RSS

Le G8 est terminé… le festival de KAHN va commencer…

28 mai

La croissance américaine -qui a nettement ralenti à 1,8% en rythme annuel au premier trimestre contre 3,1% sur les trois derniers mois de 2010- a ravivé les doutes sur la vigueur de la première économie mondiale. D’autant que, malgré tous les efforts consentis par l’Etat fédéral, l’immobilier et l’emploi restent les deux talons d’Achille des Etats-Unis.

A l’envers de tous les scénarios esquissés sur la prochaine politique monétaire américaine, LIESI pense qu’un QE 3 sera probablement décidé prochainement à l’issue d’une crise européenne et des marchés financiers internationaux. Cette thèse qui nous est pour l’instant quasi-exclusive est en fait liée à la prochaine réforme monétaire internationale et donc… à l’Affaire DSK. Ce week-end, les analystes de Saxo Banque écrivent : "Certains investisseurs anticipent désormais, au vu de ces indicateurs moroses, une possible mise en place d’un nouvel assouplissement monétaire" par la Réserve fédérale américaine. Explication : la salve de statistiques attendues outre-Atlantique la semaine prochaine pourrait les conforter dans leur pessimisme. Les chiffres de l’emploi pour le mois de mai seront publiés vendredi. En attendant, le marché suivra l’indice de confiance des consommateurs, les indices ISM dans l’activité manufacturière et les services ainsi que les commandes dans l’industrie. En zone euro, l’inflation en mai est attendue mardi.  Bien évidemment, les anlaystes américains et britanniques mettront l’accent (encore et toujours) sur la question de la dette souveraine qui restera aussi au premier plan des préoccupations alors que les agences de notation font de plus en plus pression sur les pays englués dans des endettements massifs. Standard & Poor’s a menacé d’abaisser la note de l’Italie tandis que Fitch a de nouveau dégradé celle de de la Grèce. Hors zone euro, le Japon est aussi sur la sellette, Fitch ayant également menacé de baisser sa note à moyen terme.

Rappelons cette citation d’Henri Ford, un grand capitaine d’industrie  : « L’unique objectif de ces financiers est le contrôle du monde par la création de dettes inextinguibles ». Des mots qui, à l’heure actuelle, prennent une actualité brûlante…

Comme nous le disons, la branche oligarchique américaine est parvenue à imposer un temps mort sur la prochaine réforme monétaire interationale. Le G8 est passé ! Comme demandé très officieusement, aucun européen n’a osé parlé de la banqueroute américaine et de la nécessité de revoir le système monétaire international. Les politiciens avaient l’affaire DSK comme une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Le mot d’ordre est : il ne faut pas contrarier les maîtres de Wall Street. LIESI confirme, après conversation privée avec un diplomate, que DSK s’attendait bien à une "peau de banane". [Ce sera le numéro de mi-juin de LIESI.]

About these ads
 
Commentaires fermés

Publié par le 28 mai 2011 dans Non classé

 

Les commentaires sont fermés.

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 676 followers

%d bloggers like this: