ! on ne peut pas continuer ainsi !

       
  10. néo coralie

    30 décembre 2011 at 12 h 36 min

    meilleurs voeux pour 2012 !

     
  11. néo coralie

    30 décembre 2011 at 12 h 47 min

    L’euro tombe sous 100 yens, pour la première fois depuis 10 ans

    LONDRES – L’euro est tombé vendredi sous le seuil de 100 yens pour la première fois depuis plus de dix ans, glissant à son plus bas niveau depuis décembre 2000 face à la devise nippone, dans un marché toujours marqué par les inquiétudes sur la zone euro et sur l’Italie.

    Vers 10H50 GMT, l’euro a glissé jusqu’à 99,97 yens, un plus bas depuis le 19 décembre 2000, avant de remonter les minutes suivantes. Vers 11H10 GMT, il évoluait autour de 100,10 yens.

    L’euro n’était pas descendu sous la barre des 100 yens depuis juin 2001.

    La monnaie unique continuait de ressentir vendredi les effets d’une émission obligataire mitigée en Italie: le Trésor italien a réussi jeudi à placer pour 7 milliards d’euros d’obligations, et le taux de l’emprunt de référence à 10 ans (échéance 2022) a reculé juste en dessous du seuil critique des 7%.

    Il s’agit d’un échec, sans ambiguïté possible, les taux d’intérêt italiens restent très élevés, et l’opération a été pénalisée par la faiblesse des liquidités sur les marchés et la prudence des opérateurs à l’approche de la fin d’année, observait Todd Elmer, analyste de CitiFX.

    Les volumes d’échanges restaient extrêmement faibles vendredi, de nombreux opérateurs étant absents pour les fêtes de fin d’année, ce qui avaient tendance à alimenter des mouvements erratiques sur le marché des changes, tempéraient les analystes.

    source: romandie

     
  12. néo coralie

    30 décembre 2011 at 12 h 49 min

    désolé on doit fermer car il y a plus assez de pétrole !
    source: romandie
    Petroplus fermera la raffinerie française de Petit-Couronne

    Paris (awp/ats/rtf) – Petroplus a indiqué vendredi qu’il allait fermer la raffinerie française de Petit-Couronne lundi ou mardi suite à un affaiblissement de l’approvisionnement en pétrole brut. L’annonce survient alors que le groupe zougois connaît de graves difficultés de trésorerie.

    L’entreprise de raffinage pétrolier aurait par ailleurs obtenu un accord de financement provisoire d’un consortium bancaire, ajoute une source proche du dossier, citée par l’agence Reuters. En Suisse elle exploite le site de Cressier (NE). Au total, Petroplus dispose de cinq raffineries, avec les trois réparties entre le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Belgique.

     
  13. Colombin

    30 décembre 2011 at 13 h 01 min

    En aparthé,

    En apprenant le cancer de Cristina KIRCHNER (présidence argentine), je me suis dit qu’il était surprenant qu’autant de dirigeants sud-américain aient un cancer et ceci en si peu de temps…

    Hugo CHAVEZ réagit : http://www.lefigaro.fr/international/2011/12/29/01003-20111229ARTFIG00277-pour-chavez-les-etats-unis-peuvent-inoculer-le-cancer.php

     
  14. catena

    30 décembre 2011 at 13 h 31 min

    Bonjour a tous.

    j’ai entendu a la radio gouvernementale ;) que la Hongrie etait critiquée par le FMI et Hillarie Clinton satanique??
    histoire avec la BCE je sais plus !!

     
  15. catena

    30 décembre 2011 at 13 h 57 min

    LIESI plus rapide que l’éclair pour la Hongrie ,excellente equipe que voila ;)
    merci pour l’info.

     
  16. Sigmard

    30 décembre 2011 at 14 h 14 min

    Lire :
    • "Les secrets de la réserve fédérale" de Eustace Mullins (Le retour aux sources éditeur).
    • "Le complot de la réserve Fédérale" de Antony Sutton (Éditions Nouvelles Terre).
    • "La dette publique, une affaire rentable" de A.-J. Holbecq et Ph. Derudder (Éditions Yves Michel)
    Et visiter le site d’Étienne Chouard (http://etienne.chouard.free.fr/Europe/index.php).

    Bonne fin d’année à tous.

     
  17. michel49

    30 décembre 2011 at 15 h 27 min

    Si on etudie l’Histoire sous l’angle eschatologique on remarque que les plus beaux plans se grippent à cause d’un grain de sable imprevisible, les grecs de l’antiquité l’avaient dejà constaté et avaient pris conscience de l’existence d’une Puissance superieure qu’ils decrivaient dans leur mythologie.
    Quel que soit le nom qu’on lui donne , le Createur n’a jamais permis que ses creatures aillent jusqu’au bout de leur folie, il les laisse s’amuser un peu et les remet dans le droit chemin.

     
    • frederic World Citizen

      30 décembre 2011 at 15 h 35 min

      Si cela pouvait être vrai…je croise les doigts pour que ce le soit.

       
    • Usum

      30 décembre 2011 at 16 h 12 min

      Cela va de Soi…

       
      • fred (pas celui du front de gauche...)

        31 décembre 2011 at 1 h 40 min

        @Usum
        "Cela va de Soi"

        EXCELLENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

         
  18. Johan

    30 décembre 2011 at 15 h 39 min

    Excellent article que je me suis fait un plaisir de relayer : http://johanlivernette.com/index.php?option=com_content&view=article&id=259:liesi–la-creation-et-le-controle-de-la-banque-centrale-americaine&catid=10:formation&Itemid=17

    Bravo à LIESI et bonnes fêtes à tous.

    Johan Livernette

     
  19. lilian

    30 décembre 2011 at 16 h 23 min

    Bonjour à tous,
    Que pensez-vous de François Asselineau président de l’UPR qui se présente aux présidentielles et qui "tape" sur les états-unis et leurs élites bancaires?

     
    • 11,

      31 décembre 2011 at 13 h 53 min

      bonjour lilian,

      Comme déja dit ici, Asselino est une créature de Nabot 1 er, un collabo du système depuis toujours,
      à l’origine créature de Pasqua et consorts il ne s’est jamais opposé à la destruction du pays, sa mission (il l’a accepté) provoquer une petite érosion du vote MLP dans le but d’éviter l’éviction du Gnôme au premier tour de l’élection présidentielle,
      Asselino fait le méchant mais en fait c’est seulement un bouffon utile…….

       
  20. dornach

    30 décembre 2011 at 16 h 45 min

    Je confirme :

    La crise, un complot politico-financier :

    http://wp.me/p1WnGr-3X

    Et bravo pour l’article

     
  21. figarofinn

    30 décembre 2011 at 16 h 49 min

     
    • quidam

      30 décembre 2011 at 17 h 33 min

      BCG? :-D

       
      • figarofinn

        30 décembre 2011 at 20 h 07 min

        Un petit vaccin préventif ?… :-)

         
  22. Felli

    30 décembre 2011 at 17 h 36 min

    JE VEUX IMPRIMER CE TEXTE ,impossible d’imprimer la premiére page les autres sont parfaites.Fidéles lecteurs de vos textes si vous connaissez une solution?Cordialement
    Bernard Felli

     
    • Walle2815

      31 décembre 2011 at 9 h 39 min

      Copier-coller sous Word, tout simplement.

       
  23. Zappata

    30 décembre 2011 at 18 h 11 min

    Très très bon article à archiver et à faire circuler " pour réveiller les consciences "

    A cela j’ajouterais cette vidéo pour ceux qui connaissent pas : L ‘argent dette de Paul Grignon

    L’Argent Dette – La révision (2010 Paul Grignon FR intégral) from Bankster on Vimeo.

     
  24. gigi

    30 décembre 2011 at 18 h 26 min

    Petit résumé pour bien comprendre

    1971 les états unis avaient imprimé tellement plus de $ qu’il y avait d’or en réserve que Nixon
    a supprimé la convertibilité des billets en or

    1972 les banques avaient déja prêté tellement plus d’argent qu’elles n’en possédaient qu’elles se sont réunies à BÄLE en suisse pour légaliser la fraude en se mettant d’accord sur un ratio de solvabilité de 8% qui leur permettait de prêter 12,5 fois le montant de leurs fonds propres ( hé oui
    8X12,5 = 100 ) Depuis ,d’assouplissements successifs en banditisme organisé, la plupart des banques prêtent allègrement 30 fois le montant de leurs fonds propres ( DEXIA ,bat tous les records connus. Avec 8 milliards ils en ont prêté 500 , soit 62,5 fois leurs fonds propres )

    1973 loi " Pompidou" interdisant à l’état d’emprunter à sa banque nationale mais aux banques privées

    1974 premiers emprunts pour rembourser les déficits ( a noter que depuis cette date ,de tous les emprunts annuels successifs aucun capital n’a jamais été remboursé pour arriver à un total cumulé à ce jour de 1700 milliards d’euros en France )
    Le même scénario s’est reproduit dans tous les pays du monde

    Sachant que POMPIDOU était un ex directeur de chez Rotschild vous pouvez facilement comprendre par qui et au bénéfice de qui tout cet argent venant de nulle part va siphonner
    nos richesses réelles par les impôts et taxes que nos gouvernants complices vont nous imposer

    Oui, le Christ savait bien, qu’il fallait chasser les marchands du temple

     
    • PhiliP

      31 décembre 2011 at 9 h 09 min

      Merci Gigi.

       
  25. Jmd39

    30 décembre 2011 at 19 h 01 min

    Qu’en pensez-vous ?

    Zone euro : "coup d’Etat larvé"

    Charles Gave est interrogé dans La Tribune. Extraits :

    "Depuis soixante ans, coexistent deux idées européennes. La première, celle de De Gasperi, Adenauer, Pie XII et Robert Schumann, voulait recréer l’Europe catholique des XIIe et XIIIe siècles, et voyait dans l’Europe un espace de liberté basé sur le principe de la subsidiarité. En cas de problème entre deux entités, on en appelle à l’échelon supérieur et on crée des instances d’arbitrage. La seconde est celle de Jean Monet et des technocrates français qui ont décidé de créer un État pour faire renaître l’Empire romain afin de s’opposer aux Américains et d’empêcher la domination allemande. Cette vision l’a emporté. Évidemment, la volonté d’augmenter leur pouvoir personnel existe aussi. Ces technocrates pensent que leur rôle est d’assurer le bonheur des peuples malgré eux. Ils ne croient pas à la liberté individuelle. Il suffit d’observer les institutions européennes : il n’y a pas de séparation des pouvoirs. [...]

    Depuis la présidence Giscard, la France est gouvernée par une classe administrative qui, de droite comme de gauche, est représentative de cette idée technocratique. Les référendums sur Maastricht ou sur la Constitution européenne ont montré que le peuple n’acceptait pas cette dérive. Mais il l’admettait. À présent, les gens se rendent compte que cela ruine le pays. La prochaine étape sera donc de se débarrasser de cette classe administrative. Mais j’ignore comment. [...]
    Nombre d’économistes mettent en garde sur les conséquences de la fin de l’euro. Qu’en pensez-vous ?
    Je ne suis pas très inquiet. Ceux qui vous expliquaient que l’euro allait rendre les femmes plus belles et les oiseaux plus chantants, comme Alain Minc et Jacques Attali, nous expliquent à présent que, si l’on quitte l’euro, ce sera le désastre absolu. Ils se sont trompés. Ils n’ont rien vu, rien compris. Pourquoi leur donner de la crédibilité sur l’après-euro ? C’est comme demander au général Gamelin [chef des forces françaises en 1940, Ndlr] de diriger le débarquement en Normandie. Concrètement : le système bancaire européen est en faillite, le taux de chômage, Allemagne exceptée, est historiquement élevé, la moitié des États européens n’ont plus accès aux marchés financiers dans des conditions normales, la Bourse de Paris n’a pas cessé de reculer depuis la création de l’euro. En 2000, le niveau du CAC était deux fois plus élevé qu’aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que l’euro conduit à une mauvaise allocation des capitaux et fait passer l’argent de ceux qui le gagnent à ceux qui ne le gagnent pas. Ceci conduit toujours à un marché vendeur qui, d’ordinaire, ne dure pas plus d’un an et demi. Mais ce marché vendeur dure en Europe depuis dix ans parce que le secteur public, la BCE et les politiques dépensent l’argent du futur pour maintenir une unité qui ne tient pas la route. Le désastre n’est-il pas suffisant pour que l’on passe à autre chose ?

    Comment jugez-vous le quinquennat de Nicolas Sarkozy ?
    Pour faire des réformes, il faut faire comme Madame Thatcher : être un gouvernement de conviction et pas de consensus. Nicolas Sarkozy a suivi une politique schizophrène : il tenait un discours de réformes et il a essayé de séduire ses ennemis naturels. Comme disait Pompidou : si vous essayez de gouverner avec vos opposants, vous allez perdre vos partisans. Ces cinq ans ont été un échec total, à part la réforme de l’université. Les impôts ont augmenté, les déficits et le poids de l’État aussi. Il n’y a pas eu de réformes. [...] L’État chinois réalise 30 % du PIB du pays. En France, c’est 55 %. Il faut que notre mur de Berlin tombe, l’État doit sortir des domaines où il n’a rien à faire. Sinon, c’est le FMI qui le fera pour nous. D’après mes calculs, le système français atteindra ses limites en 2013 ou 2014."

     
  26. Zappata

    30 décembre 2011 at 19 h 05 min

    Un article d’hier du Monde par " un professeur de sciences économiques et sociales "
    Affligeant……

    La "loi Pompidou, Giscard, Rothschild" votée en 1973 empêcherait l’Etat de battre monnaie

    Point de vue | LEMONDE.FR | 29.12.11 | 10h15

    par Alain Beitone, professeur de Sciences économiques et sociales Lycée Thiers Marseille

    La rumeur enfle depuis quelques semaines, sur internet, dans les médias, dans les déclarations de leaders politiques : la source de tous nos maux économiques serait la "loi de 1973".

    C’est l’extrême droite qui est à l’origine du mouvement. D’Alain Soral à Marine Le Pen, les choses sont claires la "loi Pompidou, Giscard, Rothschild", en réformant les statuts de la Banque de France empêche l’Etat de "battre monnaie" pour se financer ce qui permet aux banques privées de s’engraisser en encaissant les intérêts de la dette. Certains n’hésitent pas à parler de "casse du siècle".

    Dans ce courant politique, la lourde insistance sur les fonctions jadis exercées par G. Pompidou au sein de la banque Rothschild est loin d’être innocente. On se trouve en présence d’une rumeur complotiste traditionnelle qui désigne un bouc émissaire et apporte une explication simple à la crise de la dette. Ce discours a son correspondant aux Etats-Unis avec la campagne autour du livre de Eustace Mullins sur les secrets de la Réserve Fédérale, dont la création est attribuée à un complot de banquiers impulsé par…James de Rothschild. Mullins (décédé en 2010) était une figure marquante de l’extrême droite antisémite américaine. Il suffirait donc de rendre la Banque de France aux français et de financer les dépenses publiques par des crédits à taux nuls ou très faibles pour que la crise de la dette soit résolue.

    Curieusement, la dénonciation de la "loi de 1973" fait aussi florès au sein de la gauche radicale. Un document récent sur la dette diffusé par Attac et la Fondation Copernic, fait de cette loi une des trois causes principales de la crise actuelle. Fort heureusement, la connotation antisémite est absente de ce second type de discours. Mais sur le plan économique, l’argumentation est la même : avant la loi de 1973, l’Etat pouvait se financer à des taux très faibles auprès de la Banque de France, depuis, il est devenu prisonnier des marchés financiers. Il suffirait donc d’en revenir au mode de financement ancien pour que les problèmes soient résolus et seule l’obstination de la BCE et des allemands nous empêcherait d’adopter cette solution de "bon sens"…………………………
    La suite………………………..

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/29/la-loi-pompidou-giscard-rothschild-votee-en-1973-empecherait-l-etat-de-battre-monnaie_1623299_3232.html

     
  27. david

    30 décembre 2011 at 19 h 11 min

    http://www.franceculture.fr/emission-le-magazine-de-la-redaction-les-riches-sont-ils-prets-a-payer-rediffusion-de-l-emission-du-

    un must de la propagande goebellienne…

    un ramassis de lieux communs et d’ordures…., j’ai écouté quelques minutes et j’ai arrêté car des envies de meurtre m’oppressaient…le coeur …du moins ce qu’il en reste …car dans cette société immorale ou plus exactement amorale la morale devient une faiblesse , du moins je le vis comme tel …Que DIEU ME PARDONNE …mais que son épée tranche dans le vif …et vite…

     
    • TOUILEB

      30 décembre 2011 at 23 h 29 min

      L’Épée ne tranche pas en fait, elle sépare ce qui revient au même, c’est sûr. Entre ceux qui ont auront conservé et accompli la Parole en eux/elles. L’auront fait mûrir pour faire accueillir le Fils, ne l’auront pas étouffée derrière ces immondices dont tu parles, ces pharisiens ! Je les vomis au-delà de ma mort et même avant, juste avant. Laissez-les croître, au moment de la moisson, chacun reconnaîtra son frère !

      Dans la rue, je baisse ou détourne mon regard. Je le conserve pour mon frère, ma soeur :ceux qui me feront un sourire pour continuer à espérer et à vivre, tout simplement !

       
  28. TOUILEB

    30 décembre 2011 at 23 h 19 min

    Le monde change. L’homme Occidental recherche son Orient, il veut l’Epouser. L’Oriental lui aussi recherche son Occident, longtemps interdit. Il épouse l’homme occidental qui lui apporte les méthodes. Les deux hémisphères cérébraux se relient. L’un apporte le détachement, la poésie, l’autre le code. De leur union, renaît le Fils de Dieu, celui du Verseau/Lion.

     
  29. Walle2815

    31 décembre 2011 at 0 h 44 min

    LIESI, merci pour cet excellent article. Il faut cependant noter que la FED a été fondée le 23 décembre 1913 avec un bail de 99 ans, qui expire donc en toute logique… le 22 décembre 2012, et non le 21.

    Le 21/12/2012, c’est pour la fausse histoire avec les Mayas (erreur de calcul…).
    Le 22/12/2012, c’est la fin du bail de la FED.

    On notera quand même que 2+1+1+2+2+1+2 = 11, et que ce jour tombe un vendredi.

    M’est avis que ces messieurs vont se débrouiller pour garder malgré tout cette date du 21 décembre, tant elle les arrange selon leur symbolique démoniaque… En tous cas, si ce n’est pas la fin du monde, ça m’étonnerait fort qu’il laisse passer une date aussi importante sans avoir prévu quelque chose.

     
  30. Theonas

    31 décembre 2011 at 1 h 32 min

    Bonjour
    un truc que je comprends pas dans l’article. Le rapport entre la création ex nihilo de la monnaie et le fait qu’elle crée inévitablement des crises.
    "Tout l’argent que les banques émettent et font circuler est produit sous forme de prêt. Cet argent comporte donc un coût, c’est-à-dire de l’intérêt. Lorsque les gouvernements permettent aux banques d’émettre la masse monétaire d’un pays, ils doivent percevoir des taxes afin que les banques puissent récolter de l’intérêt sur l’argent qu’elles ont créé. Cela dévalorise automatique-ment les citoyens puisque les banques ne créent jamais d’argent pour payer l’intérêt imposé par l’utilisation de leur argent, mais seulement le principal. En conséquence, pour acquitter l’intérêt, on puise inévitablement dans l’actif du pays et des citoyens par des mécanismes tels que la création de dettes, les faillites et les forclusions. On prélève, de surcroît, des taxes à la source pour accélérer les processus. Une société qui admet et qui accepte que l’on utilise l’argent des banques plutôt que sa propre devise créée librement par elle expose inéluctablement ses citoyens au cycle économique des dépressions et au désarroi de la population."
    Je pige pas le mécanisme: l’idée que cela dévalorise les citoyens au motif que les banques ne créent pas l’argent pour payer l’intérêt et que le citoyen doit pomper dans de l’actif je comprends. Mais pourquoi est-ce que cela crée inévitablement de la crise, des faillites etc…?
    Qui sera assez aimable pour m’éclairer?

     
    • Maverick

      1 janvier 2012 at 10 h 42 min

      @ Theonas : J’avoue que cette partie de l’article est assez peu claire. Mon analyse serait plutôt que la création de monnaie se fait par anticipation de la croissance de l’économie réelle, et devrait normalement servir comme "fonds de roulement"; un peu comme le "fond de caisse" dans une épicerie. Sauf que là, la création de richesse ne suit pas, et on rembourse la dette avec encore plus de dette, toujours plus de dette … Pour reprendre l’exemple de l’épicerie, c’est comme si au lieu de vendre (économie réelle), on se mettait à découvert à la banque pour faire rentrer de l’argent dans la caisse, puis qu’on payait les agios avec un chèque en bois, et ainsi de suite.

       
    • Maverick

      1 janvier 2012 at 10 h 49 min

      @ Theonas : J’ai oublié de dire que le banquier était complice. Il brasse de plus en plus d’argent, génère de plus en plus d’intérêts, et en cas de problème, on liquide l’épicerie, qui sert de garantie…

       
  31. Nubrilus

    31 décembre 2011 at 19 h 40 min

    Voilà la cause profonde de la grande misère du monde… et l’une des raisons majeures pour laquelle l’attentat du 11 septembre 2001, à New York, devait servir d’événement catalyseur pour une Troisième Guerre mondiale, comme il en fut de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, en juin 1914, pour la Première Guerre mondiale.
    > ………………………. 286 1914 …… 119 2001

    286-119 + 2001-1914 = 254 è j = 119(2001) = (WTC)127 x 1+1

    2806 – 1914 + ……. 1109 = 2001
    2806 – 1914 + ……. 2001 = 1109

    11+09=20×01
    11 -09=2×001

    FED = 2312 1913 officiel ….. ( 2212 doit être est le vote ? )

    2312+1913 = 65×65 = 13 x …….. 325 ( carré de Mars )

     
  32. Nubrilus

    31 décembre 2011 at 20 h 40 min

    286+1914
    + ………………… = 4320 = 12 x 360
    119+2001

    119 2001 ( 254 è j )
    – …………………..= 4320 jours + 1+1+0001 = 12 x 365 j + 1+1+1 …. – 60 – 1
    911 1989 ( 313 è j )

    1109 > 0101 = ère chrétienne = 1er jour ( 1 1 + 0001 ) JC
    0911 > 0103 = ère FM = 60 è jour non bissextile ( car 1 3 – 4000 av JC = 61 è jour )

    313 – 254 ( Mur de Berlin – WTC )
    =
    060 – 001 ( FM – Christ )

    4000 – ……….av JC
    0001 – ……… er
    0003 = …….. Mars ( 61 è jour )
    3996 = ………………………………….. 6 x 666 = carré de l’apocalypse
    +
    0001+
    0001+ ………. er
    0001 = …….. Janvier
    0003 = – ………………………….. 60 (61 – 1) x 60 = ……. 2312 – 1913 = FED

     
  33. Nubrilus

    1 janvier 2012 at 0 h 02 min

    4000 – 1 – 3 ( 61 è jour ) An 01 Ere FM
    + ……………………………………………… – ( 61 – 1 ) x ( 61 – 1 ) = 2312 – 1913 = FED
    0001 +1 +1 ( 01 è jour ) An 01 Ere Chrétienne

    Noko Menthe !

     
  34. Nubrilus

    1 janvier 2012 at 3 h 23 min

    2806 – 1914
    =
    2001 – 1109

    2806 – 1914
    – …………………. = 0
    2001 – 1109

    2806 – 1914
    : …………………. = 1
    2001 – 1109

    Liberté ……… de créer toute
    Egalité …….. mènant invariablement à 0 ou 1 au profit exclusif d’ 1 ( 1 : 1 = 1 )
    Fraternité ….. de la mort ( 1 – 1 = 0 )

    La république est dite 1 ne et 1…10.. visible !
    De fait 1+0 = 1

     
  35. Nubrilus

    1 janvier 2012 at 14 h 36 min

    De l’usage de 2112 2012 = 2212 2012 – 1 jour = fin des 99 ans de la FED ::

    23+12 – 21+12 = ……… 2
    23+12 – 22+12 = …….. 001
    2012 – 1913 = ……… 11 x 9

    Racine de 2312 + 1913 = 21+12+20+12

    21+12+20+12
    x …………………….. 2312 + 1913
    21+12+20+12

    2312 – 1913 = 400 – 1 = TAV – ALEPH

    2112 2012 est le 1984 è jour de Fire the grid du 17 7 2007 à 11 h 11 qui est le jour
    ou GWB vota les 1+1+1+1 actes exécutifs ( voir sur le net )

    17 x 07 = ………….. 119
    20 x 07 – 17 x 07 = 20+01

    1984 =
    1318 + Apocalyspe ( Verset )13(Chapître(18)
    0666 =
    3760 ( JUDEO anno ) –
    1776 ( USA anno )

    Pour rappel :

    3108 –
    1997 =
    11 11 = Mort de Lady DI déclarée morte par l’office logistique criminel à
    1+1+1+1 heures du matin !

    Noko Menthe !

     
  36. yoananda

    2 janvier 2012 at 1 h 20 min

    http://fr.wikisource.org/wiki/Amendements_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis_d%E2%80%99Am%C3%A9rique#XVIe_amendement

    vous avez juste oublié une chose … 1913 : création de l’impot sur le revenu en même temps que la FED …
    hasard de calendrier sans doute.

     
  37. Nubrilus

    3 janvier 2012 at 14 h 55 min

    Si …… 99 ans de bail pour la FED est vrai
    Alors cela fait 99 x 365 jours + 24 j ( soit 25 ans bissextiles – 1 )
    =
    36159 jours = 3 x 17 x 709 jours

    3 + 17 + 709 = 729 = 9 x 9 x 9

    Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

    2912 1913 promulgation de la loi du 2312
    2912 – 1913 = …………. 999

    23 = 709 – 17 – 3 …………………. – 666
    12 = 709 – 17 …… – 17 – 3 …….. – 666
    1 x 9 x 1 x 3 = 3+1+7+7+0+9

    x x 1 x 1 …………………. Vol 11 ……… + Vol 77 + 2+3 ( pentagone ) = Vol 93
    x x x 9 x 3 ………………. Vol 93 ……… + Vol 77 + 2+3 = ………………… Vol 175
    2 x 1 ……. WTC ( 1 et 2 )
    x 3 x 2 …………. Pentagone )

     
    • yoananda

      6 janvier 2012 at 1 h 22 min

      combien d’esprits la numérologie a-t-elle détruite ?

       
      • Nubrilus

        7 janvier 2012 at 16 h 13 min

        Tout ceux qui ne savent pas compter sont détruits et donc ramenés à 0.
        ( 2806 – 1914 ) – ( 2001 – 1109 ) = 0
        Par contre ceux qui savent compter ne sont pas détruits, il suffit de faire varier le signe pour le voir :
        ( 2806 – 1914 ) : ( 2001 – 1109 ) = 1
        C’est du calcul élémentaire dont on ne peut détruire l’évidence !

         
  38. dornach

    7 janvier 2012 at 17 h 13 min

    Les marionnettes de Rothschild’s déstabilisent la Syrie etc. : http://wp.me/p1WnGr-8p

     
  39. dornach

    4 février 2012 at 10 h 14 min

    La crise, un complot politico-financier : http://wp.me/p1WnGr-3X ?

     
  40. dornach

    4 février 2012 at 10 h 14 min

    La crise de l’Europe, raisons et solutions : http://wp.me/p1WnGr-1q

     
  41. dornach

    8 février 2012 at 9 h 49 min

    Putin a lancé un mandat international contre G. Soros pour terrorisme international :

    http://wp.me/p1WnGr-9e

     
  42. Dornach

    21 février 2012 at 17 h 16 min

    La Grèce poursuit Goldman Sachs et JP Morgan http://wp.me/p1WnGr-9p

     
  43. Dornach

    21 février 2012 at 17 h 17 min

    Poutine a lancé un mandat international contre G. Soros pour terrorisme international : http://wp.me/p1WnGr-9e

     
  44. Guardian Finance Company

    30 mai 2012 at 14 h 57 min

    Avez-vous besoin d’un prêt pour améliorer votre entreprise?, Prêt pour consolider vos dettes, prêt pour une utilisation personnelle, prêt pour la carte de crédit, prêt soins médicaux, prêt auto, prêt hypothécaire, par exemple de prêts aux étudiants

    Voici les bonnes nouvelles, GUARDIAN FINANCE COMPANY, Le Géant de prêt est, là encore, obtenir un prêt à taux d’intérêt de 3% par an, nous accorder des prêts dans la fourchette minimale de € 5,000.00 au maximum de € 500,000,000.00. Dépêchez-vous dès maintenant et contactez-nous par e-mail: info@guardianfinance.e-gbni.com

    S’il vous plaît, faites nous fournir les informations suivantes si vous êtes intéressé.

    1) Nom complet:
    2) Pays:
    Montant du prêt 3) Nécessaire:
    Durée du prêt 4):
    Numéro de téléphone 5):
    6) Profession:

    Cordialement,
    Le Dr Daniel Dylan
    Guardian Finance Company.

     
  45. Fred P

    6 août 2012 at 15 h 46 min

    Bonjour

    SVP je cherche de sources fiables qui indiquent que la FED possède un bail de 99 ans qui prend fin le 21 12 2012

    l’idéale serait le texte de constitution de la FED

    si tel est le cas il ne faut absolument pas qu’il soit renouvelé dans les mêmes termes car c’est l’outil de domination des banquiers mafieux sur le monde

    D’avance merci pour vos réponses

     
  46. lesperancejean@videotron.ca

    15 octobre 2012 at 4 h 17 min

    Il y a une fausseté dans cet article. La fameuse ou fumeuse réserve de 10% pour prêter a été remplacée en vertu des Accords de Bâle, lisez les Accords de Bâle, le 10% a été changé en 8%. Le 8% est divisé en 2 fois 4%. Un premier 4% en fonds durs (or et argent liquide) les deux inexistant et l’autre 4% en fonds propres, composé des anciennes hypothèques et de produits dérivés tellement complexes qu’ils sont inestimables.

     
  47. lesperancejean@videotron.ca

    15 octobre 2012 at 19 h 44 min

    Ce n’est pas tout de copier, encore faut-il comprendre ce qui se passe. Je vais vous expliquer le plus grand vol de l’histoire, la plus grande escroquerie.
    Quand une banque prête de l’argent, elle prête avec rien en caisse, absolument rien, pas une cenne ni un centime. Comment peut-elle avoir le droit de le faire? Quand les grandes banques se réunissent, elles ne demandent aucune permission, elles s’entendent et décident comme si elles avaient la permission de l’ONU ou de tous les pays du monde. Tout comme le Comité International Olympique décide de ce qu’il veut sans demander aucune permission, les grandes banques font exactement la même chose. On accepte le fait comme autrefois les gens acceptaient la monarchie
    sans poser de questions.
    Tout est basé sur les Accords de Bâle de 1978 et refaits des années plus tard. Ces accords qui ne sont pas des lois mais des accords dont seuls les signataires peuvent se plaindre s’ils ne sont pas respectés leur donnent le droit de prêter avec un supposé 8% en caisse composé de 2 fois 4%.
    Premier 4% or et argent liquide non existant. Deuxième 4%, les anciennes hypothèques et des produits dérivés dont beaucoup sont impossibles à évaluer tellement ils sont complexes. Donc en définitive, on prête seulement sur la valeur des anciennes hypothèques même non payées.
    Certaines banques nous disent qu’elles ont 4% en caisse, mais personne n’en possède la preuve et il est possible de se transférer le 4% d’une banque à l’autre, mais déjà 4% ce n’est pas gros.
    Qu’arrive-t-il lorsque plusieurs emprunteurs se montrent incapables de payer leurs hypothèques
    parce qu’il y a une crise, du chômage, etc? Les banques demandent aux gouvernements de payer les hypothèques à la place des emprunteurs. Les gouvernements disent oui même s’ils n’ont pas d’argent. Et ils récoltent de l’argent en mettant des obligations sur le marché. Les gouvernements ne demadent pas aux banques de les rembourser et nous on doit payer un intérêt sur les obligations mises sur le marché. Pourquoi les banques ne remboursent jamais les gouvernements même si des années plus tard, elles font des milliards de profits et donnent à leurs gestionnaires des millions en bonus? Même si elles ne pairaient pas en argent sonnant, elles pourraient transférer des hypothèques à la SCHL ou à la Banque du Canada mais elles ne le font pas.
    Pourquoi? Parce que les partis politiques se laissent acheter et les banques leur remplissent les poches. Collusion.
    Il faut bien comprendre que de se faire rembourser des hytpothèques qui au départ ne coûtent rien, c’est du vol. En plus, elles saisissent les maisons et les revendent et quand elles ne les revendent pas, elles vendent les hypothèques de ces maisons en les insérant dans des produits dérivés.
    Quand les pays se sont endettés en mettant des milliards d’obligations sur le marché et qu’ils ne sont plus capable de le faire, on leur propose des prêts à long terme avec des plans d’austérité pour rembourser les dettes créées par les mauvaises ou fausses créances bancaires.
    C’est tout simplement du vol auquel on doit mettre fin.

     
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 676 autres abonnés

%d bloggers like this: